•  

    Celui qui veille sur sa bouche et sur sa langue préserve son âme des angoisses.

    – Proverbes 21:23

     
     
     

    Vous n'avez pas le choix. Si vous voulez vivre une vie de bénédictions, il faut que vos paroles s'accordent avec celles de Dieu. Non seulement quelques heures ou quelques jours, mais tout le temps !

    Et si vous avez déjà essayé de le faire, vous savez que ce n'est pas facile. Quand le temps passe et que les circonstances auxquelles vous êtes confronté restent obstinément aussi misérables et négatives qu'elles l'ont toujours été, continuer à proclamer la Parole de Dieu peut s'avérer très difficile. Pourtant c'est indispensable si vous voulez vraiment bénéficier des bénédictions de Dieu.

    Lorsque Kenneth a commencé à enseigner sur la prospérité, j'étais assise là à l'écouter avec des chaussures trouées. Nous avions de terribles problèmes financiers, mais nous savions que cela ne changeait rien à la Parole de Dieu. Nous avions la pleine assurance que les promesses de prospérité étaient vraies, même si nous n'étions pas encore capables de nous en emparer. Aussi, au risque de paraître fous parfois, nous avons continué à parler de la provision abondante de Dieu pour nous.

    Plus tard, j'ai réalisé que cette Parole avait commencé à agir en notre faveur, dès le premier jour où nous avons décidé de la croire, de la proclamer, et de faire des changements dans nos vies pour s'y conformer. La semence de prospérité se mit à pousser immédiatement après que nous l'eûmes plantée, mais il lui fallut juste du temps pour arriver à maturité.

    Le problème, c'est que la plupart des croyants ne persévèrent pas assez longtemps. Ils commencent à semer une parole. Mais parce qu'ils ne voient pas tout de suite de résultats, parce que leur compte en banque se vide et que le loyer reste impayé, ils se découragent et prononcent des paroles de manque et de défaite. Ils détruisent ainsi leur récolte par leur propre bouche, et ne pourront donc jamais jouir de ses fruits.

    Rappelez-vous-en la prochaine fois que vous déciderez de marcher par la foi, que ce soit dans le domaine financier ou n'importe quel autre domaine. Soyez déterminé, dès le départ, à ne pas vous laisser décourager par la période d'attente. Puis persévérez jusqu'à ce que la Parole de Dieu se manifeste dans votre vie. Usez de patience et veillez à ce que vos paroles restent en accord avec la Parole de Dieu, et vous ne manquerez pas de récolter.

    Lecture Conseillée: Proverbes 18:4-8, 20-21

     

    KCM
     
     
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La persévérance dans les épreuve

    Derek Prince Ministries:

    En Matthieu 24 et en Marc 13 Jésus a donné une vision prophétique de la situation qui sera celle du monde juste avant son retour. Aujourd’hui, nous voyons tout autour de nous nombre de circonstances qu’il avait prédites. Mais Jésus a aussi donné aux croyants des indications pour survivre au sein de ces situations. La condition préalable de base peut se résumer en un mot: endurance. Quoi qu’il soit souvent retranscrit différemment dans plusieurs traductions – « patience », « tenir bon jusqu’au bout/à la fin » Semeur /Jérusalem/Parole Vivante/TOB, « persévérance » Segond, la meilleure traduction univoque est probablement celle d’ « endurance »

    Pour commencer, regardons deux passages spécifiques. Dans chacun de ces exemples, Jésus parle de la rupture des relations et de la persécution qui se répand parmi les chrétiens. Tout d’abord en Matthieu 24:

    « Et, parce que l’iniquité se sera accrue, l’amour du plus grand nombre se refroidira (Segond/Semeur). » v. 12

    Lorsque les gens deviennent iniques, leur amour disparaît également. Nous pensons souvent que l’amour est libre et désinhibé, qu’il n’a pas besoin de loi ou de discipline. Mais cette idée est fausse. L’amour et la discipline vont de pair. Lorsque la discipline et la loi sont rompues, l’amour se refroidit. Il est significatif que le mot « amour » dans ce passage soit agapè, qui représente essentiellement l’amour des chrétiens. Jésus ne parle pas de l’amour du monde qui se refroidira mais plutôt de celui des chrétiens. C’est une situation beaucoup plus sérieuse.
    Après avoir prédit ce manque d’amour, Jésus rajoute une admonition au verset 13:

    « Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. » (Segond)

    Pour être sauvé, nous devons aller jusqu’au bout du chemin et cela demandera de l’endurance de notre part. En Marc 13:12-13, nous lisons une prédiction et un avertissement similaire:

    « Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir. Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom, mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »

    Encore une fois, il nous est donné une image très sombre: la trahison, la déloyauté dans les familles et les chrétiens haïs par tous les hommes. Voilà pourquoi Jésus a dit que nous devions persévérer.

    Ce que produit l’endurance

    Certains versets parlent généralement de l’endurance et des épreuves auxquelles nous devrons faire face, d’autres exposent des principes sur la façon de persévérer. Tout d’abord Romains 5:

    « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, persévérance [endurance] la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. » v. 1-4

    L’endurance produit un caractère victorieux dans l’épreuve. En résumé, il s’agit de la formation de notre caractère. Nous pouvons nous réjouir (nous vanter, nous glorifier et exulter) dans la tribulation parce que seule la tribulation produit l’endurance. L’endurance, à son tour, produit un caractère éprouvé.
    En Jacques 1:2 nous lisons, « Mes frères, quand vous passez par toutes sortes d’épreuves, considérez-vous comme heureux. » Nous devons louer Dieu du fait qu’il nous considère dignes des épreuves que nous endurons, en gardant à l’esprit que la finalité de l’épreuve est toujours notre propre bien. Jacques continue en expliquant le fonctionnement de cet apparent paradoxe:

    « Car vous le savez: la mise à l’épreuve de votre foi produit l’endurance. Mais il faut que votre endurance aille jusqu’au bout de ce qu’elle peut faire pour que vous parveniez à l’état d’adultes et soyez pleins de force, des hommes auxquels il ne manque rien. » Jacques 1:3-4

    Jacques dit que si nous traversons les épreuves et que nous tenons bon, cela forgera chaque sphère de notre caractère et de notre personnalité. Cela fera de nous des chrétiens complets et accomplis.
    L’un des terrains fondamentaux manifestes qui favorise le développement de notre caractère, est celui de la communauté proche et engagée où nous nous réunissons chaque semaine avec le même petit groupe de personnes. Lorsque nous partageons nos vies dans ce contexte il devient souvent fâcheusement évident que certains traits de notre caractère n’ont jamais été traités. Si nous évitons de nous exposer aux autres, nous pouvons nous abuser nous-mêmes sur les zones non éprouvées de notre caractère et reculer à chaque fois que nous sommes confrontés à une épreuve qui met ces zones en évidence.
    Quelqu’un a dit que la communauté était « le toit enlevé et les murs abattus ». Nous ne craignons pas d’ouvrir le toit parce que Dieu voit au travers de toutes façons mais il peut devenir très inconfortable d’abattre les murs afin que nos compagnons chrétiens puissent voir à l’intérieur. Il n’existe pas de meilleur terrain pour éprouver notre caractère chrétien que la communion proche et engagée avec des croyants.

    Les épreuves
    Quelles sont les épreuves que nous devrons traverser? Matthieu 13 nous en donne aperçu très simple dans la parabole du semeur semant du grain. Dans cette parabole, Jésus parle de différentes sortes de terrains, chacun représentant un différent type de personne qui entend la parole de Dieu. En décrivant comment une partie du grain tombe sur le côté du chemin et est dévoré par les oiseaux avant de pouvoir entrer en terre et comment une autre partie tombe sur un sol rocailleux et plein de ronces, Jésus explique le type de personne représenté par chacune de ces situations.

    « Chaque fois que quelqu’un entend le message qui concerne le royaume et ne le comprend pas, le diable vient arracher ce qui a été semé dans son cœur. Tel est celui qui a reçu la semence « au bord du chemin ». Matthieu 13:19

    Le grain ne pourra jamais entrer dans la vie de ce type de personne, il restera sur le sol jusqu’à ce qu’un oiseau vienne et s’en empare. Jésus continue en décrivant deux types de personnes qui ont reçu le grain et commencent à produire du fruit. Cependant, en définitive, le fruit ne devient rien de bon parce qu’elles ont échoué aux épreuves auxquelles elles ont été soumises. Le premier groupe de personnes est celui où se trouvent des « endroits pierreux », le second est le groupe qui a des « épines ».

    « Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse. » Matthieu 13:20-22

    Pour le dire plus simplement, il y a deux sortes d’épreuves: lorsque la vie est trop difficile et lorsqu’elle est trop facile. La première épreuve est celle de la persécution et la seconde celle de la prospérité. Certaines personnes ne résistent pas à la persécution d’autres ne résistent pas à la prospérité. Certaines personnes s’en tirent bien lorsqu’elles sont persécutées mais dès que Dieu les bénit avec une belle maison, deux voitures et un bateau, elles se laissent beaucoup plus absorber par les choses de ce monde que par le royaume de Dieu.
    D’autres personnes reçoivent la Parole avec joie, parlent en langues, donnent leur témoignage partout, prophétisent, elles baignent dans les bénédictions de Dieu. Mais, quelques mois plus tard, elles sont portées disparues parce que le temps de l’opposition est arrivé et elles se sont tout simplement découragées.
    La vérité est que nous devons endurer les deux types d’épreuves. Nous serons mis à l’épreuve par les tribulations mais aussi par la réussite et nous devrons tenir bon dans les deux cas. Permettez-moi de vous faire quelques suggestions concernant la manière biblique d’atteindre l’endurance.

    1. Un engagement ferme. La première façon est de s’engager sans réserve et avec un total dévouement pour Jésus-Christ. C’est la manière dont devrait commencer toute marche chrétienne normale.
    Voici deux exhortations scripturaires pour les nouveaux convertis. La première qui se trouve en Actes 11:23, rapporte ce qu’a dit Barnabas au groupe de nouveaux chrétiens dans la ville d’Antioche:

    « Lorsqu’il fut arrivé, et qu’il eut vu la grâce de Dieu, il s’en réjouit, et il les exhorta tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur. »

    L’expression-clé « d’un cœur ferme », indique qu’il faut vraiment conditionner son esprit à s’attacher au Seigneur, sans restriction. Si vos amis ne le font pas, vous le faites. Même si votre famille ne le fait pas, vous le faites. Voilà la fermeté de cœur dont nous avons besoin.
    Puis, en Actes14:22, nous retrouvons Barnabas et Paul exhortant de nouveaux convertis d’une façon similaire:

    « Fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. »

    Les nouveaux convertis doivent savoir qu’il n’y a pas d’autre manière pour entrer dans le royaume de Dieu que par les tribulations. Je comprends la notion de « royaume de Dieu » dans deux sens: il y a le futur royaume de Dieu, que Jésus amènera et établira mais il y a également celui où nous entrons et vivons maintenant. Et il nous faut passer par maintes tribulations pour entrer dans une mode de vie du royaume. Nous serons mis sous pression dans chaque domaine de notre vie.
    Lorsque les gens viennent au Seigneur, il en va de notre devoir envers eux de les avertir que s’ils veulent entrer dans ce mode de vie du royaume, ce sera au travers de tribulations et d’oppositions. Il n’est pas juste de dire aux nouveaux convertis que, s’ils viennent à Jésus, tous leurs problèmes vont être résolus. Le fait est qu’en tant que chrétiens, ils auront des problèmes dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence avant. Un engagement ferme envers le Seigneur Jésus-Christ sera nécessaire pour endurer ces épreuves.

    2. Se fixer sur les choses éternelles. Le deuxième principe concernant l’endurance se trouve en Hébreux 11:27 et se réfère à Moïse qui, ayant grandi en Egypte, était destiné à hériter du trône en tant que fils de la fille de Pharaon. Il avait de l’instruction, de la fortune et jouissait de privilèges sociaux, en fait, tout ce que le monde pouvait offrir. Mais à l’âge de quarante ans, il tourna le dos à tout cela, s’enfuit d’Egypte et passa les quarante années suivantes à garder des moutons aux fins fonds du désert. Le verset dit de Moïse:

    « C’est par la foi qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible. »

    Voilà l’essence même de l’endurance: voir celui qui est invisible. La foi est la faculté qui nous rend capables de voir ce qui est invisible. Elle est liée aux choses que l’on ne voit pas, « la conviction des choses qu’on ne voit pas. » (Hébreux 11:1 Darby) Si nous devons tenir bon, le monde invisible doit être pour nous plus réel que le visible. Sinon, nous nous attacherons au système du monde et nous tournerons le dos à la réalité invisible du royaume de Dieu.
    En 2 Corinthiens 4:17-18, nous lisons:

    « Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. »

    Il est important de voir que l’affliction fait juste aboutir le plan de Dieu pour nous tant que nous gardons nos yeux fixés sur les choses invisibles. Les choses invisibles sont éternelles et ne changent pas. Passez du temps avec votre Bible. Lisez-la, méditez-la, vivez en elle, croyez ce qu’elle dit, demandez au Saint-Esprit de vous en faire vivre la réalité. Elle deviendra bientôt si tangible pour vous qu’aucune chose de ce monde ne pourra vous tenter d’être déloyal à Jésus-Christ.

    3. Ne pas abandonner. En plus de la nécessité d’avoir un engagement ferme pour le Seigneur et de garder nos yeux fixés sur les choses invisibles, il existe un troisième principe: si vous échouez, n’abandonnez pas. L’une des astuces les plus habiles du diable est de dire « tu es un raté. Il vaudrait mieux que tu laisses tomber parce que Dieu t’a déjà laissé tomber. » Ne le croyez pas, c’est un menteur. Dans le Psaume 37 David a écrit:

    « L’Éternel affermit les pas de l’homme, Et il prend plaisir à sa voie; S’il tombe, il n’est pas terrassé, Car l’Éternel lui prend la main. » v. 23-24

    Rappelez-vous que si vous échouez, vous ne serez pas complètement terrassé, parce que le Seigneur vous tient la main. David le savait. Même s’il était tombé de manière tragique dans l’affaire de Bethsabée, Dieu lui a pardonné et l’a restauré. Il fut capable de dire, « même si tu tombes, n’abandonne pas, Dieu te relèvera ». Dans le Nouveau Testament, il y a un homme qui est tombé aussi. Son nom était Pierre. Jésus a parlé à Pierre, sachant qu’il allait le renier trois fois:

    « Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. » Luc 22:31-32

    Jésus n’a pas prié pour que Pierre ne le renie pas mais pour que sa foi ne défaille pas. Jésus a dit à Pierre, « Même si tu me renies, ta foi ne défaillira pas. Tu tomberas mais tu te relèveras. » De la même manière, si vous tombez, tendez juste la main par la foi et laissez le Seigneur vous relever. N’abandonnez pas: le Seigneur ne vous a pas abandonné.

    4. le regard fixé sur le prix. Le quatrième principe consiste à se rappeler de la remise des prix. Tous les problèmes de la vie ne sont pas réglés dans le présent. Certaines choses subsistent pour l’avenir.
    Paul écrit son témoignage de foi de sa cellule de prison: « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (2 Timothée 4:7). Ces trois choses sont inséparables. Si vous voulez garder la foi, il vous faut combattre le combat. La foi est un combat. Vous ne pouvez pas éviter le combat et garder la foi. Vous devez combattre le combat pour achever la course. Paul a fait les trois: il a combattu le combat, il a achevé la course et il a gardé la foi. A partir de là il a attendu la remise des prix.

    « Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » 2 Timothée 4:8

    Paul était dans l’attente d’un jugement et d’une probable exécution aux mains d’un législateur extrêmement injuste. Mais il a dit, « ce n’est pas mon dernier mot. Il y aura un autre jour du jugement- un jour de remise des prix- et le Juge sera parfaitement juste. »
    Certains d’entre nous seront très surpris de voir à qui sera attribuée la médaille d’or. Elle ne sera pas basée sur la vitesse à laquelle nous aurons couru mais plutôt sur la fidélité et la fermeté avec lesquelles nous aurons servi. Si nous voulons réussir l’épreuve, nous en sortirons comme de l’or purifié par le feu.

    Adapté d’un article dans ‘New Wine’, ‘L’endurance dans la tribulation’, mai 1980

    Pour une étude plus approfondie, nous vous recommandons les brochures ‘Un caractère à toute épreuve’, et ‘L’épreuve’.

    Source: http://derekprince.fr/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique