• Israël et le destin surnaturel du peuple Juif

     

    La preuve ultime de l’existence et de la vérité du Dieu de la Bible

    Sommaire

    Avant-Propos

    I. Un peuple marqué du sceau divin

    II. Le rejet d’Israël, sa dispersion dans tous les pays du monde entier et son retour en Israël

    III. Concernant les terres d’Israël

    IV. Les villes seront habitées comme autrefois

    V. Retour à L’Évangile – une présentation puissante de l’Évangile par un disciple anonyme du 2ème siècle ap. J.-C

     

     

    Avant-Propos

     Ce montage vidéo démontrera à lui seul et de manière définitive la toute puissance et la complète véracité du Dieu de la Bible. Après une telle vidéo, chaque personne deviendra consciente que toute tentative visant à discréditer ou à prendre à la légère la parole éternelle du Dieu de la Bible est dangereuse et ne pourra se solder que par un échec menant à une ruine certaine. Ne soyez pas de cela ! Par expérience, énormément de personnes pourront vous témoigner que les apparentes contradiction ou erreur dans la Bible sont finalement du à une carence de notre part, carence tirant son origine dans une mauvaise compréhension ou interprétation des écritures, un article est d’ailleurs prévu à ce sujet. Quoiqu’il en soit et bien heureusement, le message central, vital et capital que Dieu veut communiquer à chacun, a savoir le message de l’Evangile, est d’une clarté et d’une simplicité incroyable et évangélique, c’est le cas de le dire ! Aucune confusion n’est possible à ce sujet.

    Pour le chercheur honnête, les 58 minutes que dure la vidéo lui permettront de trouver une démonstration fiable et solide de la puissance illimité de Dieu mais aussi de l’authenticité et de la fiabilité absolue de la Bible.

    Peu importe les discours haineux et parfois antisémites de ceux qui sont animés par la haine et dont le voile recouvrant l’entendement les plonge dans les épaisses ténèbres des critiques et du jugement selon les apparences envers ce peuple. Jésus ne dira-t-il pas justement à ces gens là : « Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’oeil de ton frère. » ? La Bible ne dira-t-elle pas en définitive pour ces personnes là : « Celui qui bénira Israël sera béni , Celui qui maudira Israël sera maudit » (Nombres 23). Au contraire, à toute personne souhaitant servir le bien, Dieu dira « Demandez la paix de Jérusalem. » Psaume 122. Oui Israël n’est surement pas exemplaire à bien des niveaux mais, c’est envers toute âme vivante que Dieu nous ordonne de faire le bien et non le mal, de bénir et non de maudire, de surmonter le mal par le bien et de laisser le véritable jugement à Dieu seul car Dieu le dit : « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit : A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur ». Quand à ceux, et ils sont nombreux, croyant naïvement que le retour des juifs sur leur terre a pour origine le sionisme, qui serait un projet politique humain visant à rétablir Israël sur ses terres en dépit de la volonté de Dieu, qu’il regarde avec attention les prophéties de cette vidéo et l’analyse de cet article afin de sortir au plus vite de cet orgueilleux égarement qui ne pourra que les conduire à une ruine soudaine et sans remède. Non, Dieu accomplira avec certitude ses promesses envers son peuple car Dieu n’est pas un homme pour violer l’alliance éternelle qu’il a établit avec les juifs « car Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel ». Romains 11.29

    Pour tous ceux ayant eu l’occasion de visionner la vidéo « Le sceau de Dieu dans la Bible par l’extraordinaire réalisation des prophéties« , il apparait très nettement que la Bible regorge de trésors de prophéties inouïes accomplies sous nos yeux et pourtant annoncées il y a bien des millénaires. Si beaucoup de monde demeuraient ignorant de ces preuves tangibles et ahurissantes manifestant la toute puissance et l’omniscience du seul Dieu vivant et vrai, il devient aujourd’hui difficile de passer à côté et cela pour une double raison : 1) Dieu se révèle toujours plus fortement dans cette période de la fin des temps ce qui correspond encore une fois à une prophétie annoncée par le prophète Daniel affirmant que « dans la fin des temps, la connaissance augmentera » (Daniel 12.4). 2). La séduction, le mal et l’immoralité augmentant comme jamais, il est bon de constater que la révélation de Dieu va également en s’accroissant afin qu’un maximum, en plaçant leur foi en Jésus, puisse sauver leur âme du jugement et de la colère de Dieu à venir. Ainsi, de telles prophéties véritables et visibles par chacun manifesteront clairement ceux qui ont l’amour de la vérité et ceux qui ne l’ont pas. Alors, cette parole d’Apocalypse 22.11 s’accompliera avec toujours plus de profondeur : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. »

    Dieu a absolument tout fait pour que chacun ait accès à son message. A ce sujet, si vous ne connaissez pas l’Evangile, allez donc visiter la rubrique : Découvrez la bonne nouvelle.

    I. Un peuple marqué du sceau divin

    Revenons à Israël. Lorsque Frédéric Legrand, roi de Prusse, a demandé à son général Zieten (qui était chrétien) de lui prouver en deux mots l’authenticité de la Bible, celui-ci lui a répondu : « les juifs, sire ! ». Il faisait allusion à la dispersion et la pérennité des juifs sur tous les continents. On raconte aussi que Napoléon demandait un jour à l’archevêque de Milan le plus bref argument en faveur de la religion révélée. Celui-ci se contenta de pointer du doigt le maréchal Masséna – un juif.

    En effet, cette pérennité, malgré toutes les flambées d’antisémitisme et tous les pogroms dont les juifs furent l’objet au cours des siècles, est un vrai miracle. De toutes les nations qui entouraient la Judée, les juifs sont les seules qui ont conservé leur identité. Si des Italiens, des Espagnoles ou des français émigrent en Amérique, après deux ou trois générations, ils seront des Américains, souvent sans autre trace de leurs origines que leur nom. Les juifs peuvent s’être établis depuis plusieurs générations en Australie, au Brésil, au Japon, beaucoup d’entre eux sont toujours des juifs ayant gardé leurs caractéristiques ethniques et souvent religieuses. C’est sans doute à cela que le général Zieten faisait allusion, mais il ne pouvait pas savoir qu’un jour, l’autre prophétie les concernant, celle qui annonçait leur retour dans le pays promis, se réaliserait à son tour. Notre génération en a été témoin. Cette survie extraordinaire du peuple d’Israël a été prédit par les écritures : « ainsi parle l’Éternel, qui établit le soleil pour éclairer le jour, la lune et les étoiles pour éclairer la nuit, qui brasse la mer et fait mugir ses flots, Lui dont le nom est l’Éternel des armées célestes. Si ces lois venaient à faillir devant moi, dit l’Éternel, alors la race d’Israël cesserait aussi d’être une nation devant moi pour toujours » Jérémie 31 ;35-36

    Pascale Blaise avait déjà été frappé par la pérennité de ce peuple : « ce peuple n’est pas seulement considérable par son antiquité, mais encore singulier en sa durée, qui a toujours continué depuis son origine jusqu’à maintenant. Alors que des grands peuples tels la Grèce et l’Italie, la Lacédémone, Athènes, Rome et les autres sont venus si longtemps après et ont péri, ceux-ci subsistent toujours malgré les entreprises de tant de puissants rois qui ont cent fois essayé de les faire périr, comme leurs historiens le témoignent, et comme il est aisé de le juger par l’ordre naturel des choses pendant un si long espace d’années. Ils ont toujours été conservés, néanmoins cette conservation a été prédite. Et, s’étendant depuis les premiers temps jusqu’au dernier, leur histoire enferme dans sa durée celle de toutes nos histoires » (pensées) Ed.L. Brunschvig (Parsi, Hachette, sd) N° 620 page 610. Ecrit entre 1658 et 1662. Pascale dit aussi « C’est une chose étonnante et digne d’une étrange attention, de voir ce peuple juif subsister depuis tant d’années et de le voir toujours misérable : étant nécessaire pour la preuve de Jésus-Christ, et qu’il subsiste pour le prouver, et qu’il soit misérable, puisqu’ils l’ont crucifié ; et bien qu’ils soit contraire d’être misérable et de subsister, il subsiste néanmoins toujours, malgré sa misère ».

    Commentant le mystère de la survie d’Israël, l’historien Arnoldo Toynbee écrivait : « tout au long de leur histoire, les juifs demeurent un peuple à part, le même aujourd’hui qu’hier, plusieurs siècles après que les Phéniciens et les philistins eurent perdu leur propre identité. Leurs voisins les Syriens ont été passés au creuset et ont réapparu, telle une nouvelle monnaie, frappée de nouvelles effigies ou inscriptions. Mais Israël a gardé son caractère intrinsèque, contrairement aux nations qui ont succombé à cette sorte d’alchimie que pratique l’Histoire par les migrations et l’universalisation (Des états, des églises, etc) (vol 1) Oxford university press 1957 page 194).

    Dans son histoire de la civilisation, Will Durant écrit : « Comment aurait-on pu penser qu’un territoire si minuscule pourrait jouer dans l’histoire un rôle de premier plan et exercer sur l’évolution de l’humanité une influence plus considérable que n’ont exercée la Babylonie, l’Assyrie et la Perse, plus grande peut-être même que celle de l’Égypte ou de la Grèce ». (Tome II, cercle du Bibliophile).

    Tout comme Marc Twain, à la même époque, Tolstoï disait : « Le juif est un emblème de l’éternité ». Dieu avait aussi prédit cette survivance lorsqu’il a annoncé la dispersion des Israéliens : « et pourtant, même alors, lorsqu’ils seront dans le pays de leurs ennemis, je ne les rejetterai pas et je ne les prendrai pas en aversion au point de les exterminer et de rompre mon alliance avec eux ; car je suis l’Éternel leur Dieu ». Lévitique 26.44

    Israël, par son histoire miraculeuse, sa situation privilégiée, son culte  à un Dieu unique et saint, devait par sa consécration à l’Eternel, être le témoignage évident que le Dieu qu’il servait était le seul véritable, vivant, saint, puissant et éternel.
    Hélas, le peuple de Dieu a failli de nombreuses fois dans sa mission. Cependant, si Dieu le châtiait  en raison de ses désobéissances, il ne l’a jamais rejeté. Dieu leur avait promis une série de bénédiction et de malédictions en fonction de leur obéissance.

    Pour faire très simple et rester le plus synthétique possible, bien qu’il y ait un grand nombre de prophéties sur ce peuple et que chaque prophéties peut contenir en elle même plusieurs autres prophéties, voici les 12 principales prophéties annoncées il y a plus de 3000 ans et qui se sont toutes accomplies parfaitement des siècles plus tard. Ce sont ces prophéties qui sont analysées dans ce montage vidéo. Au sujet de la datation des écrits, tous les spécialistes sont formels : l’âge des textes varient d’un minimum de 2300 ans jusqu’à un maximum de 3500 ans pour les textes plus vieux. Voici donc les grandes prophéties annoncées et accomplies :

    1) Existence éternelle du peuple d’Israël en dépit de condition de survie impossible 

    2) Destruction de Jérusalem et du temple millénaire 

    3) Persécution diverses et variées envers le peuple juif 

    4) Les terres d’Israël deviendront désertiques et ses habitations se transformeront en ruines. 

    5) Pour un temps, le peuple sera amené à nouveau en esclavage en Égypte, par bateau et pourtant, personne ne voudra les acheter

    6) grande dispersion du peuple juif à travers tous les pays du monde entier.

    7) Durant cette dispersion dans le monde, ils changeront régulièrement d’endroit et de pays. 

    8) La survit du peuple se fera en petit nombre.

    9) Malgré leur minuscule nombre, le monde entier ne cessera de parler de ce peuple 

    10) À la fin des temps, le peuple juif dispersé reviendra sur ses terres, le pays d’Israël renaîtra de ses cendres et redeviendra une nation 

    11) La terre désertique refleurira et l’eau rejaillira. 

    12) Les habitations seront rebâties, Le pays sera repeuplé et La population se multipliera.

    Tout ceci est tout simplement spectaculaire au plus haut point. Tout a été annoncé et tout s’est accompli. Voyons plus en détail la dispersion, la ruine désertique du pays et le retour annoncée dans un pays qui pourtant, redeviendra fertile et habitable au moment du retour des juifs sur leur terre.

    II. Le rejet d’Israël, sa dispersion dans tous les pays du monde entier et son retour en Israël

    Dieu parle d’une dispersion parmi tous les peuples d’un bout de la terre à l’autre. Au moment où cette prédication fut faite, c’était une véritable gageure. S’en était également une lorsque cette prophétie fut intégrée au recueil des écrits sacrés, car Israël était bien tranquille dans son pays. Même après l’exil en Babylonie, on ne pouvait pas dire que les juifs étaient dispersés ainsi. Mais aujourd’hui, n’importe où dans les cinq continents, on rencontre des juifs.

    Dans le livre de Lévitique, Moïse annonce de la part de Dieu : « si vous ne m’écoutez pas, si vous continuez à me résister… Je réduirai vos villes en ruines, je ravagerai vos sanctuaires et j’en ferai des lieux déserts, je ne me laisserai pas apaisé par le parfum de vos sacrifices et de vos offrandes. Je raserai moi-même le pays, de sorte que vos ennemis venus l’occuper en seront stupéfaits. Quant à vous, je vous disperserai parmi les nations païennes et je vous poursuivrai avec l’épée, votre pays sera dévasté et vos villes deviendront des monceaux de ruines ». Prophétie donnée entre 1520 et 1400 avant Jésus-Christ avant que les israélites occupent la Palestine.

    Les prophètes reprirent cette prophétie : « Dieu les rejettera, car ils ne l’ont pas écouté, et ils seront errant au milieu des nations ». (Osée 9.17 ; 8ème siècle avant Jésus Christ). « Je les disperserai au milieu de nations qu’ils ne connaissent pas, ni eux, ni leurs ancêtres, et j’enverrai contre eux l’épée pour les frapper et les exterminer ».( Jérémie 9.16 7ème siècle avant Jésus-Christ). Mais entre 592 et 570 avant Jésus-Christ, Ezechiel annonçait : « voici ce que dit le seigneur, l’Éternel : le jour où je vous purifiera de tous vos péchés, je repeuplerai  vos villes et l’on rebâtira ce qui est en ruine. Au lieu d’offrir l’image de la désolation à tous les passants, la terre dévastée sera de nouveau cultivée. Et l’on dira : « voyez-vous, ce pays, jadis dévastée, est devenu comme un jardin d’Éden, et les villes dévastées et démolies, qui n’était plus que des ruines, sont à présent restaurées et repeuplées ». (36.33-35)

    « Je les ai dispersés au milieu des nations, dans les pays lointains, là ils se souviendront de moi. Ils donneront la vie à des fils des filles, ils reviendront. » Zacharie 10.9, 6ème siècle av. J.-C.

    Mais Dieu a promis dès le temps de Moïse : « même si les exilés de votre peuple sont aux confins du monde, l’Éternel votre Dieu ira les chercher là-bas et les rassemblera pour les ramener au pays que leurs ancêtres ont possédé et ils en retrouveront la possession. Il les y rendra plus heureux et plus nombreux que leurs ancêtres. » Deut 30.4

    Néhémie rappelle cette promesse à Dieu : « souviens-toi, je te prie, de ces paroles que tu as ordonnées à ton serviteur Moïse de prononcer : « lorsque vous serez infidèle, je vous disperserai parmi les peuples païens. Mais si vous revenez à moi pour obéir à mes commandements et les appliquer, alors, même si vous vous trouvez éloigné jusqu’aux extrémités de la terre, je vous rassemblerai, et je vous ramènerai de là au lieu que j’ai choisi pour y établir ma présence ». Néhémie 1.6-9

    Le peuple fut dispersé véritablement à partir des années 70 et surtout à partir de l’année 135. Plus tard, la prophétie suivra son cours et la désertification des terres d’Israël se formera après l’invasion arabe et le passage des croisés. Le pays devint désert, plus aucun village habité ni subsista. Des personnalités comme Marc Twain en 1882 le faisait remarquer dans leurs écrits. En 1882, Rabbi Nowitz se rendit en Palestine pour voir si les juifs ne pourraient pas revenir dans leurs anciens pays. Ce qu’il constata lui fit dire que le sol était trop pauvre et l’oppression du gouvernement turc trop grande pour rendre un tel retour possible. Même en 1927, c’était encore « un pays de ruines ».

    En mai 1944, Frédéric C. Painton faisait, dans le reader’s digest, un rapport sur l’état de la Palestine disant : « le problème de la Palestine disparaîtra parce qu’il ne se trouvera jamais assez de juifs pour quitter leur pays et s’installer au milieu des montagnes stériles de Judas ».

    Voyons plus en détail la prédiction du retour des juifs dans leur pays.

    Dieu a prédit qu’il ramènerait son peuple dans son pays : « l’Éternel votre Dieu aura compassion de vous : il vous restaurera et vous rassemblera pour vous faire revenir de chez tous les peuples parmi lesquels il vous aura dispersé » Deutéronome 30

    le prophète Esaie, au chapitre 11, a dit : « Dieu les rassemblera, et les dispersés de Judas, il les regroupera des quatre coins du monde. »

    Le prophète Jérémie au chapitre 31, a dit : « je les ramènerai de la terre du Nord, je les rassemblerai des confins de la terre ; c’est une foule immense qui reviendra ici ».

    Le prophète Ezechiel au chapitre 39 affirme : « lorsque je les ramènerai du milieu des nations, que je les rassemblerai des pays de leurs ennemis, et que je manifesterai ma sainteté par ce que je ferai en leur faveur aux yeux de nombreux peuples, ils reconnaîtront que je suis moi, l’Éternel leur Dieu : car je les ai envoyé en exil parmi les nations puis je les ai rassemblés dans leur propre pays sans en laisser un seul là-bas. »

    « On dira : l’Éternel est vivant lui qui a fait sortir et revenir la descendance d’Israël et de tous les pays où il l’aura chassée » Jérémie 23.7-8..

    Aux montagnes d’Israël Dieu dit : « je vais m’occuper de vous, je me tourne vers vous, vous serez de nouveau cultivées et ensemencées, et je multiplierai sur votre sol les hommes, la communauté d’Israël dans sa totalité. Les villes seront habitées, les ruines seront rebâties ». Ezechiel 36.10-11

    Depuis 1948, l’accomplissement des prophéties se poursuit sans interruption. Des millions de juifs de tous les continents refluent vers la Palestine et, non seulement la repeuple, mais la transforme en un pays où coule le lait et le miel. Le Nèguev, qui était un désert, redevient fertile et fécond.

    III. Concernant les terres d’Israël

    Avant que le pays ne redevienne fertile, Dieu dit de la terre d’Israël : « j’en ferai une friche : nul ne la taillera, nul ne la sarclera. Les ronces, les épines y croîtront librement, et j’interdirais aux nuages de répandre leur pluie sur elle ». Esaïe 5.6. Pendant près de 2000 ans, le régime des pluies a été modifié en Palestine : les pluies du printemps et de l’automne ont manqué, de sorte que le pays s’est transformé en désert. Comme il n’était plus ni cultivé ni boisé, le climat en a changé. Mais depuis que les israélites se sont remis à le mettre en valeur et à le reboiser, les pluies sont revenus, conformément aux promesses de la parole : « si vous obéissez au commandement que je vous donne aujourd’hui, en aimant l’Éternel votre Dieu et en lui rendant un culte de tout votre coeur et de tout votre être, je répandrai sur votre pays la pluie au temps opportun, la pluie d’automne et la pluie de printemps, et vous aurez de belles récoltes de blé, de vin nouveaux et d’huile. Je ferai croître l’herbe dans vos près pour votre bétail. » Deutéronome 11. « Je ferai tomber la pluie en son temps, ce seront des pluies qui vous apporteront la bénédiction ». Ezechiel 36.26. « Lui qui est votre Dieu, il vous envoie la pluie, selon ce qui est juste, il répand sur vous les averses, les pluies d’automne et les pluies du printemps, tout comme auparavant. » Joël 2.23

    « Vous demeurerez dans le pays que j’ai donné à vos ancêtres et vous serez mon peuple, et moi je serai votre Dieu. Alors le désert deviendra un verger, et le verger sera semblable à la forêt ». Esaïe 32.14-15. Conformément à d’autres prophéties que la vidéo met en avant, les arbres ont poussé et l’eau a rejailli dans des terres pourtant au départ désertiques.

    IV. Les villes seront habitées comme autrefois

    Comme le montre la vidéo, les prophètes ont annoncé que de nombreux habitants reviendront en Israël, que les ruines seraient rebâties et que tout ce qui a été dévasté sera relevé. Toutes les villes ravagées et les habitats détruits renaîtront. Il suffit de regarder Israël et sa capitale pour voir à quel point les prophéties se sont réalisées dans leurs moindres détails. De plus, Conformément à d’autres prophéties qui annonçaient que l’État d’Israël renaîtrait en un jour (voir la vidéo), Israël a effectivement vu le jour en 1948, le 15 mai. David Ben Gourion proclama la naissance d’un État hébreu. « Nous avons attendu cette heure depuis 2000 ans. Si les temps sont accomplis, rien ne peut résister à Dieu ». Immédiatement, on créa une armée pour défendre le jeune État.

    Malgré plusieurs guerres et des tentatives innombrables pour détruire et anéantir cette nation naissante, Israël est aujourd’hui une ville peuplée et florissante. C’est tout simplement miraculeux.

    Il est très intéressant de regarder les écrits publiés avant 1948. En effet, dans ces livres, à côté d’un chapitre sur les prophéties accomplies concernant les enfants d’Israël, il y en a un autre intitulé « prophétie non accompli » qui évoque précisément le retour des israélites en Palestine. L’une de ces brochures rapporte la conversation d’un ministre de l’Évangile avec un sceptique qui lui dit : « vous vous attendez vraiment à ce que les juifs retournent dans leur pays ?-Oui-cela me paraît tout à fait absurde déraisonnable ». Le ministre lui montre que ce n’est pas moi déraisonnable que de croire à notre salut sur la base des affirmations de la Bible. W.L Pettingill Israël, le peuple de l’alliance, page 16,18, publié au début du 20ème siècle.

    John Owen écrivait en 1673 un livre dont le premier chapitre avait pour titre : « les juifs dispersés à présent dans le monde entier seront tous ramenés dans leur propre pays ». Chapitre deux : « le pays sera rendu éminemment fertile ». Chapitre trois : « Jérusalem sera reconstruite ».

    Au 18ème siècle, John Gill écrivait les mêmes choses en affirmant :  « Je ne vois pas comment nous pouvons comprendre les prophéties et beaucoup d’autres, sans les appliquer aux juifs retournant dans leur pays et se convertissant dans un sens littéral. »

    En 1856, un livre de d’Émile Guers affirme exactement la même chose. Tous les auteurs s’inspirèrent évidemment uniquement et seulement des promesses de Dieu faites à Abraham concernant les prophéties relatives au retour d’Israël dans son pays après sa dispersion.

    C’est finalement exactement ce que le prophète Amos déclare :

    « Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, Et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, Dit L’Eternel, ton Dieu ». Amos 9.14-15

    Toujours au sujet d’Israël, il y aurait encore beaucoup d’autres versets prophétiques réalisées à montrer et étant tous dans la même lignée. Cependant, si les exemples déjà données dans cet article et cette vidéo vous semble insuffisant, il est jugé inutile d’en dire davantage. Tout ceci est phénoménale de précision et démontre avec éclat l’omniscience, l’omniprésence et l’omnipotence du seul vrai Dieu qui s’est notamment servi d’Israël pour faire éclater sa gloire et sa puissance aux yeux de tous.

    Evidemment, cela n’est pas encore fini, concernant Israël, plusieurs prophéties doivent encore s’accomplir ou terminer leur accomplissement comme par exemple le retour des juifs qui n’est pas arrivé à son terme.

    De tout temps et à travers sa longue histoire, Israël a servi au dessein de Dieu pour envoyer un Sauveur au monde. Il leur a confié ses oracles : sa Parole : « Quel est donc l’avantage des Juifs, ou quelle est l’utilité de la circoncision ? Il est grand de toute manière, et tout d’abord en ce que les oracles de Dieu leur ont été confiés. » Romains 3.1-2. C’est de son sein qu’est né Jésus. Israël n’est pas sauvé parce qu’il est Israël. Le salut de Dieu se reçoit individuellement par la foi en Jésus-Christ, que l’on soit juif, grecs, ou autres … Encore une fois conformément aux prophéties, bien qu’une partie d’Israël soit tombé dans l’endurcissement et n’ont pas su reconnaitre leur messie Jésus, il y a aujourd’hui des centaines de milliers de Juifs messianiques ayant expérimenté le renouveau du coeur et la joie du salut de l’âme par la foi en Jésus-Christ. Israël fut choisi par Dieu pour manifester sa grandeur et pour susciter un puissant sauveur qui étendrait son amour et ferait connaître le seul Dieu vivant à l’humanité toute entière : Jésus-Christ.

    Sources utilisées pour la majeure partie de cet article : Livre « Prophéties réalisées » d’Alfred Kuen, page 29 à 50.

    V. Retour à L’Évangile – une présentation puissante de l’Évangile par un disciple anonyme du 2ème siècle ap. J.-C

    « Le Maître et créateur de l’univers, Dieu, qui a fait toutes choses et les a disposées avec ordre, s’est montré pour les hommes non seulement plein, d’amour mais aussi de patience. Lui a toujours été tel qu’il est et sera : secourable, bon, doux, véridique ; lui seul est bon. Mais, ayant conçu un dessein d’une grandeur ineffable, il ne l’a communiqué qu’à son Fils. Tant qu’il maintenait dans le mystère et réservait son sage projet, il paraissait nous négliger et ne pas se soucier de nous. Mais quand il eut dévoilé par son Fils bien aimé et manifesté ce qu’il avait préparé dès l’origine : il nous offrit tout à la fois : et de participer à ses bienfaits, et de voir, et de comprendre ; qui de nous s’y serait jamais attendu ? c’est par Jésus que Dieu a créé les cieux, par lui qu’Il a enfermé la mer dans ses limites : c’est lui dont tous les éléments cosmiques observent fidèlement les lois mystérieuses ; lui de qui le soleil a reçu la règle qu’il doit observer dans ses courses journalières ; lui à qui obéit la lune, brillant pendant la nuit ; lui à qui obéissent les astres qui accompagnent la lune dans son cours ; c’est de lui que toutes choses ont reçu disposition, limites et hiérarchie : les cieux et tout ce qui est dans les cieux ; la terre et tout ce qui est sur la terre, la mer et tout ce qui est dans la mer, le feu, l’air, l’abîme, le monde d’en haut, celui d’en bas, les régions intermédiaires : c’est lui que Dieu a envoyé aux hommes comme annoncées avec une grande clarté par tous les prophètes.

    Dieu avait donc déjà tout disposé en lui-même avec son Enfant, mais jusqu’à ces derniers temps, il a souffert que nous nous laissions emporter à notre gré par des mouvements désordonnés, séduits par les voluptés et les passions, nullement parce qu’il éprouvait un malin plaisir à nous voir pécher ; seulement il tolérait, non qu’il l’approuvât, ce règne de l’iniquité. Bien au contraire, il préparait le règne actuel de la justice, afin que, ayant bien prouvé, dans cette première phase, que nos propres oeuvres nous rendaient indignes de la vie, nous en devenions maintenant dignes par l’effet de la bonté divine, et que, nous étant montrés incapables d’accéder par nous-mêmes au royaume de Dieu, la puissance de Dieu nous en rende maintenant capables. 2. Lorsque notre perversité fut à son comble et qu’il fut devenu pleinement manifeste que la récompense qu’on en pouvait attendre était le supplice et la mort, alors arriva le temps que Dieu avait marqué pour y manifester désormais sa bonté et sa puissance : quelle surabondance de la bonté pour les hommes et de l’amour divins ! Il ne nous a pas haïs, il ne nous a pas repoussés, ni tenu rancune, mais au contraire il a longtemps patienté, il nous a supportés. Nous prenant en pitié, il a assumé lui-même nos propres péchés ; il a livré lui-même son propre Fils en rançon pour nous, livrant le saint pour les criminels, l’innocent pour les méchants, le juste pour les injustes, l’incorruptible pour les corrompus, l’immortel pour les mortels. 3. Quoi d’autre aurait pu couvrir nos péchés, sinon sa justice ? 4. En qui pouvions-nous être justifiés, criminels et impies que nous étions, sinon par le seul Fils de Dieu ? 5. Ô doux échange, opération impénétrable, ô bienfaits inattendus : le crime du grand nombre est enseveli dans la justice d’un seul et la justice d’un seul justifie un grand nombre de criminels. 6. Il a d’abord, au cours du temps passé, convaincu notre nature de son impuissance à obtenir la vie ; maintenant il nous a montré le Sauveur qui a la puissance de sauver même ce qui ne pouvait l’être : par ce double moyen, il a voulu que nous eussions foi en sa bonté et que nous vissions en Lui nourricier, père, ,naître, conseiller, médecin, intelligence, lumière, honneur, gloire, force, vie – sans plus nous inquiéter du vêtement et de la nourriture.

    X. Si toi aussi tu désires ardemment cette foi et si tu l’embrasses, tu commenceras à connaître le Père. 2. Car Dieu a aimé les hommes : pour eux il a créé le monde ; il leur a soumis tout ce qui est sur la terre ; il leur a donné la raison et l’intelligence ; à eux seuls il a permis d’élever les regards vers le ciel ; il les a formés à son image ; il leur a envoyé son Fils unique ; il leur a promis le royaume des cieux qu’il donnera à ceux qui l’auront aimé. 3. Et quand tu l’auras connu, quelle joie, songes-y, remplira ton coeur ! Combien tu aimeras celui qui t’a ainsi aimé le premier 4. En l’aimant, tu seras un imitateur de sa bonté, et ne t’étonne pas qu’un homme puisse devenir un imitateur de Dieu : il le peut, Dieu le voulant 5. Tyranniser son prochain, vouloir l’emporter sur les plus faibles, être riche, user de violence à l’égard des inférieurs, là n’est pas le bonheur et ce n’est pas ainsi qu’on peut imiter Dieu ; bien au contraire, ces actes sont étrangers à la majesté divine. 6. Mais celui qui prend sur soi le fardeau de son prochain et qui, dans le domaine où il a quelque supériorité, veut en faire bénéficier un autre moins fortuné, celui qui donne libéralement à ceux qui en ont besoin les biens qu’il détient pour les avoir reçus de Dieu, devenant ainsi un dieu pour ceux qui les reçoivent, celui-là est un imitateur de Dieu. 7. Alors, quoique séjournant sur la terre, tu contempleras Dieu régnant dans la cité céleste, tu commenceras à parler des mystères de Dieu alors tu aimeras et admireras ceux qui sont torturés parce qu’ils ne veulent pas renier Dieu ; alors tu condamneras l’imposture et l’égarement du monde quand tu connaîtras ce qu’est vraiment vivre, quand tu mépriseras ce qu’ici-bas on appelle la mort, quand tu redouteras la véritable mort, réservée à ceux qui seront condamnés au feu éternel, châtiment définitif de ceux qui lui auront été livrés. 8. Alors tu admireras ceux qui endurent le feu d’ici pour la justice et tu les proclameras bienheureux, quand tu auras appris à connaître cet autre feu . . . . .

    XI. Je ne dis rien d’étrange, je ne recherche pas le paradoxe, mais docile aux leçons des Apôtres, je me fais le docteur des Nations. je transmets exactement la tradition à ceux qui se font les disciples de la Vérité. 2. Qui, en effet, dûment instruit et engendré par la bienveillance du Verbe(Jésus), ne s’empresse pas d’apprendre pleinement tout ce que le Verbe a clairement enseigné à ses disciples. Le Verbe, se manifestant, le leur a manifesté, s’exprimant ouvertement, incompris des incrédules, s’expliquant à ses disciples qui reconnus par lui comme ses fidèles reçurent la connaissance des mystères du Père. 3. C’est pour cela que le Verbe a été envoyé : pour qu’il se manifestât au monde, Lui qui, méprisé par son peuple, a été prêché par les apôtres et cru par les nations. 4. Lui qui était dès le commencement, il est apparu comme nouveau et fut trouvé ancien et il renaît toujours jeune dans le coeur des saints. 5. Éternel, il est aujourd’hui reconnu Fils. Par lui la véritable Église s’enrichit, la grâce, s’épanouissant, se multiplie dans les saints, conférant l’intelligence, dévoilant les mystères, révélant la répartition des temps ; elle se réjouit à cause des fidèles, elle s’offre à ceux qui la recherchent en respectant les règles de la foi et en ne transgressant pas les bornes des Pères. 6. Et voici que la crainte de la Loi est chantée, la grâce des Prophètes reconnue, la foi dans les Évangiles affermie, la tradition des Apôtres conservée et que la grâce de l’Église bondit d’allégresse. 7. Cette grâce, ne la contraste pas, et tu connaîtras les secrets que le Verbe révèle par qui il veut, quand il lui plaît. 8. Tout ce que la volonté du Verbe nous ordonne, nous inspire de vous exposer avec zèle, nous le partageons avec vous, par amour pour la révélation que nous avons reçue.

    XII. Approchez-vous, prêtez une oreille docile, et vous saurez tout ce que Dieu octroie à ceux qui l’aiment ‘ véritablement. Ils deviennent un jardin de délices. Un arbre chargé de fruits, à la sève vigoureuse, grandit en eux et ils sont ornés des plus riches fruits. 2. Car c’est là le terrain où ont été plantés l’arbre de la science et l’arbre de la vie, mais ce n’est pas l’arbre de la science qui tue, non : c’est la désobéissance qui tue. 3. Car ce n’est pas sans raison qu’il a été écrit que Dieu, au commencement, planta au milieu du jardin l’arbre de la science et l’arbre de la vie, nous montrant dans la science l’accès à la vie. Les premiers hommes, qui ne surent pas bien en user, furent mis à nu par l’imposture du serpent. 4. Car il n’y a pas de vie sans la science, ni de science sûre sans la véritable vie : c’est pourquoi les deux arbres ont été plantés l’un près de l’autre. 5. Ce sens, l’Apôtre l’avait bien vu quand, blâmant la science qui s’exerce sans obéir aux préceptes de vie que donne la Vérité, il dit :  » La science enfle, mais l’amour édifie.  » 6. Car celui qui croit savoir quelque chose sans la véritable science, celle à qui la vie rend témoignage, celui-là ne sait rien : le Serpent le trompe parce qu’il n’a pas aimé la vie. Mais celui chez qui la science est accompagnée de crainte et qui recherche ardemment la vie, celui-là plante dans l’espérance et peut se promettre des fruits. 7. Que la science s’identifie à ton coeur ; que le Verbe de vérité, reçu en toi, devienne ta vie. 8. Si cet arbre grandit en toi et si tu désires son fruit, tu ne cesseras de récolter ce qu’on souhaite recevoir de Dieu, ce que le serpent ne saurait atteindre ni l’imposture infecter. Ève n’est plus séduite, mais demeurant vierge, proclame sa foi. 9. Le salut se montre, les Apôtres comprennent, la Pâque du Seigneur approche, les temps s’accomplissent, l’ordre cosmique s’établit, le Verbe se plaît à enseigner les saints ; par Lui le Père est glorifié, à lui la gloire dans les siècles des siècles. Amen. »

    En conclusion, que chacun abandonne et se détourne de tout son coeur de ses péchés pour se tourner vers le seul vrai Dieu, lui demandant pardon et croyant de tout son coeur en son Fils Jésus-Christ venu en chair payer le poids de nos fautes sans nombre. Puis, mettant en pratique la parole du Seigneur et agissant ainsi, il délivrera votre âme du feu éternel réservé à ceux qui préfère le mal et le mensonge. Ainsi, c’est une nouvelle vie pleine de liberté, et d’espérance véritable qui commencera avec le Seigneur Dieu dans une relation réelle et vivante avec le Maître de toute chose. Car ne l’oublions pas, les prophéties concernant le retour de Jésus-Christ et le jugement éternel des vivants et des morts approche à grand pas, nous sommes à la toute fin des temps.

    Aussi, comme dirait le disciple Polycarpe, un des proches de l’apôtre Jean : « ceignez vos reins et servez Dieu dans la crainte (1 P 1, 13 ; Ps 2, 11) et la vérité, laissant de côté les bavardages vides, et l’erreur de la foule, croyant en celui qui a ressuscité notre Seigneur Jésus-Christ d’entre les morts, et lui a donné la gloire (1 P 1, 21) et un trône à sa droite. A lui tout est soumis, au ciel et sur la terre (Ph 2, 10 ; 3, 21) ; à lui obéit tout ce qui respire, il viendra  » juger les vivants et les morts  » (Ac 10,42), et Dieu demandera compte de son sang à ceux qui refusent de croire en lui . 2.  » Celui qui l’a ressuscité  » d’entre les morts,  » nous ressuscitera aussi  » (2 Co 4,14), si nous faisons sa volonté et si nous marchons selon ses commandements, et si nous aimons ce qu’il a aimé, nous abstenant de toute injustice, cupidité, amour de l’argent, médisance, faux témoignage,  » ne rendant pas mal pour mal, malédiction pour malédiction, nous souvenant des enseignements du Seigneur qui dit :  » Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; pardonnez, et l’on vous pardonnera ; faites miséricorde pour recevoir miséricorde ; la mesure avec laquelle vous mesurerez servira aussi pour vous  » (cf. Mt 5, 3, 10 ; Lc 6, 36-38), et  » bienheureux les pauvres et ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume de Dieu est à eux  » (Mt 5, 3, 10 ; cf. Lc 6, 20). »

    Oh Dieu, puisses-tu attirer à toi ceux qui sont encore dans les ténèbres du monde

    Source: http://valerie-sha.over-blog.com/