• DU COTE DE LA FOI

    David Wilkerson

     

     

     

    Quelle scène terrible que celle qui s’est déroulée dans la maison de Jaïrus, un des chefs de la synagogue, à l’époque de Jésus. Il y avait de la confusion, du doute, de la crainte et des pleurs quand sa fille est morte.

     

    Marc 5:38-40 dit : “Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue où Jésus vit du tumulte, des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris. Il entra et leur dit : « Pourquoi faites-vous ce tumulte et pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. » Ils se moquaient de lui.”

     

    Bien-aimé, laisse-moi te dire pourquoi il y a tant de trouble dans ta vie,tant de pleurs et de plaintes. C’est parce que tu ne crois pas que Jésus peut ressuscité les morts. Tu ne crois pas qu’Il sait ce qu’Il fait. Tu ne crois pas qu’Il a un plan qui donne la vie. Tu crois qu’Il arrive trop tard et que les choses sont allées trop loin. Tu ne peux pas croire que Jésus est encore à l’œuvre, alors que tu as déjà abandonné.

     

    Nous sommes aussi coupables que ces moqueurs. Nous aussi nous crions à Dieu quand nous avons des problèmes, nous Lui demandons de nous répondre avant qu’il ne soit trop tard. Ensuite, quand la réponse ne vient pas, nous nous transformons en pleureuses. Nous tremblons devant la puissance du diable, comme si les démons avaient remporté la victoire, comme si Jésus avait perdu et que le Malin avait gagné !

     

    Les choses vont souvent de mal en pis et, à la fin, nous disons, “Et voilà ! C’est trop tard. Pour une raison ou une autre, le Seigneur ne va pas sauver cette situation.”

     

    Il n’est pas suffisant de L’aimer, de Le servir et de L’adorer uniquement tant qu’il reste encore un peu d’espoir. Qu’en est-il de Lui faire confiance maintenant qu’il ne reste plus d’espoir ? Quand il semble que tu ne décrocheras jamais d’emploi ? Ou quand les problèmes s’accumulent de tous les côtés, quand il semble, humainement parlant, impossible de continuer ?

     

    Si Jésus entrait maintenant dans la pièce, au beau milieu de ta situation, que trouverait-Il ? Comment réagirais-tu à Son arrivée? Continuerais-tu à pleurer ? Ton cœur serait-il toujours dans le tumulte ? J’espère que tu Lui dirais : “Seigneur, cela semble sans espoir. J’étais sur le point d’abandonner mais Tu es le même aujourd’hui qu’hier, alors que tu étais dans la maison de Jaïrus. Tu peux produire la vie à partir de la mort et Tu peux guérir ce problème.”