• Jusqu’au bout de la malédiction

    Jésus a enduré notre pauvreté afin que nous puissions partager son abondance.

    Jésus a porté la malédiction de la pauvreté, qui nous est présentée sous sa forme la plus absolue en Deutéronome 28:48: «tu serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l'Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu'à ce qu'il t'ait détruit

    Il y a plusieurs années, alors que je prêchais sur le thème de la provision financière de Dieu, j’ai reçu de la part du Saint-Esprit une révélation qui dépassait les limites du sermon que j’avais préparé. Pendant que je me tenais devant les gens et que je leur parlais, j’avais une vision mentale de Jésus sur la croix. Je le voyais là, dans toute l’âpre réalité que décrivent les Ecritures. Le Saint-Esprit a fait défiler devant moi, un par un, les quatre traits distinctifs de la malédiction de la pauvreté en me montrant que Jésus était allé au bout de la malédiction dans tous ses aspects.

    1) il a eu faim (lorsqu’il a été pris pour être crucifié, il n’avait pas mangé depuis presque 24 heures. 2) il a eu soif («j’ai soif» fut un de ses derniers murmures). 3) il était nu (les soldats romains l’avait dépouillé de ses vêtements et se les étaient partagés). 4) il était dans le besoin de tout (il n’avait plus de quoi être vêtu lorsqu’il est mort et ne possédait pas non plus de tombe pour que son corps y soit enterré après sa mort.)

    Jésus ne possédait plus rien. Pourquoi? Parce que selon le dessein de Dieu, il est allé au bout de la malédiction de la pauvreté à notre place. Tout d’abord, je n’ai pas réalisé toutes les implications de ce que le Saint-Esprit était en train de me montrer. En y repensant, néanmoins, force me serait de dire que cette révélation a posé les bases de ma foi en la prospérité. La finalité suprême de cet échange c’est que Jésus a pris sur lui la malédiction de la pauvreté afin que nous puissions recevoir la bénédiction d’Abraham, (celui que Dieu a béni «en toute chose» (Genèse 24:1), qui est administrée par le Saint-Esprit.

    Merci Yeshoua/Jésus, pour Ton œuvre sur la croix. Je proclame que Tu as totalement apuré la malédiction de la pauvreté pour moi, dans tous ses aspects, parce que Yeshoua/Jésus a enduré ma pauvreté afin que je puisse partager Son abondance. Amen.

    Derek Prince