• « il ne disparaîtra pas de la Torah un seul iota ou un seul trait de lettre » (Yéshoua, Matthieu 5.18)

     
     

    « Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? » (Matthieu 15.3)

    vrai Yeshoua et faux jesus French finalVoici un sujet sensible mais oh combien important au vue des innombrables conséquences et impacts que peut entraîner une mauvaise interprétation de la Parole puissante et permanente du Dieu d’Israël ! Si la réforme protestante a initié un retour nécessaire, vivifiant et rafraîchissant à l’Ecriture, ne commettons pas l’erreur d’imaginer que la réforme s’est entièrement nettoyée de presque 1500 ans d’apostasie, loin de là. Rappelons-nous : le renouveau initié par la réforme protestante fut un choc difficile pour beaucoup, bien que nécessaire. Ainsi, depuis seulement quelques décennies, via des médias comme internet, ce qui était impossible auparavant est désormais possible : la Torah d’Israël (Saine doctrine véritable telle qu’enseignée par les apôtres) et un grand nombre d’enseignements des sages d’Israël fidèles aux racines juives des premières assemblées des disciples de Yéshoua, sont désormais accessibles et lèvent le voile sur tout un pan de la grande apostasie, apostasie caractérisée par l’abandon de la Saine Doctrine à cause d’enseignements qui tordent le sens de Saintes Lettres de Dieu. L’Eternel permet ce dévoilement en vue de la sanctification : la délivrance finale est à la porte et sa qehila (Assemblée) doit être sans tâche ni ride.

    Faisons donc ici ensemble le zoom sur une fausse doctrine tenace et répandue dans le christianisme moderne : l’abolition des lois alimentaires par le Messie, une fausse doctrine que nous allons ici démonter.

    RELIGION CONTRE PAROLE DE DIEULe comportement des juifs de Bérée est approuvé par l’Ecriture qui honore ces croyants comme étant munis « de nobles sentiments » (Actes 17.11). En quoi consistaient ces nobles sentiments ? La réponse est, entre autres, qu’ils ne prenaient aucun enseignements d’hommes pour argent comptant, même ceux d’un disciple de la carrure d’un Paul, sans avoir vérifié scrupuleusement la véracité de ce qui était enseigné :

    « ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. ». Si Paul enseignait une chose contraire à l’Ecriture, à la Torah, il aurait été tenu pour faux docteur, sans favoritisme aucun. 

    Revêtons-nous donc des nobles sentiments des juifs de Bérée et scrutons ensemble l’Ecriture. Il convient ici de fuir tout légalisme (étroitesse d’esprit) et toute tradition d’homme afin de comprendre ce que Dieu et non un homme veut nous enseigner en ces temps de la fin durant lesquels l’Esprit de l’Eternel restaure l’intégralité de Sa Puissante Parole afin que Ses élus puissent former « cette assemblée glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. » (Ephésiens 5.27)

    Dans le monde chrétien, une grande partie enseigne et pense sincèrement que les lois du Dieu vivant au sujet des règles alimentaires seraient abolis en dépit des déclarations sans équivoques du Seigneur Lui-même qui affirma sans ambiguïté ne pas être venu abolir le moindre iota de la loi de son Père (Matthieu 5.17-19). Effectivement, il suffit de consulter les psaumes de David, les livres des prophètes, les livres des rois, les proverbes etc, et évidemment la Torah de Dieu donnée à Moïse (De Genèse à Deutéronome), pour se rendre compte du caractère précieux, parfait, véritable et inaltérable de la Loi de l’Éternel (lois alimentaires incluses), que nul homme ne peut ni ne devrait toucher sous peine de voir sa part « retranchée de l’arbre de vie » et si du moins, la crainte de l’Eternel l’habite à l’image de Job qui fit cette formidable déclaration :

    « Je n’ai pas abandonné les commandements de ses torah amourlèvres; J’ai fait plier ma volonté aux paroles de Sa bouche. » (Job 23.12)

    Pourtant, dans les échanges entre chrétiens, les textes les plus souvent utilisés pour justifier l’abolition des lois alimentaires se trouvent en Matthieu 15 et Marc 7 dans lesquels le Messie Yéshoua déclare :

    « Ecoutez, et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. » (Matthieu 15.11). En Marc 7.18, nous trouvons la même chose : « Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l’homme ne peut le souiller ? ».

    Avant de rentrer dans l’analyse du texte dans la culture et le contexte appropriés, posons-nous quelques questions de bon sens :

    Des années après la résurrection et après même le baptême du Saint-Esprit, comment se fait-il que Pierre refusa de manger la nourriture impure présentée dans la vision de la nappe (voir l’article clé « Pierre et la vision de la nappe – Abolition des lois alimentaires ? Ou invitation à les observer et à se sanctifier »)  ?

    Comme le souligne Francesco MICCICHE de la communauté Netivot Olam :

    « Yéshoua (Jésus) a déclaré que ce n’est pas ce qui entre dans l’homme qui le souille mais c’est ce qui sort de l’homme qui le souille. Si Jésus a rendu toute nourriture pure, pourquoi tous les disciples (Paul inclus) sont-ils d’accord avec les 3 interdits alimentaires d’Actes 15 ? Tous les disciples auraient-ils subitement oubliés ou négligés les enseignements de Jésus déclarant soit disant pure toute nourriture ? Ou alors, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Jésus n’a en vérité jamais déclaré pure toute nourriture. »

    Il est évident que ces textes (Matthieu 5.18 ; Marc 7.18), lorsqu’ils sont pris isolément et hors contexte, peuvent laisser perplexesdanger-640x480 n’importe quel authentique croyant juif ou non juif attaché à la Torah et chérissant à juste titre la parole de son Dieu ainsi que nous le voyons au travers de ces hommes dont l’Ecriture témoigne qu’ils étaient agréables à l’Eternel, des hommes qui prenaient soin de ne pas se souiller par des choses contraire à la Parole de Dieu et qui donc, évitait de se souiller par une quelconque nourriture impure comme l’a ordonné le seul vrai Dieu selon qu’il est dit : « afin de ne pas se souiller par elle » et encore : « ne rendez pas vos personnes abominable par des animaux que je vous ai appris à distinguer comme impurs. »(Lévitique 11.43 ; 20.25 ; 22.8)

    Cependant, Yéshoua ne dit-il pas que rien de ce qui rentre dans la bouche ne souille l’homme ? Contradiction ? Sans autres explication, un tel passage peut évidemment rendre d’autant plus confus un certain nombre de chrétiens désireux de se sanctifier, d’obéir à Dieu, d’apprendre et de suivre Ses voies droites telles qu’enseignées dans Sa Parole immuable et vraie consignée dans la Bible de Genèse à Apocalypse, d’où l’importance d’être correctement enseigné et d’étudier la Parole de Dieu d’une manière approfondie.

    En vérité, ici, le piège majeur serait de prendre isolément ces textes pour en faire une nouvelle (fausse) doctrine, en oubliant ou en négligeant les versets contradictoires, l’étude du contexte, de la pensée juive ainsi que l’enseignement précieux que veut donner ici le Maître.

    Prendre un texte hors contexte pour en faire un prétexte : un piège majeur à éviter !

    Comme pour rajouter du poids à cette nouvelle (fausse) doctrine de l’abolition des lois alimentaires, notez bien que certaines versions, comme la Bible de Jérusalem, ajoutent la phrase suivante à la fin du verset 19 de Marc 7  : « ainsi il déclarait purs tous les aliments ». Gardez bien à l’esprit que cette dernière phrase est toujours mise entre parenthèse parce qu’elle n’existe pas dans les anciens manuscrits. Elle aurait été ajoutée par les traducteurs pour dégager les lecteurs de lois alimentaires de Lévitique 11 et Deutéronome 14. C’est une pure et simple trahison qui égare davantage ceux qui sont mal affermis, au mépris total de ce solennel avertissement donné par le Seigneur lui même : « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. » (Deutéronome 4.2) et aussi : « Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre » (Apocalypse 22.18)

    Les autres versions de la Bible sont plus fidèles au texte et ont simplement: « Car cela n’entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s’en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments » (Bible de Louis Segond). Le mot Grec qui a été traduit par « purifiant » est « katarizon » qui peut aussi signifier « éliminer » (strong’s 2511). Il ne s’agit donc nullement de rendre pure une nourriture impure, ce qui irait contre la Loi de Dieu mais tout simplement du processus qui consiste à éliminer la nourriture par les voies naturelles.

    Pour ceux qui pensent malgré tout qu’il s’agit ici de l’abolition des lois alimentaires, ils devraientyeshoua jesus répondre à cette importante question :

    Comment, au chapitre 5 de Matthieu, le Messie pourrait-il déclarer avec une grande précision qu’il n’est venu abolir aucun commandement de son Père, puis quelques chapitres plus loin, enseigner l’abolition d’un commandement entier ? Aussi, si Yeshoua avait déclaré que les interdictions alimentaires de la Torah ont été abrogées, il se serait contredit lui-même.

    De plus, Yéshoua réprimandait régulièrement les pharisiens pour avoir supprimé les commandements de Dieu afin de suivre des commandements d’hommes (Marc 7.6-12).

    Yeshoua aurait-il pu ensuite abolir des commandements de Dieu, en déclarant les interdits alimentaires du Lévitique 11 abolis, alors qu’il a critiqué ces Pharisiens pour la même raison ? Cela ferait de lui non seulement un hypocrite mais aussi un faux prophète.

    Deutéronome 13:4-5 nous met en garde contre tout prophète qui parlerait « de se révolter contre l’Eternel » ou essaierait de nous « pousser hors de la voie où l’Eternel [notre] Dieu [nous] a prescrit de marcher ». Mais heureusement, ce n’est pas le cas. Yeshoua a même enseigné:  « Or il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi tombe » (Luc 16 :17) 

    Lorsque Yéshoua déclare que ce n’est pas ce qui rentre dans la bouche qui souille l’homme, ne faisons donc surtout pas l’erreur d’oublier le contexte.

    Omettre volontairement le contexte et persister dans cette erreur malgré les avertissements, souligne un grave problème (intégrité intellectuelle, endurcissement, faiblesse charnelle, rébellion, orgueil etc, ?)

    Ne tombez pas dans le piège mais conservez l »amour de la Vérité ! Yéshoua est un juif élevé dans l’instruction exacte de la Torah de Son Père et ne transgressait aucun commandement comme le témoigne la nouvelle alliance.

    Yéshoua, qui est censé être notre modèle, s’abstenait évidemment de sang, de viandes étouffées, ainsi que de toutes viandes impures. Si nous sommes disciples de Yéshoua, nous devons suivre son modèle : « Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. » (1 Jean 2:6)

    N’oublions pas l’enseignement de l’Evangile : La doctrine du Messie n’est pas de Lui (Jean 7.16) mais du Dieu d’Israël son Père. Yéshoua faisait « toujours ce qui lui est agréable » (Jean 8.29).

    Lorsque Yéshoua affirme que « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme », gardons à l’esprit que Yéshoua était Juif et discutait ici avec des Juifs. Yéshoua parle ici de nourriture, et pour les Juifs du premier siècle, les animaux interdits par la Torah (loi) ne sont pas plus de la nourriture que l’est la chair humaine pour un occidental.

    cheminiComme le déclare François Micciche dans son excellent étude « l’Eternel est mon docteur » (cliquez pour télécharger le PDF), « le contexte culturel est d’une grande importance. Il est très facile aujourd’hui de découvrir la culture de différents pays. La nourriture fait partie intégrante de la culture, nous pouvons ainsi découvrir par exemple que l’on mange du serpent au Vietnam, du chien en Chine, du rat en Thaïlande, du singe au Congo, etc… Est-ce pour autant que nous, européens, considérons ces animaux comme de la nourriture ? Trouvons-nous ce type d’animaux dans nos boucheries ou au supermarché ? Non. Pourquoi ? La raison est simple : nous ne considérons pas le chien, le rat, ou le singe comme de la nourriture.

    Nous devons donc nous rendre à l’évidence que lorsque Jésus et ses disciples parlaient de nourriture dans le nouveau testament, ils faisaient référence à la nourriture de leur culture, c’est-à-dire ce que Dieu déclare être de la nourriture. De la même façon que nous ne considérons pas certains animaux comme de la nourriture, il a semblé bon à l’Eternel, notre créateur, de nous enseigner ce que Lui considère être de la nourriture adéquate pour le corps qu’il a créé. C’est la raison pour laquelle le chapitre 11 du Lévitique débute par « Voici les animaux que vous mangerez ». Ce même chapitre se termine par « afin que vous distinguiez l’animal qui se mange et celui qui ne se mange pas ». L’Eternel notre docteur s’est donné la peine de nous faire une prescription et une ordonnance, Lévitique 11. »

    De quoi parlait donc Yéshoua ? Le contexte nous le révèle et Yéshoua lui-même nous donne la réponse :

    « Les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas SANS S’ETRE LAVÉ SOIGNEUSEMENT LES MAINS, conformément à la tradition des anciens (…) les pharisiens et les scribes lui demandèrent : Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas AVEC DES MAINS IMPURES ? (…) Yéshoua leur répondit : Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; (…) MANGER SANS S’ÊTRE LAVÉ LES MAINS, CELA NE SOUILLE POINT L’HOMME. » (Marc 7, Matthieu 15).

    lavement main_nétilat yadayimLe site chabad.org nous rappelle en quoi consiste la tradition des anciens au sujet du lavement des mains, aussi appelé « nétilat yadayim » :

    « Votre table est un autel. Vous êtes le grand prêtre. Ce plat succulent devant vous, est le sacrifice. Vous procédez à l’ablution rituelle des mains, dites une bénédiction sur cette nourriture, puis attaquez le plat pour élever tous ces glucides et ces protéines à un état divin. »

    Cette tradition, respectée par Yéshoua et quelques-un de ses disciples n’a rien de mauvais en soit. Le problème de certains pharisiens était qu’ils avaient érigé cette tradition au même niveau que la loi de Dieu, condamnant « quelques-uns des disciples » de Yéshoua qui « prenaient leur repas avec des mains non lavées. » (Marc 7.2). Il y a ici de la part des pharisiens du légalisme et un absence d’amour du prochain.

    En quelques mots, Yéshoua réagit en expliquant clairement que ce n’est pas parce qu’un homme ne se lave pas les mains qu’il se souille le cœur, puis il enchaîne en rappelant le cœur de la Torah : ce qui sort de mauvais du cœur de l’homme, c’est cela qui le souille principalement ! Yéshoua a toujours mis l’emphase sur l’importance des devoirs du cœurs « SANS NÉGLIGER LES AUTRES CHOSES » (Matthieu 23.23) : « Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net. » (Matthieu 23.26). Soyons honnête : Tout cela n’a rien à voir avec l’abolition des lois alimentaires sur le sang, les viandes impures etc.

    Attention donc aux erreurs dues au contexte. Lorsque Yéshoua enseigne au milieu du peuple juif que « rien » de l’extérieur ne peut souiller l’homme, c’est évidemment excepté ce que son Père a déclaré impur ! De la même façon, lorsque Paul déclare « Tout m’est permis », c’est excepté ce que Dieu ne lui permet pas et quand il enseigne : « tout est pur », c’est excepté ce qui est déclaré impur dans la Torah de Dieu ! Il ne faut jamais oublier le contexte au risque de s’inventer toute sorte de fausses doctrines qui viendraient flatter la chair.

    En d’autres termes, manger avec des mains non lavées ne peut souiller davantage un individu s’il est déjà impur de l’intérieur, voilà ce que Yéshoua enseigne à ses contradicteurs « Hypocrites ».

    Dans les écrits pseudo-clémentins, une collection d’oeuvres « judéo-chrétiennes » basées sur un substrat de traditions authentiques remontant au Ier siècle, Kéfa (Pierre) résume ainsi la philosophie de Marc 7:1-23 ainsi que de Matthieu 15:1-20 et donne une toute autre perspective du rapport de Yéshoua à la halakha (prescriptions juives) et à ses coreligionnaires (* voir en fin d’article pour la source de l’information) :

    « Pierre dit alors : …. notre Maitre réprimanda quelques uns des Pharisiens et des scribes, qui semblaient être meilleurs que les autres, et qui s’étaient séparés du peuple, en les appelant hypocrites, car ils purifiaient seulement ces choses qui étaient vues des hommes, mais laissaient souillés et sordides leurs coeurs que Dieu seul sondait. De ce fait, il dit à quelques uns, mais pas à tous : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net ». Car en vérité, quand l’esprit est purifié par la lumière de la connaissance, quand ce dernier est clair et pur, alors il est nécessaire de prendre soin de ce qui est externe à l’homme, à savoir sa chair, pour qu’elle soit aussi purifiée. Mais quand ce qui est externe, à savoir la purification de la chair, est négligé, il est certain qu’aucun soin n’est procuré à la pureté de l’esprit et à la propreté du coeur. Ainsi, celui qui est propre à l’intérieur le sera sans doute également à l’extérieur, mais celui qui est propre à l’extérieur ne l’est pas toujours de l’intérieur. » (Reconnaissances pseudo-clémentines 6:11)

    Ceci est exactement conforme à l’enseignement d’un sage d’Israël grandement respecté dans tout le judaïsme du nom de Rambam :

    « La propreté des habits, le nettoyage du corps et le débarrassage de la saleté constituent également un des buts de la Torah, mais seulement après la purification des actes, et la purification du coeur des principes impurs et des attributs impurs. Il serait extrêmement mal pour quelqu’un de s’efforcer de laver son apparence extérieure en se lavant et en nettoyant ses vêtements tout en étant voluptueux et sans retenue dans les aliments et la luxure. Ceux là sont décrits par Isaïe comme (Isaïe 66:17): « Ceux qui se sanctifient et se purifient au milieu des jardins, l’un après l’autre, qui mangent de la chair de porc » … Ils paraissent propres à l’extérieur mais leurs coeurs se soumettent à leurs désirs et à la jouissance corporelle, et ceci n’est pas le but de la Torah. Car le but principal [de la Torah] est de diminuer la luxure de l’homme, et de laver son apparence extérieure après qu’il ait purifié son intérieur. Ceux qui lavent leurs corps et nettoient leurs vêtements alors qu’ils restent impurs de leurs mauvaises actions et [de leurs mauvais] attributs, sont décrits par Salomon comme (Proverbes 30:11-12): La génération qui se prétend pure et qui ne s’est pas lavée de ses souillures ! La génération aux yeux démesurément hautains et au regard altier ! » (Moreh Nevoukhim 3:33)

    Comme le souligne François Micciche : « Analysons la réaction des pharisiens. Ils étaient déjà scandalisés par le fait que les disciples ne s’étaient pas lavé les mains. Imaginons que Jésus aurait déclaré toute nourriture pure, quelle aurait été la réaction de ce type de pharisien ? Si jésus avait fait une telle déclaration, il aurait aboli le chapitre 11 du Lévitique et même plus, ce qui était punissable de mort d’après la loi de Dieu (Deutéronome 12.32 à 13.6).

    Or, lorsque Yéshoua fut condamné à mort par le sanhédrin, personne n’est venu l’accuser d’avoir enseigné le peuple que manger de la nourriture impure ne souille pas l’homme ou d’avoir aboli un quelconque commandement de la Torah.  Marc 14.55-65 nous révèle qu’il a été impossible de trouver un seul témoignage valable contre Yéshoua : « Les grands prêtres et tout le sanhédrin cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mettre à mort, et ils n’en trouvaient pas »

    Vous l’aurez compris :

    avec un minimum d’analyse des Ecritures en prenant en compte le contexte culturel, nous voyons avec une grande clarté que jamais Yéshoua n’enseigne l’abolition des lois alimentaires et pour cause : les lois alimentaires regorgent de bénédiction spirituelles car la nourriture, comme le démontre aujourd’hui la science, impacte directement notre âme et la Torah nous révèle également qu’elle impacte aussi notre compréhension et notre croissance spirituelle, ce qui fera l’objet d’autres articles.

    Ce que nous devons comprendre, c’est que de la même manière que les apôtres ne reparlent pas explicitement des tatouages, des incisions ou de l’interdiction de prier les morts dans les différentes épîtres, les apôtres ne reparlent pas non plus explicitement des lois alimentaires mais nous rappellent indirectement ces lois là en plusieurs reprises.

    Les écrits apostoliques de la nouvelle alliance n’ont pas pour vocation de reprendre et de réécrire l’ensemble des commandements de Dieu : la Torah et les prophètes étaient déjà rédigés, disponibles et lus pour le peuple chaque shabbat, il était donc évidemment inutile de tout réécrire dans les épîtres « Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de shabbat dans les synagogues. » (Actes 15.21).

    Par exemple, Pierre reprend ce que dit la Torah en de nombreuses reprises : « Vous serez Saint, car Je suis Saint ». Ce que dit Pierre englobe beaucoup de choses mais, d’une manière claire, Pierre parle ici aussi des lois alimentaires : effectivement, dans le chapitre consacré exclusivement aux lois alimentaires (Lévitique 11), l’Éternel Dieu, en parlant des aliments purs et impurs, termine l’enseignement du chapitre par un commandement que Pierre n’a fait que rappeler :

    « SOYEZ SAINTS ; CAR JE SUIS SAINT. » (Lévitique 11.45).

    Ici, dans le chapitre 11 de lévitique, en parlant des lois alimentaires et en terminant par l’ordre de se sanctifier, la Torah nous montre d’une manière évidente que le respect des lois alimentaires est intimement lié à la sanctification, chose que rappelle Pierre : « Soyez Saints dans TOUTE votre conduite selon qu’il est écrit : VOUS SEREZ SAINTS, CAR JE SUIS SAINT. » (1 Pierre 1.15).

    Effectivement, « Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. » (1 Thessaloniciens 4 : 7).

    A une époque où les écrits de la nouvelle alliance n’existaient pas, ce n’est pas sans raison que Paul insiste : « Toute l’Écriture est divinement inspirée (ce qui inclue donc les lois alimentaires, Paul parle ici des écrits de la Bible hébraïque ou Tanakh, seuls écrits disponibles à son époque), et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice; Afin que l’homme de Dieu soit accompli, et propre à toute bonne oeuvre. » (2 Timothée 3.16).

    Paul dira également : « purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. » (2 Corinthiens 7.1). Notez que le mot « sarx » en grec, traduit en français par « chair », peut parler de notre nature animale, du vieil homme, mais souvent, ce terme fait aussi référence au corps de chair, à notre corps physique que nous devons prendre garde à ne pas souiller car cela influe sur la vie spirituelle (des articles à ce sujet sortiront prochainement).

    1 Thessaloniciens 5.23 : « Que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible ». Il y a donc aussi une sanctification du corps et de la matière comme le montre Dieu lorsqu’il nous ordonne de nous abstenir des tatouages, du sang, des viandes impures, des bêtes mortes et étouffées, des incisions, d’introduire des choses abominables dans notre maison (Deutéronome 7.26) etc, car ces choses peuvent aussi influer sur notre vie spirituelle et sur la sanctification et bloquer notre communion avec Dieu : ce sont autant de commandements que nous devrions étudier et mettre en pratique petit à petit, dans l’amour et la joie d’obéir et de nous soumettre à Dieu, sans condamnation, afin de nous sanctifier et de nous élever spirituellement et ainsi, « le diable fuira loin de vous » (Jacques 4.7).

    Conclusion :

    Il est important de se nettoyer des faux enseignements en s’efforçant de se conformer à Dieu et non à ce monde et ses convoitises. Les lois alimentaires ne sauvent pas mais les négliger peut entraîner de réelles difficultés morales et spirituelles et ainsi contribuer à égarer un enfant de Dieu dans des voies dangereuses. Les lois alimentaires n’ont jamais été abolis : elles regorgent de bénédictions, sont une source de bénédiction très utile à la croissance spirituelle.

    Les lois alimentaires sont données par Le Médecin en chef de l’univers pour  le bien-être de ses enfants car Lui, mieux que quiconque, sait ce qui est bon pour nous.

    Rappelons-nous des paroles de Pierre : « Comme des enfants obéissants, NE VOUS CONFORMEZ PAS AUX CONVOITISES QUE VOUS AVIEZ AUTREFOIS, QUAND VOUS ÉTIEZ DANS L’IGNORANCE. Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints DANS TOUTE votre conduite, selon qu’il est écrit : VOUS SEREZ SAINTS, CAR JE SUIS SAINT. » (1 Pierre 1.15)

    N’oublions pas : « Sanctifie-les par ta Parole » veut dire : Père, apprends-leur a observer Ta Parole, Ta Loi, afin qu’ils soient saints dans leur conduite. « Tout est sanctifié par la Parole » signifie que La Parole, c’est à dire le Saintes Ecritures et donc aussi la Torah de Dieu donnée à Moïse (lois, enseignements), nous guide afin que toutes nos actions soient saintes selon ce que dit l’Ecriture !

    Enfin, parce qu’il est nécessaire d’« insister en toute occasion », remarquez le mot grec utilisé par en actes 21.21 pour décrire le fait de « renoncer à Moïse » : « APOSTASIA ». Bien que l’apostasie ne se limite pas seulement à l’abandon des commandements de Dieu, cette traduction n’est pas hasardeuse : la fausse doctrine de l’abolition des lois de Dieu, lois alimentaires incluses, est un des fruits mauvais de cette apostasie prophétisée par Paul.

    Ne tombez pas dans ce piège subtil quoique évident une fois dévoilée et ne loupez pas les prochainsstop mensonge faux docteur articles et fascicules sur les impacts et les bénédictions spirituelles découlant de l’observation fidèle des lois alimentaires données par l’Eternel des armées à son peuple : tout ce que Dieu donne et ordonne à ses enfants n’est que pure bénédiction, seule la rébellion amène tôt ou tard le malheur et les difficultés.

    Si certaines choses restent obscures et difficiles à pratiquer parfaitement, Dieu ne nous condamne pas et nous apprendra au fur et à mesure, conduit par son Esprit. Sa colère et ses jugements se font ressentir seulement face aux rebelles qui « tordent le sens des Ecritures pour leur propre ruine » selon ce que dit Pierre (2 Pierre 3.16).

    Gardons bien à l’Esprit que Dieu ne condamne pas ses enfants lorsque ceux-ci sont désireux de lui plaire et de lui obéir mais au contraire : au travers de Sa Parole, le désir de Dieu est de nous enseigner et de nous bénir par la mise en pratique de ses commandements afin que l’on marche par sa grâce dans Ses voies droites, ce chemin resserré qui mène à la vie. Derrière les prescriptions alimentaires se cache des trésors de sagesse et de bénédiction pour le peuple de Dieu dont l’impact est infiniment plus grand qu’on ne saurait l’imaginer comme chaque commandement de Dieu que nous mettons en pratique avec amour, grâce et vérité, sans compromis.

    Peut-être, comme de nombreuses personnes, vous avez été mal enseigné à ce sujet. Qui n’a pas déjà été égaré par des enseignements erronés ? N’endurcissons pas notre nuque et notre coeur : pour ceux et celles qui ont l’amour de la vérité, Dieu a préparé une voie pour nous sortir de l’erreur et du péché involontaire après nous avoir éclairé par la grâce de son amour : Cette voie s’appelle la repentance.

    Que le Père pardonne nos nombreuses fautes, non pas à cause de notre justice mais à cause de son grand nom et de sa grâce surabondante qu’il a déployé en Yéshoua notre sauveur. Qu’il nous accorde la repentance et nous donne de grandir dans l’amour véritable : aimer Dieu de tout son coeur en obéissant à sa Torah avec joie et amour, et aimer notre prochain comme nous même, telle est la voie tracée par Dieu le Père et le Messie pour tous ceux qui l’aime.

    Que chacun de nous puisse faire cette courte mais simple prière de David :

    « Eloigne de moi la voie du mensonge, Et accorde-moi la grâce de suivre ta loi ! » (Psaumes 119.29)

    Amen vé Amen.

    Etude de Thomas, inspirée de sources juives dont plusieurs extraits provenant de quelques documents PDF intéressants trouvés sur le site web suivant : http://torahshelyeshua.blogspot.fr/

    Note : Mise à part les citations et autres extraits de sources externes reprises sur le site rencontrerdieu.com, nous ne cautionnons pas forcément tous les propos et les enseignements des personnes et/ou des références et autres sites web citées dans les articles et les vidéos du site rencontrerdieu.com.

    Source: http://www.rencontrerdieu.com/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Par  Ruth:


    Le lavage des mains



    Matthieu 15:11

    .הנכנס בעד הפה אינו מלכלך האדם אבל היוצא מהפה מלכלך האדם
    Ce qui entre par la bouche ne souille pas l'Adam mais ce qui sort de la bouche souille l'Adam. (Psaume 10:7, ect...)


    Des Chrétiens croient que Yéhoshoua-Jésus abolit la Torah alimentaire par cette Parole alors que La Vérité est toute autre.

    Yéhoshoua répond simplement dans ce passage sur un rite de purification de l'âme avant de manger des repas communs de tous les jours, sujet qui ne concerne absolument pas les viandes impures interdites par Elohim dans Sa Torah.

    Savoir que les religieux pharisiens de son époque associaient aussi probablement ce rite de purification à la purification des aliments qu'ils consommaient.

    Ce rite de purification des mains avant de manger n'est absolument pas Un Commandement d'Elohim dans La Torah, vous pouvez chercher, vous ne le trouverez pas.

    Marc 7:3-5
    Or, les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s'être lavé soigneusement les mains, conformément à la tradition des anciens; et, quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent qu'après s'être purifiés. Ils ont encore beaucoup d'autres observances traditionnelles, comme le lavage des coupes, des cruches et des vases d'airain.
    Et les pharisiens et les scribes lui demandèrent: Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures?


    Yéhoshoua confirmera d'ailleurs qu'Il parle bien du lavage des mains à la fin de sa réponse dans le passage de Matthieu qui relate de ce même moment :

    Matthieu 15:20
    Voilà les choses qui souillent l'homme ; mais manger sans s'être lavé les mains, cela ne souille point l'homme.


    je vous invite maintenant à découvrir ce contre quoi Yéhoshoua s'élevait.

    Ce lavage des mains n'est pas un simple rite de purification corporelle mais il est un rite censé purifier l'âme, ce rite était suivi par les pharisiens, ce n'est absolument pas un Commandement de notre Elohim dans Sa Torah, cela est issu de la loi orale Juive takanah.

    Les Juifs orthodoxes pratiquent toujours ce rite de purification avant de prendre les repas communs, comme vous pouvez le lire ci-dessous.

    je cite l'extrait d'un commentaire d'un Juif orthodoxe qui cite le zohar sur le rituel du lavage des mains dans le Judaïsme orthodoxe

    Le Zohar souligne que les forces du mal ont une emprise sur les ongles. Le lavage des mains a donc précisément pour but de retirer cette emprise. La vitalité des ongles est très limitée. C'est, du reste, pour cela que les forces du mal peuvent en prendre possession, surtout lorsque ces ongles sont très sales. Le lavage des mains est alors impossible. Lorsque l'on se lève ou bien avant un repas, on ne peut les laver que dans la mesure où les ongles sont propres.

    On peut donner de tout cela l'explication suivante. Les mains font allusion aux sentiments, qui possèdent des "ongles". En effet, une différence existe entre l'intellect et les sentiments. Le premier a une démarche logique, procède par étapes successives. Les secondes sont directes, extrêmes. Une émotion, qu'elle relève de l'amour ou de la crainte, est toujours brutale, passionnée. Laver les mains consiste à verser de l'eau sur elles, c'est-à-dire à introduire l'intellect dans les sentiments (Voir à ce propos Michée 18,4) afin de les purifier, de leur retirer leur caractère agressif et enflammé et, en un mot, de les maîtriser.

    L'élévation des sentiments est possible de deux façons. La première, le lavage des mains du matin, a pour but de se défaire de l'esprit d'impureté qui découle de l'obscurité, inhérente aux comportements du monde. Les mains sont alors lavées par alternance, étape par étape. L'élévation est progressive et concerne, tour à tour, chaque sentiment, jusqu'à ce qu'elles parviennent toutes à la perfection.


    La seconde façon est le lavage des mains qui précède le repas. Celui-ci est réalisé d'un seul trait, car il n'a pas pour but de se libérer du mal, mais plutôt de sanctifier les émotions. L'ordre établi doit alors être respecté. Puis, on frotte les mains l'une contre l'autre, afin de souligner l'interdépendance des sentiments, car, dans le domaine de la sainteté, toutes doivent être parfaitement unies. C'est, par exemple, le cas de l'amour et de la crainte. N'avoir que l'une ou l'autre est insuffisant. Toutes à la fois doivent être gouvernées par la compréhension. Dès lors, elles s'unissent et agissent conjointement pour concourir au meilleur résultat. C'est de cette façon que l'homme parvient à la perfection.

    source : site loubavitch


    donc il faut bien comprendre que Yéhoshoua dit que manger sans s'être lavé les mains selon ce genre de croyance rituelle ne rend pas les aliments kasher impurs et Il va plus profond dans l'explication Spirituelle en disant que c'est du coeur que vient l'impureté de l'âme et non du fait de mettre des aliments dans notre bouche avec des mains impures, Il démontre la non incidence sur l'âme du non lavage des mains avant de consommer une nourriture propre à être consommée selon La Torah. Il défait un rite dont la doctrine n'est pas conforme avec la Torah.


    Ensuite, je tiens à prévenir les lecteurs de La Parole d'Elohim qu'une phrase qui ne se trouve pas dans le texte source Grec a été rajouté dans le passage du Livre de Marc 7:19, là voici :
    Il déclarait ainsi que tous les aliments sont purs.

    Vous pouvez regarder dans la source Grecque du texte, cette phrase insidieusement rajoutée par certains n'y est absolument pas !Source: http://messianique.forumpro.fr
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Par Ruth:

    Lire aussi, l'étude (à partir du texte grec reçu) qui est après les vidéos qui sont au bas de la page...

    ACTES 20-7:
    " Le premier jour de la semaine, nous étions réunis POUR ROMPRE LE PAIN. Paul, qui devait partir le lendemain, s'entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu'à minuit."
    ACTES 2-46:
    "Ils étaient CHAQUE JOUR tous ensemble assidus au temple, ILS ROMPAIENT LE PAIN dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur."

    Il est dommage que des chrétiens aient remplacé les fêtes ordonnées par Dieu dans la Bible (Qui sont des rendez-vous avec Dieu), par des fêtes païennes issues du paganisme et qu'ils aient remplacé le Sabbat par le dimanche, qui a été institué par l'église catholique romaine et qui a pour origine le jour d'adoration du soleil.
    L'apôtre Paul s'était réuni avec d'autres personnes le premier jour de la semaine POUR ROMPRE LE PAIN mais il est aussi dit que des chrétiens le faisaient CHAQUE JOUR, autrement dit, pour manger ensemble et non comme le croient certains pour prendre le repas du Seigneur, la Pâque, qui ne se prenait QU'UNE FOIS PAR AN.
    En ce qui concerne la Pâque, le Seigneur a dit " faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en prendrez "mais Il n'a jamais dit toutes les semaines, tous les dimanches ou tous les jours.
    L'expression ROMPRE LE PAIN, s'applique au fait de PRENDRE UN REPAS EN COMMUN sans que ce soit forcément la Pâque.
    Les Juifs pieux avaient la coutume de rendre grâce et de ROMPRE LE PAIN au début du repas que ce soit le repas de la Pâque ou pas.
    Lorsque l'apôtre Paul était sur le bateau où il était amené prisonnier et qui a fait naufrage, il a recommandé de prendre de la nourriture et voici ce qu'il fit : 
    ACTES 27-35 :
    " Ayant ainsi parlé, il prit du pain, et, après avoir rendu grâces à Dieu devant tous, IL LE ROMPIT, et se mit à manger." 
    AUTANT QUE L'ON SACHE, IL NE S'AGISSAIT PAS LA, DU REPAS DE LA PÂQUE ! 
    Et il en fut de même lorsque le Seigneur a multiplié les pains : 
    MATTHIEU 14-19 :
    "Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, IL ROMPIT LES PAINS et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule.
    LA ENCORE, IL NE S'AGISSAIT PAS DU REPAS DE LA PÂQUE !

    IL N'Y A PAS DEUX PEUPLES DE DIEU MAIS UN SEUL DONT LE NOM EST ISRAËL.

    LES EGLISES EVANGELIQUES SEPARENT LE PEUPLE JUIF DE L'EGLISE, MAIS ILS OUBLIENT QUE LA BIBLE NE PARLE QUE D'UN SEUL PEUPLE ET NON DE DEUX.

    ROMAINS 11-24 à 27 :
    Si toi, tu as été coupé de l'olivier naturellement sauvage, ET ENTE contrairement à ta nature SUR L'OLIVIER FRANC, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier.
    Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c'est qu'une partie d'Israël est tombée dans l'endurcissement,.JUSQU'A CE QUE LA TOTALITE DES PAÎENS SOIT ENTREE.
    ET AINSI TOUT ISRAËL SERA SAUVE, selon qu'il est écrit: Le libérateur viendra de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés;
    ET CE SERA MON ALLIANCE AVEC EUX, LORSQUE J'OTERAIS LEURS PECHES.

    MATTHIEU 19-28 :
    Jésus leur répondit : Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m'avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, ET VOUS JUGEREZ LES DOUZE TRIBUS D'ISRAËL.

    APOCALYPSE 21-12
    Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait DOUZE PORTES, et sur les portes douze anges, ET DES NOMS ECRITS, CEUX DES DOUZE TRIBUS DES FILS D'ISRAËL.

     

    Voici ici une étude à partir du texte source Grec Reçu, d'une partie du texte des Actes chapitres 15 et 21 dont se servent souvent ceux des non-Juifs ou bien des Juifs pour dire que l'observation de La Torah ne concerne pas les Gentils convertis.

    Ce qui est absolument occulté dans ce passage, c'est tout d'abord la bonne traduction de certains mots, qui, vous allez le voir fait ici toute la différence, ainsi que le contexte des propos tenus et aussi des écrits historiques qui démontrent que les Nazaréens, les véritables premiers Chrétiens issus de la doctrine reçue des Apôtres, n'avaient absolument pas reçu ni compris ces passages de la lettre des Actes comme les gens semblent vouloir les comprendre de nos jours.


    Lecture dans le Chapitre 15

    Nous allons commencer par lire le début d'Actes chapitre 15 pour bien situer le sujet du litige.

    Actes 15:1-2
    Or, quelques personnes venues de Judée, enseignaient les frères, en disant: Si vous n'êtes circoncis selon l'usage de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.
    Une grande contestation et une dispute s'étant donc élevée entre Shaoul (Paul) et Barnabas et eux, il fut résolu que Shaoul (Paul) et Barnabas, et quelques-uns d'entre eux, monteraient à Jérusalem, auprès des apôtres et des anciens, pour traiter cette question.


    Voilà donc le sujet du litige
    Or, quelques personnes venues de Judée, enseignaient les frères, en disant: Si vous n'êtes circoncis selon l'usage de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.

    Tout est là ici, voici le sujet du litige.

    Tout d'abord, il faut bien comprendre ceci, ici, il est question de rejeter le salut pour tous ceux qui n'avaient pas été circoncis à l'âge de 8 jours et qui ne se faisaient pas circoncire en tant qu'adultes. Alors que Yéshoua (Jésus) Est venu mourir crucifié et ressuscité des morts pour rassembler les brebis perdues de la Maison d'Israël qu'elles soient circoncis ou pas. Cette idée de circoncision comme source de salut n'est absolument pas enseignée par La Torah, c'est par le sang que devait venir le Salut. Toute La Torah enseigne cela. La circoncision est là comme un sceau, mais n'apporte pas le salut.

    Actes 15:3-5
    Étant donc envoyés par l'Assemblée, ils traversèrent la Phénicie et la Samarie, racontant la conversion des Gentils; et ils donnèrent une grande joie à tous les frères.
    Et étant arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'Assemblée, et les apôtres et les anciens, et ils racontèrent toutes les choses que Dieu avait faites par eux.
    Mais quelques-uns de la secte des Pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les Gentils, et leur ordonner de garder la loi de Moïse.


    Examinons bien ce verset :
    Mais quelques-uns de la secte des Pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les Gentils, et leur ordonner de garder la Torah de Moïse.

    Il faut savoir une chose essentielle pour bien comprendre, lorsque les Pharisiens qui ont cru s'élèvent ici pour dire de circoncire les Gentils et de leur ordonner de garder la Torah de Moïse.

    Si l'on croit, que les pharisiens voulaient juste dire que les Gentils n'avaient qu'à lire La Torah et la suivre selon ce que Dieu leur montrerait, et bien c'est que l'on n'a pas compris de quoi il est question ici.

    Il faut savoir que le monde Juif a une loi orale qui régit la façon d'appliquer toute La Torah de Dieu car c'est un peuple qui a vécu avec la Torah pendant des milliers d'années et ils l'on concrètement appliquer pendant toutes ces années. Donc des régulations ont pris place dans la société Juive sur comment appliquer La Torah Ecrite de Dieu.

    C'est ce que l'on nomme la loi Juive.

    Tout n'est pas à rejeter dans la loi Juive car les Juifs avaient une connaissance de la pratique de la Torah que nous n'avons pas.
    Par exemple, sur comment tuer un animal, la façon de le tuer... toute la loi Juive est régit autour de ce qui se pratiquait dans le Temple. Donc on a des choses à apprendre des Juifs, il serait faux et présomptueux de prétendre le contraire.

    Mais, il y a un mais, c'est qu'il y eut au cours des siècles des rites et traditions qui se sont rajoutés à cette loi Juive complètement en désaccord avec La Torah Ecrite de Dieu annulant La Torah de Dieu, c'est ce que Yéshoua (Jésus) a dénoncé.

    Yéshoua (Jésus) a dénoncé les takanoth = les traditions qui alourdissent la pratique de La Torah et l'annulent pas beaucoup d'aspect.

    Tout cela expliqué nous aide à comprendre que lorsque ces pharisiens convertis à Yéshoua (Jésus) disent qu'il faut ordonner d'imposer que les Gentils gardent La Torah de Moïse, ils veulent que les Gentils gardent la Torah de Moïse selon la loi Juive avec une pratique Juive de La Torah. Il faut tenir compte de ce contexte ici.

    Continuons la lecture.

    Actes 15:6-11
    Alors, les apôtres et les anciens s'assemblèrent pour examiner cette affaire.
    Et comme il y avait une grande dispute, Kipha (Pierre) se leva, et leur dit: Hommes frères, vous savez qu'il y a longtemps que Dieu m'a choisi d'entre nous, afin que les Gentils entendissent de ma bouche la parole de la Bonne Nouvelle, et qu'ils crussent.
    Et Dieu, qui connaît les coeurs, leur a rendu témoignage en leur donnant le Souffle Saint aussi bien qu'à nous;
    Et il n'a point fait de différence entre nous et eux, ayant purifié leurs coeurs par la foi.
    Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en imposant aux disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons eu la force de porter?
    Mais nous croyons que nous serons sauvés par la grâce du Seigneur Yéshoua Machia'h (Jésus Messie), de même qu'eux.



    Examinons ce verset

    Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en imposant aux disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons eu la force de porter?

    Quel est ce joug dont il est question ici ?

    Le joug de la loi Juive sur quoi faire, comment faire, pour appliquer la Torah de Moïse.

    Et Kipha (Pierre) rajoute

    Mais nous croyons que nous serons sauvés par la grâce du Seigneur Yéshoua Machia'h (Jésus Messie), de même qu'eux.

    Comprendre que quelle que soit la façon dont nous appliquons La Torah si c'est dans le Seigneur Yéshoua (Jésus), que cela soit selon la loi Juive ou pas, nous serons sauvés par la grâce du Seigneur Yéshoua Machia'h (Jésus Messie) !

    Il n'est donc pas ici question de parler de La Torah Ecrite comme d'un joug, mais de parler du joug de l'application de la Torah selon la loi Juive stricte.

    Continuons la lecture

    Actes 15:12-21
    Alors toute l'assemblée se tut, et ils écoutaient Barnabas et Shaoul (Paul), qui racontaient quels miracles et quelles merveilles Dieu avait faits par eux, parmi les Gentils.
    Et après qu'ils eurent cessé de parler, Yaakov (Jacques) prit la parole, et dit: Hommes frères, écoutez-moi.
    Shimon a raconté comment Dieu a commencé de choisir parmi les Gentils un peuple consacré à son nom;
    Et avec cela s'accordent les paroles des prophètes, selon qu'il est écrit:
    Après cela, je reviendrai, et je rebâtirai le tabernacle de David, qui est tombé; et je réparerai ses ruines, et je le redresserai;
    Afin que le reste des hommes, et toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoqué, cherchent le Seigneur; ainsi dit le Seigneur, qui a fait toutes ces choses.

    Toutes les oeuvres de Dieu lui sont connues de toute éternité.
    C'est pourquoi j'estime qu'il ne faut point inquiéter ceux des Gentils qui se convertissent à Dieu;
    Mais leur écrire de s'abstenir des souillures des idoles, de la fornication, des animaux étouffés et du sang.
    Car depuis plusieurs siècles, il y a dans chaque ville, des gens qui prêchent Moïse dans les synagogues, où on le lit tous les jours de shabbat.


    Il y a beaucoup d'éléments à étudier dans ce passage.

    Tout d'abord ces versets :

    Après cela, je reviendrai, et je rebâtirai le tabernacle de David, qui est tombé; et je réparerai ses ruines, et je le redresserai;
    Afin que le reste des hommes, et toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoqué, cherchent le Seigneur; ainsi dit le Seigneur, qui a fait toutes ces choses.


    Ceci est la citation de cette prophétie d'Amos (traduction du rabbina)

    Amos 9:8-15
    Certes, les regards du Seigneur YHWH (L'Eternel) sont fixés sur ce royaume coupable, je l'extermine de dessus la face de la terre. Toutefois je ne veux pas exterminer complètement la maison de Yaakov (Jacob), dit YHWH (L'Eternel). Mais voici ce que j'ai décrété: je secouerai parmi tous les peuples la maison d'Israël, comme on secoue le crible, sans qu'un seul grain tombe à terre. Périront [seuls] par le glaive tous les pervers d'entre mon peuple, ceux qui disent: "Le malheur ne saurait nous approcher ni nous surprendre." 

    En ce jour, je relèverai la tente caduque de David, j'en réparerai les brèches, j'en restaurerai les ruines, je la rebâtirai [solide] comme au temps jadis, en sorte qu'ils recueilleront l'héritage des derniers Iduméens et des autres nations, eux qui ont été désignés d'après mon nom, dit (L'Eternel), qui accomplira tout cela. 

    Voici, des jours vont venir, dit YHWH (L'Eternel), où le laboureur se rencontrera avec le moissonneur, celui qui foule le raisin avec celui qui répand les semences. Les montagnes ruisselleront de moût et toutes les collines deviendront liquides. Je ramènerai les captifs de mon peuple Israël: ils restaureront leurs villes détruites et s'y établiront, planteront des vignes et en boiront le vin, cultiveront des jardins et en mangeront les fruits. Je les replanterai dans leur sol, et ils ne seront plus déracinés de ce sol que je leur ai donné, dit YHWH (L'Eternel), ton Dieu."



    Comprenez-vous mieux la pensée des Apôtres ?

    Si vous lisez bien la prophétie d'Amos ici, vous voyez qu'il est question de la dispersion des 10 tribus du Nord d'Israël parmi les nations que Dieu secoua, le royaume du Nord d'Israël qui fut banni parmi les nations, qui perdit son identité pour se fondre aux nations et devenir par Ephraïm la totalité des nations. (lire aussi Osée chapitre 1)

    Comprendre qu'il y a deux royaumes Juda (peuple Juif) et royaume du Nord d'Israël 10 tribus du Nord.

    En ce jour, je relèverai la tente caduque de David (tente de Juda sans le royaume du nord), j'en réparerai les brèches, j'en restaurerai les ruines, je la rebâtirai [solide] comme au temps jadis, en sorte qu'ils recueilleront l'héritage des derniers Iduméens et des autres nations, eux qui ont été désignés d'après mon nom, dit (L'Eternel), qui accomplira tout cela. ...

    La tente est décrite ici comme caduque car elle n'est pas complètement achevée sans l'héritage perdu du Royaume du Nord.

    Dieu affirme que ceux de la tente caduque de David recueilleront l'héritage des derniers Edomites et l'héritage des autres nations. Qu'est ce que cela signifie ? Cela signifie simplement que tous ceux des nations qui se convertirait au Dieu d'Israël par Yéshoua (Jésus) seraient la possession d'Israël et appartiendraient à la Maison de David donc à Israël !

    Je ramènerai les captifs de mon peuple Israël: ils restaureront leurs villes détruites et s'y établiront, planteront des vignes et en boiront le vin, cultiveront des jardins et en mangeront les fruits. Je les replanterai dans leur sol, et ils ne seront plus déracinés de ce sol que je leur ai donné, dit YHWH (L'Eternel), ton Dieu."

    Et ici Dieu affirme qu'Il ramènerait ce peuple nouveau des nations rattaché à l'ancien Israël, le ramènerait en terre d'Israël.

    C'est ici ce que Yaakov (Jacques) évoque lorsque il évoque cette prophétie en parlant des Gentils et c'est en effet ce qui a convaincu les détracteurs.

    Reprenons donc le passage où Yaakov (Jacques) parle :

    Après cela, je reviendrai, et je rebâtirai le tabernacle de David, qui est tombé; et je réparerai ses ruines, et je le redresserai;
    Afin que le reste des hommes, et toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoqué, cherchent le Seigneur; ainsi dit le Seigneur, qui a fait toutes ces choses.


    Toutes les oeuvres de Dieu lui sont connues de toute éternité.
    C'est pourquoi j'estime qu'il ne faut point inquiéter ceux des Gentils qui se convertissent à Dieu;
    Mais leur écrire de s'abstenir des souillures des idoles, de la fornication, des animaux étouffés et du sang.
    Car depuis plusieurs siècles, il y a dans chaque ville, des gens qui prêchent Moïse dans les synagogues, où on le lit tous les jours de shabbat.


    Yaakov (Jacques) dit ici qu'il ne faut donc pas inquiéter les Gentils qui se convertissent à Dieu car Dieu sait ce qu'Il fait selon ce qu'Il a annoncé et donc comme Dieu l'a annoncé, c'est Dieu qui dirigera et ramènera son peuple à Lui par Son Souffle à observer Sa Torah comme cela est annoncé, et non par des règlements écrits de leur mains en leur imposant une façon Juive d'appliquer la Torah.

    Yaakov (Jacques) va rajouter cette phrase clé :

    Car depuis plusieurs siècles, il y a dans chaque ville, des gens qui prêchent Moïse dans les synagogues, où on le lit tous les jours de shabbat.

    Tout d'abord, cette phrase dévoile bien la pensée de Yaakov (Jacques) qui est de laisser Dieu agir pour les Gentils, il les remet entre les Mains de L'Eternel Dieu pour les aider à comprendre comment suivre La Torah de Dieu qui leur est prêchée chaque Shabbat.

    Car contrairement à la pensée du Christianisme païen, les non-Juifs croyants en Yéshoua (Jésus) se réunissaient bien chaque Shabbat avec les Juifs pour écouter la lecture de La Torah. Yaakov (Jacques) affirme par là qu'ils ont donc La Torah et qu'ils ne leur restent qu'à la suivre selon ce que Dieu leur montrera.

    Les Apôtres avaient à l'esprit toutes les prophéties concernant le rétablissement des brebis perdues de la Maison d'Israël qui allait se réaliser à travers la conversion des Gentils et notamment celle-ci :

    Ezéchiel 36:27
    Je mettrai Mon Esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.


    Continuons la lecture

    Actes 15:22-24
    Alors, les apôtres et les anciens avec toute l'Assemblée jugèrent à propos d'envoyer à Antioche des hommes choisis parmi eux, avec Shaoul (Paul) et Barnabas, savoir, Yéhoude (Jude), surnommé Barsabas, et Silas, hommes considérés parmi les frères;
    En écrivant ceci par leur intermédiaire: Les apôtres, les anciens et les frères, à nos frères d'Antioche, de Syrie et de Cilicie, d'entre les Gentils, salut.
    Comme nous avons appris que quelques personnes venues de chez nous, vous ont troublés par leurs discours, et ébranlent vos âmes, en disant qu'il faut être circoncis et garder la loi; ce que nous ne leur avons point ordonné;


    En disant qu'il faut être circoncis et garder la loi; ce que nous ne leur avons point ordonné;

    Alors ici, il est tout de même nécessaire de retraduire à partir du texte source Grec Reçu car cette traduction laisse à désirer. Car en lisant ici on a l'impression que les Apôtres ne veulent pas que les Gentils gardent La Torah, ce qui contredirait tout ce qui est dit au dessus par Yaakov (Jacques) lorsqu'il annonce la prophétie du retour d'Israel par le biais des nations et lorsqu'il dit qu'il ne faut pas mettre sur leur dos le joug de la loi Juive étant donné que les Gentils ont La Torah qui leur est prêchée donc qu'ils ont accès à la Vérité qu'ils doivent suivre.
     
    Vous allez voir, traduction à l'appui la véritable traduction de ce verset ci-dessous:
    Actes 15:24
    ἐπειδὴ ἠκούσαμεν ὅτι τινὲς ἐξ ἡμῶν ἐξελθόντες ἐτάραξαν ὑμᾶς λόγοις, ἀνασκευάζοντες τὰς ψυχὰς ὑμῶν, λέγοντες περιτέμνεσθαι καὶ τηρεῖν τὸν νόμον, οἷς οὐ διεστειλάμεθα:

    ἐπειδὴ = puisque

    ἠκούσαμεν = nous avons entendu

    ὅτι = que

    τινὲς = quelque

    ἐξ = parmi

    ἡμῶν = nous

    ἐξελθόντες = sont venus

    ἐτάραξαν = troublés

    ὑμᾶς = vous

    λόγοις = paroles

    ἀνασκευάζοντες = détruisent, éliminent ou suppriment

    τὰς = les

    ψυχὰς = âmes

    ὑμῶν = vos

    λέγοντες = disant

    περιτέμνεσθαι = d'être circoncis

    καὶ = et

    τηρεῖν = garder

    τὸν νόμον = la loi ou ordonnance

    οἷς = qui

    οὐ = non

    διεστειλάμεθα = commandée.

    Voici donc ce que cela peut donner

    Puisque nous avons entendu que parmi nous sont venus vous troublés (par des) paroles qui suppriment vos âmes disant d'être circoncis et (de) garder l'ordonnance qui n'est pas commandée.

    Alors ici nous allons mieux étudier le mot τὸν νόμον La Loi.

    En effet ce mot Grec avec l'article définit signifie "La Torah" dans bien des cas, mais il faut savoir aussi que ce mot "La Loi" peut aussi parler d'autre chose, il peut s'agir d'une loi, d'une ordonnance autre que La Loi de Moïse, c'est un sujet difficile dont des érudits Grecs se sont penchés et dont les avis sont partagés... Il est parfois difficile dans certains cas de toujours discerner si l'auteur fait référence ou non à La Torah de Moïse.

    Bien souvent, le contexte de la phrase aide à comprendre, par exemple quand Paul parle de la loi du péché et qu'il utilise le même mot Grec avec un article définit τω νομω on sait cependant qu'il ne parle pas de La Torah de Moïse.

    Ce texte Grec du Livre des Actes avait été au préalable écrit en Hébreu car pourquoi ne l'aurait-il pas été car il devait être accessible aussi aux Hébreux, le texte Grec est donc ici une traduction, donc on peut prendre la Septante qui sont les textes de La Torah et Les Prophètes en Grec, pour comparer, et on sait que dans la Septante, le mot νόμου Nomos est utilisé pour traduire aussi les mots Hébreux חֻקָּה et דָּת qui ne sont pas le mot Torah תּורָה

    דָּת = décret, régulation

    חֻקָּה = ordonnance

    Donc ici dans ce texte des Actes, c'est la même chose, les Apôtres ne parlent pas de La Torah de Moïse étant donné qu'il est écrit littéralement ceci :

    Puisque nous avons entendu que parmi nous sont venus vous troublés (par des) paroles qui suppriment vos âmes disant d'être circoncis et (de) garder l'ordonnance qui n'est pas commandée.

    Qu'elle est donc cette loi ou cette ordonnance qui n'est pas commandée et non comme les différents traducteurs ont rajoutés ce que nous ne leur avons point ordonné

    Cette ordonnance non-commandée dans La Torah et les Prophètes est celle qui consiste à prêcher le salut par la circoncision alors que le salut qui doit être prêché est celui par le sang de Yéshoua (Jésus). Et l'ordonnance qui n'est pas ordonnée par La Torah Ecrite ici est l'ordonnance relative à la loi Juive sur comment appliquer La Torah Ecrite.

    Continuons notre lecture

    Actes 15:27-29
    Il nous a paru bon, d'un commun accord, de vous envoyer des hommes choisis, avec nos bien-aimés Barnabas et Shaoul (Paul),
    Hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Yéshoua Machia'h (Jésus Messie)
    Nous vous envoyons donc Yéhoude (Jude) et Silas, qui vous annonceront de bouche les mêmes choses.
    Car il a paru bon au Souffle Saint et à nous, de ne point vous imposer d'autres charges que les nécessaires;
    Savoir, que vous vous absteniez de ce qui a été sacrifié aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de la fornication; desquelles choses vous ferez bien de vous garder. Adieu.


    Versets à examiner :

    Car il a paru bon au Souffle Saint et à nous, de ne point vous imposer d'autres charges que les nécessaires;
    Savoir, que vous vous absteniez de ce qui a été sacrifié aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de la fornication; desquelles choses vous ferez bien de vous garder. Adieu.


    Ici, par cette ordonnance résumée, les Apôtres montrent bien par là qu'ils ne veulent pas imposer la loi Juive sur comment appliquer ou non La Torah car par exemple on sait que selon la loi Juive, il y a une certaine façon de tuer l'animal, mais comment imposer cela à des nouveaux convertis au Dieu d'Israël qui sont parmi les nations païennes ? Car comment aller sur les marchés acheter sa viande qui n'aurait pas été tué selon le rite Juif ? C'est ce joug trop lourd à porter que n'ont pas voulu imposer aux Gentils les Apôtres.

    Alors les Apôtres se rapportent simplement à ce qui est écrit dans la Torah en prescrivant que la viande ne doit pas être étranglée ou étouffée (le mot Grec ici signifie aussi dans le cas où le sang ne s'écoule pas) donc la viande doit être égorgée, comme Dieu Le commande bien dans La Torah ci-dessous

    Deutéronome 12:16
    Seulement, vous ne mangerez pas le sang : tu le répandras sur la terre comme de l'eau.


    Les Apôtres prescrivent aussi de ne pas manger de sang juste comme ce qui est écrit dans La Torah sans ajouter tout ce qui vient de La Loi Juive stricte qui est de faire subir un traitement particulier à la viande auparavant...

    les Apôtres prescrivent de ne pas manger de sang qui est le commandement de La Torah qui consiste à ne pas manger d'animaux vivants et ne pas consommer de sang.

    Genèse 9:4
    Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang.


    Lévitique 7:27
    Celui qui mangera du sang d'une espèce quelconque, celui-là sera retranché de son peuple.


    les Apôtres prescrivent de s'abstenir juste de ce qui est sacrifié aux idoles, on pense bien sûr aux viandes, alors que la loi Juive prescrit de manger uniquement d'une viande qui soit agréé par les religieux Juifs. Tuée selon le rite de la loi Juive.

    Et les Apôtres leur disent de s'abstenir de la fornication ce qui gangrène le monde païen.

    Il est évident que les Apôtres n'énumèrent pas toute La Torah mais cela ne signifie pas que les Gentils devaient juste suivre ces simples recommandations... car que faire des autre Commandements essentiels de La Torah comme Aimer Dieu de tout son coeur et son prochain comme soit-même, ect... mais les Apôtres répondaient ici à ce qu'avaient voulu imposer quelques Juifs aux Gentils nouveaux convertis.

    C'est pourquoi les Apôtres mentionnent principalement ici ce qui a attrait à la nourriture et aux viandes, probablement car ces Juifs qui voulaient imposer la circoncision et l'observation de La Torah selon la loi Juive avaient aussi dû évoqué le sujet de la consommation des viandes selon l'interprétation qu'en faisait la loi Juive.

    Actes 15:30-31
    Ayant donc été envoyés, ils vinrent à Antioche; et ayant assemblé la multitude, ils remirent la lettre. L'ayant lue, ils se réjouirent de cette exhortation.


    Pourquoi les nouveaux Israélites parmi les nations se réjouirent-ils ? Tout simplement car le joug de la loi Juive ne leur était pas imposé et ils pourraient donc suivre La Torah de Dieu sans dépendre de l'interprétation de la loi Juive.

    Lecture du chapitre 21

    Actes 21:17-24
    Quand nous fûmes arrivés à Jérusalem, les frères nous reçurent avec joie.
    Et le lendemain, Shaoul (Paul) vint avec nous chez Yaakov (Jacques), et tous les anciens s'y assemblèrent.
    Et après les avoir embrassés, il raconta en détail tout ce que Dieu avait fait parmi les Gentils, par son ministère.
    Quant à eux, l'ayant entendu, ils glorifièrent le Seigneur et ils lui dirent: Frère, tu vois combien il y a de milliers de Juifs qui ont cru, et ils sont tous zélés pour la Torah.
    Or, ils ont été informés (ils ont entendu) que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les Gentils, à renoncer à Moïse, en leur disant de ne pas circoncire les enfants, et de ne pas se conformer aux coutumes.
    Que faut-il donc faire? Certainement la multitude se rassemblera; car ils entendront dire que tu es arrivé.
    Fais donc ce que nous allons te dire: Nous avons quatre hommes qui ont fait un voeu;
    Prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et paye leur dépense, afin qu'ils puissent se faire raser la tête, et que tous sachent qu'il n'est rien de tout ce qu'ils ont entendu dire de toi, mais que tu continues à garder La Torah.


    (ils ont entendu) que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les Gentils, [u]à renoncer à Moïse, en leur disant de ne pas circoncire les enfants, et de ne pas se conformer aux coutumes....
    et que tous sachent qu'il n'est rien de tout ce qu'ils ont entendu dire de toi, mais que tu continues à garder La Torah.

    Ici, on a l'évidence que certains comme c'est le cas aujourd'hui, ne comprenaient pas vraiment ce qu'enseignait Shaoul (Paul) et qu'il y avait un amalgame. Shaoul (Paul) ne prêchait pas la fin de la circoncision des enfants à l'âge de 8 jours mais disait que les adultes n'avaient pas besoin d'être circoncis pour entrer dans l'Assemblée d'Israël car c'est par le sang de Yéshoua (Jésus) que nous entrons dans l'Alliance et non par la circoncision.

    Continuons à lire
    Actes 21:25
    Quant aux Gentils qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu'ils ne devaient rien observer de semblable, mais se garder seulement de ce qui est sacrifié aux idoles, du sang, de ce qui est étouffé et de la fornication.


    Alors ici revenons au texte source Grec pour voir la bonne traduction du texte ci-dessous

    Actes 21:25

    Περὶ = concernant

    δὲ τῶν = des

    πεπιστευκότων = qui ont cru

    ἐθνῶν = gentils ou ceux des nations

    ἡμεῖς = nous

    ἐπεστείλαμεν = avons écrit

    κρίναντες = en condamnant

    μηδὲν = rien

    τοιοῦτον = de semblable

    τηρεῖν = observer

    αὐτούς = eux-même

    εἰ = si

    μὴ = non

    φυλάσσεσθαι = de s'abstenir

    αὐτοὺς = eux-même

    τό = de

    τε = aussi

    εἰδωλόθυτον = sacrifiées ou offerts aux idoles

    καὶ = et

    αἷμα = sang

    καὶ = et

    πνικτὸν = étranglés (sans que le sang n'ait coulé)

    καὶ = et

    πορνείαν = immoralité sexuelle


    Tout d'abord, le mot κρίναντες signifie "en condamnant" ou en "jugeant"

    voir
    http://misselbrook.org.uk/Parsing.aspx?PNum=16490

    et

    http://concordances.org/greek/krinantes_2919.htm

    donc voici une traduction plus proche du texte source Grec

    Concernant des gentils qui ont cru, nous avons écrit en condamnant rien de semblable à observer aussi (pour) eux-même, si non de s'abstenir eux-même des sacrifiées aux idoles et du sang et des étranglés (sans que le sang n'ait coulé) et de l'immoralité sexuelle.

    Lorsque la lettre dit en condamnant rien de semblable à observer aussi (pour) eux-même, en réalité cela dit clairement qu'ils disent à Shaoul (Paul) après qu'ils lui aient demandé de prouver au peuple qu'il suivait La Torah, qu'ils ont écrit aux Gentils en ne condamnant pas la pratique de La Torah aussi pour eux-même, mais qu'ils leur ont juste donner comme directive de s'abstenir de ce qui est sacrifié aux idoles, du sang, des viandes étranglées (sans que le sang n'ait coulé) et de l'immoralité sexuelle.

    Actes 21:26
    Alors, Shaoul (Paul) ayant pris ces hommes, et s'étant purifié avec eux, entra dans le temple le jour suivant, déclarant la durée des jours dans lesquels la purification s'accomplirait, et quand l'offrande serait présentée pour chacun d'eux.


    Nous allons maintenant regarder différents récits historiques qui démontrent bien que ceux qui avaient la même foi que l'Apôtre Shaoul (Paul) et la foi des Apôtres n'avaient absolument pas aboli la circoncision des enfants à 8 jours ni l'observation de La Torah.

    Tout d'abord il nous faut faire une étude éthymologique historique.

    Les premiers gens que l'on a nommé Chrétiens se nommaient "NATZ A REEN" car ils étaient convertis à YaHshoua (Jésus) Le Natzaréen.

    Ne pas confondre avec "Naz I réen"

    Le "Natz A réen" désigne une personne qui vient de Natzareth נצרת qui vient du mot Natser ou Netsar נצר qui signifie REJETON donc le nom de "Natz A réen" pour Yéshoua (Jésus) désigne plus que la ville où Il vécut mais désigne son statut prophétique annoncé

    Esaïe 11:1
    "Or, un rameau sortira de la souche de Yessé, 
    UN REJETON וְנֵצֶר (Netzar) poussera de ses racines
    ."


    Yéshoua (Jésus) n'était donc pas "Naz I réen" mais "Natz A réen".

    Yéshoua (Jésus) buvait du vin, ce que les "Naz I réens" ne pouvaient pas faire
    durant leur voeu de "Naz I réat".

    "Naz I réen" vient du mot différent נזיר Nazir, qui signifie "consacré" ou "séparé"

    Ces gens nommées "Natz A réens" (Netzarim) étaient connus pour suivre La Torah tout en
    croyant en Yéshoua (Jésus)

    Les ennemis de l'Apôtre Shaul (Paul) disaient de lui :

    Actes 24:5
    Nous avons trouvé cet homme, qui est une peste, qui excite des divisions parmi 
    tous les Juifs du monde, qui est chef de la SECTE DES NAZAREENS
    "
    Le terme de "Chrétiens" signifie "suiveurs du Christ" Ce terme était plus employé par les païens pour dénigrer les "Nazaréens" et leur Foi Israélite

    Tout ceci rappelé, un autre fait doit être rappelé qui est que contrairement à ce que l'on pourrait croire, après Constantin et son établissement du Christianisme adapté au culte romain, la persécution n'était pas menée contre ceux qui disaient croire en Jésus, mais contre les croyants en Yéshoua (Jésus) qui PRATIQUAIENT La Torah en gardant Ses Commandements.

    Voici donc des citations historiques qui prouvent que les premiers Chrétiens célébraient le Shabbat, les fêtes, mangeaient kasher... Il faut bien sûr tenir compte que bien souvent ceux qui écrivaient à leur sujet étaient leur détracteurs.

    Quelle était la foi des Natzaréens l'étiquette qui était reconnu être celle de Shaul (Paul) ?

    Au 4ème siècle Jérôme se réfère également aux Nazaréens comme ceux

    "... qui acceptent le Messie de telle manière qu'ils ne cessent d'observer l'ancienne loi."

    -Citation de Jérôme

    "Ils (Nazaréens) croient que le Messie, le Fils de Dieu, est né de la Vierge Marie."

    -Citation de Jérôme, Lettre 75 à Augustin concernant Jésus comme Fils de Dieu.

    "Matthieu, également appelé Lévi, apôtre et ancien publicain, a composé un évangile de Jésus-Christ dans un premier temps publié en Judée, en hébreu pour le bien de ceux de la circoncision qui croyaient, mais fut ensuite traduit en grec dont l'auteur est incertain. L'hébreu lui-même a été conservé jusqu'à nos jours à la bibliothèque de Césarée, dont le Pamphlet est recueilli avec tant de diligence. J'ai également eu l'occasion d'avoir le volume qui m'a été décrit par les Nazaréens de Bérée, une ville de la Syrie, qui l'utilisent. En cela, il est à noter que, partout où l'évangéliste, que ce soit sur son propre compte ou en la personne de notre Seigneur, le Sauveur cite le témoignage de l'Ancien Testament, il ne suit pas l'autorité des traducteurs de la Septante, mais l'hébreu.(...)"

    -Citation de Jérôme dans La vie des hommes Illustrius Ch.3

    "Ils (Nazaréens) n'ont pas d'idées différentes, mais confessent exactement comme la Loi le proclame et à la façon juive - à l'exception de leur croyance dans le Christ... Car ils reconnaissent à la fois la résurrection des morts et la création divine de toutes choses, et déclarent que Dieu est UN, et que son Fils Est Jésus-Christ."

    -Citation d'Épiphane de Salamine, dans Panarion 29.7.2

    "Adhérant à la circoncision et la loi de Moïse:
    Ils (Nazaréens) sont en désaccord avec les Juifs parce qu'ils en sont venus à la foi en Christ, mais comme ils sont encore entravées par la loi - la circoncision, le sabbat, et le reste - ils ne sont pas en accord avec les chrétiens."


    -Citation d'Épiphane de Salamine dans Panarion 29.7.4 

    "Ils (Nazaréens) utilisent non seulement le Nouveau Testament, mais l'Ancien Testament ainsi, comme le font les Juifs."

    -Citation d'Épiphane de Salamine, Panarion 29.7.2

    "Ils ont l'Evangile selon saint Matthieu dans son intégralité en hébreu. Car il est clair qu'ils le conservent encore dans l'alphabet hébreu, comme il a été écrit à l'origine."

    -Citation d'Épiphane de Salamine, Panarion 29.9.4

    "Et il [Heggesippus le Nazaréen] cite quelques passages de l'Evangile selon les Hébreux et du syriaque [l'araméen], et quelques détails de la langue hébraïque, en montrant qu'il était un converti Hébreu, et il mentionne d'autres questions empruntée à la tradition orale des Juifs."
     
    Nous avons des traditions dans certaines églises dont l'église Ethiopienne qui bien qu'elle a été aussi contaminée par des rites païens a maintenu des traditions issus de l'époque Apostolique car cette église éthiopienne a toujours résisté à ce que voulait imposer l'église de Rome notamment sur l'abolition du Shabbat de l'alimentation kasher et de la circoncision des enfants à l'âge de 8 jours, ce que l'église Ethiopienne continue à pratiquer de nos jours.

    Si je cite cet exemple, c'est simplement pour démontrer que si ces traditions ont persisté dans certaine église, c'est qu'en réalité, cela avait une source ancienne.

    Il faut que l'église d'aujourd'hui se rende à l'évidence, elle est loin d'être dans les traces de l'Assemblée du temps des Apôtres. C'est pourquoi, il est temps de se réveiller et de revenir vers La Torah de notre Dieu qui je le rappelle était prêchée chaque Shabbat aussi aux non-Juifs. Chose qui s'est perdu au sein des Assemblées actuelles dites Chrétiennes.

    Concernant le Shabbat, l'alimentation et la circoncision des enfants à 8 jours, nous savons que des Nazaréens=Chrétiens comme certains nommés des Vaudois, Albigeois, des Passiguinis conservaient les préceptes de La Torah par leur foi en Yéshoua (Jésus)...

    Ces pratiques dans la foi Chrétienne étaient très répandues et s'étendaient jusqu'en Russie et au delà...

    On sait par certains écrits que les Vaudois prêchaient l'observance de La Torah de Moïse à la lettre. C'est pourquoi l'église de Rome a été sans pitié à leur égard, elle a voulu les détruire jusqu'aux derniers.

    Il y eut des réveils avec John Wycliff et les Lollards... bien avant, la soit disant réforme de Martin Luther qui ne réforma pas vraiment tout mais simplement en surface gardant beaucoup de dogmes romains.

    Révélation du mot iniquité !

    Message  Cette étude est faite pour mettre en lumière la traduction d'un mot qui fait toute la différence dans la compréhension de ceux qui lisent Le Témoignage de La Bonne Nouvelle de Yéshoua (Jésus) et des lettres des Apôtres !

    Il s'agit du mot Iniquité ! Devinez donc ce qui se cache en Grec derrière cette traduction très approximative ?

    Voici le mot Grec derrière la traduction "Iniquité" :
    ανομιαν anomia

    a signifie "sans" ou "absence"
    et nomia vient de "nomos" qui signifie "Loi" en référence à La Loi de Dieu.

    Anomia = absence de Torah ou sans Torah, voici ce qui est traduit par iniquité dans vos Bibles.

    Il est vrai que l'iniquité est bien l'absence de Torah mais étant donné que le mot iniquité ne veut plus rien dire de nos jours, les gens se faisant leur propre idée du bien et du mal donc aussi de l'iniquité, cette traduction est donc bien loin de traduire correctement le texte car cette traduction est trop vague.

    La majorité des traductions ont aussi également traduit par iniquité le mot Grec αδικιας adikia absence de Justice.

    Maintenant reprenons les passages où il est question de l'absence de La Torah.

    Mattityahou (Matthieu) 7:21-23 
    Tous ceux qui me disent : Seigneur ! Seigneur ! n'entreront pas dans le Royaume des cieux ; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux.
    Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur ! Seigneur ! n'avons-nous pas prophétisé en ton Nom ? et n'avons-nous pas chassé les démons en ton Nom ? et n'avons-nous pas fait plusieurs miracles en ton Nom ?
    Mais je leur dirai alors tout ouvertement : je ne vous ai jamais reconnus ; retirez-vous de moi, vous qui travaillez sans La Torah (ανομιαν=anomia).


    Mais je leur dirai alors tout ouvertement : je ne vous ai jamais reconnus ; retirez-vous de moi, vous qui travaillez sans La Torah (ανομιαν=anomia)

    Mattityahou (Mathieu) 13:41 
    Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui ôteront de son royaume tous les scandales et ceux qui agissentsans La Torah; (ανομιαν=anomia)


    Mattityahou (Matthieu) 23:28 
    Vous de même, au-dehors vous paraissez justes aux hommes, mais au-dedans vous êtes remplis d'hypocrisie et sans La Torah. (ανομιας=anomia)


    Mattityahou (Matthieu) 24:12
    Et parce que l'absence de La Torah (ανομιαν=anomia) sera multipliée, l'Amour de Dieu de plusieurs se refroidira.


    Lettre de Shaoul (Paul) aux Romains 6:19
    Je parle suivant l'usage des hommes, à cause de l'infirmité de votre chair. En effet, de même que vous avez livré vos membres pour servir à l'absence de La Torah (ανομια=anomia) et à l'injustice pour l'absence de La Torah (ανομιαν=anomia), ainsi livrez-les maintenant comme esclaves à la justice pour la sainteté.


    Lettre de Shaoul (Paul) aux Corinthiens Livre 2 chapitre 6:14
    Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles; car qu'y a-t-il de commun entre la justice etl'absence de La Torah (ανομια=anomia)? et quelle union y a-t-il entre la lumière et les ténèbres?



    Lettre de Shaoul (Paul) aux Thessaloniciens Livre 2 chapitre 2:7
    Car le mystère de l'absence de La Torah (ανομιας=anomia) opère déjà; attendant seulement que celui qui le retient maintenant, soit enlevé.


    Lettre de Shaoul (Paul) à Tite 2:14
    (Yéshoua) Qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute absence de La Torah (ανομιας=anomia) et de nous purifier, et de se former un peuple particulier, zélé pour les bonnes œuvres.


    Lettre aux Hébreux 1:9
    Tu as aimé la justice, et tu as haï l'absence de La Torah (ανομιαν=anomia), c'est pourquoi, ô Dieu! ton Dieu t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes semblables.


    Il s'agit ici de la citation du Psaume 45:7 ci-dessous :
    Tu aimes la justice, tu hais l’iniquité; voilà pourquoi Dieu ton Dieu t’a consacré par une huile d’allégresse, de préférence à tes compagnons.

    Le mot Hébreu traduit ici par iniquité est רֶשַׁע Resha qui signifie mal méchanceté et culpabilité et nous voyons que celui qui a rédigé la lettre aux Hébreux en Grec a traduit cela par "l'absence de La Torah" alors que le mot Grec pour méchanceté existe et est utilisé dans d'autres passages du texte Grec Biblique : κακία kakia

    Donc, tous ceux qui prêchent l'abolition de La Torah ou le fait qu'ils ne sont plus sous La Torah de Dieu sont appelés à revoir leur compréhension de L'Evangile (Bonne Nouvelle)


     Le mot Grec nomos νόμος traduit par loi est utilisé pour faire mention de La Torah Les 5 Livres de Moché (Moïse) mais pas uniquement, ce mot est aussi utilisé pour parler d'un système religieux en particulier, on peut distinguer la différence dans une phrase suivant le contexte de la phrase mais aussi dans beaucoup de cas si le mot a un article défini devant ou s'il n'en a pas. 

    Par exemple s'il est écrit :

     νόμος = La Torah = 5 Livres de Moché (Moïse) = Enseignements de Dieu

    ou

    τοῦ νόμος = La Torah = 5 Livres de Moché (Moïse) = Enseignements de Dieu

    ou

    τὴν νόμος = La Torah = 5 Livres de Moché (Moïse) = Enseignements de Dieu

    mais la plupart du temps s'il est écrit :

    νόμος sans article défini = système religieux en relation avec la Torah (Les 5 lives de Moïse ) ou oeuvres humaines = loi des hommes = système religieux autre que les 5 Livres de Moché (Moïse)

    Voir aussi avec le contexte de la phrase, cela aide à comprendre pour savoir de quoi parle l'auteur...

    Partant de ce point vous verrez que cela change beaucoup de choses lorsque vous lirez les lettres de Shaul (Paul) dont l'Epitre aux Galates.

    Source de cette information ici :
    http://concordances.org/greek/3551.htm

    traduction en Français :
    3551 nómos -- loi. 3551 (nómos) est utilisé pour:
    a) La Loi (Ecriture), fait référence aux 5 Livres des Ecritures; 
    ou
    b) à un système religieux ou de pensée (théologie), spécialement quand nomos apparaît SANS l'article défini Grec.

     

    Vous pouvez aussi regarder par vous-même dans le texte Grec de cet Epître :
    http://ba.21.free.fr/ntgf/galates/galates_1_gf.html
    LORSQUE L'APÔTRE PAUL DIT :
    "MANGEZ DE TOUT CE QUI SE VEND SUR LE MARCHE...."
    DE QUOI PARLE-T-IL RELLEMENT  ? (Voir l'explication plus bas) 
    SUREMENT PAS DE CA :
    QUELQUES EXEMPLES :
    DES ENFANTS SONT NES AVEC DES DEFORMATIONS 
    ET PLUSIEURS PERSONNES SONT MORTES.

    MALADIES TRANSMISES PAR LE PORC :
    BRUCELLOSE, ROUGET DU PORC, TAENIA, TRICHINE, 
    LISTERIOSE, SYNDROME PIED MAIN BOUCHE, 
    DOUVE DE CHINE, CYSTICERCOSE, PARAGONIMIASE.

    Si l'on prend à la lettre ce que dit l'apôtre Paul, sans tenir compte du contexte de l'époque, des personnes auxquelles il s'adresse et de l'état d'esprit dans lequel il parle, alors nous pouvons manger toutes ces choses car elles se vendent sur des marchés.
    Mais que dit vraiment l'apôtre Paul ?
    Lisez ce qui suit et vous comprendrez.
    UNE NOURRITURE SAINE DANS UN CORPS SAINT.

    AVANT MÊME QUE LA LOI SOIT DONNEE A MOÏSE, NOË CONNAISSAIT LA DIFFERENCE 
    ENTRE LES ANIMAUX PURS ET IMPURS :

    GENESE 7-1 et 2 :
    L'Éternel dit à Noé...Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle;


    1CORINTHIENS 10:25 
    Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ;
    (Sous entendu, parmi les animaux purs, ce qui était évident pour les personnes auxquelles l'apôtre Paul s'adressait)

    (Dans ce texte Paul parle des viandes pures qui ont été sacrifiées aux idôles et qui sont de ce fait considérées comme étant devenues impures par certains. 
    Lorsque l'apôtre Paul dit " Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience ; " il parle bien sur uniquement de toutes les viandes pures sans se soucier de savoir si elles ont été sacrifiées à une idole car ces viandes pures restent pures aux yeux de Dieu même si elle ont été offertes à une idole.
    Toutefois, ces viandes qui en réalité sont toujours pures aux yeux de Dieu, deviennent impures aux yeux de certains qui les croient devenues impures parce qu'elles ont été offertes à une idole.)

    Non seulement manger des viandes impures déplaÎt à Dieu mais ces viandes sont nocives pour la santé.
    ESAÏ 66-17 (Prophétie pour la fin des temps) : Ceux qui se sanctifient et se purifient dans les jardins, Au milieu desquels ils vont un à un, 
    Qui mangent de la chair de porc, Des choses abominables et des souris, 
    Tous ceux-là périront, dit l'Éternel.



    1 CORINTHIENS 3-17 :
    Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous?
    Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes.

    1 CORINTHIENS 6-19 :
    Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.


    Il faut se réjouir pleinement de voir de plus en plus d'évangéliques reconnaître en Jésus leur Sauveur.
    Toutefois, le Mouvement évangélique pose un certain nombre de problèmes importants dont nous devons tous être conscients, et qui font l'objet de cet article.
    Nous sommes tous appelés à aimer ardemment tous les frères et soeurs en Jésus-Christ. Quand la vie du Messie brûle dans nos cœurs, nous ne pouvons pas faire autrement. Mais nous devons aussi nous dire la vérité avec amour. C'est ce que nous avons tenté de faire dans cet article, en dénonçant la séduction spirituelle dans laquelle se sont engagés nos frères évangéliques qui n'ont strictement rien compris aux enseignements de l'apôtre Paul.
    Ils ne tiennent absolument pas compte du contexte de l'époque, de la situation, et des personnes auxquelles s'adresse l'apôtre Paul et ce littéralisme puéril les conduisent à des hérésies qui contredisent totalement les autres enseignements de la Bilble..


    Qu'ils veuillent bien comprendre que cela n'enlève rien à l'amour que nous leur portons, et à la joie que nous éprouvons à voir des fils et des filles reconnaître en Jésus-Christ leur Sauveur.


    LES EGLISES EVANGELIQUES SONT ATTACHEES A LEURS TRADITIONS ISSUES DU PAGANISME AUTANT QUE LES CATHOLIQUES ET LES JUIFS ORTHODOXES SONT ATTACHEES AUX LEURS.
    GALATES 5-4 :

    Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la JUSTIFICATION dans la loi (

    ; vous êtes déchus de la grâce. 
    Mais il ne leur a jamais dit de ne plus observer la loi de Dieu donnée à Moise , ni que cette loi était abolie. 

    (Les sacrifices d'animaux n'ont plus lieu d'être aujourd'hui car ils ne pouvaient se faire que dans le temple et Jésus-Christ les a remplacés. 
    Toutefois, nous voyons en Zacharie 
     que les sacrifices reprendront dans le temple reconstruit en mémoire du sacrifice de Jésus-Christ : ZACHARIE chapître 14, verset 21 :
    Toute chaudière à Jérusalem et dans Juda Sera consacrée à l'Éternel des armées; Tous ceux qui offriront des sacrifices viendront Et s'en serviront pour cuire les viandes; Et il n'y aura plus de marchands dans la maison de l'Éternel des armées, En ce jour-là.


    Les rites de purifications n'ont plus lieu d'être non plus, car ils étaient en relation avec le fait de se rendre au temple, afin de ne pas le souiller et tout ce qui est en relation avec le service tu temple ne peut plus être pratiqué mais le reste doit être observé si l'ont veut plaire à Dieu.)
    Il leur a simplement dit que l'on ne pouvait pas compter sur ces choses pour être sauvé mais seulement sur Christ, 
    Ce n'est parce que nous ne sommes pas sauvé par la loi et par n'importe quelle bonne oeuvre que nous ne devons pas observer la loi et faire de bonnes oeuvres.



    Nous lisons dans l'épître aux Ephésiens chapître 2 versets 8 à 10 :


    Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.
    Car nous sommes Son ouvrage, ayant étés créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres que Dieu a préparées d'avance afin que nous les pratiquions.

    Ces oeuvres préparées d'avance, sont celles que Dieu a prescrites à Moise.

    L'apôtre Jacques a écrit en Jacque 4-11 :
    Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d'un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n'es pas observateur de la loi, mais tu en es juge.


    1JEAN 5-2 :
    Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements.
    1TIMOTHEE 1-8 :
    Nous n'ignorons pas que la loi est bonne, pourvu qu'on en fasse 
    un usage légitime,

    ACTES 21-20 à 24 :
    Quand ils l'eurent entendu, ils glorifièrent Dieu. Puis ils lui dirent: Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi.
    Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes.
    Que faire donc? Sans aucun doute la multitude se rassemblera, car on saura que tu es venu.
    C'est pourquoi fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un voeu; prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leur dépense, afin qu'ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu'ils ont entendu dire sur ton compte est faux,
     mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi
    ACTES 21-26 : 
    Alors Paul prit ces hommes, se purifia, et entra le lendemain dans le temple avec eux, pour annoncer à quel jour la purification serait accomplie et l'offrande présentée pour chacun d'eux.
    L'APÔTRE PAUL OBSERVAIT AUSSI LES FÊTES PRESCRITES PAR LE SEIGNEUR DANS LA PREMIERE ALLIANCE :
    ACTES 18-21 :

    ...Il faut absolument que je célèbre la fête prochaine à Jérusalem... 
    JUDAÏSER VEUT DIRE 
    imposer la circoncision des adultes pour qu'ils soient sauvés.
    ACTES 15-1 : 
    Quelques hommes, venus de la Judée, 
    enseignaient les frères, en disant: 
    Si vous n'êtes circoncis selon le rite de Moïse, 
    vous ne pouvez être sauvés. 

    (A la suite de ça, les apôtres prirent la décision suivante)
    ACTES 15.19 à 21 : 
    C'est pourquoi je suis d'avis qu'on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu'on leur écrive de s'abstenir des souillures des idoles, de l'impudicité, des animaux étouffés et du sang. Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville DES GENS QUI LE PRÊCHENT , puisqu'on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues.
    (C'est pourquoi il n'était pas nécessaire de tout leur exposer puisque ils auraient l'occasion d'entendre le reste dans les synagogues le jour du sabbat. En fait, ce que ne voulaient pas imposer les apôtres aux païens, c'était la circoncision des adultes, car certains juifs disaient qu'ils ne pourraient pas êtres sauvés s'ils ne se faisaient pas circoncire ce qui bien sur est absolument faux et ce à quoi n'a jamais adhéré l'apôtre Paul.)



    Jacques 2:10 
    Car quiconque observe toute la loi, MAIS PÊCHE CONTRE UN SEUL COMMANDEMENT, devient coupable de tous.
    Les dix commandements SONT AUSSI PRESCRITS DANS LA DEUXIEME ALLIANCE
     dont un des dix concerne le Shabbat, (Nous ne lisons nulle part dans la Bible que le Shabbat ait été aboli) 

    Ce n'est pas parce que la Bible dit que nous avons le repos en Christ  que ça annule l'observation du Shabbat.

    Bien sûr que nous avons le Repos en Jésus-Christ, mais il faut bien reconnaître que bien souvent nous nous donnons pour prétexte cette simple interprétation du Shabbat pour ne pas avoir à l'observer concrètement.
    Lorsque l'apôtre Paul dit en COLOSSIENS 2-16 et 17 :
    Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats: c'était. l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ, il faut savoir que l
    e texte grec ne dit pas "c'était" mais "C'EST" l'ombre des choses à venir...,ce qui change complètement le sens de la phrase.
    Certaines personnes observaient le sabbat et les fêtes de manière différentes que d'autres personnes et étaient donc jugées par d'autres sur leur façon de pratiquer ces choses, mais en aucun cas Paul 
    ne dit que le Sabbat et les fêtes ne doivent plus être observées.

    Posons-nous simplement cette question : 

     Est-ce que Moïse, le roi David, Daniel, ect... n'avaient pas le repos en Jésus-Christ ? 

     Et pourtant ils respectaient le jour du Shabbat en se reposant physiquement ce jour là comme Dieu le leur avait ordonné.

    Ils étaient sauvés par Jésus-Christ qui allait venir comme nous sommes sauvés par Jésus-Christ qui est venu.

    Aucun d'eux n'a été sauvé par l'observation de la loi donné par Dieu à Moïse mais tous l'ont observée.
    ROMAINS 3-20 :
    Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché.
    Mais ce n'est pas parce qu'on est pas justifié devant Dieu en faisant le bien mais seulement par Christ, que nous ne devons plus faire de bien.

    VOICI LES DIX COMMANDEMENTS DANS LA PREMIERE ET LA DEUXIEME ALLIANCE :


    1 - 1ère Alliance : EXODE 20.3 : Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

          2ème Alliance : 1 CORINTHIENS 10-14 : C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie. 

     

    2 - 1ère Alliance : EXODE 20.4 à 6 : Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.
        2ème Alliance : 1 TIMOTHEE 2.5 : Car il y a un seul Dieu,... 

     

    3 - 1ère Alliance : EXODE 20.7 : Tu ne prendras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain; car l'Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.
         2ème Alliance : 2 TIMOTHEE 2.19 : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité. 

     

    4 - 1ère Alliance : EXODE 20.8 à 11 : Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.
    Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l'Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l'Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour: c'est pourquoi l'Éternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié.
         2ème Alliance : ACTES 18.4 : Paul discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs. 

     

    5 - 1ère Alliance : EXODE 20.12 : Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne.
         2ème Alliace : EPHESIENS 6.1 à 3 : Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. 

     


    6 - 1ère Alliance : EXODE 20.13 : Tu ne tueras point.
         2ème Alliance :1 PIERRE 4.15 : Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s'ingérant dans les affaires d'autrui. 

     

    7 - 1ère Alliance : EXODE 20. 14 : Tu ne commettras point d'adultère.
         2ème Alliance : HEBREUX 13.4 : Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. 

     

    8 - 1ère Alliance : EXODE 20.15 : Tu ne déroberas point.
         2ème Alliance : EPHESIENS 4.28 : Que celui qui dérobait ne dérobe plus;... 

     

    9 - 1ère Alliance : EXODE 20.16 : Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.
         2ème Alliance : EPHESIENS 4.25 : C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de  vous parle selon la vérité à son prochain;...  

     

    10 - 1ère Alliance : EXODE 20.17 : Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.
           2ème Alliance : 1 THESSALONICIENS 4.5 : sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu;  



    EZECHIEL 36-26 et 27 :
    Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.
    Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.
     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Par G Vallée:

    Il faut comprendre ce que c’est l’ablution des mains avant le repas, ce n’est pas une mesure d’hygiène, mais un rituel qui est un moyen de purification avant le repas

    D’ailleurs, il faut d’abord se laver les mains par mesure de propreté, et ensuite faire le rituel en versant l’eau sur chacune des mains afin de se purifier

    Dans la bible, le grand prête qui était le seule à officier et qui le faisait les pieds nus, devait se laver les pieds qui étaient au contact de tout ce qui est impurs, de même que ses mains, en faisant une ablution (verser de l’eau sur ses pieds et sur ses mains).

    Il ne devait pas toucher avec des mains impures le sacrifice qui allait être offert.

    Aujourd’hui quelle est notre position dans le Messianisme ?

    A la lecture de différents passages de la bible, laissons nous conduire par le Rouah Hakodesh « le Saint - Esprit »

    HEBREUX 9 : 9  C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte,

    10  et qui, avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation.

    Nous voyons à travers de ce passage que tout cela a été accompli par Yéchoua Ha Machiah (Jésus le Messie). 

    HEBREUX 8 :   3 – 4   3. Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices ; d’où il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose à présenter. 

    4. S’il était sur la terre, Il ne serait pas même sacrificateur, puisque là sont ceux qui présentent les offrandes selon la loi 

    Le verset 4 nous fait la différence entre le sacrificateur terrestre qui devait se purifier, et  présenter continuellement des sacrifices selon la loi sacrificielle, alors que le Machiah a tout accompli une fois pour toute selon les choses célestes.

    Comme le dit l’apôtre Paul, tout ceci n’était que l’ombre des choses célestes

    Voyons ce que dit Yéchoua sur ces ablutions des mains

    MARC 7 : 1 – 8                                                                                                                                          1. Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, s’assemblèrent                                 auprès de Jésus.

     2. Ils virent quelques-uns de Ses disciples prendre leurs repas avec des mains impures, c’est-à-dire, non lavées

    3  Or, les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s’être lavé soigneusement les mains, conformément à la tradition des anciens ; 

    Le verset 3 nous informe que c’était une tradition qui était respectée par les pharisiens et tous les juifs, il fallait par pureté spirituelle faire l’ablution pour se purifier avant de toucher les aliments

    4  et, quand ils reviennent de la place publique,

    ils ne mangent qu’après s’être purifiés. Ils ont encore beaucoup d’autres observances traditionnelles, comme le lavage des coupes, des cruches et des vases d’airain.

    5  Et les pharisiens et les scribes lui demandèrent : Pourquoi Tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures ?

    6  Jésus leur répondit : Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de Moi.

    7  C’est en vain qu’ils m’honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.

    Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes.

    Si Dieu nous avait ordonné de nous laver les mains selon ce rituel, pourquoi Yéchoua dirait-Il le contraire ? 

    La réponse de Yéchoua montrait que Ses disciples n’avaient pas besoin de faire cette ablution des mains (lavage des mains) pour se purifier avant de toucher au repas :

    JEAN 15 : 3  Déjà vous êtes purs, à cause de la Parole que je vous ai annoncée.

    LUC 11 : 38 Le Pharisien fut étonné en voyant qu’Il n’avait pas d’abord fait une ablution avant le déjeuner

    Car il fallait se laver les mains selon le rituel du sacrificateur                                         

    Sous la loi sacrificielle, le sacrificateur devait se purifier avant de toucher à L’holocauste  

    Pourquoi les sacrificateurs ne devaient-ils s’y laver que les mains et les pieds ? Parce que leur corps tout entier était vêtu, à l’exception des mains et des pieds, qui entraient ainsi constamment en contact avec les choses terrestres. 

    Je pense qu’à travers de Yéchoua, nous sommes lavés, purifiés, et Il nous recommande

     simplement de rendre grâce pour tout ce que nous mangeons.

    PS : Il est bon par mesure d’hygiène de se laver les mains avant le repas

     L’ABLUTION DES MAINS (LAVAGE DES MAINS) en signe de purification

     

    MARC  7 : 3 En effet, les Pharisiens, comme tous les Juifs, ne mangent pas sans s’être lavé soigneusement les mains, par attachement à la tradition des anciens ; 

    LUC 11 : 37 – 38    Pendant que Jésus parlait, un pharisien le pria de dîner chez lui. Il entra, et se mit à table.

    38  Le pharisien vit avec étonnement qu’Il ne s’était pas lavé avant le repas.

    39  Mais le Seigneur lui dit : Vous, pharisiens, vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et à l’intérieur vous êtes pleins de rapine et de méchanceté.

    40  Insensés ! celui qui a fait le dehors n’a-t-il pas fait aussi le dedans ?

    41  Donnez plutôt en aumônes ce qui est dedans, et voici, toutes choses seront pures pour vous.

    C’est pour cela la bible nous informe que Dieu regarde à ce qui est dans nos cœur, mais pas à nos apparences.

    YESCHOUA nous le confirme à travers de ce passage :

    MATTHIEU 15 : 10   Ayant appelé à lui la foule, Il lui dit : Ecoutez, et comprenez.

    11  Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.

    Le péché était le principal obstacle, on ne pouvait pas se présenter devant Dieu avec des mains impurs, mais à travers de YECHOUA nous sommes lavés, purifiés, sanctifiés        

    1 CORINTHIENS  6 : 11 Voilà ce que vous étiez, du moins quelques-uns. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu.

    HEBREUX 2 : 11 Car le sanctificateur et les sanctifiés ont tous une même origine ; aussi ne rougit-il pas de les appeler frères

    HEBREUX  10 : 10 C’est dans cette volonté que nous avons été sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus Christ, faite une fois pour toutes.

    Alors que le grand prêtre sous cette loi lévitique devait se sanctifier, car cette écriture de la loi n’avait pas encore été accomplie par YECHOUA. Nous devons nous rappeler que Yeschoua n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir

      G Vallée

                                                                                                 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique