• Les Juifs Messianiques

    (1ère partie)
    Antoinette Brémond

    Un sujet brûlant pour tous. Et pourtant, puisqu’ils existent, il faut en parler. Des Juifs qui croient que Jésus est le Messie d’Israël, et qui, tout en continuant à se dire juifs et tout en partageant la foi chrétienne, ne veulent pas « changer de religion ». Situation difficile car, pour les autorités rabbiniques, ils ne sont plus juifs, et pour les chrétiens des Églises traditionnelles…sont-ils vraiment chrétiens ? Et pourquoi ne sont-ils pas tout simplement catholiques, protestants ou orthodoxes ? Parfois ce qui semble « tout simple » devient problématique ! S’il n’y avait pas eu de Juifs pour reconnaître dans le Juif Jésus le Messie d’Israël, il n’y aurait jamais eu de chrétiens, de pagano-chrétiens. Il a fallu ces Juifs vivant il y a 2000 ans en Galilée pour dire : « Celui de qui il est écrit dans la loi de Moïse et dans les Prophètes, nous l’avons trouvé. C’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth ». (Jean 1.45). Quoi d’étonnant à ce que quelques Juifs d’aujourd’hui, et qui plus est en Israël, le découvrent, le reconnaissent comme Messie d’Israël et désirent en parler autour d’eux ? Avant, on parlait de judéo-chrétiens, maintenant ils s’appellent Juifs messianiques. 

     

    Histoire 

    Si, pendant le premier siècle de notre ère, les judéo-chrétiens appelés nazaréens puis chrétiens, faisaient partie de cette multiplicité de facettes du judaïsme de l’époque, très vite, ils furent exclus des synagogues. En effet après la destruction du Temple en 70 les pharisiens éliminèrent toutes les « sectes » juives. 

     Pendant les siècles qui suivirent, les Juifs embrassant la foi chrétienne s’intègrent à l’Église des nations perdant ainsi leur identité juive, aussi bien pour la synagogue que pour l’Église. « Tu n’es plus juif, tu es chrétien, tu as changé de religion ». Cette réalité est toujours actuelle dans le peuple juif : « Un Juif qui se convertit à une autre religion rompt ipso facto son appartenance à notre peuple » disait le 20 octobre 1998 le Grand Rabbin Samuel Sirat. 

     Pour l’Église il en était de même. Elle désirait établir une distinction nette entre Israël et l’Église. Par exemple au Synode de Nicée II (730), il fut décidé que toute expression de la foi juive serait bannie de l’Église : la circoncision, le Shabbat, les fêtes juives. Il y a encore une cinquantaine d’années, un Juif, pour être baptisé, devait abjurer son judaïsme. 

    Christ Church – JérusalemC’est alors qu’en Angleterre, des chrétiens d’origine juive, pour se différencier des chrétiens des nations, fondent en 1813 les Benei Abraham, une association de Juifs chrétiens. Puis, en 1865 l’Union chrétienne hébraïque voit le jour, formée de Juifs qui, de par leur origine et leur foi en Jésus Messie d’Israël, se considèrent comme les successeurs des premiers disciples. En 1866 ces deux associations se groupent et forment l’Alliance chrétienne hébraïque. Après la Grande-Bretagne, c’est aux États-unis que se crée en 1915 l’Alliance chrétienne hébraïque américaine avec cette même vision de grouper les chrétiens d’origine juive et d’annoncer le Messie aux Juifs. En 1930 ces deux alliances se fédèrent en une Alliance chrétienne hébraïque internationale. Ses membres se distinguent des chrétiens par leur pratique proche du judaïsme. En 1939 ils sont environ 100 000 groupés dans des assemblées autonomes nombreuses surtout aux États-unis. Ces Juifs hébraïques vont peu à peu se faire appeler Juifs messianiques. Ce terme marque à la fois la spécificité des croyants issus du judaïsme et leur désir de souligner la continuité sans rupture avec leur origine. Ils ne se considèrent pas comme des Juifs convertis, mais des Juifs accomplis ou des Juifs croyants. 

     En Israël 

     En 1948, arrivait en Israël un ancien médecin colonial, juif de naissance, Zeev Koffsmann. Pendant son mandat en Côte d’Ivoire, au contact de l’église pentecôtiste, il avait, avec sa femme, reconnu Jésus comme le Messie d’Israël, tout en se considérant toujours juif à part entière. Révoqué de son poste par les autorités de Vichy pendant le deuxième guerre mondiale, il se sent poussé à venir en Israël et à y fonder une assemblée messianique : « L’assemblée messianique a quitté Jérusalem en 70 avec le peuple juif au moment de l’exil et y est revenu avec le peuple en 1948 » disait-il. C’est à lui qu’on doit le mot messianique pour caractériser les Juifs croyant en Jésus. 

     En 1950 il fonde l’Assemblée messianique d’Israël, qui deviendra l’Assemblée messianique de Jérusalem, désirant ainsi faire revivre l’Église primitive en rendant à la foi chrétienne sa véritable origine et son style de vie juif. Zeev pensait que les Juifs messianique seraient dans l’avenir un pont entre le judaïsme et le christianisme. Jésus-Christ y est nommé selon son nom hébreu : Yeshoua Hamashiah. 

     D’autres assemblées naissent dans le pays, formées au départ par des immigrants d’Europe en particulier. En 1973 on compte sept assemblées en Israël avec environ 1000 membres, juifs et non-juifs. En 1986, ils sont 3000, mais c’est surtout dans les années 1990 que ce mouvement grandit grâce à l’arrivée des immigrants de l’ancienne URSS. En 1999, environ 5000 messianiques se regroupent dans 69 assemblées et 12 groupes de maison. A Jérusalem, en 1986, il n’y avait que l’assemblée messianique fondée par Koffsmann, rue des Prophètes. En 2008, il y en a une vingtaine sans compter les groupes de maison. Combien en Israël ? C’est difficile à dire, tant ces assemblées sont fluctuantes, se divisant ou se joignant entre elles. On parle actuellement de 6000 à 10 000 messianiques dans le pays. 

     Profil des assemblées 

     Les assemblées comptent entre 20 et 250 membres. Chacune est indépendante, a son propre profil, son histoire, sa vision, ses pasteurs et sa théologie. Pourtant, tout en étant très variées, elles ont des traits communs aussi bien dans leurs théologies, leur prière que dans leurs pratiques. Toutes mettent l’accent sur la seconde venue du Messie. Et, en cela, dans cette attente fervente de la rédemption, elles sont proches de certains courants du judaïsme. Toutes (ou presque) ont adopté le calendrier juif, se réunissant le shabbat, parfois le vendredi soir à l’entrée du Shabbat. Toutes célèbrent les fêtes de pèlerinage, Pessah, Shavouot et Souccot, fêtes où le Dieu d’Israël intervient dans l’histoire de son peuple. Pour eux, Jésus est venu accomplir ces fêtes : c’est à Pessah, fête de la sortie d’Égypte, que Jésus est mort et ressuscité ; c’est à Shavouot, fête du don de la Tora, que le Saint Esprit est descendu sur les apôtres ; et pour certains, Souccot est l’époque de la naissance de Jésus. Certaines fêtes chrétiennes ont donc changé de date et d’autres ne sont pas célébrées. Ont également leur place les autres fêtes du calendrier : Pourim, Hanouca, la fête de l’Indépendance … 

     Toutes ces assemblées se sentent très concernées par la situation politique du pays, suppliant Dieu pour que sa volonté soit faite. Les prophéties, interprétées de façon littérale, donnent le ton à leur intercession pour le pays. Les garçons sont circoncis et une cérémonie particulière est organisée lors de leur Bar Mitzva, soit au Mur soit dans le lieu de culte. Que chaque enfant se sente juif et israélien à part entière. La plupart des assemblées se déroulent en hébreu, avec très souvent des traductions simultanées en russe, anglais, parfois allemand et français. Il faut dire que dans la majorité de ces assemblées les nouveaux immigrants ne possèdent pas suffisamment l’hébreu et qu’il y a souvent des visiteurs étrangers. 

     Pour tous, l’Écriture Sainte comprend le Tanakh (Ancien Testament) et le Nouveau Testament, la Bible étant pour eux tout entière juive et Parole de Dieu. Ils célèbrent la Sainte Cène en général une fois par mois. Le baptême est proposé aux adultes ayant adhéré au Messie. Il se pratique par immersion comme dans l’Église primitive. On ne trouve jamais de croix dans leurs lieux de culte, par contre une ménorah, l’étoile de David, parfois un schofar, des bannières avec des versets bibliques en hébreu… ou même le drapeau d’Israël. Le déroulement du culte est sensiblement le même : une heure de louange, souvent la lecture d’une partie du texte de la synagogue, le sermon d’une heure, prière et témoignages. Le Shema, la bénédiction des Cohanim, mais aussi le Notre Père y ont leur place. Les femmes ne prêchent pas. Il y a également un service pour les enfants. Tous les messianiques mettent l’accent sur l’importance du témoignage : « Nous l’avons trouvé ». 

     Des différences 

     Certaines assemblées voulant s’identifier d’avantage au judaïsme ont, dans leur lieu de culte, le rouleau de la Torah et suivent partiellement la liturgie de la synagogue. Certains revêtent la kippa et le châle de prière. Mais leur lieu de culte ne s’appelle pas « synagogue » et leurs pasteurs « rabbins » comme aux États-unis. Les membres de ces assemblées pratiquent certaines lois juives : la kashrout, le respect du Shabbat … 

     

    Les assemblées charismatiques donnant beaucoup d’importance aux dons de l’Esprit selon les Actes des Apôtres se regroupent parfois pour des temps de louange ou d’intercession. D’autres sont opposées à ce mouvement. Cette friction entre les charismatiques et les non charismatiques fait penser au différend entre les Hassidiques et les « Mitnagdim » (opposants).  

     

    Des assemblées messianiques russes ont été créées dans les années 90 par des Juifs de Russie déjà évangéliques ou pentecôtistes dans leur pays d’origine. Ces assemblées conservent souvent leur style évangélique. La moitié de leurs membres actuels était déjà chrétienne avant de venir en Israël. Mais on retrouve également beaucoup de Juifs de Russie dans les assemblées hébraïques. 

     

    Les assemblées éthiopiennes. De même, parmi les nouveaux immigrants d’Éthiopie, plusieurs étaient attachés à des églises évangéliques en Éthiopie. Ils créent donc des congrégations leur permettant de continuer à prier en amharique. Les jeunes préfèrent se joindre à des assemblées hébraïques. 

     

    Quelques assemblées prient en anglais. 

     

    Les lieux de culte 

     

    Les cultes ont lieu dans des appartements ou salles privées généralement en location, rarement dans une église. Citons par exemple l’assemblée de « l’Agneau sur le mont Sion » tenant ses réunions dans l’Église anglicane de Christ Church à Jérusalem. Certaines assemblées ont acheté ou construit. Signalons « le Pavillon », grande salle de 700 places, achetée par l’assemblée King of king au centre ville de Jérusalem, au rez de chaussée d’un bâtiment de 14 étages. La même communauté possède également le quatorzième étage, lieu de prière où se succèdent les intercesseurs d’Israël et de toutes les nations. 

     

    La relève Avec la deuxième et la troisième génération de messianiques, ce mouvement devient de plus en plus israélien. On parle hébreu sans accent étranger, et ces jeunes adultes s’impliquent dans la société. On les retrouve à l’armée, à l’université, et dans tous les secteurs professionnels même s’ils restent une infime minorité. Certains participent à des associations israéliennes d’aide humanitaire. Pour lutter contre l’avortement, ils ont lancé l’association « Pro Life » et se mobilisent pour aider les femmes en difficulté. Ces jeunes parlent très simplement et librement de leur foi.  

     

    Les pasteurs 

    Les premiers pasteurs de ces assemblées étaient pour la plupart des nouveaux immigrants d’Amérique, de Russie, de France ou d’Éthiopie. Beaucoup avait reçu une formation biblique dans l’une ou l’autre école évangélique de leur pays. Dans les années 80, quelques écoles bibliques sont créées en Israël. 

    Citons :
    Beit Emmanuel Study à Jaffa jusqu’en 89
    Le centre Caspari à Jérusalem avec son programme Telem donnant un cour mensuel sur un an en hébreu pour préparer au ministère pastoral. Les élèves arabes chrétiens sont les bienvenus.
    Le « Messianic Midrasha » créé en 1993 par un pasteur israélien avec un enseignement biblique, archéologique, de la littérature rabbinique et de la théologie pratique.
    I.C.B, (Israel College of the Bible), la seule institution académique messianique avec ses trois lieux, Jérusalem, Tel-Aviv et Haïfa. Elle donne ses cours en hébreu, anglais et amharique.
    Plusieurs assemblées organisent régulièrement des cours de formation pour leurs membres. Il est certain que la formation théologique et pratique des cadres messianiques israéliens n’en est qu’à ses débuts.
     

    Quelques nouveaux pasteurs, ayant étudié la pensée rabbinique et la lecture juive des Écritures désirent ouvrir leur assemblée à cette approche juive de la Parole de D.ieu. 

     

    Les Juifs messianiques (2ème partie), Antoinette Brémond
     
    17/05/2008

     


    Diversité, unité
     

    Chaque assemblée messianique est autonome et a son caractère propre. Pourtant, malgré cette diversité, on peut tout de même parler du « mouvement messianique d’Israël ». Dans certaines villes, Jérusalem, Haïfa, Tel-Aviv en particulier, des assemblées se retrouvent régulièrement plusieurs fois par an, à l’occasion d’une fête, pour louer ensemble, ou lors d’une crise politique, pour intercéder. D’autre part, des messianiques de diverses congrégations s’engagent ensemble dans les actions sociales, pour la musique, ou pour le témoignage.

    Depuis 1981, les pasteurs messianiques ont senti le besoin de se rencontrer. Une Conférence Nationale des pasteurs et anciens a lieu trois fois par an. Malgré quelques essais, aucune déclaration commune n’a pu être élaborée et aucune autorité centrale ne représente ce mouvement à l’échelon national. Des retraites spirituelles régionales et nationales, organisées régulièrement, semblent le mieux répondre aux besoins des leaders. Dès 2003, que cela soit en Galilée, ou à Jérusalem, les pasteurs arabes évangéliques y sont également conviés. De même, les cadres des assemblées russes et amhariques, restés pendant quelques années à l’écart à cause de la langue, se joignent actuellement aux retraites des pasteurs de langue hébraïque. Depuis 2001, une retraite bisannuelle de 3 à 4 jours, dans le Néguev, organisée au niveau national, rassemble 50 à 70 participants. Ils sont là pour écouter ensemble le Seigneur.

    En 1997, les dirigeants messianiques israéliens créent leur propre réseau informatique permettant des relations et informations inter-communautaires rapides.


    La musique
     

    La louange ayant une place primordiale dans les assemblées, il a fallu composer, ou traduire des cantiques. En 1957, fut publié un livre de chants - « Chir hadash » (un chant nouveau) - comprenant 200 chants et hymnes, dont la majorité comprenait des cantiques évangéliques, souvent très beaux, traduits en hébreu. En 1976 est publié un autre livre contenant 400 chants dont des Negro spirituals, des chants du renouveau charismatique et des assemblées messianiques d’Amérique. Tous traduits, bien sûr, en hébreu. Mais, très vite, sont apparus des chants composés en hébreu, plus populaires et simples : quelques versets bibliques répétés. C’était plus facile à chanter pour les nouveaux immigrants. La guitare fit son entrée.

    Dès 1979, les compositeurs messianiques israéliens organisent un congrès de musiciens messianiques, leur permettant de se faire entendre. Les meilleurs chants sont retenus et édités en livrets. En 1997, est publié un livre de chants messianiques, dont la plupart des paroles sont tirées de la Bible. Certains chants reprennent des prières juives du Siddour (livre de prières).

    Actuellement des jeunes compositeurs préfèrent souvent écrire des paroles de leur cru, exprimant leur foi, leur joie, leur amour pour Yeshoua [Jésus]. La musique, très rythmée, reste cependant souvent pauvre.

    « Allons-nous un jour, nous les Israéliens, écrire des hymnes, des symphonies, des oratorios, des œuvres qui tiennent la rampe ? »,

    se demande David Loden, un des premiers musiciens messianiques d’Israël.

    Depuis trois ans, accompagnée de batteries, de guitares électriques, et d’un piano, une chorale messianique composée de jeunes et de quelques anciens, tous Israéliens, se produit à Jérusalem. La salle est comble, et l’enthousiasme très israélien encourage ces jeunes artistes.


    L’opposition
     

    Du point de vue juridique, les assemblées messianiques sont des associations déclarées (amoutot). En général, leur présence est acceptée. Pourtant, l’opposition existe.

    Les messianiques sont accusés par certaines autorités juives d’être missionnaires. Dans un document ratifié par les leaders des quatre dénominations juives (conservateurs, orthodoxes, libéraux et réformés), il leur est reproché d’être « en conflit radical avec les intérêts communautaires et la destinée du peuple juif », et d’afficher un « judaïsme qui n’en n’est pas un », ce qui leur permet « d’essayer de convertir leurs anciens coreligionnaires ».

    En 1977, une loi a été votée pour freiner ce mouvement. Interdiction d’évangéliser des mineurs et de proposer une aide matérielle en vue d’inciter à la conversion. Le reste est légal.

    En 1997 et 1998, deux nouvelles lois anti-missionnaires plus incisives sont présentées à la Knesset. Elles n’ont pas de suite. Il faut dire que beaucoup de ce que l’on raconte et répète sur ces "missionnaires", et qui relève souvent plus du mythe et du préjugé, s’avère aujourd’hui sans fondement, sauf pour quelques rares exceptions.

    L’organisation Yad Leahim (la main tendue aux frères) qui reçoit des subsides gouvernementaux pour son activé caritative, a un département anti-missionnaire très organisé et efficace. Découvrir les messianiques, les menacer et attirer parfois contre eux la haine des voisins, des patrons, des propriétaires et même des directeurs d’école. Dans certains cas extrêmes, les enfants « dépistés » doivent quitter l’établissement scolaire où les parents les avaient inscrits, et des adultes perdent leur travail, simplement à cause de leur foi. Depuis la naissance du mouvement messianique, des pasteurs, en particulier, ont été menacés et du matériel a été abîmé. Des graffitis ou posters, avec la photo du « messianique » du quartier, sont affichés : « Danger ». Certaines salles de culte ont été incendiées. Mais cela reste exceptionnel. Citons, en particulier, la communauté d’Arad, harcelée par le groupe orthodoxe des Hassidim de Gour, ces dernières années, et ses membres insultés publiquement.

    Cette « haine profonde » qui apparaît dans certaines couches de la population, n’a, en fait, rien d’étonnant, tant la peur de se voir « ravir » des frères est latente. Peut-on penser que cette peur s’enracine dans une longue histoire de persécution et de conversions forcées ?

    Un messianique, très discret, ayant été obligé de déménager avec sa famille, me disait :

    « Pourtant, je n’ai rien fait de mal. Je n’ai rien à cacher. J’ai simplement rencontré le Messie d’Israël ».

    On pense à ce que Jésus disait à ses disciples : "Vous serez haïs de tous à cause de mon nom" (Lc 21, 17).

    Quelques exemples récents :

    ·         En avril, le tribunal local de Jérusalem avait accordé à une association messianique le droit de restaurer l’intérieur d’une maison qui lui appartenait depuis 20 ans et lui servait de lieu de réunion et d’activités caritatives, en collaboration avec certains habitants du quartier. Mais le Conseil du quartier Rehavia, de Jérusalem, mobilisé par une association anti-messianique et soutenu par le Parti national religieux, prit peur. Craignant l’influence que pourraient avoir ces messianiques sur le voisinage, sur les enfants en particulier, il a fait signer une pétition adressée à la Cour suprême pour arrêter les travaux en cours.

    ·         L’atmosphère anti-messianique a culminé dans un attentat terroriste à Ariel, le 20 mars, contre un pasteur et sa famille, lequel a failli coûter la vie au plus jeune fils de 16 ans, qui a été grièvement atteint. L’enquête n’avance pas, malgré la caméra installée devant la maison à cause des menaces. Etouffer cette affaire serait très grave, en ce que cela ouvrirait la voie à d’autres attentats.

    ·         Quelques rabbins ont essayé de boycotter le concours international de la Bible qui a lieu, comme chaque année, le jour de l’Indépendance. En effet, Yad Leahim avait découvert qu’une candidate, sur les quatre sélectionnés par un concours préliminaire, était une juive messianique de 17 ans. Pour ces rabbins, soutenus par les deux grands rabbins d’Israël, elle n’est donc plus juive et ne peut représenter Israël à ce concours. Mais du point de vue juridique, a déclaré le ministère de l’éducation, elle est juive. Le concours a donc eu lieu avec tous les candidats sélectionnés. Une jeune Israélienne de 15 ans a gagné le concours.

    Pourtant, si, en 1986, ma maîtresse d’oulpan disait : « les Juifs messianiques, cela ne doit pas exister », le climat actuel est différent. La population laïque, en particulier, est plus ouverte à la diversité de croyances. Dans la presse et la télévision, on parle parfois favorablement de ces messianiques, comme de loyaux citoyens.

     

    Le Jerusalem Institute of Justice (J.I.J) 

    Un jeune avocat messianique a créé et dirige cet Institut dont le nom suffit à définir son but. Se référant à la Cour suprême d’Israël, cet Institut veut permettre, entre autres, à tout Juif de trouver sa place en Israël, et cela quelle que soit sa foi.

    Depuis deux ans et demi, douze Juifs messianiques, auxquels le ministère de l’Intérieur refusait le droit de citoyenneté selon la Loi du Retour, avaient demandé l’aide juridique au bureau d’avocats en lien avec J.I.J.

    En avril 2008, cet Institut eut gain de cause : une décision fut promulguée par la Cour suprême, stipulant que, selon la loi, « être juif messianique n’empêche personne d’être citoyen d’Israël selon la Loi du Retour ». Une décision très attendue.

    Le J.I.J lutte pour permettre à la communauté juive messianique d’être reconnue comme étant simplement l’un des divers mouvements du monde juif. Cet Institut mène aussi d’autres combats, contre la pauvreté par exemple.

     

    Le moshav Yad Hashemona 

     

         Yad Hashmona 

    En 1974, Seppo Raulu, un Finlandais, reçoit de Golda Meir le droit d’installer un moshav sur l’une de collines jouxtant Abou Gosh. Il vient, avec quelques concitoyens, bâtir un mémorial pour honorer la mémoire de 8 Juifs autrichiens réfugiés en Finlande et expulsés vers Auschwitz. C’est Yad Hashmona (mémorial des huit). Ces Finlandais protestants, venus pour aider Israël, y créent une entreprise de menuiserie. Les meubles et infrastructures communes affichent un pur style scandinave.

    En 1989, trois Juifs messianiques israéliens se joignent à ces Finlandais.

    Peu à peu, des Juifs messianiques remplacent les pionniers finlandais. En 2008, sur les 15 membres fondateurs, seules quatre Finlandaises sont encore là. Ce village messianique se compose actuellement de 15 familles et de 8 célibataires : 38 membres et une quarantaine d’enfants. Tous ont la nationalité israélienne, acquise parfois par le mariage. Une vingtaine de volontaires internationaux partagent leur vie et leur travail.

    Ces dernières années, ce moshav s’est transformé en un centre touristique, avec maisons d’hôtes, salles de conférences et restaurant strictement cacher, permettant des cérémonies religieuses, mariages, bar-mitzva, anniversaires, etc. toutes tendances confondues.

    En 2000, le moshav inaugure son « village biblique » permettant de découvrir les conditions de vie et de travail de l’époque biblique. Une foule d’Israéliens viennent le visiter et y prennent souvent un repas. Certains redoutent l’influence de ces messianiques. Mais, pour Yad Hashmona, la visite de ce musée biblique n’a rien à voir avec une velléité missionnaire. Le moshav dit aspirer à une cohabitation harmonieuse et vouloir trouver sa place dans la société israélienne. Sur ce point, son intégration semble parfaitement réussie.

    Comme beaucoup de villages communautaires, Yad Hashmona est actuellement en cours de privatisation. Cet été, les 38 membres toucheront la totalité de leur salaire.

     

    Conclusion 

    Ce mouvement est-il devenu un pont entre les Juifs et les chrétiens, comme le désiraient ses précurseurs ? Il est temps que nous, les chrétiens, soyons attentifs à cette réalité nouvelle – mais, à la réflexion, plutôt ancienne - de l’existence de Juifs ayant rencontré le Ressuscité, Jésus Messie d’Israël, sans perdre, pour autant, leur judéité. Et qu’ils puissent compter sur notre solidarité et notre prière.


    Bibliographie sur le sujet :

    ·         Facts and Myths. About the messianic congregations in Israel, Kai Kjaer- Hansen and Bodil F. Skjott, Caspari Center, Jerusalem (1999).

    ·         Revue Mishkan : The messianic movement in Israel to day, Caspari center, (2006).

     

      

    Antoinette Brémond  :  Un écho d’Israël

    Texte repris du site Un écho d’Israël http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=6231

     

  • Quand Yeshoua, le Messie a commencé son ministère terrestre, il a déclaré sa mission ainsi : "Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël". Mt  15 : 24.Il a commencé avec 12 disciples, tous Juifs, qui sont les témoins oculaires pour nous mettre au courant du ministère de Yeshoua il y a 2000 ans. Le Judaïsme rabbinique jusqu'à notre époque a caché la vérité sur le nombre impressionnant de Juifs qui ont cru en Yeshoua comme Messie d'Israël à travers les siècles. Voici quelques témoignages tirés de la Bible :AUX NOCES DE CANA : "Il manifesta sa gloire, et SES DISCIPLES CRURENT EN LUI". Jn 2 : 11.NICODEME, PHARISIEN, UN CHEF DES JUIFS DISAIT: "Rabbi (Yeshoua), nous savons que tu es un DOCTEUR VENU DE DIEU ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, SI DIEU N'EST PAS AVEC LUI". Jn 3 : 2.A L'OCCASION DE SUCCOTH A JERUSALEM? : "Plusieurs parmi la foule CRURENT EN LUI..." Jn 3 : 31.A LA RESURRECTION DE LAZARE : "BEAUCOUP DE JUIFS... CROYAIENT EN YESHOUA"'. Jn 12 : 10-11.AVANT LA FETE DE PESSAH : "UNE FOULE NOMBREUSE DE GENS venus à la fête ayant entendu dire que Yeshoua se rendait à Jérusalem, allèrent au-devant de lui en criant : HOSANNA ! BENI SOIT CELUI QUI VIENT AU NOM DU SEIGNEUR, LE ROI D'ISRAEL !". Jn 12 : 12-13.Après la crucifixion et la résurrection de Yeshoua ses disciples ont reçu l'ordre de répandre la Bonne Nouvelle...


    SIMON PIERRE A LA FETE DE SHAVUOT DISAIT: "Hommes Israélites... Yeshoua de Nazareth... à qui Dieu a rendu témoignage par les miracles, les prodiges et les signes..." Ac 2 : 22. "Le nombre DES DISCIPLES AUGMENTA d'environ TROIS MILLE AMES"... Ac 2 : 41.

    APRES LE DISCOURS DE SIMON PIERRE ET YOHANNAN (Jean) A JERUSALEM : "Cependant  BEAUCOUP CRURENT, et le nombre des hommes S'ELEVA  à environ CINQ MILLE". Ac 4 : 4.

    A JERUSALEM ENCORE : "Le nombre des disciples AUGMENTAIT BEAUCOUP à Jérusalem et  UNE GRANDE FOULE DE SACRIFICATEURS OBEISSAIT A LA FOI". Ac 6 : 7.

    A LOD ET SARON : "TOUS LES HABITANTS de Lod et de Saron le virent, et ils SE CONVERTIRENT AU SEIGNEUR". Ac 9 : 35.

    SIMON PERRE A JOPPE (JAFFA) : "et  BEAUCOUP CRURENT AU SEIGNEUR". Ac 9 : 42.

    LES CROYANTS DE JERUSALEM DISAIENT A SHAUL (PAUL) : "Tu vois, frère, combien DE MILLIERS DE JUIFS ONT CRU...". Ac 21 : 20.

    Oui, ami lecteur, depuis ces jours-là, il y a toujours eu des "YEHOUDIM MESHIHIM" (JUIFS MESSIANIQUES). La Bible parle d'eux comme "UN RESTE SELON L'ELECTION DE LA CRACE". Rom 11 : 5. Aujourd'hui, ils sont plus nombreux que jamais auparavant. Certaines statistiques font état de l'existance de QUELQUES CENTAINES DE MILLIERS à travers le monde. Cette foule de Juifs Messianiques veut élever leur voix pour YESHOUA, LE MESSIE devant tous les enfants d'Israël en criant :

    "BAROUH ABBA BESHEM ADONAI ! BENI SOIT CELUI QUI VIENT AU NOM DU SEIGNEUR !"

    Anya  Ghennassia.

    Extrait du :
    Témoignage Messianique
    au Peuple d'Israël.
    1987.        n° 89.



             Le plus grand rassemblement annuel, international de Juifs Messianiques a réuni du 28.6 - au 4.7.92 environ 2000 participants de tous les continents à l'université de "Messiah College" à Grantham en Pennsylvanie aux USA. Cette conférence, durant 8 jours, est organisée chaque année par "L'Alliance Américaine des Juifs Messianiques" et "L'Alliance Internationale des Congrégations et des Synagogues Messianiques". La première, mentionnée ci-dessus, fut fondée déjà en 1915 avec pour but de réunir des croyants juifs en Yéshoua, de les encourager et les enseigner pour qu'ils deviennent des témoins actifs au sein de leur propre peuple. En plus des conférences internationales, nationales et régionales, ces alliances organisent aussi des conférences pour les leaders (dirigeants) pour la jeunesse et les enfants. Une quinzaine de rassemblements ont lieu chaque année aux USA. Evidemment, de nombreuses activités de ces alliances, aussi reconnues officiellement par les Nations Unies, ont un impact mondial sur l'oeuvre messianique et le peuple juif dans son ensemble.

              Un programme chargé depuis 7h du matin jusqu'à minuit pour les adultes et un programme à part pour les enfants et les jeunes de tout âge, offrait un très grand choix d'études, d'échange, de rafraichissement spirituel. Pendant les matinées et certains après-midis, 65 études différentes furent données par des enseignants messianiques dont un certain nombre étaient des leaders renommés aussi bien en Amérique qu'à l'étranger. De multiples domaines de sujets furent traités, tels que :l'actualité prophétiques, la vision messianique, le judaïsme, l'histoire juive, la théologie messianique, des sujets psychologiques etc... Les deux matinées entières réservées aux leaders messianiques dans le ministère (<< les pastorales >>), étaient cette fois-ci, exceptionnelles avec un enseignement très riche et des échanges profitables. Au cours d'un panel international, les délégués venant d'une quinzaine de pays expliquaient l'extension du réveil messianique chez eux et répondaient aux questions du public. Un matin, durant 4 heures, un service d'intercession a rassemblé des centaines de personnes dans un auditorium. Certains cherchaient un renouvellement spirituel, le baptême de l'Esprit, d'autres une guérison physique. Les besoins de l'être humain sont nombreux. Beaucoup d'entre eux étaient profondément touchés par l'action puissante de l'Esprit de Dieu. Pendant certains après-midis, des concerts spéciaux, des représentations magnifiques étaient offerts par "des professionnels" représentant certainement des talents les plus extraordinaires du Mouvement Messianique. Les cours "de danse de la louange Davidique" intéressaient surtout la jeunesse, même si, les personnes âgées aussi y ont trouvé une façon d'expression libre d'adorer le Seigneur.

              Chaque année une << T'bilah >>, baptême par immersion, témoigne aussi de la croissance des assemblées. Cette fois-ci, environ 30 personnes étaient immergées après avoir confessé leur foi en Yéshoua le Messie. 

              Un hall d'exposition était rempli de matériel : de la littérature, des cassettes audio - vidéo, toutes sortes d'objets symbolisant la foi juive en Yéshoua etc... Tout pour tous, dans le but d'améliorer ses connaissances et possibilités de témoignage auprès des enfants d'Israël. La traduction de la littérature de l'anglais en d'autres langues a commencé aussi. Des traités aussi bien que du matériel d'enseignement existe de plus en plus en hébreux, espagnol, portugais, français et russe...

              Les célébrations des soirées avaient lieu dans l'auditorium principal où se trouve suffisamment de place pour tout le monde à la fois. Au fond d'une grande estrade était construit << Le Mur des Lamentations  >> sur lequel des images symboliques étaient projetées par un jeu de lumière. Des groupes de danses Davidiques (louange, adoration) témoignaient selon la culture hébraïque, d'une manière vivante et joyeuse, de leur foi dans le Messie Yéshoua. Les chanteurs et les musiciens, dont certains étaient professionnels, manifestaient des dons frappants d'originalité et de consécration pour glorifier le nom de leur Seigneur. Les prédicateurs dynamiques terminaient les réunions avec La Parole de Dieu, faisant appel aux différents groupes du public chaque soir. Des dizaines de personnes  s'avançaient vers l'estrade où les rabbis messianiques (pasteurs) avec leurs épouses priaient pour leurs besoins. C'était très touchant de voir de nombreux enfants depuis l'âge de 6 - 7 ans , les larmes aux yeux, chercher Dieu de tout leur coeur de leur propre initiative ! C'est à eux qu'appartient l'avenir de ce réveil. "La cure d'âme" et l'intercession jouaient, en général, un grand rôle à travers toute la conférence.Yéshoua prêchait aux foules, mais IL était aussi prêt à rencontrer chacun personnellement.

              Le réveil messianique continue à se propager dans le monde entier : USA, Canada, Europe, Israël, pays Asiatiques, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande, Amérique Centrale, Amérique du Sud...  dans tous les continents et dans des dizaines de pays ! Dans ce contexte je voudrais faire une remarque spéciale sur trois endroits :

    PREMIEREMENT:
    La Russie, qui pour la première fois fut représentée dans cette conférence ! Trois Juifs Messianiques, dont un le pasteur de l'Assemblée Messianique de Minsk avec son assistant et un pianiste qui, pendant un après-midi a donné un concert spécial. L'Assemblée de Minsk, qui a débuté en 1991 avec l'aide de l'Alliance Américaine, a 40 Juifs comme membres aujourd'hui ! Une assemblée messianique se trouve aussi à Kiev, Lémingrade et à Moscou. La banqueroute de l'idéologie communiste a fait tomber "le rideau de fer" et le réveil messianique se répand  à une grande vitesse en Russie ! Les nouvelles de la Russie, racontées par des leaders de l'Alliance Américaine et ces jeunes hommes juifs russes, ont rempli nos yeux de larmes. C'était tellement touchant de voir ce que Dieu est capable de faire, là où les moyens des hommes ont fait faillite.

    DEUXIEMEMENT : 
    Le réveil s'établit de plus en plus aussi en Amérique du Sud : Colombie, Vénézuéla, Brézil, Uruguay, Paraguay, Chili, Argentine etc... David Zédaca, secrétaire de l'Alliance Internationale des Juifs Messianiques m'a raconté qu'en fait, l'oeuvre messianique date de 50 en Amérique du sud, notamment en Argentine. Dans la capitale Buenos Aires, il y a actuellement 4 assemblées messianiques, la plus grande ayant 180 membres !

    TROISIEMEMENT :
    Le réveil auprès des enfants d'Israël prend une envergure de plus en plus grande aux USA. Selon les statistiques données pendant la conférence, 175 assemblées messianiques sont enregistrées aujourd'hui aux USA. La plus grande d'entre elles est l'assemblée de Philadelphie avec 400 membres dont 75% sont Juifs. L'assemblée a même sa propre école privée depuis "l'école maternelle jusqu'au bac" où les enfants juifs de l'assemblée reçoivent une formation spéciale dans la vision messianique. L'Assemblée de Philadelphie représente également un grand nombre de talents dans le domaine de l'enseignement, de la musique, du chant, de la danse Davidique, tels que : Kol Shimcha, Shivat Tzion, Lamb et autres. David Chernoff est actuellement à la tête de cette oeuvre après son père Martin.

    L'Assemblée Messianique de Rochester, à New York, fondée par Jonathan Bernis en 1984 a vu aussi une croissance rapide. Aujourd'hui 50% des 80 membres, sont Juifs et selon Jonathan, 85% des membres sont intégrés dans le travail actif de l'assemblée. Chacun a une responsabilité particulière à porter ! Dans les pastorales auxquelles j'ai assisté aussi, Jonathan a donné un enseignement conséquent sur la croissance d'une assemblée. "Les jeûnes et prières" durant 7 jours quatre fois par an (en plus de jeûnes et prières d'une période plus courte), ne sont certainement pas la moindre des raisons pour une croissance rapide, non seulement en quantité mais aussi en qualité.
    Sauver des Juifs << sur les banquettes >> est une chose, faire de ceux qui ont été gagnés, des membres engagés pour le Seigneur en tant qu'intercesseurs ou combattants spirituels et des témoins actifs, des "gagneurs d'âmes", en est une autre ! En effet, c'est la qualité qui est la base de la quantité et non à l'inverse.

              Le réveil messianique, comme tous les réveils, est l'oeuvre de Dieu. Là où un être humain, Juif ou Gentil, reconnait  son péché et se tourne vers Dieu, la Rouah Ha'Kodesh -l'Esprit Saint- est en action. Nous bénissons le Seigneur pour tout ce qu'IL fait par ses serviteurs et par ses servantes. Cependant, nous voulons toujours nous rappeler de la souveraineté du Seigneur qui seul est la source vie, la source du réveil. L'apôtre Paul exprime ainsi cette vérité spirituelle : << J'ai planté, Apollos a arrosé, mais DIEU  A FAIT CROITRE, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, MAIS DIEU QUI FAIT CROITRE. Celui qui, PLANTE et celui qui ARROSE sont EGAUX, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. 1. Cor. 3 : 6-8.

              Le réveil est toujours aussi un défi. Dans les pastorales, nous avons constaté ensemble le besoin urgent et énorme d'hommes et de femmes consacrés au ministère messianique en tant que pionniers (shlihim ou apôtres), pasteurs, évangélistes, docteurs (enseignants). Le plus grand besoin du monde entier, ce sont des pasteurs ou rabbis messianiques. Cependant, l'oeuvre de Dieu ne dépend pas seulement du -nombre- de ses serviteurs, mais aussi de leur -qualité-. << L'Alliance Internationale des Congrégations et Synagogues Messianiques >> a établi, il y a deux ans, un programme de "formation professionnelle" pour ceux qui sont dans le ministère messianique. Elle consiste en au moins 25 cours spéciaux dans 6 domaines :

    Bible ; Histoire ; Judaïsme ; Langues . Ministère Messianique et Théologie.

    Le programme fait partie des études universitaires et contient actuellement deux grades. Cette année le troisième grade : Maîtrise en Théologie Messianique, environ Six ans d'études à plein temps, sera ajouté au programme actuel. La formation théologique, intellectuelle, ajoutée à la formation du caractère spirituel que DIEU Lui-même forgera en chacun, et bien sûr à l'expérience, seront la base d'une reconnaissance officielle par l'Alliance Internationale. Je dis "amen" aux "exigences" établies par cette alliance. Dieu a besoin de meilleurs prédicateurs et prédicatrices, des meilleurs enseignants et enseignantes -non seulement remplis de l'Esprit- mais remplis de connaissance et de sagesse. L'apôtre Paul a donné ce conseil au jeune Timothée qui se préparait au service de Dieu : << EFFORCE-TOI DE TE PRESENTER DEVANT DIEU COMME UN HOMME EPROUVE, UN OUVRIER QUI N'A PAS A ROUGIR, QUI DISPENSE DROITEMENT  LA PAROLE DE LA VERITE >> 2 Tim 2 : 15.

    Je bénis le Seigneur pour ce réveil au sein du Peuple d'Israël qu'IL a souverainement suscité dans le monde entier. La restauration spirituelle d'Israël va en parallèle avec sa restauration physique, prophétisées -toutes les deux- dans Ezechiel, ch. 36 et 37.

    L'avenir d'Israël est encore beaucoup plus glorieux que ce que nous voyons aujourd'hui sous nos yeux. Un jour bientôt : << Le Libérateur viendra de SION >> et << tout Israël sera sauvé >>. Rom 11 : 26. C'est alors, qu'Israël reprendra, en tant que nation, sa vocation originale comme peuple élu de DIEU, << car les dons et l'appel de Dieu sont irrévocables >>. Rom 11 : 29. Entre temps, en attendant cette phase finale, unissons nos forces, les Juifs en tant que "l'olivier franc" Rom 11 : 24  pour accomplir ces grands desseins du DIEU D'ISRAEL. C'est de Lui, par Lui et pour Lui que sont toutes choses. A LUI LA GLOIRE DANS TOUS LES SIECLES ! Amen !  Rom 11 : 36.

    Anya Ghennassia.
    Extrait du :
    Témoignage Messianique
    au Peuple d'Israël.
    1992.       N° 110.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Scott Shwartz: Je fus surpris de voir combien le Nouveau Testament était juif!

    Steve Fenchel: Je me considère aujourd’hui comme un juif qui a trouvé son Messie!

    Source: http://www.vietv.org

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ecrit par Jacques:

    Dans le monde il y a beaucoup de Juifs de différentes tendances. Il y a les juifs religieux qui ne s’occupent pas du monde et qui vivent leur religion, il y a les juifs qui regardent avec attention les interventions politiques sur leur condition, ils veulent savoir ce qu’on pense d’eux, ils sont inquiets de ce qu’on les empêche de défendre leur vie, leur habitat. Et puis il y a les juifs qui ne savent pas qu’ils sont juifs et dont on a renommé le nom mais en gardant une trace comme « ceux du pont », « ceux de la montagne », « ceux de la vallée », il y a les « Dupont, les « Decoen », les « Bergman », les « Newman », les « Shumann ». Généralement aussi par leurs attributs personnels, les Lenoir, les Leblanc, les Legrand, les Lepetit ou les Leroux ont des origines juives lointaines.
    Finalement le nombre de brebis perdues de la Maison d’Israël est si élevé qu’il n’est pas loin de s’approcher de la poussière de la terre, cette postérité promise par Dieu à Abraham.
    Tous les juifs sans exception ont cette aspiration vers la terre d’Israël et c’est l’Eternel qui a mis ça en eux. Certains préparent leur alyah. La Bible nous montre que tôt ou tard la totalité des juifs reviendra en terre promise non parce qu’ils le veulent bien mais parce que c’est Dieu qui met ça dans leur cœur : la soif du retour à leur identité et cette identité ne peut se traduire que par un retour au pays de leurs pères.Par la mise en place en 1948 par les Nations Unies du « Foyer national pour le peuple juif sur la base du lien historique existant entre le peuple juif avec la Palestine dans le but de reconstruire leur foyer national dans ce pays » , Israël a été invité à aller s’y installer. Si les juifs construisent aujourd’hui du logement en Israël c’est en fait parce que les Nations Unies le leur a (or)donné en 1948.Aujourd’hui on veut les chasser non seulement de tous les pays mais en plus on leur interdit de s’installer en Israël et de construire des implantations pour accueillir les 10-15 millions de juifs qui restent encore dans le monde.La confusion chez ces nations bat son plein !
    Parallèlement à ce qui se passe physiquement en terre promise, il y a ceux qui rentrent spirituellement dans le Royaume de Dieu par Yeshoua et c’est merveilleux de voir toutes ces âmes sauvées. D’une manière générale on reconnaît l’arbre à ses fruits mais, quels fruits peut-on voir aujourd’hui pour les reconnaître ? La Bible nous enseigne qu’Israël est représenté par 3 types arbres prophétiques : l’olivier, le figuier et la vigne.Souvent dans le monde chrétien on s’approprie ces 3 arbres pour soi-même alors qu’on oublie que la Bible parle hébreu pour des juifs par des juifs pour des juifs, qu’au départ Yeshoua n’est venu QUE pour les brebis perdues de la Maison d’Israël et que les païens sont appelés par Yeshoua « des petits chiens ».Matthieu 15:26 Yeshoua répondit: Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. 27 Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. 28 Alors Yeshoua lui dit: Femme, ta foi est grande; qu’il te soit fait comme tu veux. Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

     

    1. L’olivier

     

    Dans la nation juive, on trouve aujourd’hui beaucoup de juifs « assimilés » qui doivent encore se regreffer sur leur propre olivier avec l’aide du « tire jus », cet olivier sauvage qui va provoquer en lui la remontée de la sève. L’assimilation existe sur 2 niveaux : une assimilation volontaire à cause du rejet de leur propre identité et une assimilation involontaire : les « brebis perdues de la Maison d’Israël », des enfants d’Israël qui ont perdu jusqu’à leurs racines familiales les plus enfouies. A cause des pogroms et de l’inquisition, beaucoup de juifs sont ainsi devenus chrétiens et ne savent même pas qu’ils ont des racines juives.L’agronomie nous enseigne qu’un olivier franc ne peut pas « ressusciter » de lui-même et qu’il est nécessaire d’apporter un greffon extérieur pour arriver à « refaire démarrer » le cycle de la vie c’est-à-dire concrètement : l’appel de la sève.Voici quelques extraits de l’article de Paul Ghennassia sur les 3 arbres prophétiques: L’olivier représente la vie de l’Esprit par le Messie. On en obtient de l’huile. Les olives et l’huile donnent la santé. Elles sont appliquées sur les blessures et sont utilisées comme remèdes contre certaines maladies. Le chandelier à 7 branches symbolise l’huile de l’Esprit du Messie. L’olivier représente l’huile et la paix. L’olivier fait d’ailleurs penser à la colombe « YONA », ce même Jonas, symbolisant le Messie enterré 3 jours dans le sein de la terre, YONA la paix : l’olivier symbolise la paix que Elohim veut donner.L’olivier est un symbole de paix :(Genèse 8:10-12)
    « 10 Il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. 11 La colombe revint à lui sur le soir; et voici, une feuille d’olivier arrachée était dans son bec. Noé connut ainsi que les eaux avaient diminué sur la terre. 12 Il attendit encore sept autres jours; et il lâcha la colombe. Mais elle ne revint plus à lui.
    Olivier symbole de la vie de l’Esprit (Psaumes 52:8-10)
    « 8 (52:10) Et moi, je suis dans la maison de Elohim comme un olivier verdoyant, Je me confie dans la bonté de Elohim, éternellement et à jamais. 9 (52:11) Je te louerai toujours, parce que tu as agi; Et je veux espérer en ton nom, parce qu’il est favorable, En présence de tes fidèles.
    Olivier symbole de paix familial (Psaumes 128:3)
     » Ta femme est comme une vigne féconde Dans l’intérieur de ta maison; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table.
    Olivier, nom donné par l’Eternel (Jérémie 11:16)
     » Olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit, Tel est le nom que t’avait donné l’Éternel; Au bruit d’ un grand fracas, il l’ embrase par le feu, Et ses rameaux sont brisés.
    Olivier sauvage et Olivier franc image de l’Eglise entée sur Israël(Romains 11:16-24)
     » 16 Or, si les prémices sont saintes, la masse l’est aussi; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. 17 Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui était un olivier sauvage, tu as été enté au milieu d’eux, et rendu participant avec eux de la racine et de la graisse de l’ olivier, 18 ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n’est pas toi qui portes la racine, mais que c’est la racine qui te porte. 19 Tu diras donc: Les branches ont été retranchées, afin que moi je fusse enté. 20 Cela est vrai; elles ont été retranchées pour cause d’incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t’abandonne pas à l’orgueil, mais crains; 21 car si Elohim n’a pas épargné les branches naturelles, il ne t’épargnera pas non plus. 22 Considère donc la bonté et la sévérité de Elohim: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Elohim envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché. 23 Eux de même, s’ils ne persistent pas dans l’incrédulité, ils seront entés; car Elohim est puissant pour les enter de nouveau. 24 Si toi, tu as été coupé de l’olivier naturellement sauvage, et enté contrairement à ta nature sur l’olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier.
    Le nom « JUIF » vient du nom YEHOUDA c’est-à-dire LOUANGE A L’ÉTERNEL : un juif , par son existence et par le nom-même qu’il porte, représente cette glorieuse évidence.
    YEHOUDA s’écrit en hébreu c’est le nom du tétragramme de Dieu avec une lettre supplémentaire, le « DALET » qui signifie « LA PORTE »
    La graisse de l’olivier
    La graisse de l’olivier représente le RUAH HA’ KODESH (L’Esprit- Saint)
    Les deux branches de l’olivier
    Les 2 branches de l’olivier représentées sur le drapeau national d’Israël représentent donc les juifs et les gentils rassemblés pour former un seul corps (Zacharie 4:3)  » Et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche. »(Zacharie 4:11-14)  » Je pris la parole et je lui dis: Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche? … » Les juifs et les gentils seront (sont) rassemblés en un seul corps aux côtés du Messie.  » Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis: Que signifient les deux rameaux d’olivier, qui sont près des deux conduits d’or d’où découle l’or? Il me répondit: Ne sais-tu pas ce qu’ils signifient? Je dis: Non, mon seigneur. Et il dit: Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre. » (les 2 fils de l’huile Apocalypse 1:12)
     » Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or,… »(Apocalypse 1:20)
     » le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept kehilot, et les sept chandeliers sont les sept kehilot. (Les sept KEHILOT)
    Le chandelier à 7 branches à huile d’olive
    – on n’éteignait jamais le chandelier à huile d’olive
    – Au bout des 7 branches du chandelier se trouvent 7 flammes ;
    Ces 7 flammes font partie intégrante du nom de YESHOUA
    – Yeshoua sur le mont des oliviers : GAT SAMANI traduit par le  » pressoir à huile  » Le Messie a été pressé comme les olives sont pressés pour en faire ressortir l’huile du Esprit Saint :  »  » Il vous est avantageux que je m’en aille  » disait Yeshoua
    où le Messie a pleuré et où Il a été lui-même pressé
    – Yeshoua est né de l’Esprit, le RUAH HA KODESH – l’huile sainte
    Selon les épitres de Paul il n’y a pas 2 sortes de chrétiens : il n’y en a qu’une : ce sont les chrétiens sionistes ! Tous ceux qui ne sont pas chrétiens sionistes ne sont en fait que des païens déguisés, des brebis déguisées en loup!
    L’olivier sauvage représente tous ceux qui ont été greffés sur Israël par la foi, ce sont ceux qui se sont attachés à la nation d’Israël et qui se sentent juifs « comme » s’ils étaient juifs mais ils ne le sont pas. On parle d’assimilation. Ces chrétiens là sont les vrais chrétiens : ils reçoivent en eux-mêmes la sève de l’olivier, ils aiment Israël, ils prient pour Israël, il ne parlent que de « ça » : Israël par ci et Israël par là. Israël est leur peuple, le Dieu d’Israël est leur Dieu. Ils sont plus juifs que juifs. Ces chrétiens insistent afin qu’Israël arrête de les presser de les laisser, de retourner loin d’Israël! Où Israël ira, ces chrétiens là iront. Là où Israël demeurera ils demeureront; là où Israël mourra eux mourront aussi, et y seront enterrés, c’est du moins leur langage et c’est qu’ils acceptent même la persécution et l’opprobre d’être appelés juifs de cœur. (Ruth 15:1-18) Les vrais chrétiens aiment Israël et leur amour est patient, plein de bonté et n’est point envieux. L’amour pour Israël ne se vante point, ne s’enfle point d’orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche point son intérêt et ne s’irrite point. Quand on aime Israël on ne soupçonne point le mal et on ne se réjouit pas de l’injustice, mais on se réjouit de la vérité. Notre amour pour Israël excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout.
    La persécution la plus difficile pour eux c’est de constater que leurs coreligionnaires, leurs frères dans la foi, les méprisent « à cause d’Israël ». 

     

    2. Le figuier

     

    Israël terrestre, Jérusalem terrestre, des juifs circoncis de chair, des juifs qui, pour la plupart d’entre eux sont « desséchés », ont perdu la foi, sont loin de leur Dieu, ce sont des juifs laics (la laïcité : le mot « khoul » comme racine hébraïque signifie « humanisme », « profanation », « fuir la sainteté »).C’est sur ce figuier sans fruit que Yeshoua a prononcé des paroles de malédiction. Pour Yeshoua, Israël ne peut pas rester un figuier sans fruit, car cela signifie la mort du plan de Dieu pour Israël. Figuier sans fruit = humanisme = vie sans Dieu. Dieu a des projets pour son peuple et ceux ci se réaliseront coûte que coûte, quoi qu’en disent les nations et les ennemis d’Israël. C’est Dieu le plus fort.Le fait aussi que Yeshoua a « maudit » le figuier » signifie aussi la souveraineté de Yeshoua en tant que Fils de Dieu. Il est le Fils de Celui qui est monté et qui est redescendu dans Proverbes 30:4 « Quel est son Nom et le Nom de son Fils, le sais-tu? ».Yeshoua montre aussi par là que pour que les nations puissent recevoir un salut « juif », il était primordial que la nation juive soit momentanément écartée pendant pendant 2000 ans.Pourquoi une malédiction du figuier qui ne porte pas de fruit, alors qu’en fait ce n’est pas la saison du fruit ? Le figuier, aussi bien que la vigne (cf. Isaïe 5), sont des figures que la bible aime pour désigner Israël. Du figuier ou de la vigne, c’est-à-dire de son peuple, Dieu attend le bon fruit. Et il n’est pas le seul : le peuple était dans l’attente des responsables religieux du temple qu’ils abreuvent leur soif de paix et de pardon, leur désir de rencontre avec l’Eternel. Mais ces religieux ont placé trop d’obstacles, ils ont durci la Loi, comme si Dieu en demandait toujours plus, au risque d’exclure, ils ont malmené le temple, y plaçant trop de barrières de pureté.Et ils sont nombreux les exclus des lois de pureté et du temple ! Yeshoua s’insurge contre cette exclusion et la combat avec vigueur car il a dit aux enfants « laissez venir à moi les petits enfants, ne les empêchez pas car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent ».

     


    3. La vigne

     

    La vigne avec ses raisins représentent aussi Israel et il y a en plus: le sang. La vigne représente les juifs qui ont gardé la foi, des juifs qui ont en eux le sang de la vigne, le sang du sacrifice, un sang renouvelé sans lequel aucun pardon divin ne peut être accordé. En effet, en parlant du principe vital, Moïse a bien dit que sans le sang il n’y a pas de pardon, pas d’expiation : « Le principe vital de la chair est dans le sang et moi, je vous l’ai donné sur l’autel pour procurer l’expiation à vos personnes, car c’est le sang qui fait expiation pour la personne ». Lévitique 17 : 11.Le nombre de juifs qui croient secrètement en Yeshoua est probablement élevé.Sans la foi dans le Dieu Sauveur, (Dieu Sauveur = YE-SHOUA) nul ne peut être sauvé et hériter de la vie éternelle. D’où l’importance de la Foi en Yeshoua (salut de Dieu, Dieu Sauveur) qui est l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Aucune mitsvot et aucune prière ne peuvent remplacer la puissance purificatrice du sang du pardon par lequel l’entrée dans la Vie éternelle nous est garanti.Celui qui est « lavé dans le sang de l’agneau » a littéralement et très concrètement reçu une transfusion sanguine.Son sang qui était souillé est purifié.C’est bien connu que le péché du regard, le péché de la chair, le péché de la drogue provoquent des addictions qui s’installent physiquement dans toutes les cellules et dans notre sang en y faisant passer des myriades de toxines néfastes. Seul un sang pur, le sang de Yeshoua, Fils de Dieu a cette capacité. 
    Ou nous situons nous ? 

      Source: http://bethyeshoua.org/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Héb. 12.1 : «Nous donc aussi, puisque nous sommes entourés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance l'épreuve qui nous est proposée.»
     
    UNE PÉRIODE D'ACCÉLÉRATION
     
    Nous sommes dans une période d'accélération et nous marchons dans les voies de Dieu. Souvent des obstacles doivent être ôtés pour que nous allions plus vite. Désormais les choses s'intensifient. Nous le constatons dans le monde naturel comme dans le monde spirituel. Le mal s'intensifie aussi de même que l'action de Dieu sur terre. C'est notre période d'accélération durant laquelle nous ôtons les choses qui nous entravent et nous retiennent pour courir avec force, puissance et liberté.
     
    ARRIVER À UNE CROISÉE DES CHEMINS
     
    Pour nombre de gens il y a eu comme un engorgement qui les a empêchés d'avancer aussi vite qu'ils auraient pu dans le Seigneur. Dans cette course se trouve une intersection, l'équivalent d'une croisée des chemins, et elle est proche.
     
    À ce carrefour se trouve un passage pour accélérer davantage dans les voies de Dieu. Il y aura des ouvertures visibles pour ceux qui recherchent Dieu avec ardeur et qui sont dans la course.
     
    Ce sera un peu comme si vous étiez en train de courir à un rythme modéré sachant que vous pouvez aller plus vite, mais que vous ne pouvez pas contourner ces obstacles ou ces choses qui vous freinent (naturelles ou spirituelles) ; puis soudain, à un moment donné, vous verrez l'ouverture. Une fois que vous serez entré dans ce lieu ce sera merveilleux, étendu, rafraîchissant et vous pourrez courir comme si vous marchiez sur l'air. (Photo via wikipedia)
     
    OBSTACLES INTERNES
     
    «De Jéricho, Josué envoya des hommes vers Aï, qui est située près de Beth-Aven, à l'est de Béthel. Il leur dit : 'Montez explorer le pays.' Ces hommes montèrent explorer Aï. De retour vers Josué, ils lui dirent : 'Il est inutile de faire monter tout le peuple à l'attaque : 2000 ou 3000 hommes suffiront pour battre Aï. Ne donne pas cette fatigue à tout le peuple, car eux sont en petit nombre.' Ainsi, 3000 hommes environ se mirent en marche, mais ils prirent la fuite devant les habitants d'Aï.

     

    Les habitants d'Aï leur tuèrent environ 36 hommes. Ils les poursuivirent depuis la porte de la ville jusqu'à Shebarim et les battirent à la descente. Le peuple perdit courage, il se liquéfia. Josué déchira ses vêtements et se prosterna jusqu'au soir, le visage contre terre, devant l'arche de l'Eternel. Il était avec les anciens d'Israël, et ils se couvrirent la tête de poussière. Josué dit : 'Ah ! Seigneur Éternel, pourquoi as-tu fait passer le Jourdain à ce peuple ? Est-ce pour nous livrer entre les mains des Amoréens et nous faire mourir ?

    Si seulement nous avions su rester de l'autre côté du Jourdain ! De grâce, Seigneur, que dirai-je maintenant qu'Israël a pris la fuite devant ses ennemis ? Les Cananéens et tous les habitants du pays l'apprendront. Ils nous encercleront et feront disparaître notre nom de la terre. Et que feras-tu pour ton grand nom ?' L'Éternel dit à Josué : 'Lève-toi ! Pourquoi restes-tu ainsi prosterné ? Israël a péché. Ils ont violé mon alliance, celle que je leur ai prescrite ; ils ont pris des biens voués à la destruction, ils les ont volés et ont menti, et ils les ont cachés parmi leurs affaires'.» (Jos. 7. 2-11)
     
    L'armée de Josué avait été battue par ses ennemis. Celui-ci s'écria, «Pourquoi ?» Dieu lui répondit, «Lève-toi ! Israël a péché. C'est pourquoi tu as été battu.» Ceci représente un autre genre d'obstacle qui ne peut être ôté qu'en purifiant nos cœurs devant Dieu. Nous ne pouvons pas servir deux maîtres. Dieu est jaloux pour nous. Nous serons battus si nos cœurs ne sont pas purs devant Lui. Quand nos cœurs sont purs, l'autorité de Dieu nous protège. Nous pouvons parler en Son nom sachant qu'Il nous donnera la victoire.
     
    UTILISER LE BÂTON DE DIEU POUR SÉPARER LES EAUX

    «Ils dirent à Moïse : «Est-ce parce qu'il n'y avait pas de tombeaux en Égypte que tu nous as emmenés dans le désert pour y mourir ? Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d'Égypte ? N'est-ce pas précisément ce que nous te disions en Égypte : 'Laisse-nous servir les Égyptiens, car nous préférons être esclaves des Égyptiens plutôt que de mourir dans le désert ?' Moïse répondit au peuple : 'N'ayez pas peur, restez en place et regardez la délivrance que l'Eternel va vous accorder aujourd'hui. En effet, les Égyptiens que vous voyez aujourd'hui, vous ne les verrez plus jamais. C'est l'Éternel qui combattra pour vous. Quant à vous, gardez le silence ! » L'Éternel dit à Moïse : « Pourquoi ces cris ? Dis aux Israélites de se remettre en marche. Et toi, lève ton bâton, tends ta main sur la mer et fends-la ; ainsi les Israélites pénétreront au milieu de la mer à pied sec.»(Ex. 14. 11-16). (Photo via wikipedia)
     
    En examinant l'histoire de Moïse quand il conduisit le peuple d'Israël jusqu'à la Mer Rouge, il semble qu'ils allaient être détruits par l'armée Égyptienne. Moïse commence à parler des choses merveilleuses que Dieu va faire, puis Dieu l'arrête en disant, lève ton bâton, tends ta main sur la mer et fends-la ; ainsi les Israélites pénétreront au milieu de la mer à pied sec.» Il est important de prier et d'intercéder, mais il y a un temps pour «commander» en utilisant le bâton d'autorité que Dieu nous a donné. Dieu dit à Moïse de séparer les eaux. Certains obstacles devront être ôtés par un commandement. Nous ne pouvons pas rester dans le contentement de soi et l'apathie.
     
    Levons le bâton de l'autorité de Dieu et séparons les eaux pour ôter les obstacles qui nous empêchent de courir à pleine vitesse.

    Source: http://juifsetgentils.skynetblogs.be
     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique