• Faut-il observer le Shabbat ou pas ?

    ·  Encore une étude sur le Shabbat dont l'auteur est François GENSALE qui répond à beaucoup d'assertions qui nous sont avancées pour prétendre que l'observation du shabbat n'est plus d'actualité.

     

    Les rachetés du Seigneur doivent-ils observer le repos du shabbat ?

    Que nous disent les Ecritures ?

    En comprenons-nous bien le sens profond ?

    Nos comportements ne sont-ils pas le résultat d'un enseignement partiel ou partial?

     

    Je retiendrai une phrase du Seigneur:

    " Il est permis de faire du bien le jour du shabbat !"  

    Emprunté au Blog de Michel Lesel. http://discernerlesondushofar.eklablog.com 

     

    Mon commentaire : 

     

    Pour beaucoup cela est considéré comme un point de détail ou comme un point doctrinal secondaire. Mais … effacer d'un revers de main le quatrième commandement du décalogue nous expose à un danger pour notre foi. 

    Maintenant, je reconnais que marcher à contre-courant n'est pas chose facile. Certains prennent une position neutre pour ne blesser personne, d'autres enseignent avec fermeté et même de l'agressivité, d'autres retournent au judaïsme. Tout cela reste secondaire. L'important est de permettre à ceux qui nous lisent de voir leur yeux s'ouvrir par l'Esprit de notre Dieu-Elohim afin qu'ils ne soient pas détournés de l'obéissance due à ses commandements.  

     

    Le refus de voir dans la pratique du shabbat un commandement qui nous concerne tous fait partie des grandes duperies du dieu de ce siécle. Il a séduit par un faux évangile beaucoup d'hommes qui ont été aveuglé par de faux enseignements.  

    Mon objectif n'est pas d'ajouter une couche aux nombreuses études qui existent sur le sujet mais de vous amener à une reflexion personnelle qui vous conduira à vous construire votre propre conviction et finalement vous conduire à l'obéissance de la foi ( romains 1 : 5 ) et cette foi justement procède de la loi et de la Parole de Dieu-Elohim. 

    Notre société marche à l'envers et rend difficile cette obéissance aux commandements d'Elohim et du sabbat.  

    On vous traitera de pharisiens, d'avoir un esprit sectaire, que vous voulez judaïser, de faire fi de la grâce, de revenir sous la loi et je ne sais quoi encore. Tout cela fait souvent polémique et divise et reste un faux débat, car aimer Dieu-Elohim c'est aimer ses commandements et les pratiquer. 

     

    1 Jean 5 1 Quiconque croit que Yeshoua Jésus est le Christ, est né de Dieu-Elohim, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui. 2 Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu-Elohim, lorsque nous aimons Dieu-Elohim, et que nous pratiquons ses commandements. 3 Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, 4 parce que tout ce qui est né de Dieu-Elohim triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. 6 Et l’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l’avez appris dès le commencement. 

     

    Il est important de s'en tenir aux paroles de Yeshoua quand on se réclame de lui et qu'on veut être son disciple. Voilà pourquoi j'ai pensé qu'il était bon avant de publier cet article sur le sabbat de reparler de la loi pour permettre à ceux qui me liront de bien appréhender le sujet traité. 

     

     Source: Dokimo de la Foi  

    Matthieu 5:18 Car je vous le dis en vérité, jusqu’à ce que le ciel et la terre aient passé, il ne passera pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre que tout ne soit accompli. 

     

    Luc 16 : 16 La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean; depuis lors, le royaume de Dieu-Elohim est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer. 17 Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber. ( Cela revient à dire que rien n'est plus incertain et dangereux de minimiser l'importance de la loi et du quatrième commadement relatif au sabbat. Ce commandement fait partie du décalogue et n'entre pas dans les lois cérémonielles et sociales.) 

     

    Esaïe 40:8 L’herbe sèche, la fleur tombe; Mais la parole de notre Dieu-Elohim subsiste éternellement. 

     

    1 Pierre 1:25 Mais la parole du Seigneur demeure éternellement. Et cette parole est celle qui vous a été annoncée par l’Evangile.( celle que Yeshoua est venu annoncer aux hommes de la part de son Père) 

     

    Luc 21:33 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. ( Celles que Yeshoua a annoncées qui sont bien celles de son Père qui est notre Dieu-Elohim) 

     

    Voici une longue liste de verset qui déclencheront en vous une saine reflexion. 

     

    Romains 2:12 Tous ceux qui auront péché sans la loi, périront aussi sans la loi ; et tous ceux qui auront péché, ayant la loi, seront jugés par la loi ; 13 Car ce ne sont pas les auditeurs de la loi, qui sont justes devant Dieu ; mais ce sont les observateurs de la loi, qui seront justifiés. 4 Or, quand les Gentils, qui n’ont point la loi, font naturellement les choses de la loi, n’ayant point la loi, ils se tiennent lieu de loi à eux–mêmes ; ...15 Ils font voir que ce qui est prescrit par la loi est écrit dans leurs cœurs : leur conscience leur rend témoignage, et leurs pensées les accusent ou les défendent ;... 17 Toi donc, qui portes le nom de Juif, et qui te reposes sur la loi, et qui te glorifies en Dieu-Elohim ;18 qui connais Sa volonté,( le respect du Shabbat ) et discernes ce qui y est contraire, étant instruit par la loi ;19 toi qui te flattes d’être le conducteur des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, 20 Le docteur des ignorants, le maître des simples, ayant dans la loi la règle de la science et de la vérité ; 21 toi donc, qui enseignes les autres, tu ne t’enseignes pas toi-même! Toi qui prêches de ne pas dérober, tu dérobes! 22 Toi qui dis de ne pas commettre d’adultère, tu commets l’adultère! Toi qui as en abomination les idoles, tu commets des sacrilèges! ( on pourrait y rajouter le Shabbat qu'en pensez-vous ? ) 23 Toi, qui te glorifies de la loi, tu déshonores Dieu-Elohim par la transgression de la loi !24 Car le nom de Dieu-Elohim est à cause de vous blasphémé parmi les païens, comme cela est écrit.( Exode 20:7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel ton Dieu en vain ; car l’Éternel ne tiendra point pour innocent celui qui aura pris son nom en vain.) 25 Il est vrai que la circoncision est utile, si tu observes la loi ; mais si tu es transgresseur de la loi, de circoncis tu deviens incirconcis. 26 Si donc l’incirconcis garde les commandements de la loi, ne sera–t–il pas réputé circoncis, quoiqu’il soit incirconcis ? 27 Et si l’incirconcis de naissance accomplit la loi, il te condamnera, toi qui, avec la lettre de la loi et la circoncision, es transgresseur de la loi. 

     

    Ce texte est très parlant surtout lorsqu'on se focalise sur le sujet du Shabbat. 

     

    Romains 3:19 Or, nous savons que tout ce que la loi dit, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde ( les observateurs et les non observateurs de la loi ) soit reconnu coupable devant Dieu-Elohim. 20 Parce que personne ne sera justifié devant Lui par les œuvres de la loi ; car c’est la loi qui donne la connaissance du péché. 21 Mais maintenant, la justice de Dieu-Elohim a été manifestée sans la loi ( en Christ par son sacrifice ), la loi et les prophètes Lui rendant témoignage ; 22 justice de Dieu par la foi en Yeshoua Ha-Mashiah (Jésus-Christ) pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. 23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu-Elohim; 24 et ils sont gratuitement justifiés par Sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Yeshoua Ha-Mashiah. 25 C’est lui que Dieu-Elohim a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer Sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, 26 de montrer Sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Yeshoua (Jésus). 27 Où est donc le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ? Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi ( Cette loi de la foi n'annhile pas la loi d'Elohim mais en procède .( la foi vient de ce qu'on entand de la Parole de Dieu-Elohim.) 28 Nous concluons donc que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi. 29 Ou bien Dieu-Elohim est-il seulement le Dieu-Elohim des Juifs? Ne l’est-il pas aussi des païens? Oui, il l’est aussi des païens, 30 puisqu’il y a un seul Dieu-Elohim, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis..31 Anéantissons–nous donc la loi par la foi ? Nullement ! Au contraire, nous établissons la loi. 

     

    Romains 4:13 En effet, la promesse d’avoir le monde pour héritage, n’a pas été faite à Abraham ou à sa postérité, par la loi, mais par la justice de la foi ; 4 Car si ceux qui sont de la loi sont les héritiers, la foi est anéantie, et la promesse est abolie.15 Car la loi produit la colère ; en effet, où il n’y a point de loi, il n’y a point de transgression.16 C’est donc par la foi que nous sommes héritiers, afin que ce soit par grâce, et que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est de la loi, mais aussi à celle qui est de la foi d’Abraham, ( rien ici la loi d'Elohim est abolie ses commandements sont éternels)  

     

    Romains 5:13 Car le péché a été dans le monde avant la loi ; mais le péché n’est point imputé, quand il n’y a point de loi...:20 Or, la loi est intervenue pour faire abonder le péché ; mais où le péché a abondé, la grâce a surabondé 

     

    Romains 6:14 Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes point sous la loi, mais sous la grâce.15 Quoi donc, pécherons–nous, parce que nous ne sommes point sous la loi, mais sous la grâce ? Nullement ! 

     

    Romains 7:1 Frères, ne savez–vous pas, (car je parle à des personnes qui connaissent la loi) que la loi n’a de pouvoir sur l’homme que pendant qu’il est en vie ? 2 En effet, la femme qui est mariée, est liée par la loi à son mari, tant qu’il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi du mari. 3 Si donc, durant la vie de son mari, elle épouse un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si son mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère, si elle épouse un autre homme. 4 Ainsi donc, vous aussi, mes frères, vous tes morts à la loi, par le corps de Christ, pour être à un autre, savoir, à celui ( Yeshoua- Ha-Mashiah qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu-Elohim. 5 Car lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés, excitées par la loi, agissaient dans nos membres, de manière à produire des fruits pour la mort. 6 Mais maintenant que nous sommes délivrés de la loi, ( de sa condamnation à cause de notre incapacité naturelle à nous y soumettre et à la pratiquer et non de désormais de son obéissance ) étant morts à celle sous laquelle nous étions retenus, nous servons Dieu-Elohim dans un esprit nouveau, et non selon la lettre, qui a vieilli. 7 Que dirons–nous donc ? La loi est–elle la cause du péché ? Nullement ! Au contraire, je n’ai connu le péché que par la loi ; car je n’eusse point connu la convoitise, si la loi n’eût dit : tu ne convoiteras point. 8 Mais le péché, prenant occasion du commandement, a produit en moi toute sorte de convoitises. Car sans la loi, le péché est mort... 12 Ainsi la loi est sainte, et le commandement est saint, juste et bon...14 En effet, nous savons que la loi est spirituelle ; mais moi je suis charnel, vendu au péché. ...16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne...22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu-Elohim, selon l’homme intérieur ; 23 Mais je vois une autre loi dans mes membres, qui combat contre la loi de mon esprit et qui me rend captif sous la loi du péché, qui est dans mes membres...25 Je rends grâces à Dieu-Elohim par Yeshoua-Ha-Mashiah Jésus–Christ notre Seigneur ! Je suis donc assujetti moi–même, par l’esprit, à la loi de Dieu-Elohim, mais par la chair, à la loi du péché. ( la loi est bonne si je suis animé par la chair je suis assujetti à la loi du péché en aucun cas la grâce me dispense d'obéir à la loi d'Elohim qui est bonne bien au contraire par l'Esprit elle me rend capable d'y obéir ) 

     

    Romains 8:2 Parce que la loi de l’Esprit de vie, qui est en Yeshoua Ha-Mashiah ( celle de Jésus–Christ), m’a affranchi de la loi du péché et de la mort ( Celle de Moïse). Pourquoi ? 3 Car ce qui était impossible à la loi, parce qu’elle était affaiblie par la chair, ( à cause de notre chair cette nature corrompue héritée d'Adam, nous rendait incapable de l'observer et de la mettre en pratique ) Dieu-Elohim l’a fait : envoyant son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché ; et pour le péché, il a condamné le péché dans la chair ; 4 Afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit...7 Parce que l’affection de la chair est inimitié contre Dieu-Elohim ; car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu ; et en effet, elle ne le peut. 

    (Si cette loi ne devait plus être observée, cela aurait été clairement était écrit, cela aurait été mentionné mais ce n'est pas le cas justement. Cette loi bonne et juste peut désormais trouver son accomplissement en Christ car il a condamné en la chair le péché qui nous empêchait de l'observer. Voilà pourquoi notre Père céleste a tout remis entre les mains de Son fils les clés de notre salut afin de nous rendre en lui observateur de Sa loi , donc de Ses commandements, de Ses ordonnances, de Ses instructions.)  

     

    Notre salut vient des Juifs, c'est d'eux que provient notre héritage spirituel. Ils sont nos racines. Cette loi doit devenir la nôtre si nous voulons être adoptés, être les héritiers de ces promesses et vivre dans l'esprit de l'alliance éternelle d'Elohim. 

     

    Romains 9:4 Qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, la gloire, les alliances, l’établissement de la loi, le service divin et les promesses ; 

     

    Il nous faut être attentif aux erreurs des israélites pour ne pas retomber dans leurs mêmes erreurs. Ils ont voulu accomplir leur propre justice par les œuvres de la loi, et n'y sont pas parvenus. Les païens quant à eux, qui ne cherchaient pas la justice de Dieu-Elohim, l' ont obtenue par la foi.  

    Israël,s'est heurté contre la pierre d’achoppement, au rocher de scandale de Sion et n'a pas reconnu celui qui lui avait été promis et n'a pas cru en son messie. 

    Avoir du zèle pour Dieu-Elohim ne suffit pas il faut avoir l'intelligence et la connaissance de la justice de Dieu-Elohim sans chercher à établir leur propre justice. Les israélites ne se sont pas soumis à la justice de Dieu-Elohim car il n'ont pas reconnu que Christ (Ha-Mashiah a accomplit cette loi pour notre justification, nous qui avons cru en lui. Il est la fin de la de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient. Il est la fin de la pratique des œuvres de la loi pour obtenir cette justice, mais en aucun annule cette loi. 

    Lorsque Paul rappelle comment Moïse définit cette justice qui vient de la loi: L’homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles. Paul explique comment parle la justice qui vient de la foi. C'est confesser Christ « en croyant du coeur qu’on parvient à la justice, et en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, » Voilà pourquoi il est écrit : « Quiconque croit en lui ne sera point confus. » 

     

    Romains 9:32 Pourquoi ? Parce qu’ils ne l’ont point cherchée par la foi, mais par les œuvres de la loi : en effet, ils se sont heurtés contre la pierre d’achoppement ; 

     

    Galates 3:10 Mais tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi, sont sous la malédiction, puisqu’il est écrit : Maudit est quiconque ne persévère pas à faire toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi ! 11 Et que nul ne soit justifié devant Dieu-Elohim par la loi, cela est évident ; parce que : le juste vivra par la foi. 12 Or, la loi ne justifie pas par la foi ; mais elle dit : L’homme qui aura fait ces choses, vivra par elles.( mais la foi sans les œuvres de la loi est morte) 13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, quand il a été fait malédiction pour nous ; (car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois). 

     

    Ne vous y trompez pas ! Cette loi est bonne elle est parfaite voit son accomplissement si nous sommes en Christ et si notre fois est agissante ( si nous pratiquons justement les œuvres de la loi) 

    Jacques 1:25 Mais celui qui aura plongé ses regards dans la loi parfaite, celle de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais pratiquant les œuvres,( il est évident qu'il s'agit là des œuvres de la loi ) celui–là sera heureux dans ce qu’il aura fait. 

    Romains 10:4 Car Christ est la fin de la loi ( Cette déclaration de Paul doit être comprise au travers de l'enseignement de Yeshoua qui n'a jamais aboli la loi mais qui l'a accomplie et qui nous a délivré de sa malédiction Comment donc devons-nous comprendre que « Christ est la fin de la loi ? » Christ n'est pas l'annulation de la loi mais la fin de la justification par les œuvres de la loi pour la justification de tout croyant. ( Christ devient notre justification. Dieu-Elohim nous voit juste en lui et non parce que nous aurions accompli les œuvres de la loi. Cela ne veut pas dire que nous n'avons plus à accomplir les œuvres de la loi et ses exigences ? Bien au contraire la loi de l'Esprit de vie en Christ Yeshoua nous rend capables de les accomplir en lui.) 5 En effet, Moïse décrit ainsi la justice qui vient de la loi : L’homme qui fera ces choses, vivra par elles ( les œuvres de la loi ). 

    Romains 13:8 Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres, a accompli la loi. ( il la pratique)...10 L’amour ne fait point de mal au prochain ; l’amour est donc l’accomplissement de la loi. 

    Comme sous la loi et comme sans loi :  

    1 Corinthiens 9:20 J’ai été comme Juif avec les Juifs, afin de gagner les Juifs ; comme sous la loi avec ceux qui sont sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi ;21 Comme sans loi, avec ceux qui sont sans loi (quoique je ne sois point sans loi à l’égard de Dieu-Elohim, puisque je suis sous la loi de Christ, être sous la loi de Christ c'est être sous la loi de celui qui accomplit la loi d'Elohim. Je peux donc que la tenir comme valable ) , afin de gagner ceux qui sont sans loi. 

     

    Galates 2:16 Sachant que l’homme est justifié non par les œuvres de la loi, mais par la foi en Yeshoua-Ha-Mashiah (Jésus–Christ), nous avons nous–mêmes cru en Yeshoua-Ha-Mashiah Jésus–Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ, et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi...19 Car je suis mort à la loi par la loi même, afin de vivre pour Dieu-Elohim...21 Je n’anéantis point la grâce de Dieu-Elohim ; car si la justice vient de la loi, Christ est donc mort en vain. 

     

    Galates 3:2 Je veux savoir de vous cette seule chose : Avez–vous reçu l’Esprit par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? 

    Galates 3:5 Celui donc qui vous communique l’Esprit, et qui fait des miracles parmi vous, le fait–il par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? 

     

    Galates 3:17 Voici donc ce que je dis : Quant au contrat que Dieu-Elohim a auparavant confirmé en Christ, la loi, qui n’est venue que quatre cent trente ans après, n’a pu l’annuler, pour abolir la promesse. 18 Car, si l’héritage vient de la loi, ce n’est plus de la promesse. Or, Dieu-Elohim l’a donné gratuitement à Abraham par la promesse. 19 A quoi donc sert la loi ? Elle a été ajoutée à la promesse à cause des transgressions, jusqu’à la venue de la postérité à qui la promesse avait été faite ; et elle fut donnée par le moyen des anges, et par l’entremise d’un médiateur. 

    ...21 La loi est–elle donc contraire aux promesses de Dieu-Elohim ? Nullement ; car s’il eût été donné une loi qui pût donner la vie, la justice viendrait véritablement de la loi. 

    ...23 Or, avant que la foi vînt, nous étions renfermés sous la garde de la loi, pour la foi qui devait être révélée. 24 De sorte que la loi a été notre conducteur pour nous mener à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. 

     

    Galates 4:4 Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu-Elohim a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, 5 afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. 

    ...21 Dites–moi, vous qui voulez être sous la loi, n’entendez–vous point la loi ? 

     

    Galates 5:3 Et je proteste encore à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est obligé d’observer toute la loi. 4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui vous justifiez par la loi, vous êtes déchus de la grâce...14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, en celle–ci : Tu aimeras ton prochain comme toi–même. 

    ...18 Que si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi.( mais vous devez faire les œuvres de la loi si vous avez reçu l'Esprit ) 

    22 Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; 23 La loi n’est point contre ces choses. 

     

    Galates 6:2 Portez les fardeaux les uns des autres, et accomplissez ainsi la loi de Christ. 

    ...13 Car les circoncis eux–mêmes ne gardent point la loi ; mais ils veulent que vous soyez circoncis, afin de se glorifier dans la chair. 

     

    Philippiens 3:5 Moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu, né d’Hébreux ; quant à la loi, Pharisien ; 6 Quant au zèle, persécuteur de l’Église ; quant à la justice selon la loi, irréprochable...9 Et que je sois trouvé en lui, ayant, non point ma justice, celle qui vient de la loi, mais celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice de Dieu-Elohim par la foi ; 

     

    1 Timothée 1:7 Prétendant être docteurs de la loi, quoiqu’ils n’entendent ni ce qu’ils disent, ni ce qu’ils donnent comme certain. 8 Or, nous savons que la loi est bonne pour celui qui en fait un usage légitime, 9 Et qui sait que la loi a été établie, non pas pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, pour les impies et les pécheurs, pour les gens sans religion et les profanes, pour les meurtriers de père et de mère, et les homicides, 

     

    Tite 3:9 Mais évite les questions folles, les généalogies, les contestations et les disputes touchant la loi ; car elles sont inutiles et vaines. 

     

    Hébreux 7:11 Si donc la perfection s’était trouvée dans le sacerdoce lévitique (car c’est à celui–ci que se rapporte la loi donnée au peuple), qu’était–il encore besoin qu’il s’élevât un autre Sacrificateur, selon l’ordre de Melchisédec, et non selon l’ordre d’Aaron ? 

     

    ...19 (Car la loi n’a rien amené à la perfection) mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu-Elohim, a été mise à sa place. 

    ...28 Car la loi institue souverains sacrificateurs des hommes soumis à l’infirmité ; mais la parole du serment qui a suivi la loi, institue le Fils, qui a été rendu parfait pour l’éternité. 

     

    Jacques 1:25 Mais celui qui aura plongé ses regards dans la loi parfaite, celle de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais pratiquant les œuvres,( il est évident qu'il s'agit là des œuvres de la loi ) celui–là sera heureux dans ce qu’il aura fait. 

     

    Jacques 2:8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi–même, vous faites bien ; 9 Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, étant convaincus par la loi d’être des transgresseurs. 10 Car, quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à pécher dans un seul point, devient coupable de tous. 11 En effet, celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d’adultère, mais que tu tues, tu es transgresseur de la loi. 12 Ainsi, parlez et agissez comme devant être jugés par la loi de la liberté. 

     

    Jacques 4:11 Frères, ne médisez point les uns des autres. Celui qui médit d’un frère, et qui condamne son frère, médit de la loi, et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es point observateur, mais juge de la loi. ( juge de Celui qui l'a donnée) 

     

    1 Jean 3:4 Quiconque pèche, transgresse aussi la loi ; car le péché est une transgression de la loi. 

     

    Désolé pour cette longue sélection de versets relative à la loi. Je vous souhaite une bonne lecture de l'étude ci-après. 

    Nicolas

    ÉTUDE de François GENSALE 

     

    L’esprit de Marcion exerce toujours une influence sur l’Eglise d'aujourd’hui. Marcion était cet enseignant chrétien qui, dès le 2e s., avança que l’AT était mauvais et que les chrétiens ne devaient pas lui obéir, au profit du NT exclusivement.

     

    En effet, les chrétiens font souvent l’erreur de penser que, si ce qui est écrit dans l’AT n’est pas répété dans le NT, ce n'est plus à observer.

     

    C’est une grave erreur ! Une grave erreur car le NT suggère l’inverse !

     

    Suivons l’exemple des Béréens :

     

    « Aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Lorsqu’ils furent arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs. Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. » 

     

    Les Béréens sont acclamés dans le NT car ils vérifiaient dans l’Ecriture si ce que Paul leur disait était vrai. Dans le contexte d'alors, il s'agissait de l’AT. ( Là aussi nous soulignons l'erreur de l'Eglise d'avoir voulu faire cette séparation entre l'AT et le NT. )

     

    Cela signifie que rien de ce qui est écrit dans le NT ne peut contredire l’AT.

     

    Mais malheureusement, les chrétiens ne semblent pas faire toujours de même, ils ne voient pas une injonction claire dans le NT selon laquelle il faille observer le Shabbat et ils concluent, dès lors, qu’il est aboli !

    Voyons ce que dit l’AT concernant la Torah et le Shabbat :

     

    « La même loi existera pour l’indigène comme pour l’étranger en séjour au milieu de vous. » Exode 12 :49 

     

    « Vous observerez donc mes lois et mes ordonnances, et vous ne commettrez aucune de ces abominations, ni l’indigène, ni l’étranger qui séjourne au milieu de vous. » Lév 18 :26 

     

    « Vous aurez la même loi, l’étranger comme l’indigène; car je suis l’Eternel, votre Dieu-Elohim. »Lév 24 :22 

     

    « Il y aura une même loi parmi vous, pour l’étranger comme pour l’indigène. » Nomb 9 :14 

     

    « Il y aura une seule loi pour toute l’assemblée, pour vous et pour l’étranger en séjour au milieu de vous; ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants: il en sera de l’étranger comme de vous, devant l’Eternel. Il y aura une seule loi et une seule ordonnance pour vous et pour l’étranger en séjour parmi vous. » Nombres. 15 :15-16 

    Devant Dieu-Elohim, il n’y a pas une loi pour les Juifs et une loi pour les Gentils, il n’y a qu’une seule loi divine, que tout le monde, Juifs comme Gentils, doit observer.

     

    « Souviens-toi du jour du Shabbat, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du Shabbat de l’Eternel, ton Dieu-Elohim: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. » Exode 20 :10 

     

    « Et les étrangers qui s’attacheront à l’Eternel pour le servir, pour aimer le nom de l’Eternel, pour être ses serviteurs, tous ceux qui garderont le Shabbat, pour ne point le profaner, et qui persévéreront dans mon alliance, je les amènerai sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel; car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. » Isaïe 56 :6-7 

     

    Le Shabbat est le jour consacré par Dieu-Elohim. Ce jour doit être respecté par les Juifs aussi bien que par les Gentils.

     

    « Les enfants d’Israël observeront le Shabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle. » Exode 31 :16 

     

    Selon Dieu-Elohim, le jour du Shabbat ne sera jamais aboli, car c’est une alliance perpétuelle, c’est-à-dire éternelle, qui durera toujours. Les chrétiens disent que le Shabbat est aujourd’hui aboli et ne doit pas être observé!

     

    Pourtant Yeshoua a bien dit qu’aucun commandement de la Torah n’est aboli par sa venue. Aucun commandement, ni même une seule lettre: cela inclut le commandement du Shabbat.

     

    « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » Matth. 5 :17-19 

     

    Si dans l’AT, Dieu-Elohim ordonne que tous ceux qui s’attachent à Lui, Juifs ou Gentils, doivent observer le Shabbat, et que dans le NT, Yeshoua nous dit que tous les commandements de l’AT restent en vigueur après sa venue, il n'est pas besoin de répéter le commandement du Shabbat une deuxième fois. Cette seule phrase suffit amplement. Il faut être sourd pour ne pas comprendre.

    Tous ceux qui disent que le Shabbat est aboli traitent alors Yeshoua le Messie de menteur.

     

    Selon Yeshoua, aucun commandement de la Torah, y compris le Shabbat, ne sera aboli tant que le ciel et la terre ne soient pas passés.

     

    Le ciel et la terre sont-ils passés ? Non ! Alors comment les chrétiens enseignent-ils que le Shabbat est aboli ?!

     

    Comment les chrétiens peuvent-ils mettre en doute même les paroles de celui qu’ils appellent leur Seigneur et Sauveur ? Il y a bien quelqu’un qui se trompe, ou c’est Yeshoua ou les chrétiens.

     

    En Matthieu 24 : 20, Yeshoua demande à ses disciples : « Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. »

     

    Demande étrange si son intention était que le Shabbat ne devait plus être observé par ses disciples ?

    Au retour de Yeshoua, le Shabbat sera toujours observé :

     

    « A chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, Toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Éternel. » Isaïe 66 :23 

     

    Yeshoua n’est-il pas le maître du Shabbat ?

    « Car le Fils de l’homme est maître du sabbat. » Matthieu 12 :8 

     

    Yeshoua est le maître du Shabbat, et pas du dimanche. Le maître du dimanche, c’est le dieu du soleil de l’ancien paganisme.

     

    Revenons au concile d’Actes 15 qui est grandement mal interprété par les chrétiens :

     

    « C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu-Elohim, mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité, des animaux étouffés et du sang. Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de Shabbat dans les synagogues. » Actes 15 :19-21 

     

    Selon l’apôtre Jacques, les païens qui se convertissent ne sont pas censés en rester éternellement à ces 4 petits commandements. Ces 4 commandements doivent leur servir seulement de point de départ après leur conversion, et ensuite ils doivent étudier le reste de la Torah en allant chaque Shabbat à la synagogue, pour y apprendre petit à petit les autres commandements.

     

    Il dit bien le Shabbat à la synagogue et non le dimanche à l’église, où on n’y enseigne même pas la Loi, bien au contraire.

    Les apôtres ne sont que des hommes, ils n’ont pas l’autorité pour abolir les commandements divins, et Yeshoua ne l’a pas fait lui-même comme il le dit en Matth. 5 : 17-19.

     

    Les apôtres n’ont rien inventé de nouveau, en fait, en prenant cette décision en Actes 15. Ils ne pouvaient pas, du jour au lendemain, imposer tous les commandements y compris la circoncision à des nouveaux convertis au risque de les décourager ou de les effrayer comme certains disciples voulaient le faire. Leur décision est donc très pragmatique.

     

    Mais les chrétiens profitent de ce passage de l’Écriture pour en tordre le sens et se débarrasser de la Loi divine ! Du reste, la plupart des chrétiens n’observent même pas ces 4 petits commandements. Cela montre que cela pourrait bien être de la mauvaise foi et cela sans jeu de mots.

     

    Le dimanche était-il un jour important pour les premiers disciples ? Pas du tout !

     

    En Marc 16 :9, il est écrit que Yeshoua ressuscita le 1er jour de la semaine.

     

    Pourquoi ? Est-ce parce que ce jour devait maintenant prendre la place du Shabbat ? Pas du tout ! Yeshoua est ressuscité le lendemain du Shabbat après la Pâque biblique. Ce jour, qui est un dimanche dans le compte essénien, est le jour de la fête biblique de Yom Habikourim : la fête des prémices. (Nota: en fait ce jour de la résurrection est le samedi soir à la rupture du shabbat, dans notre calendrier)

     

    « Parle aux enfants d’Israël et tu leur diras: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe,prémices de votre moisson. Il agitera de côté et d’autre la gerbe devant l’Éternel, afin qu’elle soit agréée: le sacrificateur l’agitera de côté et d’autre, le lendemain du sabbat. »Lév 23 :10 

     

    La résurrection de Yeshoua a lieu ce jour pour accomplir cette fête de l’Éternel, et non pas pour honorer le dimanche. C’est pour ça que Paul dit :

    « Mais maintenant, le Messie est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. » 1 Cor 15 :20 

     

    En Actes 2 : 1, le Saint Esprit descendit sur les apôtres le jour de la Pentecôte qui était également un dimanche. Pourquoi ? La fête de Shavou’ot (Pentecôte), a lieu 50 jours après la Pâque. Ces 50 jours sont comptés à partir de Yom Habikourim.

     

    « Depuis le lendemain du sabbat, du jour où vous apporterez la gerbe pour être agitée de côté et d’autre, vous compterez sept semaines entières. Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat; et vous ferez à l’Éternel une offrande nouvelle. » Lév 23 :15-16 

     

    En Actes 20 :7, il est écrit que les disciples étaient réunis le 1er jour de la semaine. Pourquoi ?

     

    En fait, il n’est pas écrit premier jour de la semaine dans le texte grec, mais « en mia sabbaton », littéralement « pendant un des shabbats ».

     

    Que signifie « pendant un des Shabbats » ?

     

    Nous avons dit, précédemment, que la fête de Shavou’ot consistait à compter 50 jours, soit 7 Shabbat, entre la Pâque et la Pentecôte. La Pâque a lieu vers Actes 12 : 4,

     

    « Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. »

    et la Pentecôte a lieu après Actes 20 :16,

     

    « Paul avait résolu de passer devant Éphèse sans s’y arrêter, afin de ne pas perdre de temps en Asie; car il se hâtait pour se trouver, si cela lui était possible, à Jérusalem le jour de la Pentecôte. »

     

    Donc, en Actes 20 : 7, les disciples sont réunis lors d’un des 7 Shabbats qui séparent la Pâque de la Pentecôte ! Loin d’abandonner la Torah, et de remplacer le Shabbat par le dimanche, les disciples observent scrupuleusement le moindre détail de la Torah !

     

    Les versets 7 et 8 d’Actes 20, nous disent que la cérémonie du Shabbat s’est prolongée jusqu’à minuit ce soir-là et que le lieu où ils se trouvaient était rempli de lampes.

     

    Ceci correspond à la cérémonie de la havdalah qui est pratiquée pour séparer le Shabbat des jours profanes de la semaine, et pendant laquelle chaque participant allumait une lampe, au premier siècle.

     

    Versets utilisés contre l'observation du Shabbat. 

     

    Ces 2 passages du NT sont souvent utilisés par les chrétiens contre le Shabbat : Gal. 4 :9-11 et Col. 2 :16-17.

     

    Le sens de ces versets est tordu par les chrétiens pour leur faire dire le contraire de ce qu’ils disent en réalité.

     

    La première erreur des chrétiens est d’affirmer que les individus qui persécutent les disciples Colossiens et Galates sont des Juifs rabbiniques qui tentent de les convaincre d’observer les commandements de la Torah.

     

    Comme on va le voir, c’est exactement le contraire !

     

    La première chose à faire, donc, est d’identifier ces individus qui contrarient les disciples. Il y a quelques indices dans ces lettres de Paul qui vont nous permettre de les identifier aisément.

     

    Tout d’abord, Col. 2 :18 nous dit ceci à propos de ces individus :

     

    « Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles… » 

     

    Ces individus pratiquent un culte des anges qui est un culte païen et non juif.

     

    À propos de ce culte païen, Paul le surnomme « rudiments du monde » en Col. 2 : 20-22,

     

    « Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes: Ne prends pas! Ne goûte pas! Ne touche pas! Préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes? » 

     

    L’expression « rudiments du monde » signifie « éléments ou substances qui appartiennent au monde », c’est-à-dire « un culte charnel », l’opposé de ce qui provient du monde spirituel. Paul nous dit que ce culte provient de la doctrine des hommes et non de Dieu-Elohim.

     

    Cette même expression revient dans Gal. 4 : 8-11,

     

    « Autrefois, ne connaissant pas Dieu-Elohim, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature; mais à présent que vous avez connu Dieu-Elohim, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu-Elohim, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous. » 

     

    Dans ce texte, Paul dit aux Galates qu’avant leur conversion, ils rendaient un culte à de faux dieux, et maintenant qu’ils sont convertis, Paul les invite à ne pas retourner dans leur ancien culte païen idolâtre. Ce culte païen idolâtre, Paul le surnomme également « rudiments ».

     

    Donc, nous pouvons aisément conclure que les individus qui contrarient les disciples Colossiens et Galates sont les mêmes, et que ce sont des païens pratiquant l’idolâtrie, et tentant de convaincre les Colossiens et les Galates de revenir à leur ancien culte païen.

     

    Paul dit ensuite aux Galates, qui sont déjà revenus dans leur ancien culte païen, qu’ils observent « les jours, les mois, les temps et les années ».

     

    Selon les chrétiens, ces jours sont les jours sacrés de la Torah. Mais nous venons de voir que dans le contexte, ces jours sont ceux de l’ancien culte païen que pratiquaient les Colossiens et les Galates. Une preuve supplémentaire de cela ?

     

    L’expression « observer les temps » que cite Paul dans ce verset, est une expression qui provient de la Torah. En Deut. 18 :10-11 et 18, il est écrit,

     

    « Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. » 

     

    « Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l’Éternel, ton Dieu-Elohim, ne le permet pas. » 

     

    Le mot hébreu traduit, ici, par « astrologue » est « anan » qui selon le dictionnaire Strong de la Bible Online signifie « observer les temps, pratiquer le spiritisme ». D’ailleurs, l’excellente traduction anglaise King James traduit ce mot par « observer of times », « observateur des temps ».

     

    “There shall not be found among you any one who maketh his son or his daughter to pass through the fire, or who useth divination, or an observer of times (observateur des temps), or an enchanter, or a witch, or a charmer, or a consulter with familiar spirits, or a wizard, or a necromancer.” King James

     

    L’observation des temps est, donc, une pratique païenne d’astrologie interdite par Dieu-Elohim dans la Torah, et vers laquelle les Galates retournent après l’avoir abandonnée lors de leur conversion.

     

    Loin de remettre en cause le Shabbat, ces passages du NT montrent que les disciples d’origine païenne abandonnaient leurs pratiques païennes et observaient la Torah après leur conversion !

     

    Que faire maintenant des versets de Col. 2 :16-17 qui selon les chrétiens, enseignent de ne pas observer le Shabbat, les nouvelles lunes, et les interdits alimentaires ?

     

    Voyons ce passage :

     

    « Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. » 

     

    J’ai déjà démontré que les individus, de qui parle Paul, sont des païens idolâtres qui cherchent à convaincre les Colossiens et les Galates d’abandonner la Torah et de retourner dans le paganisme. Ici, Paul dit aux Colossiens de ne pas se laisser juger par ces personnes idolâtres au sujet des commandements de Dieu-Elohim. Ensuite, Paul semble dire que ces commandements divins étaient l’ombre des choses à venir, donc qu’ils ne seraient plus en vigueur aujourd’hui.

     

    Premier problème :

     

    Louis Segond est le seul traducteur à traduire cet auxiliaire "être" au passé ! Les autres traducteurs de la Bible le traduisent au présent, car il est bien conjugué au présent de l’indicatif dans le texte grec ! C’est donc une grave erreur de traduction !

     

    Darby traduit : « …qui sont une ombre des choses à venir… »

     

    Martin traduit : « ….Lesquelles choses sont l’ombre de celles qui étaient à venir… »

     

    King James: « which are a shadow of things to come… » (‘are’ est au présent en Anglais)

     

    Donc, Paul dit que ces commandements divins sont toujours, aujourd’hui, une ombre ou une image des choses qui viendront dans le futur. Il faudrait donc comprendre que ces commandements sont toujours en vigueur.

     

    Deuxième problème :

     

    L'auxiliaire "être" dans le dernier verset a été ajouté par les traducteurs: il n’existe pas dans le texte grec !

     

    « …mais le corps est en Christ. »

     

    Le texte grec dit « …mais le corps du Christ. » Le mot « est » a été ajouté par les traducteurs. Pourquoi les traducteurs ont-ils ajouté ce verbe ? Ils l’ont ajouté car cette phrase en français n’aurait pas de sens. Mais en ajoutant cet auxiliaire être à cet endroit, les traducteurs donnent à cette phrase le sens que les commandements de Dieu-Elohim seraient insignifiants, sans substance, sans force concrète par rapport au Messie qui lui, à l’opposé serait fort et concret. C’est-à-dire que les traducteurs mettent délibérément en opposition les commandements de Dieu-Elohim avec le Messie. C’est l’un ou l’autre, mais pas les deux en même temps. Comme je vais vous le montrer, cette erreur de traduction donne à la phrase le sens opposé à son véritable sens.

     

    Ce n’est pas le seul verset où les traducteurs ajoutent des mots inexistants dans le texte grec pour donner un sens à la phrase en français. Exemple avec ce verset :

     

    « Car ce n’est rien que d’être circoncis ou incirconcis; ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature. » Gal. 6 :15 

     

    Dans ce verset, les mots « ce qui est quelque chose » n’existent pas dans le texte grec, et ont été ajoutés par le traducteur. D’ailleurs, Darby traduit littéralement ce verset:

     

    « Car ni la circoncision, ni l’incirconcision ne sont rien, mais une nouvelle création. »Darby 

     

    Segond a ajouté ces mots pour donner du sens à la phrase. Dans cette phrase, nous avons deux parties mises en opposition : d’un côté, il y a la circoncision et l’incirconcision, et de l’autre côté il y a une nouvelle création. Ces 2 parties sont mises en opposition et comparées entre elles.

     

    Si dans la première partie, la circoncision et l’incirconcision ne sont rien, alors dans la seconde partie, la nouvelle création est quelque chose. Donc, Segond a ajouté, dans la deuxième partie, les mots « ce qui est quelque chose» pour clarifier le sens de cette phrase.

     

    Voici un autre verset pour comprendre :

     

    « La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu-Elohim est tout. » 1 Cor. 7 :19 

     

    Même chose, Segond ajoute les mots « est tout » dans la deuxième partie de phrase, alors qu’ils sont inexistants dans le texte grec. Darby traduit une nouvelle fois littéralement :

     

    « La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu-Elohim. » Darby 

     

    Dans la première partie, la circoncision et l’incirconcision ne sont rien, donc dans la deuxième partie, l’observation des commandements de Dieu-Elohim est tout. Et donc, Segond ajoute les mots « est tout » pour clarifier le sens du verset en français.

     

    Revenons maintenant à nos versets de Col. 2 :16-17 corrigés :

     

    « Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’est l’ombre des choses à venir, mais le corps du Christ. » 

     

    Ce passage se présente comme les 2 versets que je viens de donner en exemple. Il y a 2 parties mises en opposition et comparées entre elles. Mais ces deux parties ne sont pas les commandements de Dieu-Elohim et le Messie, comme les traducteurs veulent nous le faire croire, mais, plutôt, les païens idolâtres et les disciples. En effet, Paul met en opposition « que personne donc ne vous juge » avec « mais le corps du Christ ». Ces personnes, qu’il ne faut pas laisser nous juger, sont des païens idolâtres comme je l’ai déjà démontré. Donc, en opposition aux païens idolâtres, le « corps du Christ » signifierait «l’assemblée des disciples ». Est-ce le cas ? Oui ! Pourquoi ? Car dans cette lettre aux Colossiens, Paul utilise l’expression le « corps » comme synonyme de l’assemblée des disciples plus de 4 fois !

     

    « Il est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. » Col. 1 :18 

     

    « Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Église. » Col. 1 :24 

     

    « sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu-Elohim donne. » Col. 2 :19 

     

    « Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants. » Col. 3 :15 

     

    Donc, dans ce verset 17, Paul utilise encore une 5ème fois l’expression « le corps du Christ » comme synonyme pour « l’assemblée des disciples », ou de « l’Église » comme diraient les chrétiens.

     

    Donc, les mots que les traducteurs auraient dû ajouter, pour clarifier le sens de la phrase en français, sont « mais le corps du Christ est le seul qui puisse nous juger ».

     

    Donc, le véritable sens de ce passage entier est :

     

    « Ne laissez pas ces païens idolâtres vous juger au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête de l’Éternel, d’une nouvelle lune, ou des Shabbats: car ces commandements sont importants, ils sont l’image du Royaume messianique futur, mais que seule l’assemblée des disciples puissent vous juger sur ces choses. » 

     

    Bien loin d’abolir le Shabbat, ces versets de Paul démontrent que les païens qui se convertissent doivent abandonner leurs pratiques païennes et s’attacher aux commandements de Dieu-Elohim !

     

    Mais qui a des oreilles pour entendre ?

     

    Conclusion 

     

    Les chrétiens, aujourd’hui, pourraient bien être comme les pharisiens que fustigeait Yeshoua dans les évangiles : ils transgressent le commandement de Dieu-Elohim - le Shabbat-, au profit de leur tradition d’hommes –le dimanche.

     

    Car c’est l’Église catholique qui a remplacé le Shabbat biblique par le dimanche. Le dimanche était le jour du soleil qui était adoré dans l’empire romain.

     

    Dieu-Elohim est jaloux pour Sa parole.

     

    On ne se moque pas de la Parole de Dieu-Elohim comme ça. Il est temps d’en finir avec cet esprit de paganisme qui ronge l’Église chrétienne et de revenir à l’obéissance à toute la Parole de Dieu-Elohim.

     

    Comment observer le Shabbat selon la Bible par François Gensale

     

     

    1. - Ne pas travailler le jour du Shabbat :

     

    « Vous observerez le sabbat, car il sera pour vous une chose sainte. Celui qui le profanera, sera puni De mort; celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple. On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort. »Ex 31 :14-15 

     

    La profanation volontaire du Shabbat conduit à la mort. Le Shabbat n’est donc pas un petit commandement qui peut être remis en cause sans conséquences devant Dieu-Elohim.

     

    2. - Le Shabbat est consacré à rechercher l’instruction auprès d’hommes de Dieu-Elohim :

     

    « Elle appela son mari, et dit: Envoie-moi, je te prie, un des serviteurs et une des ânesses; je veux aller en hâte vers l’homme de Dieu-Elohim, et je reviendrai. Et il dit: Pourquoi veux-tu aller aujourd’hui vers lui? Ce n’est ni nouvelle lune ni sabbat. Elle répondit: Tout va bien. » 2 Rois 4 :22-23 

     

    3. - Obligation de se réunir en assemblée solennelle le Shabbat pour sanctifier ce jour :

     

    « On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos: il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage: c’est le sabbat de l’Éternel, dans toutes vos demeures. » Lév 23 :3 

     

    4. - Ne pas cuire ou cuisiner le Shabbat. Les repas du Shabbat sont préparés et cuits la veille :

     

    « Et Moïse leur dit: C’est ce que l’Éternel a ordonné. Demain est le jour du repos, le sabbat consacré à l’Éternel; faites cuire ce que vous avez à faire cuire, faites bouillir ce que vous avez à faire bouillir, et mettez en réserve jusqu’au matin tout ce qui restera. »Exode 16 :23 

     

    5. - Ne pas allumer un nouveau feu le Shabbat. Ce qui exclut la cuisson des aliments :

     

    « Vous n’allumerez point de feu, dans aucune de vos demeures, le jour du sabbat. » Ex 35 :3 

     

    6. - Le Shabbat doit être observé aussi bien par les Juifs que par les Gentils, par nos employés, et même par nos animaux :

     

    « Souviens-toi du jour du Shabbat, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du Shabbat de l’Éternel, ton Dieu-Elohim: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. » Exode 20 :10 

     

    7. - Ne pas acheter ou vendre le jour du Shabbat :

     

    « Nous promîmes de ne pas donner nos filles aux peuples du pays et de ne pas prendre leurs filles pour nos fils; de ne rien acheter, le jour du sabbat et les jours de fête, des peuples du pays qui apporteraient à vendre, le jour du sabbat, des marchandises ou denrées quelconques; et de faire relâche la septième année, en n’exigeant le paiement d’aucune dette. » Néhém 10 :30-31 

     

    « A cette époque, je vis en Juda des hommes fouler au pressoir pendant le sabbat, rentrer des gerbes, charger sur des ânes même du vin, des raisins et des figues, et toutes sortes de choses, et les amener à Jérusalem le jour du sabbat; et je leur donnai des avertissements le jour où ils vendaient leurs denrées. Il y avait aussi des Tyriens, établis à Jérusalem, qui apportaient du poisson et toutes sortes de marchandises, et qui les vendaient aux fils de Juda le jour du sabbat et dans Jérusalem. Je fis des réprimandes aux grands de Juda, et je leur dis: Que signifie cette mauvaise action que vous faites, en profanant le jour du sabbat? N’est-ce pas ainsi qu’ont agi vos pères, et n’est-ce pas à cause de cela que notre Dieu-Elohim a fait venir tous ces malheurs sur nous et sur cette ville? Et vous, vous attirez de nouveau sa colère contre Israël, en profanant le sabbat! Puis j’ordonnai qu’on fermât les portes de Jérusalem avant le sabbat, dès qu’elles seraient dans l’ombre, et qu’on ne les ouvrît qu’après le sabbat. Et je plaçai quelques-uns de mes serviteurs aux portes, pour empêcher l’entrée des fardeaux le jour du sabbat. Alors les marchands et les vendeurs de toutes sortes de choses passèrent une ou deux fois la nuit hors de Jérusalem. Je les avertis, en leur disant: Pourquoi passez-vous la nuit devant la muraille? Si vous le faites encore, je mettrai la main sur vous. Dès ce moment, ils ne vinrent plus pendant le sabbat. » Néhém 13 : 15-21 

     

    « Vous dites: Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, Afin que nous vendions du blé? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers? Nous diminuerons l’épha, nous augmenterons le prix, Nous falsifierons les balances pour tromper; » Amos 8 :5 

     

    8. - Ne pas transporter de fardeaux le jour du Shabbat :

     

    « Ainsi parle l’Éternel: Prenez garde à vos âmes; Ne portez point de fardeau le jour du sabbat, Et n’en introduisez point par les portes de Jérusalem. Ne sortez de vos maisons aucun fardeau le jour du sabbat, Et ne faites aucun ouvrage; Mais sanctifiez le jour du sabbat, comme je l’ai ordonné à vos pères. » Jér 17 :21-22 

     

    9. - Le jour du Shabbat est consacré à faire la volonté de Dieu-Elohim, et non la nôtre, ce qui implique de pratiquer des actes de charité comme nous l’a montré Yeshoua HaMashiach dans les évangiles :

     

    « Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, si tu fais du sabbat tes délices, pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, en ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel, et je te ferai monter sur les hauteurs du pays, je te ferai jouir de l’héritage de Jacob, ton père; car la bouche de l’Éternel a parlé. » Isaïe 58 :13-14 

     

     

    Source: Blog de Michèle D'Astier de la Vigerie

     

    Synthèse des 10 commandements 

     

    Les dix commandements occupent une place centrale dans l'ancien testament. Ils résument la loi de Dieu-Elohim. Ils sont donnés in extenso à deux reprises: en Exode 20 et Deutéronome 5
    Les prophètes ont sans cesse appelé le peuple juif à revenir à ces commandements.

    Jésus a commenté, à la manière d'un rabbin juif, les 10 commandements (évangile selon Matthieu chapitre 5). Les dix commandements sont cités à de nombreuses reprises dans le Nouveau Testament ce qui montre bien qu'ils gardent toute leur actualité pour nous.

    Les 4 premiers commandements sont relatifs à notre relation à Dieu-Elohim. 

    Les 6 suivants à notre relation au prochain. 

    Yeshoua, interrogé par un rabbin sur ce qu'il pensait être le plus important commandement de la loi, lui répond:

    Tu aimeras le Seigneur ton Dieu-Elohim... Voici le premier et grand commandement.

    Et le second lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi même.

    Ce premier grand commandement résume les 4 premiers commandements (1ère table de la loi relative aux devoirs envers Dieu-Elohim), le second quant à lui résume les 6 suivants (2è table de la loi relative aux devoirs envers le prochain).

    L'amour ne commet pas de tort et va plus loin que l'interdit (le commandement).

    Première table de la loi relative à Dieu-Elohim 

    1. Tu n'auras pas d'autre dieu que moi.
    2. Tu ne te feras pas d'idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras pas devant de telles idoles et tu ne leur rendras pas de culte, car moi, l'Éternel, ton Dieu-Elohim, je suis un Dieu-Elohim qui ne tolère aucun rival : je punis les fils pour la faute de leur père, jusqu'à la troisième, voire la quatrième génération de ceux qui me haïssent. Mais j'agis avec amour jusqu'à la millième génération envers ceux qui m'aiment et qui obéissent à mes commandements.
    3. Tu n'utiliseras pas le nom de l'Éternel ton Dieu-Elohim pour tromper (ou de manière abusive), car l'Éternel ne laisse pas impuni celui qui utilise son nom pour tromper.
    4. Pense à observer le jour du repos (ou sabbat) et fais-en un jour consacré à l'Éternel. Tu travailleras six jours pour faire tout ce que tu as à faire. Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l'Éternel, ton Dieu-Elohim ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui réside chez toi ; car en six jours, l'Éternel a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve, mais le septième jour, il s'est reposé. C'est pourquoi l'Éternel a béni le jour du sabbat et en a fait un jour qui lui est consacré.  

    Seconde table de la loi relative au prochain 

    1. Honore ton père et ta mère afin de jouir d'une longue vie dans le pays que l'Éternel ton Dieu-Elohim te donne
    2. Tu ne commettras pas de meurtre
    3. Tu ne commettras pas d'adultère
    4. Tu ne commettras pas de vol
    5. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain
    6. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain, tu ne convoiteras ni sa femme, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui lui appartienne.

     Source: Dokimo de la Foi 

     

  • Par Phare Ouest Casher dans Shabbat (13) le 6 Juillet 2012

     

    Le Shabbat ? Faut pas chercher à comprendre, c'est une "histoire d'Amour" !

    " Le mélange de loi et de grâce, constituant, à ce titre, une cause de déchéance de la grâce, pour les auteurs de frelatage."... m'a dit un contradicteur.

     Mais il parle évidemment, sans le savoir, des "lois cérémonielles", pas du Décalogue (en hébreu: עֲשֶׂרֶת הַדְּבָרִים) - littéralement les dix paroles ou "Essré haDevarim"), ni des autres "instructions"... sinon il fait Dieu et Yeshoua menteurs.

     Il devrait savoir que "nomos" (loi) a été utilisé aussi bien pour Mizvots
    (règles, instructions) que pour Essré haDevarim (10 Commandements ou "instructions") ou pour Tanakh ("les Ecritures") dans les écrits de la B'rit Hadashah (ou "nouveau testament" comme disent les religieux).

     "Nomos" a même été utilisé pour les "lois romaines" que subissaient nos frères du premier siècle (et que nous subissons toujours d'ailleurs).

     Quant à "la grâce", elle est effectivement une "réalité totale, etc" pour "l'année de grâce" et afin de mettre la Loi en pratique de façon "non pénible", mais "la Loi" (perpétuelle) restera en vigueur pendant le Millénium, lorsque Satan sera enchaîné et que le Seigneur "paîtra les nations avec une verge de fer" en compagnie de Ses élus (ceux qui se seront sanctifiés en mettant cette Loi en pratique par grâce et par la Foi).

     C'est "la bonne nouvelle du Royaume de Dieu", celle qui n'est quasiment plus prêchée à cause "d'autres évangiles" (2 Cor 11:4) à géométrie variable.

     PS: L'usage du grec (donc de "nomos" pour toutes les formes de lois) semble bien avoir été laissé tel quel pour les religieux qui ont "l'esprit grec" ou "la pensée grecque" afin que, comme pour les paraboles, ils soient confondus.

      "C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent." (Mat 13:13)

      Et oui, c'est une "histoire d'Amour (agapê !)" pour ceux qui ont "l'Amour-agapê de la Vérité pour être sauvés" (2 Th 2:10)

     JYH  http://jyhamon.eklablog.com

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • LA SAINTE VOCATION DU SHABBAT

    1. Un jour de repos pour l'homme. L'homme se repose à l'image du Créateur. Comme Il s'est Lui-même reposé. Exode 16:23-29

     2. Le Shabbat un Commandement des lois morales, appelées les 10 paroles (Commandements) . Les 10 paroles ont pour rôle de nous sanctifier dans toutes les dimensions de la vie. 
    Exode 20:8-11 (Jean 17:17)

    3. Le Shabbat est un signe entre le Créateur et Son peuple. Ainsi ceux qui le pratiquent, témoignent à tous qu'ils croient au Très haut le Créateur mais aussi Celui qui délivre. Et ils sont des témoignages vivants.

    Exode 35:3
    Lo-tévaarou ésh békhol moshevotékhem béyom Shabbat.

    Ne pas allumer le feu de....

    -Pas de feu de colère, haine, soucis etc...
    -Mais la paix (Shabbat shalom Philippiens 4:7, Jean 14:27)
    -Un jour de joie, un jour de fête et de reconnaissance au Très-Haut. 

    4. Le Shabbat est une préfiguration du règne Messianique ou du Shabbat à venir :
    -Le modèle de la paix qui régnera sur la terre aux temps Messianique. 

    5. Le Shabbat n'est pas seulement la fin de la semaine. Il est le symbole de la fin d'une chose, d'un travail, d'un fardeau (...) pour recommencer à la Vie par et au travers de Yeshua dans :

    *La sainte Lumière 
    *La force, la puissance, la réussite et la victoire 
    *La joie et la paix 
    *La gloire 
    *La bénédiction 
    *La miséricorde 
    *L'élévation et la supériorité 
    *et l'adoration sainte

    6. C'est le jour où le Père avait agréé le sacrifice de Son Fils. Et nous sommes réconciliés avec Lui pour la paix (Shalom)  Shabbat shalom. Romains 5:10-11

    7. C'est aussi un temps ou un moment où le Père nous donne l'occasion de pouvoir entrer encore plus dans la connaissance de la vérité et la Grâce de Notre Sauveur Yeshua. 2 Pierre 3:18 

    Note :
    -Faire le Shabbat pour respecter une règle traditionnelle n'a pas beaucoup de sens, ni beaucoup de profondeur (la religiosité) 

    -À l'inverse, entrer et vivre le Shabbat de tout son coeur comme le Père l'a voulu, c'est commencer à comprendre de plus en plus la signification profonde de ce jour.  C'est aussi commencer à tourner le dos à l'orient (est ou soleil levant) en destination du saint des saints (Le Très-Haut) qui est à l'occident. 

    -Alors si nous avons cette conscience de Shabbat et nous voulons honorer le Créateur, nous devons être dans la semaine dans l'attente de ce rendez-vous avec Lui, avec Son Fils et avec Son RouaH ha Qodesh (le Saint-Esprit) .

    Source: http://www.les-messagers.net/news/la-sainte-vocation-du-shabbat/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Par Ruth:


    Voici ici un sujet qui met en lumière des citations historiques qui prouvent que les Nazaréens célébraient le Shabbat, les Fêtes d'Elohim, mangeaient kasher...  Il faut bien sûr tenir compte que bien souvent ceux qui écrivaient à leur sujet étaient leur détracteurs et pouvaient donc déformer ce qu'ils croyaient vraiment.

    Tout d'abord il nous faut faire une étude éthymologique historique.

    Les premiers gens que l'on a nommé Chrétiens se nommaient Nazaréens de l'Hebreu Netsarim car ils étaient convertis à Yéhoshoua-Jésus Le Netsar-Rejeton cité dans Esaïe, le Nazaréen. Ils se nommaient aussi les suiveurs de La Voie.

    Ne pas confondre avec le terme Naziréen.

    Le Nazaréen désigne aussi une personne qui vient de Nazareth.

    נצר Netsar signifie REJETON donc ce terme concernant Yéhoshoua désigne son statut prophétique annoncé.

    Esaïe 11:1
    "Or, un rameau sortira de la souche de Yessé,
    UN REJETON וְנֵצֶר (Netzar) poussera de ses racines."


    Yéhoshoua n'était donc pas "Naziréen" mais "Nazaréen" plus exactement "Netsari".

    Yéhoshoua buvait du vin, ce que les "Nazireens" ne pouvaient pas faire durant leur voeu de "Nazir". Voir la Torah des Nombres.

    "Nazireen" vient du mot différent נזיר Nazir, qui signifie "consacré" ou "séparé"



    les ennemis de l'Apôtre Paul disaient de lui :

    Actes 24:5
    Nous avons trouvé cet homme, qui est une peste, qui excite des divisions parmi tous les Juifs du monde, qui est chef de la SECTE DES NAZAREENS



    Tout ceci rappelé, un autre fait doit être rappelé qui est que contrairement à ce que l'on pourrait croire, après Constantin et son établisement du Christianisme adapté au culte romain, la persécution n'était pas menée contre ceux qui disaient croire en Jésus, mais contre les croyants en Yéhoshoua qui PRATIQUAIENT La Torah en gardant Ses Commandements.



    Quelle était la foi des Nazaréens l'étiquette qui était reconnu être celle de Paul ?


    Au 4ème siècle Jérôme se réfère également aux Nazaréens comme ceux

    "... qui acceptent le Messie de telle manière qu'ils ne cessent d'observer l'ancienne loi."



    -citation de Jérôme, sur Esaïe 8:14 concernant la naissance virginale

    "Ils (Nazaréens) croient que le Messie, le Fils de Dieu, est né de la Vierge Marie."




    -citation de Jérôme, Lettre 75 à Augustin concernant Jésus comme Fils de Dieu.

    "Matthieu, également appelé Lévi, apôtre et ancien publicain, a composé un évangile de Jésus-Christ dans un premier temps publié en Judée, en hébreu pour le bien de ceux de la circoncision qui croyaient, mais fut ensuite traduit en grec dont l'auteur est incertain. L'hébreu lui-même a été conservé jusqu'à nos jours à la bibliothèque de Césarée, dont le Pamphlet est recueilli avec tant de diligence. J'ai également eu l'occasion d'avoir le volume qui m'a été décrit par les Nazaréens de Bérée, une ville de la Syrie, qui l'utilisent. En cela, il est à noter que, partout où l'évangéliste, que ce soit sur son propre compte ou en la personne de notre Seigneur, le Sauveur cite le témoignage de l'Ancien Testament, il ne suit pas l'autorité des traducteurs de la Septante, mais l'hébreu.(...)"




    -citation de Jérôme dans La vie des hommes Illustrius Ch.3

    "Ils (Nazaréens) n'ont pas d'idées différentes, mais confessent exactement comme la Loi le proclame et à la façon juive - à l'exception de leur croyance dans le Christ... Car ils reconnaissent à la fois la résurrection des morts et la création divine de toutes choses, et déclarent que Dieu est UN, et que son Fils Est Jésus-Christ."



    -citation d'Épiphane de Salamine, dans Panarion 29.7.2

    "Adhérant à la circoncision et la loi de Moïse:
    Ils (Nazaréens) sont en désaccord avec les Juifs parce qu'ils en sont venus à la foi en Christ, mais comme ils sont encore entravées par la loi - la circoncision, le sabbat, et le reste - ils ne sont pas en accord avec les chrétiens."




    -citation d'Épiphane de Salamine dans Panarion 29.7.4

    "Ils (Nazaréens) utilisent non seulement le Nouveau Testament, mais l'Ancien Testament ainsi, comme le font les Juifs."




    -citation d'Épiphane de Salamine, Panarion 29.7.2

    "Ils ont l'Evangile selon saint Matthieu dans son intégralité en hébreu. Car il est clair qu'ils le conservent encore dans l'alphabet hébreu, comme il a été écrit à l'origine."



    -citation d'Épiphane de Salamine, Panarion 29.9.4

    "Et il [Heggesippus le Nazaréen] cite quelques passages de l'Evangile selon les Hébreux et du syriaque [l'araméen], et quelques détails de la langue hébraïque, en montrant qu'il était un converti Hébreu, et il mentionne d'autres questions empruntée à la tradition orale des Juifs."





    L'évidence du Shabbat pour les églises anciennes.


    citation dans (Dr. Peter Heylyn History of the Sabbath, Londres 1636, Partie 2, para. 5, pp. 73-74)

    C'était généralement la pratique des Églises d'Orient; et quelques églises de l'Ouest... Car dans l'Église de Millaine [Milan]; ... il semble que le samedi a été hautement estimé ... Pas que les Églises de l'Est ou toute autre de celles qui ont observé ce jour n'aient été inclinés au Judaïsme; mais ils se sont réunis ensemble le jour du Sabbat pour adorer Iesus [Jésus] Christ, le Seigneur du Sabbat.




    citation dans (Apollinaris Sidonii Epistolæ, lib. 1,2; Migne, 57)

    "C'est un fait que c'était autrefois la tradition à l'Est d'observer le Sabbat comme le jour du Seigneur et de tenir des assemblées sacrées : tandis que, d'autre part, les gens de l'Ouest, en se disputant au sujet du jour du Seigneur, ont négligé la célébration du Sabbat."



    Les Églises observant le Sabbat en Perse ont subi quarante ans de persécution sous Shapur II, de 335 à 375 spécifiquement, parce qu'ils observaient le Sabbat.



    citation d'un païen contre les Chrétiens dans (O'Leary The Syriac Church and Fathers, pp. 83-84, citation de Truth Triumphant p. 170)

    "Ils méprisent notre dieu-soleil. zoroastre, le saint fondateur de nos croyances divines, n'a-t-il pas institué le dimanche il y a mille ans en honneur du soleil et remplacé le Sabbat de l'Ancien Testament? Pourtant, ces Chrétiens ont des services religieux le samedi."



    citation de l'historien Socrate dans (Socrates, Ecclesiastical History, Livre 5, Ch. 22, p. 289)

    "Car bien que presque toutes les Églises dans le monde entier célèbrent les mystères sacrés (...) à chaque Sabbat hebdomadaire, les Chrétiens d'Alexandrie et de Rome, à cause d'une certaine tradition ancienne, refusent cependant de le faire"



    Augustin de Hippo, un homme de stricte observance du  dimanche, a certifié que le Sabbat a été observé dans la plus grande partie du monde Chrétien (Nicene and Post-Nicene Fathers (NPNF), la Première Série, Vol. 1, pp. 353-354) et a déploré le fait que dans deux Églises voisines en Afrique, une observait le Sabbat du septième jour, tandis que l'autre jeûnait ce jour-là (Peter Heylyn, op. cit., p. 416).



    citation dans (Antiquities of the Christian Church, Vol. II, Livre xx, Ch. 3, Section 1, 66. 1137,1136)

    "Les anciens Chrétiens étaient très prudents dans l'observance du samedi ou du septième jour... Il est clair que toutes les églises Orientales et la plus grande partie du monde, ont observé le Sabbat comme une fête... "



    Les Églises du Sabbat ont été établies en Perse et dans le bassin du Tigre-Euphrate. Ils ont observé le Sabbat et  payé les dîmes à leurs Églises (Realencyclopæie fur Protestantishe und Kirche, art. Nestorianer; voir aussi Yule The Book of Ser Marco Polo, Vol. 2, p. 409). Les Chrétiens de St-Thomas en Inde n'ont jamais été en communion avec Rome.

    Ils observaient le Sabbat, comme ceux qui se sont dissociés de Rome après le Concile de Chalcedon, à savoir les Abyssiniens, les Jacobites, les Maronites, les Arméniens et les Kurdes, qui observaient les lois de l'alimentation et niaient la confession et le purgatoire (Schaff-Herzog The New Encyclopædia of Religious Knowledge, art. Nestorians and Nestorianer ci-dessus).



    Il y a peu de doute que les Sabbatati qui désignaient ceux qui observaient le sabbat, dont faisaient partie les Vaudois étaient importants en Bohême, même en 1500.

    citation dans (The Literature of the Sabbath Question de R. Cox, Vol. II, pp. 201-202; cité de nouveau dans Truth Triumphant, p. 264).

    "Erasmus témoigne que même aux environs de 1500, ces Bohémiens ont, non seulement, observé le septième jour scrupuleusement, mais ils ont aussi été appelés Sabbatariens"




    La citation de R. Cox dans (Literature of the Sabbath Question du Dr. R. Cox, Vol. II, pp. 201-202)

    "Je constate d'un passage dans Erasmus qu'au début de la période de la Réformation quand il a écrit, il y avait des Sabbatariens en Bohême qui ont non seulement observé le septième jour, mais il a été dit qu'ils étaient ... scrupuleux dans le repos pendant ce jour-là"



    Armitage et Cox (ibid) notent une existence des Bohémiens Sabbatati bien établie en 1310.

    citation dans (A History of the Baptists d'Armitage, p. 318; et aussi R. Cox, ibid.).

    "En 1310, deux cents ans avant les thèses de Luther, les frères Bohémiens constituaient le quart de la population de la Bohême et ils étaient en contact avec les Waldenses qui abondaient en Autriche, en Lombardie, en Bohême, dans le nord de l'Allemagne, en Thuringie, à Brabdenburg et en Moravie. Erasmus a fait remarquer comment les Waldenses de Bohême observaient  strictement le Sabbat du septième jour"



    En Moravie, quelques observateurs du Sabbat ont été dirigés par le comte Zinzendorf en 1738 quand il a écrit d'observer le Sabbat.

    citation dans (Budingache Sammlung, Leipzig, 1742,  Section 8, p. 224)

    "...j'ai utilisé le Sabbat pour le repos depuis plusieurs  années déjà et notre dimanche pour la proclamation de l'évangile"



    À l'époque, Kohn a admis qu'il est peu probable que la plupart rejoignent les Juifs
    citation dans (c. 1894)


    "Le plus grand groupe de personnes observant le Sabbat aujourd'hui en Transylvanie - et ils sont des milliers - sont situés dans les secteurs d'Oluj et Sibiu. L'évêque de Cluj - la deuxième plus grande ville de la Roumanie - observe le Sabbat.

    Ces gens étaient présents en Trans-Carpathia et en Roumanie jusqu'à ce siècle, quand ils ont été sous la domination communiste et ont émergé récemment comme deux groupes distincts observant le Sabbat, dont un observe tous les autres aspects, comme ils ont fait des siècles auparavant. Par conséquent, l'Église Européenne, qui pourrait peut-être être dénommée l'ère de Thyatire, vit toujours, comme Christ leur a promis dans Apocalypse  2:25-26."





    Le suivi des fêtes de La Torah

    Aux pages 62-67 de l'œuvre de Kohn, (pp. 54ff. de la traduction) l'Ancien Recueil de chants du Sabbat (Old Sabbath Songbook) est discuté. Le livre de cantiques a été écrit en Hongrois et seulement huit cantiques montrent le nom de l'auteur dans un acrostiche. Il y avait Eossi, Enok Alvinczi, Janos Bokenyi, Thomas et Simon Pankotai Pechi.

    Le Vieux Livre de Cantiques Sabbatarien, celui-ci contient au total une centaine et deux hymnes de dévotion pour des occasions diverses, parmi lesquelles pas moins de 44 sont pour le Sabbat. En plus, il y a cinq cantiques pour la Tête du Mois, 11 pour la Fête de la Pâque [et Pains sans Levain], 6 pour la Fête des Semaines, 6 pour la Fête des Tabernacles, 3 pour la fête du Nouvel An, 1 pour la Fête (sic) des Expiations, 26 pour les différentes occasions de la vie quotidienne (Kohn, tr. p. 55).

    Il n'y a donc aucun doute que l'Église a observé les Sabbats et les Têtes des Mois et les Jours Saints, dans cet ordre d'importance. Le Jour des Trompettes n'est pas répertorié étant donné qu’il était couvert par les hymnes pour les Têtes des Mois qui ont eu la priorité. Ainsi, dans les premiers stades, ils n’ont pas observé Rosh Hashana. La Fête de la Tête des Mois répertoriée dans la séquence par Kohn est considérée comme s'appliquant au Nouvel An réel en Abib. Sa relocalisation à la position des Trompettes (aussi le Rosh Hashanah observé plus tard) est considérée comme une innovation tardive Judaïsante.



    citation de l'historien Catholique Bellesheim dans (History of the Catholic Church in Scotland, Vol. 1, p 86) le Sabbat en Écosse.

    "Nous semblons voir ici une allusion à la tradition observée dans la première Église monastique d'Irlande, d'observer le jour du repos le samedi ou le Sabbat."




    citation de James C. Moffatt dans (The Church in Scotland, p. 140)

    "Il semble avoir été usuel dans les églises celtiques des premiers temps, en Irlande aussi bien qu'en Écosse, d'observer samedi, le Sabbat juif, comme un jour de repos du travail. Ils ont obéi au quatrième commandement littéralement le septième jour de la semaine."



    citation de Flick dans (The Rise of the Mediæval Church, p. 237)

    "Les Celtes ont utilisé une Bible latine différente du Vulgate (R.C) et observé le samedi comme un jour de repos, avec des services religieux spéciaux le dimanche."



    En Écosse, jusqu'au dixième et onzième siècle

    citation dans (A History of Scotland from the Roman Occupation d'Andrew Lang, Vol. I, p. 96; voir aussi Celtic Scotland, Vol. 2, p. 350)


    "Ils ont travaillé le dimanche mais observé le samedi d'une manière Sabbatique... Ces choses, Margaret les a supprimées."



    Les Écossais ont observé le Sabbat jusqu'à l'époque de la reine Margaret, selon Turgot

    citation dans (Life of Saint Margaret, p. 49)

    "C'était une autre de leur tradition de négliger la révérence due au jour du Seigneur, en se consacrant à toute sorte d'affaires temporelles, ce jour-là, comme ils faisaient les autres jours. Que cela était contraire à la loi, elle (la reine Margaret) leur a prouvé aussi bien par la raison que par l'autorité. 'Vénérons le jour du Seigneur,' a-t-elle dit, 'à cause de la résurrection de notre Seigneur, qui est arrivé ce jour-là et ne faisons plus des travaux serviles, ce jour-là; en nous rappelant qu'en ce jour, nous avons été rachetés de l'esclavage du diable. Le pape béni Grégoire affirme de même."



    Skene commente aussi sur la reine Margaret et ses activités contre l'observance du Sabbat en Écosse :

    citation dans (Celtic Scotland, Vol. 2, p. 349)

    "Son point suivant était qu'ils ne révéraient pas dûment le jour du Seigneur mais, dans ce dernier cas, ils semblaient avoir suivi une tradition dont nous trouvons des traces dans la première Église d'Irlande, selon laquelle ils considéraient le samedi comme étant le Sabbat pendant lequel ils se reposaient de tous leurs travaux."



    citation de Lewis dans (Celtic Scotland, Vol. 2, p. 349)

    "Il y a beaucoup de preuves que le Sabbat a prévalu au Pays de Galles universellement jusqu'en 1115 AD, quand le premier évêque romain a été assis à St-David. Les vieilles églises galloises observant le Sabbat n'ont pas alors toutes ensemble plié le genou à Rome, mais se sont enfuies dans leurs cachettes."



    L'observance du Sabbat a connu un renouveau pendant l'Ère Élisabéthaine.

    citation dans (Chambers Cyclopædia, article Sabbath, Vol. 8, 1837, p. 498; citation embrouillée)

    "Dans le règne d'Élisabeth, il est venu à l'esprit de plusieurs penseurs consciencieux et indépendants (comme précédemment avec certains protestants en Bohême) que le quatrième commandement exigait d'eux l'observance, pas du premier, mais du 'septième' jour de la semaine spécifié"




    La persécution contre ceux qui gardaient le Shabbat

    L'Église Abyssinienne a continué à observé le Sabbat et, en Éthiopie, les Jésuites ont essayé de forcer  les Abyssiniens à accepter le Catholicisme Romain. Le légat Abyssinien à la cour de Lisbonne a nié qu'ils observaient le Sabbat pour imiter les Juifs mais, plutôt, par obéissance à Christ et aux Apôtres (Geddes Church History of Ethiopia, pp. 87-88). Les Jésuites ont influencé le roi Zadenghel en lui proposant de se soumettre à la Papauté en 1604 et d'interdire l'adoration le jour du Sabbat sous des peines sévères (Geddes, ibid., p. 311 et aussi Decline and Fall of the Roman Empire de Gibbons , Ch. 47).



    citation dans (Mansi, 13, 851)

    "Nous commandons à tous les Chrétiens d'observer le jour du Seigneur qui doit l'être non en l'honneur du Sabbat passé, mais à cause de cette nuit sainte du  premier jour de la semaine appelé le jour du Seigneur. En parlant de ce Sabbat que les Juifs observent, le dernier jour de la semaine et que nos paysans observent..."



    L'observance du Sabbat existait à Rome sous Grégoire I (590-604).
    Grégoire a écrit contre la pratique.

    citation dans (Ep. 1, Nicene and Post-Nicene Fathers (NPNF), Deuxième Série, Vol. XIII, p. 13)(Epistles, b. 13:1).

    "Grégoire, évêque par la grâce de Dieu à ses fils bien-aimés, les citoyens romains : Il est venu à mon attention que certains hommes d'esprit pervers ont disséminé parmi vous des choses dépravées et opposées à la foi Sainte, de sorte qu'ils interdisent de faire quoi que ce soit le jour du Sabbat. Comment devrais-je les appeler sauf les prédicateurs d'Antéchrist"



    citations dans (Héfèle 5, 931,962).

    "Canon 3 - Les lords des zones différentes feront diligemment fouiller les villas, les maisons et les bois et détruiront les places où les hérétiques se cachent.

    Canon 14 - Les laïcs ne doivent pas être autorisés à posséder les livres de l'Ancien ou du Nouveau Testament "




    Le Sabbatarianisme avait pénétré en Russie avant la Réformation et il a été condamné à un Concile de Moscou en 1503.


    citation dans (H. Sternberg Geschichte der Juden [in Polen], Leipsig, 1873, pp. 117-122).

    "Les accusés [qui observent le Sabbat] ont été convoqués; ils ont ouvertement reconnu la nouvelle [sic] foi et ils l'ont défendu. Les plus éminents parmi eux, le secrétaire d'État, Kuritzyn, Ivan Maximow, Kassian, archimandrite du Monastère [Enterre ?] de Novgorod, ont été condamnés à mort et brûlés publiquement dans des cages à Moscou : le 19 décembre 1503 "



    citation de Sternberd dans (Geschicte der Juden in Polen de Sternberg, p. 124).

    "Mais la majorité s'est déplacée en Crimée et dans le Caucase où ils restent fidèles à leur doctrine malgré la persécution jusqu'à présent. Les gens les appellent Subotniki ou Sabbatariens"



    citation dans (Refutation of Sabbath de Wolfgang Capito, 1599).

    "Les Sabbatariens enseignent que le Sabbat extérieur, c'est-à-dire samedi, doit toujours être observé. Ils disent que dimanche est l'invention du pape"




    Le Sabbatarianisme avait été persécuté en Norvège, depuis au moins le Concile de l'Église à Bergen, le 22 août 1435 et la conférence à Oslo en 1436. Les gens  avaient commencé à sanctifier le Sabbat à différents endroits du royaume et l'archevêque l'a interdit en raison du fait que :

    citation dans (The History of the Norwegian Church under Catholicism de R. Keyser, Vol II, Oslo, 1858, p. 488).

    "Il est strictement interdit - il est déclaré - dans la Loi de l'Église, à quiconque d'observer ou d'adopter des jours saints, à l'extérieur de ceux que le pape, l'archevêque ou les évêques prescrivent"



    Au Concile Provincial Catholique de Bergen en 1435, il a été aussi dit :

    citation dans (Dip. Norveg., 7, 397)

    "Nous sommes informés que certaines personnes, dans  différentes zones du royaume, ont adopté et ont observé le samedi.

    Il est interdit sévèrement - dans le saint canon de l'église - [pour] quiconque sans exception d'observer des jours sauf ceux que le saint pape, l'archevêque ou les évêques commandent. L'observance du samedi ne doit, en aucun cas, être permise au-delà de ce que le canon de l'église commande. Par conséquent, nous conseillons tous les amis de Dieu partout dans toute la Norvège qui veulent être obéissants envers la sainte église d'abandonner ce mal de l'observance du samedi; pour ce qui est du  repos, nous interdisons, sous peine d'une punition sévère de l'église, de sanctifier le samedi"




    Après les croisades et malgré l'Inquisition, le sabbat était toujours suivit par certains.

    citation dans (History of the Christian Church, Vol. II, pp. 71-72, troisième édition, Londres, 1818).

    "Louis XII, roi de France (1498-1515), étant informé par les ennemis des Waldenses, qui peuplent une partie de la province de Provence, que plusieurs crimes atroces leur ont été attribués, a envoyé le maître des Demandes et un certain docteur de la Sorbonne, pour faire enquête sur cette question. À leur retour, ils ont rapporté qu'ils avaient visité toutes les paroisses, mais qu'ils ne pouvaient pas découvrir de traces de ces crimes dont ils ont été accusés. Au contraire, ils ont observé le jour du Sabbat et les ordonnances du baptême, conformément à l'église primitive et instruit leurs enfants dans les articles de la foi Chrétienne et les commandements de Dieu. Le roi, ayant entendu le rapport de ses commissaires, a dit avec un serment qu'ils étaient de meilleurs hommes que lui ou son peuple"


    et il y a beaucoup d'autres sources et citations qui démontrent que les églises issus de la Foi Israélite croyant en Yéhoshoua nommées à l'origine Nazaréens, avaient compris la centralité du Shabbat et de l'observance des Commandements d'Elohim dans le culte devant être rendu à l'Elohim Vivant et donc à Yéhoshoua.

    Ils avaient en mémoire concernant le Shabbat ce qu'Elohim leur disait :

    Torah-Exode 31:13
    Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur : Vous ne manquerez pas d'observer mes sabbats, car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, UN SIGNE auquel on connaîtra que je suis YHWH qui vous sanctifie.

    Torah-Exode 31:17
    Ce sera entre moi et les enfants d'Israël UN SIGNE qui devra durer à perpétuité ; car en six jours YHWH a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son oeuvre et il s'est reposé.


    certains d'entre eux qui croyaient en Yéhoshoua sont allés jusqu'à la mort pour suivre le Shabbat et les Commandements de notre Elohim.

    Sanctifions le Shabbat et les Fêtes de notre Elohim et suivons Ses Commandements par La Foi en Yéhoshoua notre Seigneur et Sauveur.

    Source: http://messianique.forumpro.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique