• L'invention du culte catholique du dimanche face au Shabbat Biblique du samedi

    « Vous observerez le Shabbat, car il sera pour vous une chose sainte (…) celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple. » (Exode 31:14)

    L'invention du culte catholique du dimanche face au Shabbat Biblique du samedi

     

    Saviez-vous que le culte du dimanche est une invention catholique, une tradition d’homme établie en vue de supprimer et de remplacer le 4ème commandement biblique du Shabbat qui s’observe le samedi ?

    Parfois, bien plus efficace que de long discours, une simple image et quelques mots bien choisis peuvent transmettre de grandes vérités, comme c’est ici le cas avec cette image que nous vous invitons à méditer, à partager et à propager le plus possible tant elle est révélatrice d’un des maux qui rongent le monde croyant :

     Le Shabbat est le 4ème commandement de Dieu gravé sur les tables de pierres reçues par Moïse sur le mont Sinaï : l’importance de ce commandement est telle qu’il apparaît non seulement dans le récit de la création mais aussi sur les tables de la loi aux côtés des autres commandements fondamentaux.

    De manière admise par tous les érudits, le 7ème jour de la semaine, jour du Shabbat, a toujours été le samedi, mot qui vient du bas latin « sambati dies » signifiant « jour du Shabbat ».

    Au temps des apôtres, tous les premiers disciples de Yéshoua observaient le Shabbat et apprenaient joyeusement à découvrir et à mettre en pratique ce commandement dans lequel se cache de grandes bénédictions.

    La profanation du Shabbat fait parti des principaux reproches martelés par les prophètes aux oreilles du peuple de Dieu : « Ils ne suivirent point mes lois, ils profanèrent à l’excès mes Shabbats. » (Ezechiel 20.13), et encore :  « vous attirez de nouveau sa colère contre Israël, en profanant le Shabbat ! »(Néhemie 13.18) etc,.

    Comme le montre sans ambiguïté notre image, la suppression du Shabbat et son remplacement par le dimanche, est une pure invention catholique, une tradition d’homme érigée en loi dont la source d’inspiration n’est autre que le serpent ancien appelé aussi satan, qui se plait à changer les temps et les lois établis par Dieu, influençant à sa guise les hommes mal affermis dans la Parole de Vérité afin de le mener à la profanation de ses commandements.

    Dans les Évangiles, rappelons-nous du principal reproche que faisait le Messie Yéshoua aux dirigeants religieux de son époque : « Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? » (Matthieu 15.3)

    Les sages d’Israël nous expliquent que les tables de la loi se lisent de bas en haut et non de haut en bas : lorsqu’ils sont lus dans le bon sens, les commandements sont tels un escalier qui nous permet d’atteindre et d’observer véritablement les premiers commandements : Ne pas prononcer le nom de Dieu en vain, ne pas être idolâtre et ne pas avoir d’autres dieux que le seul vrai Dieu d’Israël.

    Ainsi, d’après l’enseignement des sages, s’il manque un commandement, c’est une marche à l’escalier qui disparaît rendant impossible l’ascension et l’accès aux autres commandements situés au dessus de lui.

    Constatez la justesse de l’enseignement : en supprimant le Shabbat, il serait donc impossible de ne pas prononcer le nom de Dieu en vain, de ne pas être idolâtre et d’avoir une relation authentique avec le seul et unique Dieu, le Dieu d’Israël. Ainsi, chez tous ceux qui abandonnent le Shabbat, on devrait retrouver, de près ou de loin, des liens avec l’idolâtrie et une certaine légèreté dans l’emploi du nom de Dieu.

     

    L'invention du culte catholique du dimanche face au Shabbat Biblique du samedi

     Qu’observons nous précisément dans le catholicisme ? L’idolâtrie règne, La « vierge Marie » est placée, que dis-je, élevée et érigée en déesse « reine des cieux » à côté du Dieu vivant, recouvrant de son ombre le Seigneur des armées à qui revient toute la gloire, et beaucoup se prosternent devant des statuts de Marie érigées par milliers ainsi qu’il est dit  :

    « Autant Jérusalem a de rues, Autant vous avez dressé d’autels aux idoles »(Jérémie 11.13).

    Ce n’est pas sans raison que le prophète Ézéchiel relie la profanation du Shabbat à l’idolâtrie car le lien est réel et l’histoire catholique nous le démontre: « ils rejetèrent mes préceptes, profanèrent mes Shabbats, et tournèrent leurs yeux vers les idoles de leurs pères. » (Ezechiel 20.24)

    Mais également, qu’observons-nous dans le protestantisme ? Le nom de l’Éternel est bien souvent utilisé en vain pour tromper et égarer et c’est très régulièrement que nous pouvons entendre des croyants déclarer avec facilité et une certaine légèreté : « Dieu m’a dit » ou « Dieu me dit de te dire », alors qu’il s’agit en vérité bien souvent des pensées de leur propre coeur qu’ils prennent pour celles de Dieu, hélas, trois fois hélas…

    Egalement, l’œcuménisme gagne du terrain et une fausse et dangereuse unité biaisée et teintée de compromis apparaît de plus en plus entre les catholiques et des protestants qui ferment les yeux sur la terrible idolâtrie qui règne dans les églises de Rome.

    Enfin, une grande partie du monde protestant, sanctifiant toujours le dimanche catholique au détriment du Shabbat biblique, participe, d’une manière consciente ou inconsciente, à l’idolâtrie ainsi que l’enseigne les sages d’Israël :

    « On se rend coupable d’idolâtrie à partir du moment où l’on fait ce que le culte de l’idole exige », ici, l’observation du dimanche et la profanation du Shabbat.

    Comprenez bien : cet article ne vise pas à condamner les protestants et les catholiques qui bien souvent, ignorent la supercherie. Cet article vise plutôt à les inviter à réfléchir sur ces points essentiels que nous enseignent Dieu en personne, dans le but de parvenir à une salutaire repentance et une observation fidèle de la Parole de Dieu, chose si précieuse aux yeux du créateur. Dieu ne change pas et les maux physiques, moraux et spirituels qui atteignent beaucoup de croyants ont pour origine l’abandon de certains commandements de Dieu : il faut considérer avec sérieux cette réalité biblique.

    Moi même, l’auteur de ces quelques lignes, il fut un temps ou je suivais pleinement un certain nombre de doctrine d’homme du protestantisme jusqu’au jour où Dieu me fit la grâce de recevoir Son collyre afin de voir la réalité du monde religieux, de comprendre et de suivre Ses instructions et non toutes ces doctrines d’hommes qui annulent le commandement divin au profit des traditions humaines comme il est dit : « Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu » (Actes 4.19)

    Nous sommes convaincus que beaucoup de protestants et de catholiques sont sincères et ont un coeur rempli de zèle et d’amour pour servir Dieu mais le voile de l’apostasie n’en demeure pas moins bien réel comme annoncés et prophétisés par le Messie et ses apôtres. S’il en est ainsi, il faut que la vérité soit exposée, que le venin qui a pénétré les religions par le biais de quelques ouvriers de satan soit extirpé, afin que ceux qui ont ce coeur pour Dieu puissent se tourner vers le seul vrai Eternel et abandonner ce qui n’est pas à Sa Gloire. La repentance est une grâce merveilleuse que Dieu accorde aux humbles mais les temps sont courts, il reste peu de temps…

    Charles Chiniquy, ex prêtre catholique, ne témoigne-t-il pas que dans sa vie de prêtre, les moments les plus sublimes, il les a vécu agenouillé en adoration devant l’hostie ? Il en était transporté et comme transfiguré. Après sa repentance et sa réelle conversion au Messie Yéshoua, cette sublimation issue de l’abominable doctrine de la transsubstantiation, lui est apparue comme une idolâtrie. Et pourtant, quelle élévation, quelle exaltation devant son Bon Dieu en mie de pain, et quel témoignage de cette expérience !

    Cependant, les expériences spirituelles ne sont d’aucune valeur si elles ne sont pas accompagnées de l’observation des commandements de Dieu. Charles Chiniquy avait ce coeur pour Dieu et le collyre du Seigneur, agissant avec efficacité et puissance par Sa vertu, lui redonna la vue pour qu’il puisse s’extirper des pièges tendus par l’adversaire de nos âmes.

    (Note : la doctrine de la transsubstantiation consiste à déclarer que le pain (l’hostie) de la messe devient réellement le corps du Messie après la formule du prêtre et que, ayant fait descendre le Messie dans le pain, il s’agit d’un sacrifice non sanglant : une terrible et malfaisante fausse doctrine.)

    Que l’Eternel, le seul vrai Dieu, nous aide à nous repentir et à lui être agréable dans toutes nos voies, qu’il nous donne son collyre afin que nous voyons, qu’il nous aide à comprendre et à suivre son merveilleux Shabbat, au nom de Yéshoua, amen vé amen.

    Une pensée de Thomas, sur les parachot du Shabbat du 20 et 27 août 2016, dans lesquels les 10 commandements sont répétés DEUX FOIS en quelques chapitres, comme pour nous montrer, entres autres, l’importance fondamentale que Dieu confère au respect des 10 commandements, Shabbat compris.

    Note : Pour savoir ce qu’est une paracha, reportez-vous au glossaire :

     

    http://www.rencontrerdieu.com/plus/glossaire-des-termes-hebreux/

    « PARACHA EQEV « A LA SUITE DE »L’accomplissement de la loi dans l’Amour »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :