• LA VICTOIRE APPARTIENT A L’ETERNEL !

     

    •  « Et toute cette multitude saura que ce n’est ni par l’épée, ni par la lance que l’Éternel sauve. Car la victoire appartient à l’Éternel. Et Il vous livre entre nos mains. Aussitôt que le Philistin se mit en mouvement pour marcher au-devant de David, David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin. Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre s’enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre. »

      I Samuel 17 : 47 -49

       

      « Soyez attentifs, tout Juda et habitants de Jérusalem, et toi, roi Josaphat ! Ainsi vous parle l’Éternel : Ne craignez point et ne vous effrayez point devant cette multitude nombreuse, car ce ne sera pas vous qui combattrez, ce sera Dieu. »

       

      II Chroniques 20 : 15

       

      « Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. C’est pourquoi, nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée, et que les montagnes chancellent au cœur des mers. »

       

      Psaume 46 : 2 -3 (à lire en entier)

      Les versets du livre de Samuel et des Chroniques ont tous deux un point commun : l’avenir et le destin d’Israël. L’histoire de David et de Josaphat démontre la puissance du Dieu d’Israël dans des temps de guerre et de conflits. Il est même précisé que Josaphat n’aurait pas besoin de se battre car cette bataille était celle du Seigneur. La stratégie de Josaphat est totalement déconcertante. Après s’être entretenu avec ses conseillers et les chefs de son armée, il décide de faire une chose illogique en temps de guerre : il met les chantres à l’avant. Ces chantres ont chanté « la miséricorde de l’Éternel dure à toujours » comme s’il n’y avait pas de guerre ni de conflits. Dieu est le Dieu d’Israël et il est toujours présent au milieu de son peuple, quels que soient les enjeux politiques.

      Nous savons qu’Israël, aujourd’hui, est l’objet de menaces proférées par une grande partie du monde engendrant des conflits très difficilement évitables mais Dieu, est le Dieu d’Israël, je le répète, et Il combattra pour lui. Il est certain que Dieu accomplira son plan prophétique parce qu’Il tient toujours ses promesses. Un jour, quelqu’un a dit ceci : « Israël est un accident de l’histoire politique et iln’a strictement rien à voir avec la main de Dieu » auquel je réponds : « Si Israël est un accident politique, c’est l’un des accidents les plus extraordinaires de toute l’histoire de l’humanité ! »

      Examinons, à la lumière de la Bible, les évidences de la présence de Dieu pour Israël. Nous avons dit : « Dieu combattra pour vous ». Sachons qu’il y a plusieurs manières de voir Dieu combattre et il ne s’agit pas obligatoirement de guerres directes avec des pays et des nations mais, il y a aussi les réalités prophétiques qui démontrent les miracles et la présence de Dieu pour son peuple.

      1. LE RETABLISSEMENT

      Lisons ensemble, la prophétie d’Ezéchiel : « Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : le jour où je vous purifierai de toutes vos iniquités, je peuplerai les villes, et les ruines seront relevées ; la terre dévastée sera cultivée, tandis qu’elle était déserte aux yeux de tous les passants ; et l’on dira : cette terre dévastée est devenue comme un jardin d’Éden ; et ces villes ruinées, désertes et abattues, sont fortifiées et habitées. Et les nations qui resteront autour de vous sauront que moi, l’Éternel, j’ai rebâti ce qui était abattu, et planté ce qui était dévasté. Moi l’Éternel, j’ai parlé et j’agirai. » (Ezéchiel 36 : 33 à 36). Si vous lisez tout le chapitre 36, vous verrez que Dieu se met à l’œuvre pour son peuple et pour son pays. Il dit : je ferai, je rebâtirai, j’échangerai, j’ensemencerai, C’est Lui qui fera revenir son peuple de l’exil : « Dans ce même temps, le Seigneur étendra une seconde fois sa main, pour racheter le reste de son peuple, dispersé en Assyrie, en Égypte … Il rassemblera les exilés d’Israël, Il recueillera les dispersés de Juda des quatre extrémités de la terre » (Isaïe 11 : 11 -12) -« Car l’Éternel aura pitié de Jacob, Il choisira encore Israël, et il les rétablira dans leur pays. Les étrangers se joindront à eux, et ils s’uniront à la maison de Jacob » (Isaïe 14 : 1).

      L’Éternel s’occupe de son pays, Israël, afin d’y faire retourner son peuple : « Je ferai jaillir des fleuves sur les collines, et des sources au milieu des vallées ; je changerai le désert en étang et la terre aride en courants d’eau … Je mettrai dans le désert le cèdre, l’acacia, le myrte et l’olivier … Afin qu’ils voient, que le Saint d’Israël en est l’auteur » (Isaïe 41 : 18 -20). Au travers de l’action de Dieu en Israël et pour Israël, nous voyons l’amour et la grande bonté de l’Éternel révélés à son peuple. Il n’y a, à ma connaissance, aucune nation qui ait vu le retour d’un peuple sur sa terre après 2000 ans d’exil avec un système écologique rétabli. C’est une chose exceptionnelle que de voir un désert reverdir, refleurir. Partout dans le monde le désert avance, en Israël, il recule. C’est contre-nature ! Mais, n’est-ce pas Dieu qui commande la nature ? Oui, c’est la main de Dieu qui fait toutes ces choses ! La terre d’Israël est aujourd’hui repeuplée, remplie d’arbres, d’eau (même si elle est encore assez rare), de jardins dignes de l’Éden : « Il rendra son désert semblable à un Éden » (Isaïe 51 : 3), mais également de fruits. Il y a à peine une centaine d’années, il y avait tout juste assez de fruits pour le peu de gens qui y habitaient. Aujourd’hui, Israël inonde le monde de ses fruits ! ! Au début du siècle dernier, personne ne voulait de ce pays. Les rapports des ingénieurs géologues disaient de cette terre qu’elle était aride, sauvage et totalement inculte. C’est à l’heure actuelle, un des plus beaux pays du monde ! Croyez-vous que cela soit le fait du « hasard ». ? Non bien sûr ! Vous savez comme moi que le hasard n’existe pas.

      2. LA RECONSTRUCTION DES VILLES

      Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Zacharie, Amos et Osée ont tous prophétisé que les villes en ruines et dévastées seraient rebâties et habitées à nouveau : « les villes de Juda : elles seront rebâties et je relèverai leurs ruines » (Isaïe 44 : 26).

      En l’an 70, Israël était un pays livré aux flammes, la ville de Jérusalem et son Temple furent incendiés par les Romains. L’histoire nous montre le nombre de guerre que le pays d’Israël a connu. Aujourd’hui, ses villes et villages portent des noms. Nulle part au monde vous ne trouverez des villes qui soient restées en ruines pendant quelques mille ou deux mille ans pour être reconstruites en notre temps et par notre génération. Nous voyons clairement par là que Dieu a fait revivre ce qui était mort.

      3. LA RENAISSANCE DE LA LANGUE HÉBRAÏQUE

      L’hébreu, comme bon nombre de langues anciennes, était une langue morte. Israël a cessé de parler l’hébreu pendant 1700 ans. Eliezer Ben yehuda, conduit par Dieu, est l’homme qui a fait revivre l’hébreu. Jusqu’il y a deux cents ans, personne ne parlait hébreu sauf à la synagogue mais de manière liturgique pour la religion. Aujourd’hui, on parle l’hébreu partout en Israël : à la radio et la télévision, dans les journaux, . Non seulement l’hébreu est redevenu la langue nationale mais il est enseigné dans de nombreux pays.

      4. JERUSALEM CAPITALE DE L’ETAT HEBREU RETABLIE

      Il n’y a pas si longtemps, nous fêtions les 3000 ans d’existence de la ville de Jérusalem, en hébreu Yéroushalaïm. Quel miracle ! Alors qu’elle aurait du être détruite ou, tout au moins, rebaptisée, Jérusalem est là, aujourd’hui, en tant que capitale d’Israël. Cette ville a été détruite et assiégée maintes et maintes fois. Son nom a été changé plusieurs fois. Certains voudraient qu’elle s’appelle Al Quds, mais c’est sans compter sur Dieu, le Tout-Puissant. Qui pourra changer les plans de Dieu ? Examinons ensemble ce que Dieu dit de Jérusalem : « Je suis ému d’une grande jalousie pour Jérusalem et pour Sion . je reviens à Jérusalem avec compassion ; ma maison (Temple) y sera rebâtie . L’Éternel consolera encore Sion, Il choisira encore Jérusalem » (Zacharie 1 : 14 -17). L’Éternel a choisi cette ville pour y mettre son nom (I Rois 14 : 21) et c’est Lui qui la rebâtit (Psaume 147 : 2). L’Éternel agit et combat pour son peuple. Depuis 34 ans, Jérusalem est sous souveraineté juive. L’évangile de Luc, chapitre 21, verset 24, nous démontre cet événement prophétique avec une grande précision. Jérusalem devait être foulée aux pieds par les nations jusqu’à un temps bien précis.

      5. LA RECRÉATION D’UN ÉTAT HÉBREU

      En 1948, Israël a été proclamé en tant qu’état par l’ONU. Cela impliquait la création d’un gouvernement, d’un parlement (la Knesset), d’une armée de terre et de l’air, d’une police, d’une marine, etc. Et tout cela s’est fait ! Les prophètes avaient annoncé cela des centaines d’années auparavant. Bien sûr, cela ne se fit pas sans mal. En effet, le jour même de sa proclamation en tant qu’État, à minuit, cinq pays l’attaquèrent. Alors qu’ils venaient à peine de naître et qu’ils n’étaient qu’une « poignée d’hommes », ils mirent en déroute ces armées plus puissantes qu’eux et repoussèrent même les frontières. Cela ne vous rappelle rien ? En effet, nous voyons que comme pour David, Dieu fut avec son peuple et lui donna la victoire. Le ton était donné ! Celui qui touche à Israël, touche à la prunelle de l’œil de Dieu (Zacharie 2 : 8) -« Quiconque se liguera contre toi tombera sous ton pouvoir » (Isaïe 54 : 15).

      6. LE RÉTABLISSEMENT DE SION

      Sion est la cité de David qui n’est nulle autre que Jérusalem (2 Samuel 5 : 7 -1 Roi 8 : 1). Cette ville est la ville du grand Roi, le Messie d’Israël. Le prophète Zacharie nous le révèle : « Jérusalem restera solidement bâtie à sa place » (Zacharie 12 : 6). Lorsque le Seigneur reviendra, c’est à Jérusalem qu’Il le fera et ses pieds se poseront sur la montagne de Sion et là quelque chose d’extraordinaire se passera : son peuple le reconnaîtra en tant que Messie car le Seigneur répandra son esprit sur lui : « Alors, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem, un esprit de grâce et de supplication et ils tourneront le regard vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur Lui comme on pleure sur un fils unique. Ils pleureront amèrement sur Lui comme on pleure sur un premier-né » (Zacharie 12 : 10). « En ce jour-là, une source sera ouverte pour la maison de David et les habitants de Jérusalem pour le péché et l’impureté » (Zacharie 13 : 1).

      Cette ville est la seule qui accueillera le Messie Sauveur d’Israël. Le Seigneur Yéshoua reviendra donc à Jérusalem et y règnera avec tous ceux qui l’auront suivi de tout leur cœur. Le Roi des rois ne reviendra pas dans une ville abandonnée, pillée, sans son identité juive, mais à Jérusalem peuplée de Juifs qui l’acclameront en s’écriant : « Barouh habba béchem Adonaï -Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ». Il est un fait remarquable et étonnant, c’est que ce sont les enfants d’Israël qui accueilleront leur Messie et pas une autre nation ou peuple.

      Nous voyons combien le Seigneur est proche de son peuple Israël. Toutes ces pensées prophétiques nous démontrent l’importance de se mobiliser, Juif et non-Juif, dans la prière et l’intercession. L’Eglise et Israël, unis avec le même but de voir le Messie régner sur Jérusalem et sur le monde entier en Prince de paix.

       

     

  • Par Jacques:

    Souverain

    "A toi, Seigneur, appartiennent la grandeur, la puissance, la gloire, l’autorité et la majesté; car tout, au ciel et sur la terre, [est tien]. A toi, Eternel, la royauté et la domination suprême sur toutes choses." (1 Chroniques 29:11)

    Souverain absolu, L'Eternel est au-dessus de tout. Il règne et domine toutes choses selon son bon plaisir : en hébreu "memshalah" .  מֶמְשָׁלָה

    On imagine parfois un Dieu impuissant devant la terreur islamiste mais en réalité il leur réserve une éternité dans le feu et le soufre, à moins qu'ils ne se repentent de leurs crimes. La simple haine à l'encontre de son frère est déjà considérée dans la bible comme criminelle. "Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n'est en lui. 11 Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. 12 Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom" (1Jean 2:10)

     

    "Tu ne haïras point ton frère dans ton coeur; tu auras soin de reprendre ton prochain, mais tu ne te chargeras point d'un péché à cause de lui." (Lévitique 19:17)

    Combien plus le jugement sera-t-il terrible a l'encontre des terroristes musulmans et de ceux qui rejettent le plan de Dieu pour Israël et l'œuvre messianique de salut des juifs.  "Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites. 41 Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. 42 Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire" (Matthieu 25:40)

    Être souverain d'une ville signifie gouverner la ville, la dominer. Mimshal  מִמְשָׁל signifie domination, règle, présider, souvenir, domaine, forces, domination, pouvoir. On retrouve ce mot dans 3 passages : 

    1 Chroniques 26 : 6 A Schemaeja, son fils, naquirent des fils qui dominèrent (Mimshal) dans la maison de leur père, car ils étaient de vaillants hommes;
    Daniel 11 : 3 Mais il s'élèvera un vaillant roi, qui dominera avec une grande puissance (Mimshal), et fera ce qu'il voudra.
    Daniel 11 : 5 Le roi du midi deviendra fort. Mais un de ses chefs sera plus fort que lui, et dominera; sa domination sera puissante (Mimshal).

    Le verbe racine "Gouverner", "avoir la domination", "l'autorité", "régner" sont des verbes d'action active : dans la forme PAAL, (Qal) dominer, avoir la domination et dans la forme (Hifi) "Faire diriger", "Exercer la domination", et ce verbe est généralement traduit par : "Dominer, présider, gouverner, gouverneur, intendant, pouvoir, domination, régner, autorité, puissance, dompter, dominateur, souverain, commander, . . ."

    La racine Mashal מָשַׁל parle de Gouverner, avoir la domination, l'autorité, régner, (Qal) dominer, avoir la domination, (Hifi) Faire diriger Exercer la domination. Ce qui est intéressant à signaler c'est que le livre des Proverbes de Salomon se dit "Mashali" et provient de la même racine 4911 mashal מָשַׁל dénominatif venant de être semblable, ressembler, dire des proverbes, poète, tenir, dire, proposer, faiseur (de paraboles). La relation entre l'intelligence spirituelle du livre des proverbes et la souveraineté du roi Salomon est frappante. mashal מָשָׁל vient apparemment de 4910 dans un sens de supériorité dans une action mentale.

    proverbe, oracle, sarcasme, sentence, forme sentencieuse, chant, discours moqueur, parabole ; (39 occurences).

    Mashal מָשָׁל pour 4861  1Ch 6.74

    Maschal = « instance ».

    1. ville du territoire d’Aser attribuée aux Lévites Guerschonites.

    a. également « Mischeal ».

    Source: http://bethyeshoua.org

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique