• PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    Par Guy Vallée

    PARACHA    “VAYETSE”              Il sortit

                                                             BERESHIT     Genèse  28 : 10 à  32 : 2

    HAFTARAH                                  HOSHEA         Osée      12, 13 et 14 : 9

    BRIT’ HADASHA                         YO’HANAN    Jean        1 : 40 – 51

     

    Dans la paracha de la semaine dernière « TOLEDOTE », selon les écritures ; Jacob se trouve dans une situation où il reçoit la bénédiction de son père à la place de son frère Esaü, et pour fuir les menaces de son frère qui promet de le tuer, il se rend chez Laban frère de sa mère à Charan.

    Notre paracha de cette semaine sera marquée par différentes épreuves qui attendent Jacob, dans un seul but de le transformer pour accomplir le plan de Elohim.

     GENESE 28 : 2  Lève - toi, va à Paddan-Aram, à la maison de Bethuel, père de ta mère, et prends-y une femme d’entre les filles de Laban, frère de ta mère. 

    GENESE 28 : 10   Jacob partit de Beer-Schéba, et s’en alla à Charan. 

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

     

    Et voila comment commence l’appel de Jacob pour accomplir le plan divin, dont les différentes étapes mèneront jusqu’au messianisme.

    En quittant la maison de son père il n’est pas dit qu’il partit avec des troupeaux, de l’or, de l’argent, mais en mettant toute sa confiance en Elohim.

    Dans sa prière il dit : Si Elohim dans le voyage que je fais me garde, me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, alors la pierre qu’il a dressée sera la maison d’Elohim, et il lui donnera la dîme de tout ce qu’Il lui aura donné.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    Donc nous constatons qu’il compte beaucoup sur Elohim, parce qu’il quitte le territoire avec un minimum, et sans connaître sa destinée.

    Que dit Yeshoua quand Il envoya  Ses disciples porter la Bonne Nouvelle du Royaume.

    LUC  9 : 3   Ne prenez rien pour le voyage, leur dit-Il, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent, et n’ayez pas deux tuniques.

    Quand nous accomplissons l’œuvre de l’Eternel, Il pourvoit à tous nos besoins quels qu’ils soient : matériel, financier, spirituel. Il a besoin seulement de notre confiance.

    Il ne nous abandonne jamais, et Jacob se trouvait dans une situation où il avait besoin de soutient, il venait de quitter la maison familiale en y laissant tout le bien être dont il jouissait, et surtout le conflit qui s’est crée entre lui et son frère Esaü.

    Lui qui n’était pas un homme de terrain, un aventurier, qui n’était pas un chasseur, et voilà il se voit obligé de quitter sa zone de confort.

    Notre Seigneur nous fait souvent sortir de notre zone de confort pour mieux nous utiliser.

    Les premières questions que souvent nous Lui posons :

    -          Pourquoi moi Seigneur ?

    -          Je prie et je ne vois pas les choses s’accomplir ?

    -          Les autres sont bénis et pas moi ?

    La réponse est souvent :

    ROMAIN 8 : 28    Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon Son dessein.

    Il prit une pierre et fit son chevet, il était certes troublé de tous ces évènements, et se demandait comment sortir de cette situation.

    A-t-il pensé qu’il était selon les promesses  faites à Abraham, et ensuite à son père Isaac, que c’était à son tour de porter le flambeau, ce qui l’aurait certainement mis en confiance.

    Ce songe de l’échelle et des anges qui montaient et descendaient, était une vision de l’aide divine, et le tout coordonné par Yeschoua « Jésus »

    Les portes des cieux étaient ouvertes, l’encouragement et le réconfort qu’avait besoin Jacob lui étaient parvenus.

    VERSET 13 – 14  Elohim renouvelle  la promesse faite à Abraham et Isaac son père de lui donner ainsi qu’à sa descendance cette terre.

    Et cette parole d’encouragement et d’assurance :

    GENESE  28 : 15    Voici, Je suis avec toi, Je te garderai partout où tu iras, et Je te ramènerai dans ce pays ; car Je ne t’abandonnerai point, que Je n’aie exécuté ce que  Je te dis.

    Ces paroles ont mis de l’espoir dans le cœur de Jacob, qui s’est levé en dressant un monument qui sera la maison d’Elohim, et en Lui promettant la dîme de tout ce qu’Il lui donnera.

     Ceci nous montre le rapport qu’il y a entre le ciel et la terre, quand Yeschoua montrait à Ses disciples comment prier, et dans cette manière de prier il y avait ce passage où Il leur disait, de demander au Père que Sa volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

    Que le ciel soit ouvert pour arroser la terre de ses bienfaits.

    Les anges sont là pour accomplir ce transfert, nous avons un exemple dans

    DANIEL  10 : 11 – 14

    DANIEL 10 : 12  Il me dit : Daniel, ne crains rien ; car dès le premier jour où tu as eu à cœur de comprendre, et de t’humilier devant ton Dieu, tes paroles ont été entendues, et c’est à cause de tes paroles que je viens.

    Les anges n’agissent pas d’eux mêmes, mais ils agissent sur la Parole de Elohim.

    Nos prières doivent trouver leurs racines dans la Parole d’Elohim.

    L’ange explique à Daniel pourquoi ses prières ont eu trois semaines de retard.

    Daniel a persisté dans la prière et l’ange a persisté pour qu’il ait sa réponse.

    C’est pour cela si nous n’avons pas une réponse, nous devons persister dans la prière jusqu’à l’obtention de notre requête.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    Cette échelle peut représenter le lien qu’il y a entre Elohim et nous, et l’échelle c’est Yeshoua « Jésus », c’est Lui le seul médiateur entre nous et le Père, et les anges sont là pour exécuter Ses ordres.

    JEAN 1 : 51 Et Il lui dit : En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme.

    Dans ce passage ; Yeshoua évoque le rêve de Jacob, Il fait référence à cette échelle qui le représente.

    Le passage qui reliait le lieu Saint au lieu très Saint était séparé par un voile, qui ne permettait qu’au grand prêtre d’y pénétrer.

    Ce voile a été déchirée lors du sacrifice de Yeshoua, qui est devenu ce temple, et qui officie comme grand souverain sacrificateur.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    Aujourd’hui il n’y a plus de temple, plus de souverain sacrificateur, il est cette échelle qui nous permet d’être en relation avec le Père, et ainsi Il accomplissait la promesse faite à Jacob. 

    Les deux parties de l’échelle, la base sur la terre, (où se trouve les hommes) et le haut vers le ciel, (le Père) c’est ce lien qui nous uni au Père, car Yeshoua Lui-même nous dit :

    JEAN 14 : 6   Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par Moi. 

    PSAUMES 103 : 20 : 21    Bénissez l’Eternel, vous Ses anges, qui êtes puissants en force, et qui exécutez Ses ordres, en obéissant à la voix de Sa Parole ! 

    21  Bénissez l’Eternel, vous toutes Ses armées, qui êtes Ses serviteurs, et qui faites Sa volonté !

    Ils sont au service  d’Elohim, ils ont la force et la puissance, ils représentent Son armée et l’obéissent, Ils ont un seul but de Le servir.

    Nous n’adressons pas de prières aux anges, ils agissent sur la Parole de Elohim

    Les anges ne font rien de leur propre chef, ils mettent en pratique la Parole de Elohim.

    HEBREUX 1 : 14  Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?

    1ROIS 19 : 3 – 6  Elie qui croyait tout perdu reçu un gâteau cuit par un ange.

    Nous nous laissons souvent emporter par les circonstances, oubliant que Yeshoua nous a ouvert les portes des cieux.

    Ce qui nous permet d’avoir le privilège à tout moment d’adresser à Elohim nos prières.

    Nous ne devons pas nous laisser abattre par les circonstances, mais de regarder à la puissance de notre Elohim, pour nous délivrer de tous les plans de l’ennemi.

    Il suffit de Lui adresser des messages sous forme de requêtes ou de prières, pour qu’Il nous envoie Ses messagers, afin de répondre à nos besoins.

    Jacob encouragé  se mit en marche, et alla au pays des fils de l’Orient, et là dans un champs il y avait un puits, et c’est à coté de ce puits qu’il rencontra Rachel fille de Laban, le frère de sa mère.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    En voyant Rachel, il comprit qu’elle correspondait au souhait de son père (une femme parmi les filles de Laban, frère de sa mère).

    Mais la situation et les conditions n’étaient pas les mêmes que celles de son père Isaac, car Abraham ne voulait pas qu’il épouse une fille de Canaan, et il envoya son serviteur dans son pays, pour choisir une épouse pour lui.

    Le serviteur partit avec dix chameaux, il partit en ayant à sa disposition tous les biens de son seigneur.

    Quand il rencontra la femme que le Seigneur avait choisi pour Isaac, le serviteur lui mit un anneau et des bracelets à la main.

    Il est important de connaître à l’époque, comment se faisait la demande en mariage.

    Quand un jeune homme désirait épouser une jeune fille, le père du garçon rencontrait le père de la fille, pour lui demander la main de sa fille pour son fils.

    Ils discutaient des conditions de cette union, et du montant de la dote qui sera allouée.

    EXODE 22 : 16 Si un homme séduit une vierge qui n’est point fiancée, et qu’il couche avec elle, il paiera sa dot et la prendra pour femme.

    Cette dote faisait partie des commandements donnés aux enfants d’Israël, par Elohim.

    Si l’homme et la femme étaient d’accords, l'homme donnait un cadeau, qui pouvait être un anneau en signe d’engagement.

    C’est ce que fit le serviteur d’Abraham, en donnant à Rébecca des objets d’argent, des objets d’or, et des vêtements ; il fit aussi de riches présents à son frère et à sa mère.

     

    A cette époque aucune autorité religieuse n’intervenait dans le mariage, ce qui comptait c’était la bénédiction du père.

    Mais Jacob arrive les mains vides, sans or, sans argent, et Laban lui propose de travailler pour lui, moyennant un salaire.   

    GENESE 29 : 15 Puis Laban dit à Jacob : Parce que tu es mon parent, me serviras-tu pour rien ? Dis-moi quel sera ton salaire. 

    Jacob proposa pour avoir comme femme Rachel, de travailler pendant sept ans pour Laban, ce qui représenterait la dote qu’il lui donnerait.

    Après ces sept années, Laban lui donna comme épouse Léa et non Rachel comme prévu, en lui disant que la coutume ne permettait pas que la cadette soit donnée avant l’ainée, ce qui obligea Jacob à travailler pendant sept autres années pour avoir Rachel.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    Que pouvons - nous tirer de cette situation ?

    Nous passons peut- être par des situations qui ne sont pas toujours celles que nous souhaitons, mais ce qui compte c’est que rien ne peut empêcher le plan de Elohim de s’accomplir à travers nous.

    La situation de Jacob, n’a pas été la même que son père Isaac, mais Jacob devenu Israël a été le père des douze tribus d’Israël, qui est le peuple choisi par Elohim, pour accomplir Ses desceins.

    Ton parcours n’est peut- être pas celui de ton frère ou de ta sœur, peut- être la vie est, ou a été plus difficile pour toi, mais surtout ne baisse pas les bras, mais met toute ta confiance dans le Seigneur, car Il te conduira toujours dans la bonne direction, pour que Son Nom soit glorifié, et ceci, même à travers les épreuves.  

    De ses deux femmes et leurs deux servantes se formèrent les douze tributs d’Israël, onze de ces enfants sont nés à Charan et Benjamin lui naîtra en terre promise.

    Des noms prophétiques furent donnés à chacun de ces enfants.

    Rachel sachant qu’elle allait mourir en donnant naissance à son deuxième fils lui donna le nom de Ben – Oni « fils de ma douleur ».

    Nom que changea Jacob en l’appelant Ben Yamin « Benjamin, fils à ma droite »,

    Le nom; spirituellement a une importance capitale, et Jacob ne voulait pas appeler fils de ma douleur, celui qui allait représenter l’une des grandes tribus d’Israël.

    C’est pour cela qu’il l’appela fils de ma droite.

    Nous savons que la parole est créatrice, et quand nous la proclamons, nous appelons les choses à leur réalisation.

    Nous verrons parla suite l’importance de ces noms, dans les desseins d’Elohim.

    Le temps de l’exile de Jacob arrivait à son terme, et Elohim créa les circonstances pour le faire quitter Charan.

    Jacob s’enrichit et cela créa un différent entre lui, Laban et ses fils.

    GENESE 31 : 1 – 2    1 Jacob entendit les propos des fils de Laban, qui disaient : Jacob a pris tout ce qui était à notre père, et c’est avec le bien de notre père qu’il s’est acquis toute cette richesse.

    2  Jacob remarqua aussi le visage de Laban ; et voici, il n’était plus envers lui comme auparavant.

    L’exile fait parti des plans d’Elohim ; ce conflit entre les deux frères a été une occasion, pour que Jacob quitte Canaan pour aller à Charan, ce qui lui a permis de fuir son frère qui voulait sa mort, mais aussi atteindre une certaine maturité à travers des épreuves, et former son caractère.

    Et voila le temps de quitter l’exile pour retourner au pays de ses pères, et à son lieu de naissance.

    PARACHA VAYETSE « IL SORTIT »

    De même qu’Elohim l’avait encouragé sur le chemin de l’exile, Il lui donne les mêmes encouragements pour affronter les difficultés du retour, et surtout la rencontre avec Esaü.

     

    GENESE 31 : 3    Alors l’Eternel dit à Jacob : Retourne au pays de tes pères et dans ton lieu de naissance, et Je serai avec toi.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Par Guy Vallée

    PARACHA TOLEDOTE              "Enfantement"

                                                              "BERESHIT"  Genèse   25 :  19 à  28 : 9

    HAFTARAH                                    "MALAKI"      Malachie 1 :    1 à    2 : 7

    BRIT’HADASHA                            "ROUMIM"     Romains  9 :    1 à  29

     

    Dans la paracha  de la semaine dernière « HAYE SARA » (Les vies de Sarah), nous avons appris la mort de Sarah et aussi la mort d’Abraham.

    La prière d’Eliezer le serviteur d’Abraham, pour que Elohim Lui-même choisisse l’épouse d’Isaac.

    Entre ces deux décès, il y avait un heureux évènement ; le mariage d’Isaac. 

                                                            *********    

    La paracha de ce Shabbat commence par la postérité d’Isaac, et nous observerons des faits identiques qui se sont manifestés dans la paracha Haye Sara « les vies de Sara :

    -          Sara était stérile, Rebecca l’était aussi.

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Les deux hommes implorèrent l’Eternel pour leur femme qui était stérile, et l’Eternel les rendit féconde.

    -          Sara se fit passer pour la sœur d’Abraham (pour le sauver)

    -          Rebecca aussi se fit passer pour la sœur d’Isaac (pour le sauver)

    -          Ismaël le fils ainé d’Abraham n’a pas reçu le droit d’aînesse

    -          Esaü le fils ainé n’a pas reçu  non plus le droit d’aînesse

    Les enfants se heurtaient dans le ventre de Rebecca, et elle se demandait pourquoi elle était enceinte.

    Et c’est là que l’Eternel lui dit que deux nations sont dans son ventre.

    GENESE 25 : 22 – 23   22  Les enfants se heurtaient dans son sein ; et elle dit : S’il en est ainsi, pourquoi suis-je enceinte ? Elle alla consulter l’Eternel.

    23  Et l’Eternel lui dit : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.

    Ces deux frères représentent deux nations :

    -          La maison de Jacob : Israël

    -          La maison d’Esaü    : la Palestine (nom donné par les Romains)

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    La Bible nous dit qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse, droit qu’avait le premier né d’une famille, privilège d’un rang qui lui permettait de seconder son père, il devenait le chef de famille, il héritait du double des biens du père. Il pouvait vendre ce droit au cadet, ce que fit Esaü au profit de son frère cadet Jacob.

     Esaü pour satisfaire sa faim a préféré vendre ce droit d’aînesse, ce qui était une faiblesse dans la responsabilité qu’Elohim allait lui confier pour conduire un peuple.

    C’est le fils aîné qui devenait le chef de la maison de son père, c’était lui le chef de tribu.

    NOMBRES 1 : 4     Il y aura avec vous un homme par tribu, chef de la maison de ses pères.

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Cette position en premier lieu, disqualifierait  Esaü de cette responsabilité, et Elohim le savait avant même qu’Esaü soit conçu.

    ROMAIN 2 : 13 – 15    13  (9-12) selon qu’il est écrit : (9-13) J’ai aimé Jacob Et J’ai haï Esaü.

    14   Que dirons-nous donc ? Y a-t-il en Dieu de l’injustice ? Loin de là !

    15  Car Il dit à Moïse : Je ferai miséricorde à qui Je fais miséricorde, et J’aurai compassion de qui J’ai compassion.

    Nos plans ne sont pas les plans d’Elohim.

    -          Isaac chez les Philistins

    Isaac suit les traces de son père Abraham : voilà qu’il y eut une grande famine dans le pays de Canaan, mais à l’inverse de son père que Elohim fit descendre en Egypte, Elohim dit à Isaac de ne pas y aller, mais de demeurer dans le pays qu’Il lui montrera.

    Ce qui nous montre que même dans une situation de calamité, Elohim est en mesure de pouvoir à tous nos besoins.

    PHILIPPIENS  4 : 6  Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

    Le principal est d’obéir à Ses directives, quel que soit les situations.

    Le temps de l’Egypte devait s’accomplir à travers de Joseph, et comme pour Abraham, Il voulait qu’il prenne position dans le pays de la promesse, ce que fit d’ailleurs Isaac en creusant des puits laissés par Abraham, et il bâtit un autel.

    Elohim fit cette promesse à Isaac en lui disant qu’Il le bénira, Il multipliera sa postérité, et donnera à lui et à sa postérité, toutes ces contrées, pourquoi ?

    GENESE 26 : 5    parce qu’Abraham a obéi à Ma voix, et qu’il a observé Mes ordres, Mes commandements, Mes statuts et Mes lois.

    Ce passage de la Torah nous informe ; qu’Abraham observait les ordres, les commandements, les statuts et les lois.

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Je ne pense pas qu’Elohim avait une Torah pour chaque époque, les dix Paroles qu’Il a données sur le Mont Sinaï, sont des principes de vie depuis la création. (donc Abraham respectait aussi le shabbat).

    Ce sont des lois de Elohim, et non des lois de Moïse comme le pense certains.

    Dans le pays des Philistins Isaac devint fort riche, et la Parole nous dit que cela portait envie aux Philistins, qui bouchèrent les puits qu’avaient creusé les serviteurs de son père.

    Abimélec lui dit de quitter le territoire, mais Isaac s’éloignait, et continuait à creuser des puits, en se transportant dans d’autres régions.

    Isaac malgré les persécutions, il persévérait, il n’entrait pas en conflit avec ceux qui voulaient le décourager, il savait qu’il était dans la volonté de Elohim.

    C’est ce comportement que nous devons avoir face à l’adversité, ne pas entrer en conflit avec les gens, mais persévérer dans le plan de Elohim, ne pas laisser ceux qui veulent nous décourager, prendre le dessus.

    Abimélec reconnaissant que Elohim était avec Isaac, il voulu faire alliance avec lui.

    La persévérance d’Isaac était motivée par la promesse qui lui avait été faite, il savait que cette terre serait sa possession, et qu’Abraham avait déjà marqué sa présence.

    GENESE 26 : 24    L’Eternel lui apparut dans la nuit, et dit : Je suis le Dieu d’Abraham, ton père ; ne crains point, car Je suis avec toi ; Je te bénirai, et Je multiplierai ta postérité, à cause d’Abraham, Mon serviteur.

    Nous avons vu dans la paracha précédente, que les tombeaux des patriarches ont été achetés, ainsi que le Mont du temple, et malgré cela les descendants d’Esaü revendiquent ces lieux.

    C’est pour cela qu’Isaac donna à chaque puits creusé, les mêmes noms qu’avait donné Abraham, et construisit un autel, ceci afin de bien marquer le territoire qui deviendrait le leur.

     Le chapitre 27 nous parle d’une scène où Rebecca avant la mort d’Isaac, demande à Jacob de se faire passer pour Esaü, afin de recevoir sa bénédiction.

    Pourquoi Rebecca, monta ce scénario (basé sur la tromperie), ce qui semble troubler bon nombres ? 

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

     

    Elle savait que Elohim  avait choisi Jacob pour accomplir Ses desseins, elle a tout fait pour qu’Esaü ne reçoive pas cette bénédiction.  

    GENESE 25 : 23  Et l’Eternel lui dit : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.

    GENESE 27 : 41    Esaü conçut de la haine contre Jacob, à cause de la bénédiction dont son père l’avait béni ; et Esaü disait en son cœur : Les jours du deuil de mon père vont approcher, et je tuerai Jacob, mon frère.

    Du verset 39 à 40 les paroles prophétisées par Isaac privent Esaü « Edom » de la terre promise en errant librement ça et là.

    Aujourd’hui le conflit Israélo- Palestinien trouve ses origines dans ce déchirement familial de ces deux frères jumeaux.

    Cette guerre fratricide nous confirme que le jour du Mashia’h est proche, si on se réfère à la prophétie D’Abias :

    ABIAS 1 : 15 – 20

    -          Le leadership dans l’œuvre divine :

    Esaü ne remplissait pas les conditions requises par Elohim pour mener ce plan divin.

    Le leader est un chef, un homme influent capable de transmettre les instructions hiérarchiques.

    Moïse était ce genre d’homme, qui malgré toutes les difficultés à su transmettre les instructions reçues d’en haut.

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Yeshoua est le modèle incomparable qui a influencé des multitudes, dans un but de les faire découvrir le Royaume, et le chemin pour y accéder.

    Le vraie leader n’est pas un homme qui marche selon des doctrines ou des dômes religieux, mais qui agit selon des principes établis par notre Seigneur.

    Marc  3 : 8   et de Jérusalem, et de l’Idumée, et d’au delà du Jourdain, et des environs de Tyr et de Sidon, une grande multitude, apprenant tout ce qu’Il faisait, vint à lui.

    LUC 6 : 17   Il descendit avec eux, et s’arrêta sur un plateau, où se trouvaient une foule de Ses disciples et une multitude de peuple de toute la Judée, de Jérusalem, et de la contrée maritime de Tyr et de Sidon. Ils étaient venus pour L’entendre, et pour être guéris de leurs maladies.

    Aujourd’hui Elohim cherches des leaders qui soient capables d’influencer des foules, à accepter Sa Torah à travers de Yeshoua qui est la Parole vivante.

    JEAN 14 : 12   En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui croit en Moi fera aussi les œuvres que Je fais, et il en fera de plus grandes, parce que Je M’en vais au Père ;

    Dans la haftarah Elohim a manifesté toute Sa bonté pour le peuple d’Israël, en le comblant de bénédictions, mais le peuple n’a pas toujours été reconnaissant envers Lui.

    Les offrandes qui étaient offertes n’étaient pas de premiers choix :

    MALACHIE : 1 : 8  Quand vous offrez en sacrifice une bête aveugle, n’est-ce pas mal ? Quand vous en offrez une boiteuse ou infirme, n’est-ce pas mal ? Offre-la donc à ton gouverneur ! Te recevra-t-il bien, te fera-t-il bon accueil ? Dit l’Eternel des armées.

    Elohim reprochait au peuple de s’être écarté de la voie, d’avoir violé Son alliance, et de faire de la loi une chute pour plusieurs.

    Si le peuple ne revenait pas pour donner gloire à Son Nom, Il enverrait envers eux la malédiction, et maudirait leurs bénédictions.

    Dans la Brit’Hadasha "Alliance renouvelée » l’apôtre Paul nous dit que tous les descendants physiques d’Abraham ne sont pas héritiers de la promesse.

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

     

    Il est dit que c’est en Isaac qu’il aura une postérité, il en est de même pour Isaac qui eut deux fils, mais c’est à travers de Jacob que la bénédiction de Elohim s’accomplira en Yeshoua (Jésus).

     

    PARACHA TOLEDOTE   "Enfantement"

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

     

    Par Guy Vallée

    PARACHA VAYERA            "Il est apparu"

                                                     "BERESHIT"        Genèse 18 :   1 à 22 - 24

    HAFTARAH                           "MELAKIM 2"     2 Rois    4 :   1 à 37

    BRIT’ HADASHA                  "ELIOR"                Luc        1 : 26 à 38

     

    Dans la paracha de la semaine dernière, Elohim demande à Abraham pour accomplir Son plan, de quitter tout ce qui lui est très chères. Il obéit à cet appel, et Elohim « Dieu » l’annonce qu’Il fera de lui une grande nation, qu’Il le bénira, et qu’Il rendra son nom grand.

    Pour cela Abraham doit tout abandonner, ses amis, sa culture, sa famille.

    Dans la paracha de ce Shabbat, Elohim envoie des messagers pour annoncer des évènements à venir :

    -          Naissance d’Isaac

    -          Destruction de Sodome et Gomorrhe

    GENESE 18 : 1 – 2   1 L’Eternel lui apparut parmi les chênes de Mamré, comme il était assis à l’entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour.

    2 Il leva les yeux, et regarda : voici, trois hommes étaient debout près de lui.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

     

    Quand il les vit, il courut au-devant d’eux, depuis l’entrée de sa tente, et se prosterna à terre.

    Trois hommes se présentent à Abraham, il est dit ensuite qu’il se prosterna, et dit Seigneur si j’ai trouvé grâce à Tes yeux ne passe point, je Te prie loin de Ton serviteur. (Singulier)

    Nous pouvons remarquer qu’il s’adresse à un seul homme, et il dit qu’il a trouvé grâce à Ses yeux.

    Ce n’est que par une autorité suprême que l’on peut trouver grâce, et parmi ces trois hommes Abraham avait discerné qui était cette autorité, car par la suite il s’adressait aux trois personnages.

    Elohim avait donné à Abraham le discernement, ce qui lui permis avec des yeux spirituels de Le reconnaître parmi les deux anges.

    Il est aussi important pour nous d’avoir le discernement, et l’apôtre Paul disait aux Philippiens ; qu’il demandait dans ses prières, que leur amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence, pour discerner les choses les meilleures.

    Nous devons demander à notre Seigneur de nous donner le discernement afin de discerner ce qui vient de Lui et ce qui ne l’est pas.

    Selon les écritures, personne n’a jamais vu Elohim « Dieu », et pourtant il est dit que l’Eternel lui apparut.

    Dans le livre de Jean, Yeshoua « Jésus » était confronté aux juifs, qui ne comprenaient pas qu’Il avait vu Abraham.

    JEAN 8 : 58 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, Je vous le dis, avant qu’Abraham fût, Je suis. 

    Parmi ces trois hommes qui étaient debout devant lui ; dans une vision prophétique il avait reconnu Yeshoua « Jésus », il savait qu’Il était le Mashiah « Messie » celui qui allait sauver l’humanité.

    Nous devrions avoir un regard sur la connaissance des hommes du temps d’Abraham, et avant lui, pour cela nous devons chercher, car, beaucoup de livres ont été retirés, ainsi que des écritures qui allaient à l’encontre de certains milieux religieux.

    Nous lisons qu’Abraham a respecté tous les commandements, les ordonnances, et les prescriptions de Elohim. On ne peut pas ignorer qu'il respectait aussi le Shabbat, car c'est un jour que Elohim avait donné à l'humanité depuis la création. 

    Abraham a reconnu parmi les trois hommes celui qui était Elohim, parce qu’il connaissait l’histoire depuis l’origine.

    Dans le livre d’Adam qui reprend toute la création, nous trouverons un passage qui ne figure pas dans notre Genèse et qui dit :

    LIVRE D’ADAM CHAPITRE 14 VERSET  3 Que la précieuse croix que Mon fils prendra sur la terre te condamne à cause de celui (Adam) que tu as trompé.

    Elohim s’adressait au serpent, ce passage se situe avant le verset 15 de la Genèse dans nos bibles :

    GENESE 3 : 15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

    Abraham  savait qu’il était en présence du Mashiah « Messie » que les écritures annonçaient, comme celui qui allait nous sauver du péché.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

    Il s’occupa ensuite de ses hôtes, il leur apporta de l’eau pour qu’ils se lavent les pieds ; il fit sa femme Sarah préparer des gâteaux, et donna l’ordre à ses serviteurs d’apprêter un veau tendre, accompagné de crème et de lait.

    L’hospitalité est l’obéissance d’un commandement de Elohim.

    HEBREUX 13 : 2 N’oubliez pas l’hospitalité ; car, en l’exerçant, quelques-uns ont logé des anges, sans le savoir.

    Les anges nous ont souvent été représentés par des personnages divers, tout cela dans un but de nous tromper, sans vraiment leur donner leur véritable nature, et la mission qu'ils ont auprès de Elohim.

    PSAUMES 103 : 20 : 21    Bénissez l'Eternel, vous Ses anges, qui êtes puissants en force, et qui exécutez Ses ordres, en obéissant à la voix de Sa Parole !

    21 Bénissez l’Eternel, vous toutes Ses armées, qui êtes Ses serviteurs, et qui faites Sa volonté !

    Les anges sont aussi nos compagnons de service, ils agissent selon la Parole de Elohim.

    Les anges qui ont apparu à Abraham ont été des messagers qui se sont présentés sous la forme d’homme à l’inverse des séraphins et des chérubins qui sont des êtres ailés.

    Elohim annoncent à Abraham et Sarah qu’ils auront un fils, et Il annonce à Abraham la destruction de Sodome et de Gomorrhe.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU » PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

    Les deux anges partirent en direction de ces deux régions, et Abraham se tint en présence de Elohim, intercédant pour Sodome, mais Il ne trouva pas dix justes, car s’il y avait dix justes Elohim épargnerait la ville de ce désastre.

    Les hommes demandèrent à Lot de sortir de ces lieux, ses deux gendres prirent cela pour une plaisanterie, et seuls Lot, son épouse, et deux de ses deux filles furent sauver de cette fournaise, mais sa femme regarda en arrière et fut transformée en statut de sel.

    Ces deux villes ont été jugées par Yeshoua, c’est Lui qui a ordonné aux anges d’accomplir ce jugement.

    JEAN 5 : 22 Le Père ne juge personne, mais Il a remis tout jugement au Fils, 

    Ce qui confirme que dès le commencement Yeshoua "Jésus" a toujours été présent.

    La première venue de Yeshoua « Jésus » n’était pas pour juger le monde, mais pour le sauver, mais le monde dans sa majorité n’a pas accepté ce salut.

    Lors de sa prochaine venue Il viendra pour juger:

    ROMAIN 2 : 16 Tout cela paraîtra le jour où, conformément à l'Evangile que j'annonce, Dieu jugera par Jésus-Christ tout ce que les hommes ont caché.

     Cela nous confirme que Yeshoua "Jésus a toujours été présent dès le commencement.

    C’est pour cela que les écritures nous disent, que la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière.

    Ceux qui auront fait le bien en écoutant Sa Parole et en croyant à Celui qui a envoyé Yeshoua « Jésus » ne passera pas en jugement, et aura la vie éternelle.

    Celui qui ne met pas en pratique la Parole de Elohim « Dieu » et qui ne croit pas que Yeshoua « Jésus » vient du Père passera en jugement, c’est pour cela qu’il est dit qu’après la mort vient le jugement.

    Ceux qui disent qu’après la mort, l’âme d’une personne va dans le repos du Seigneur, que les prières et les neuvaines adressées au Seigneur changeront ses jugements ; si nous nous appuyons sur les écritures, cela est faux.

    Nous avons un passage dans la Brit’ Hadasha « l’Alliance Renouvelée » qui confirme que le salut est personnel : Luc 16 (Lazare et le riche).

    Les deux moururent, Lazare était dans le sein d’Abraham, et le riche dans le séjour des morts, dans sa souffrance il demanda à Abraham d’envoyer Lazare avertir ses frères sur terre pour qu’ils ne soient pas dans ce lieu de tourment.

    La réponse d’Abraham :

    LUC 16 : 29 Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent.

    Aujourd’hui la Parole de Elohim donnée à Moïse et les prophètes est proclamée, mais combien de personnes l’acceptent.

    Ce n’est pas après la mort que l’on trouvera la vie éternelle, mais c’est en écoutant, en observant et en mettant en pratique la Parole de Elohim qu’on aura la vie éternelle, et qu’on fera partie de Son Royaume.

    Un homme demandait à Yeshoua ; Que dois - je faire de bon pour avoir la vie éternelle ?

    MATTHIEU 19 : 17 Il lui répondit : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements.    

    C’est la Parole de Elohim qui nous transforme, la foi vient de ce que l’on entend, c’est par la foi que nous croyons que Yeshoua vient du Père, et c’est par Lui que nous avons la vie éternelle.

    La naissance d’Isaac

    Il y a une certaine similitude entre la naissance d’Isaac et celle de Yeshoua.

    Ces deux naissances sont surnaturelles, là où l’homme et la science sont limités, notre Seigneur se manifeste pour montrer Sa gloire.

    L’ange s’est adressé de la même manière pour leur annoncé qu’elles auraient chacune un fils. Pour elles cela était impossible, Sarah se mit à rire en entendant cette prophétie, et Marie qu’elle n’a pas point d’homme comment pourrait - elle être enceinte.

    Humainement parlant cela était pour elles impossible.

    GENESE 17 : 19   Dieu dit : Certainement Sara, ta femme, t’enfantera un fils ; et tu l’appelleras du nom d’Isaac. J’établirai Mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui.

    GENESE 18 : 12 Elle rit en elle-même, en disant : Maintenant que je suis vieille, aurais-je encore des désirs ? Mon seigneur aussi est vieux.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

    Sarah n’était plus en mesure d’enfanter, Elohim redonne la vie pour que les organes génitaux de Sarah puissent concevoir le fils de la promesse Isaac.

    Naissance de Yeshoua

    MATTHIEU 1 : 21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera Son peuple de ses péchés.

    LUC 1 : 34   Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ?

    Ces deux naissances ont été opérées suite à deux miracles.

    Isaac et Yeshoua ont été tous deux fils de la promesse.

    Isaac est la préfiguration du Maschiah ,

    Il y a une similitude entre l’acte de sacrifice d’Abraham et le sacrifice de Yeshoua.

    Elohim demande à Abraham d’offrir en holocauste son fils Isaac, et au moment où il allait l’égorger, l’ange l’arrêta et lui rappela ; parce qu’il n’a pas refusé son fils, Parole de Elohim, Je te bénirai, Je multiplierai ta postérité, toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité.  

    La Haftarah nous met en face de deux miracles opérés par le prophète Elisée.

    Le premier miracle concerne une veuve contrainte de payer une dette de son défunt marie, le créancier menaçaient de prendre ses deux fils comme esclave.

    Par la foi de cette veuve, sans poser de question elle a fait ce que le prophète lui avait dit. Et par le miracle de l’huile qu’elle a pu vendre, elle a payé sa dette.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

     

    Une femme de distinction avait demandé à son mari, de faire une chambre pour héberger le prophète Elisée lors de ses voyages dans sa région.

    Le prophète Elisée avait remarqué que le couple était sans enfant, et prophétisa que lors de sa prochaine visite dans un an, ils auront un fils. Cet enfant grandi et à l’adolescence mourut.                      

    Cette femme Sunamite, elle n’a pas posé de question ; elle savait qu’elle n’avait pas affaire à un homme mais à Elohim.                                           

    Elle savait que le prophète n’était qu’un instrument entre les mains de Elohim, l’homme n’était pas en mesure de lui donner un fils, et que maintenant que ce fils est mort elle va voir l’homme de Elohim, en lui rappelant qu’elle n’avait pas demandé cet enfant et si c’est Elohim qui le lui avait donné, Il le ressusciterait.

    Notre Seigneur par l’intervention de Elisée redonna vie à l’enfant.

    PARACHA VAYERA : « IL EST APPARU »

    Abraham s’est retrouvé dans la même situation, il n’a pas hésité à offrir en holocauste son fils, car il savait que c’est Elohim qui le lui avait donné, parce qu’il n’était pas en mesure d’en avoir.

    Il lui avait fait une promesse à travers Isaac, il pensait qu’Il le ressusciterait pour que s’accomplisse Sa Parole.

    Cela se confirme quand il dit à ses serviteurs :

    GENESE 22 : 5 Restez ici avec l’âne ; moi et le jeune homme, nous irons jusque-là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous.

     

     Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

      (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    Par G Vallée

     

    PARACHA                         "LEKH LEKHA"      Va pour toi-même

                                                 "BERESHIT"                  Genèse   12 :   1 à 17 : 27

    HAFTARAH                       "YESHAYAHOU"           Esaïe     40 : 27 à 41 : 20

    BRIT’ HADASHA              "ROUMIM"                     Romains 4 :   1 à 25

     

    La paracha de la semaine dernière nous montre une terre corrompue devant Elohim, pleine de violence, l’homme s’étant livré à l’idolâtrie, la corruption, et toutes sortes de perversions. Les écritures nous présentent Noé comme un homme juste aux yeux de Elohim.

    A cause de cette corruption, Elohim décide d’exterminer de la face de la terre l’homme qu’Il a créé, le bétail, les reptiles et les oiseaux du ciel.

    Seuls Noé et sa famille seront épargnés de ce jugement, en trouvant grâce devant Elohim.

    Après le déluge Noé est appelé par Elohim de repeupler la terre, et devient père des soixante- dix nations.

    Notre paracha de cette semaine débute avec ce passage des écritures :

    GENESE 12 : 1 L’Eternel dit à Abram : Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que Je te montrerai.

    Le mot hébreux lekh signifie aller « va » et lekha pour toi.

    Notre Seigneur demande à Abraham de quitter son pays, ensuite sa patrie c’est-à-dire le lieu où il a ses attaches familiales.

    Lekha « pour toi » pour ton bien, car il ne le fera pas sortir d’un pays où se trouve toutes ses racines pour le faire souffrir.

    Elohim demande à Abraham pour accomplir Son plan de quitter tout ce qui lui est très chères, mais Il annonce qu’Il fera de lui une grande nation, qu’Il le bénira, et qu’Il rendra son nom grand.

    Pour cela Abraham doit tout abandonner, ses amis, sa culture, toutes ses racines, sa famille.

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    Mais Dieu nous emmène assez souvent à nous détacher de certains milieux qui font obstacles à Son plan.

    Nous devons avoir le comportement d’Abraham qui n’a pas posé de questions à Elohim.

    La mission qui lui avait été confiée, est que toutes les familles de la terre soient bénies à travers lui. Et cela ne peut se faire qu’à travers sa descendance, et Yeshoua « Jésus » est Celui qui fait de nous descendants d’Abraham.

    Nous contribuons aussi, à ce que toutes les familles de la terre soient bénies à travers de Yeshoua « Jésus ».

    GALATE 3 : 27-29   27 vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.

    28 Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

    29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

    Il appelle chacun de nous à abandonner les choses qui nous attachent dans ce monde, pour le suivre.

    Elohim nous demande cela pour notre bien, dans notre intérêt, Il peut nous demander de nous séparer de choses qui nous sont très chères, mais jamais pour nous accabler où nous rendre malheureux, mais toujours pour notre intérêt.   

    Un jeune homme qui croyait mettre en pratique tous les commandements de Elohim, s’est trouvé dans une situation forte embarrassante, quand Yeshoua « Jésus » lui demanda de tout abandonner pour Le suivre :

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    MATTHIEU 19 : 21 – 22   21 Jésus lui dit : Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-Moi.

    22 Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s’en alla tout triste ; car il avait de grands biens.

    Comme pour Abraham, Elohim veut nous faire sortir d’un milieu qui n’est pas hostile pour accomplir Ses desseins, pour vivre une vie nouvelle selon Sa volonté.

    Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit de vivre dans le bien-être, dans la liberté, avec l’assurance d’une vie éternelle.

    Notre obéissance comme l’a fait Abraham nous assure un avenir béni.

    Elohim demande à Abraham de marcher sur le pays qu’Il lui donne.

    GENESE 13 : 17   Lève - toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur ; car Je te le donnerai.

    Nous verrons par la suite que ce pays s’étend depuis le fleuve d’Egypte, jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate.

    Gaza et la Cisjordanie sont aussi appelés Samarie et Judée, et c’est à l’époque des Romains que la Judée a été appelée Palestine qui représente 1/5 du territoire.

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    Les Britanniques qui occupaient cette région ont par la suite donné aux 4/5 du reste du territoire le nom de Transjordanie qui s’appelle aujourd’hui la Jordanie.

    Il n’y avait pas à cette époque les moyens matériels pour délimiter une propriété, mais selon la coutume de l’époque, cela se faisait en marchant à travers elle.

    Ce pays de Canaan que Elohim demande à Abraham de parcourir, pour être sa possession, est la Palestine actuelle qui ne représente le cinquième du territoire qu’il a marché.

    GENESE 12 : 7 L’Eternel apparut à Abram, et dit : Je donnerai ce pays à ta postérité. Et Abram bâtit là un autel à l’Eternel, qui lui était apparu.

    Suite à une famine, Abraham dû quitter le pays de Canaan pour se rendre en Egypte, il fit passer Sarah pour sa sœur afin de ne pas être tué, elle fut emmenée dans la maison de pharaon pour faire partie de son harem.                                                                                                          A cause de Sarah, Elohim frappa l’Egypte de grandes plaies, et quand pharaon apprit qu’elle était la femme d’Abraham, pharaon renvoya Sarah, Abraham, et toute sa possession.

    Lot son neveu qui voyageait avec lui, avait comme lui de nombreux troupeaux, et il y eu querelle entre les bergers des troupeaux d’Abraham et ceux de Lot, et il se séparèrent.

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    Abraham laissa son neveu le choix entre la plaine du Jourdain et le reste du territoire, Lot choisit la plaine du Jourdain qui était entièrement arrosée, et qui semblait être la meilleure part, et il s’installa dans la ville de Sodome.

    Kedorlaomer roi d’Elan avec ses trois alliés, le roi Amraphel, le roi Arjoc, et le roi Tideal,

    entrèrent en guerre contre les cinq villes de Sodome, à la suite de cette guerre Lot fut enlevé. 

    Abraham apprenant que son neveu avait été enlevé il arma trois cent dix- huit de ses plus braves serviteurs, battit ces quatre rois, et secourut son neveu.

    Connaissant l’histoire de la destruction de Sodome et Gomorrhe, nous en déduisons que le choix de Lot n’a pas été pour lui une bénédiction.

    Abraham c’est appuyé sur la promesse de Elohim de faire de lui une grande nation, et de bénir à travers lui toutes les familles de la terre.

    Il savait que quel que soit son choix, il n’aurait pas été déçu, parce qu’il n’a pas regardé avec des yeux charnels, mais il a mis sa foi sur la promesse que lui avait faite Elohim.

    Nous avons un proverbe qui nous dit, ce n’est pas tout ce qui brille qui est de l’or.

    Notre choix ne doit jamais se faire sur ce que nous voyons, où voulons, mais nous rappeler les promesses de Elohim, et laisser le Rouah Hakodesh « le Saint Esprit » nous guider.

    Si nous mettons notre confiance dans le Seigneur, nous ne serons jamais déçus, car tout ce qu’Il fait, Il le fait pour notre bien.

    Après sa victoire sur ces quatre rois, Abraham eut une rencontre avec Melchisédek, roi de Salem.

    GENESE 14 : 18 Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très-Haut.

    David prophétisait la venue du Mashiah « Messie » comme souverain sacrificateur, qui donna à Abraham le pain qui symbolisait Son corps, et le vin Son sang.

    PSAUMES 110 : 4  L’Eternel l’a juré, et Il ne s’en repentira point : Tu es sacrificateur pour toujours, à la manière de Melchisédek.

    HEBREUX 5 : 10 Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

    Dans les lois sacrificielles du livre de lévitique, le souverain sacrificateur devait chaque année faire l’expiation pour les péchés du peuple, et Yeshoua  « Jésus » en sa qualité de souverain sacrificateur l'a fait une fois pour toute pour nos péchés.

    HEBREUX 9 : 12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.

    ROMAINS 6 : 14 Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.  

    Quand Paul dit: nous ne sommes plus sous la loi, il parle de la loi du péché (loi sacrificielle).

    Il s’agissait du sacerdoce Lévitique avec le cérémonial du temple.

    Ce sacerdoce a été remplacé par le sacerdoce Mechisédek, accompli par Yeshoua.

    Nous sommes sous la grâce, parce que les écritures nous disent que le salaire du péché c’est la mort.

    ROMAINS 6 : 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    Nous méritions tous la mort à cause du péché, mais Elohim dans Son plan de rédemption nous a fait grâce en donnant Son propre fils comme offrande expiatoire.

    Et c’est par Lui que le monde est sauvé.

    Abraham malgré son grand âge, dans la visions des étoiles il crut qu’il serait père de multitudes, et cela lui fut imputé à justice par Elohim (Genèse 15 : 5-6)

    GENESE 15 : 18 En ce jour-là, l’Eternel fit alliance avec Abram, et dit : Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d’Egypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate.

    C’est à travers d’une alliance que Elohim donna cette terre aux enfants d’Israël, et la Torah reste le seul témoin de cette donation.  

    Aujourd’hui ce que nous observons, ce n’est qu’une partie de ce territoire qui est occupée par les palestiniens. Ils demandent qu’elle soit aussi un état comme Israël, et beaucoup de nations sont favorables à ce projet.

    Ce pays que leur avait promis Elohim était habité par les cananéens, que les enfants d’Israël durent combattre pour en prendre possession. Il se délimitait de l’Egypte à l’Euphrate.

    Notre paracha se termine avec la naissance d’Ismaël, et l’alliance de Elohim avec Abraham.

    Abraham dans le doute écouta sa femme qui était stérile et accepta de prendre comme femme Agar sa servante qui lui enfanta Ismaël.

    Elohim fit alliance avec Abraham qu’il sera père d’une multitude de nations :

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

    GENESE 17 : 4 Voici Mon alliance, que Je fais avec toi. Tu deviendras père d’une multitude de nations.  

    Les nations font partie de cette promesse à travers de Yeshoua « Jésus » qui descend de la

    lignée d’Abraham, tribu de Juda.

    C’est par cette alliance scellé par Son sang que nous sommes greffés à Israël, et devenons héritiers de la promesse.

     

    PARACHA "LEKH LEKHA"  VA POUR TOI-MEME

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

     

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA NOA’H  "NOE"

     

    Par Guy Vallée

    PARACHA                          "NOA’H"                       Noé 

                                                  "BERESHIT"                Genèse   6 :  9 à 11 : 32

     HAFTARAH                      "YESHAYAHOU"         Esaïe     54 :  1 à 55 : 5

     BRIT’ HADASHA             "ELIOR"                        Luc       17 : 22 à 37

     

    Notre paracha de la semaine dernière « Béreshit » parlait de la création, et Elohim déclarait que tout ce qu’Il avait fait était bon.

    A la fin de cette paracha, après plusieurs générations, Elohim regrette avoir créé l’homme et décide de l’exterminer en envoyant le déluge, mais voilà qu’un homme Noah, qui en hébreux veut dire « repos » trouve grâce auprès de Elohim.

     La terre était corrompue devant Elohim, la terre était pleine de violence, parce que l’homme s’était détourné de Lui, se livrant à l’idolâtrie, la corruption, et toutes sortes de perversions. Les écritures nous présentent Noé comme un homme juste aux yeux de Elohim.

    A cause de cette corruption, Elohim décide d’exterminer de la face de la terre l’homme qu’Il a créé, le bétail, les reptiles et les oiseaux du ciel.

    Seuls Noé et sa famille seront épargnés de ce jugement, et les écritures nous disent :

    GENESE 6 : 8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel.

    Elohim demanda à Noé de construire une arche afin que lui et sa maison soit sauvés, ainsi que les animaux et les oiseaux, pour repeupler la terre.

     De nos jours ; même avec tous les moyens techniques utilisés, une telle construction emploierait un bon nombre d’ouvriers.

     Ce projet au temps de Noé, avec quatre hommes et quatre femmes disposant de peu de moyens, ne pouvait se réaliser que par la foi ; et les écritures selon l’épître aux Hébreux nous dits :

     HEBREUX 11 : 7 C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qui ne se voyaient pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi.

     Les écritures nous rappellent que la foi vient de ce que l’on entend et que ce que l’on entend vient de la Parole de Elohim.

     Noé a cru à la Parole de Elohim, en construisant une arche dans un lieu où il n’y avait pas d’eau, il fallait qu’il crût à ce que lui avait dit Elohim, (qu’il y aurait un déluge qui couvrirait toute la terre).

     Quelqu’un qui n’a aucune connaissance en construction navale, même avec tous les plans et mesures, et du matériel ne serait pas en mesure de construire un navire.

     C’est Elohim qui lui a donné l’intelligence et la capacité, pour qu’il puisse avec peu de moyens et peu de main d’œuvre, mener à bien cette construction qui lui a pris 5 ans (Livre d’Hénoch).

    PARACHA NOA’H  "NOE"

    Voire site: infochretienne.com (4000 ans après Noé, l'arche de Johan Huibers).

    Quand nous croyons à Sa Parole, rien n’est impossible pour l’accomplissement de Ses projets pour nous, il nous faut simplement mettre toute notre foi sur ce qu’Il dit, et c’est Lui qui mettra tout en œuvre pour la réalisation.

     Dans le livre de l’Exode, lors de la construction du tabernacle, Elohim avait choisi un homme du nom de Betsaleel de la tribu de Juda, pour exécuter certaines tâches, les écritures nous disent :

     EXODE 35 : 31- 33   31 Il l’a rempli de l’Esprit de Dieu, de sagesse, d’intelligence, et de savoir pour toutes sortes d’ouvrages.

    32 Il l’a rendu capable de faire des inventions, de travailler l’or, l’argent et l’airain,

    33 de graver les pierres à enchâsser, de travailler le bois, et d’exécuter toutes sortes d’ouvrages d’art.

     Il ne choisit pas un homme par rapport à sa connaissance, où à son savoir-faire, mais Il le choisit pour accomplir Ses desseins, par rapport à son humilité, son obéissance à Sa Parole, et son intégrité.

     MATTHIEU 13 : 55 N’est-ce pas le fils du charpentier ? n’est-ce pas Marie qui est Sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas Ses frères ?

     Quand Yeshoua « Jésus » enseignait dans les synagogues, ceux qui l’entendaient disaient ‘d’où Lui vient cette sagesse’.

     Ils étaient étonnés de toute la connaissance qu’Il avait, sachant qu’Il n’avait fait aucune étude, mais Lui, Il faisait ce que Son Père Lui disait de faire.

    PARACHA NOA’H  "NOE"

     Yeshoua n’a pas regardé à ce qu’Il était Lui-même Dieu, mais Il a accompli Son ministère sur terre avec humilité, en accomplissant le service que Son Père lui avait confié.

     GENESE 7 : 11 L’an six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent.

     GENESE 7 : 21 Tout ce qui se mouvait sur la terre périt, tant les oiseaux que le bétail et les animaux, tout ce qui rampait sur la terre, et tous les hommes.

     Ce même esprit qui a détourné l’humanité de Elohim, est le même qui a provoqué la destruction de Sodome et Gomorrhe.

    Le monde d’aujourd’hui est aussi contrôlé par cet esprit, qui détourne l’homme des principes institués par notre Seigneur.

    Yeshoua « Jésus » exhortait le peuple à une attention particulière au jour de l’avènement du fils de l’homme, en rappelant que ce qui arriva du temps de Noé, arrivera en ce temps que personne ne sait.

    Dieu donne toujours au pécheur la possibilité de se repentir, Yeshoua « Jésus » est le seul par qui nous pouvons être sauvés.

     1 PIERRE 3 18-20 Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, Lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit,

    19 dans lequel aussi Il est allé prêcher aux esprits en prison,

    20 qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l’eau.

     Aujourd’hui, quand nous regardons autour de nous, et que nous voyons ce désordre au sein des nations, ne serait-ce pas un avertissement de Elohim pour l’humanité ?

     Croyons-nous que dans les temps actuels que le monde soit meilleur qu’au temps de Noah « Noé » ?

     L’arc en ciel était un signe que Elohim ne détruirait plus la terre par un déluge,

    Cela ne veut pas dire qu’elle ne sera pas jugée.

     Notre Seigneur Il est juste, et malgré tous Ses avertissements à travers la bouche des prophètes, l’homme n’écoute pas et agit comme bon lui semble.

    Mais les écritures nous informent que Elohim jugera la terre.    

     LUC 17 : 29 – 30     29 mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.

    30 Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra.

    Nous pouvons en déduire que la terre sera jugée par le feu, mais pour ceux qui font partis de Son peuple ils n’auront rien à craindre, car Il les mettra à l’abri pour les protéger de ce jugement.

     MATTHIEU 24 : 37 Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme.

    Pendant toute la durée de la construction de l’arche, Elohim, leur donnait la possibilité de se repentir, car le peuple voyait qu’une telle construction ne pouvait se faire qu’avec l’aide de Elohim. 

    L’homme dans son incrédulité rejetait Sa Parole, et aujourd’hui il en est de même, la Parole est proclamée, et beaucoup la rejettent.

    Les gens ne cherchent plus à se rapprocher de Elohim pour trouver leur bien-être, mais par toutes sortes de moyens occultes.

    Il nous fait cette grâce à travers de Yeshoua, mais la plus grande partie des gens ne l’acceptent pas.

    Le déluge fut sur la terre quarante jours, et les plus hautes montagnes furent couvertes, seuls Noé et sa famille étaient en vie.

     Après cela Elohim fit passer un vent sur la terre, les eaux se retirèrent de la terre au bout de cent cinquante jours.

     GENESE 8 : 14 Le second mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche.

    15 Alors Dieu parla à Noé, en disant :

    16 Sors de l’arche, toi et ta femme, tes fils et les femmes de tes fils avec toi.  

     Alors Noé construit un autel pour offrir des sacrifices à Elohim, qui plaça en signe d’alliance un arc dans la nue, afin qu’Il se souvienne, que les eaux ne viendront plus un déluge pour dévaster toute la terre.

     GENESE 9 : 17 Et Dieu dit à Noé : Tel est le signe de l’alliance que J’établis entre Moi et toute chair qui est sur la terre.

     Et voilà que Elohim dans Sa bonté, et Son amour pour l’humanité lui permet d’avoir un nouveau départ.

     Comme si les choses reprenaient vie comme au temps de la création, Il leur disait, comme Il avait dit à Adam et Eve :

     GENESE 9 : 1 Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit : Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre.

     l leur donna domination sur tous les animaux, poissons, oiseaux, tout ce qui a vie.

     La terre fut peuplée par les trois fils de Noé et leur descendance, ils sont à l’origine des 70 nations

    PARACHA NOA’H  "NOE"

    Sem est l’ancêtre des patriarches ; Abraham, Isaac, et Jacob, donc le roi David et Yeshoua « Jésus », c’est de lui que descend le plan de rédemption pour l’humanité.

    La carte ci-dessus nous montre les peuples issus des trois fils de Noah « Noé » après le déluge : SEM, CHAM et JAPHET

    La tour de Babel

    Nimrod est le descendant de Cusch, qui veut dire « rébellion, confusion, c’est lui qui ordonna la construction de la ville et la tour de Babel. 

    Le projet de Elohim était que la terre soit peuplée, Nimrod voulait qu’il y ait un seul peuple avec une seule langue, s’opposant ainsi au commandement de Elohim qui est de remplir la terre.

    Et voilà, dès le commencement l’homme par son orgueil entre en rébellion avec son Elohim. 

    GENESE 11 : 4    Ils dirent encore : Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.

    Nous ne pouvons pas dire aujourd’hui que l’homme dans son orgueil et sa rébellion ne cherche pas à prendre la place de Elohim.

    Nimrod voulait que tout soit centralisé en un seul lieu, avec un nom, une seule administration, un seul gouvernement, d’où une seule monnaie.

    GENESE 11 : 8 Et l’Eternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre ; et ils cessèrent de bâtir la ville.

    De plus en plus le monde d’aujourd’hui se dirige vers ce modèle de Nimrod.  

    Dans la partie des écritures de notre haftarah :

     ESAÏE 54 : 9 Il en sera pour Moi comme des eaux de Noé : J’avais juré que les eaux de Noé ne se répandraient plus sur la terre ; Je jure de même de ne plus m’irriter contre toi et de ne plus te menacer.

     Elohim rappelle à Israël comment dans Sa colère contre la méchanceté des hommes, Il détruisit la terre, mais Il jura que les eaux de Noé ne se répandraient plus sur la terre.

     Il veut montrer à Son peuple Son amour, Il l’avait à un moment rejeté, abandonné, et Il jure de ne plus s’irrité contre lui, de ne plus le menacer, et de garder Son alliance.

     

     

     Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    PARACHA BERESHIT                "Au commencement"      

                                             "BERESHIT"              Genèse               1 à  6  : 8

    HAFTARAH                  "YESHAYAHOU"        Esaïe          42 : 5 à 43 : 10

    BRIT’H HADASHA     "SEFER HITGALLOUT YO'HHANAN"                                                                                                   Apocalypse 22 : 1 à 18                                                                                                                                                                                                                                    

    La paracha Béréshit est la première des parashiot hebdomadaires qui signifie commencement, qui montre toute l’œuvre créatrice de Elohim.

    Tout a été créé par Sa Parole, et nous savons que cette Parole est Yeshoua « Jésus » qui est le premier né de toute la création.

    COLOSSIENS 1 : 15 – 18   15  Il est l’image du Dieu invisible, Le premier-né de toute la création.

    16 Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par Lui et pour Lui.

    17 Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui.

    18 Il est la tête du corps de l’Eglise ; Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier.

    Tout a été fait par Lui, la bible en parle. De la Genèse à l’Apocalypse il est dit :

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    GENESE 1 : 1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 

    2 La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.

    Nous lisons Dieu créa, qui est le singulier, et ensuite Son Esprit se mouvait sur la surface des eaux, et après nous avons la manifestation de la Parole, où Dieu dit !

    Trois présences sont en actions au moment de la création : Dieu Lui-même, Son Esprit (le Rouah Hakodesh, le Saint Esprit), et la Parole Yeshoua « Jésus »

    Le mot hébreu Elohim est « Dieu » au pluriel, d’ailleurs nous le comprenons dans ce passage de la Genèse où il est dit faisons l’homme à notre image :

    Verset 26 Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image,  

    Les trois entrent en action pour former l’homme, cela ne veut pas dire que Elohim est trinitaire comme le pensent certains, car la bible nous dit qu’Il est Un, c’est-à-dire qu’Il est le Dieu Ehad « Dieu unique ».

    DEUTERONOME 6 : 4 Ecoute, Israël ! l’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel. 

    MARC 12 : 29 Jésus répondit : Voici le premier : Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur ; 

    Yeshoua est aussi Elohim « Dieu »

    JEAN 10 : 30 Moi et le Père nous sommes UN.

    S’Il est UN avec le Père, cela confirme qu’il n’y a pas de trinité.

    Il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, Elohim sépara la lumière des ténèbres, Il appela la lumière jour, et les ténèbres nuit.

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    Les temps commencent à être déterminés, et le premier jour de la création commence au coucher du soleil, car Elohim débute Son décompte, au coucher du soleil, lorsqu’Il dit il y eu un soir et ensuite un matin ; ce fut le premier jour.

    A chaque création Elohim disait toujours ; il y eu un soir et ensuite un matin.

    C’est par cette Parole que nous pouvons dire que le premier jour a commencé un soir, et dans le judaïsme, cette distinction est respectée.

    Le deuxième jour Il sépara les eaux qui sont au- dessous de l’étendue avec ceux qui sont au- dessus de l’étendue ; et Il appela l’étendue ciel.

    Le troisième jour Il rassembla les eaux qui sont au-dessous du ciel en un seul lieu, et que le sec apparaisse ; et Il appela le sec terre, et l’amas des eaux mer.

    Le quatrième jour Il créa les luminaires, le soleil, la lune, et les étoiles pour éclairer la terre, et établir les temps et les saisons.

    Le cinquième jour, Il demanda que les eaux produisent des animaux vivants, et que les oiseaux volent sur l’étendue de la terre. 

    Le sixième jour Il créa les animaux, et ensuite l’homme et la femme, qui sont les seuls êtres vivants crées à l’image de Elohim, et à qui Il donna la domination sur tout ce qui vit sur la terre.

    GENESE 1 ; 26 Puis Dieu dit : Faisons l’homme à Notre image, selon Notre ressemblance.

    Nous sommes créés à l’image de Elohim par rapport à notre âme et notre esprit, et aussi par notre pouvoir créatif.

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    Notre âme ne meurt pas, c’est pour cela qu’il est écrit ; qu’après la mort vient le jugement.

    Le corps qui a été formé par la poussière redeviendra poussière, Adam vient du mot adamah « terre » mais l’âme retourne à son créateur.

    Elohim a donné à l’homme le pouvoir de créer, nous voyons autour de nous tout ce que l’homme est capable de faire, il peut créer pour faire le bien, mais il utilise aussi ce pouvoir pour faire le mal.

    Tout a été créé par la Parole, car à chaque étape de la création, il y a une répétition de : « Dieu dit ».

    Sachant que la parole a un pouvoir créatif, nous devons faire attention à ce qui sort de notre bouche.

    Elohim avait une vision, et par Sa Parole Il a rétabli les choses telles qu’Il les voyait, et nous pouvons aussi emmener les choses invisibles à la réalité, selon la vision de Dieu pour notre vie.

    PROVERBES :18 - 21   La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l’aime en mangera les fruits.

    Le peuple d’Israël avait proclamé des paroles de mort, et Elohim avait répondu à leur incrédulité et leur désobéissance, quand Il leur dit :

    NOMBRE 14 : 28 – 29   28 Dis-leur : Je suis vivant ! dit l’Eternel, Je vous ferai ainsi que vous avez parlé à Mes oreilles.

    29 Vos cadavres tomberont dans ce désert. Vous tous, dont on a fait le dénombrement, en vous comptant depuis l’âge de vingt ans et au-dessus, et qui avez murmuré contre Moi,

    Après six jours dans l’œuvre de la création, Dieu établit le 7ème jour comme jour de repos, le shabbat.

    Yehoua « Jésus » a dit que le Shabbat a été créé pour l’homme, et non l’homme pour le Shabbat.

    Elohim n’a pas créé le Shabbat pour un peuple, mais pour tous les peuples.

    GENESE 2 : 3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.

    Ce jour est si important que Elohim l’a rappelé aux enfants d’Israël, et l’a inscrit sur les tables de la loi, mais l’homme a rejeté Sa parole pour remplacer ce jour par un autre jour.  

    Tout ce que Elohim a fait est bon, et Il a placé l’homme sur cette terre afin qu’il vive dans une relation étroite avec Lui, mais il a préféré prendre la voie qui conduit au péché.

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    GENESE 2 : 15  L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder.

    Dans ce jardin se trouvait l’arbre de la connaissance du bien et du mal et l’arbre de la vie

    Deux chemins étaient ouverts pour l’homme, il avait le choix entre la vie et la mort.

    Dans la pensée juive l’arbre de la vie c’est la Torah, qui existait avant toute chose.

    PROVERBE 3 : 18   Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, Et ceux qui la possèdent sont heureux. 

    APOCALYPSE 22 : 2

    APOCALYPSE 22 : 14

    L’arbre de vie, la Torah « la Parole » c’est Yeshoua « Jésus », la bible nous dit que si quelqu’un ôte une Parole de cette prophétie, il ôtera sa part de l’arbre de vie « la Torah » donc : Yeshoua qui est la VIE.

    APOCALYPSE 22 : 18    Je le déclare à quiconque entend les Paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ;

    Comprenons que la Torah était au milieu du tabernacle, l’arbre de la vie était au centre du jardin, et la Torah a été inscrit au milieu de nos cœurs.

    GENESE 3 : 2 - 3 (Version Torah)   2  Et la femme dit au serpent, les fruits des arbres du jardin Nous pouvons en manger.

     3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

    A cause du péché, Dieu ne leur permet pas de s’approcher de l’arbre de la vie la Torah.

    Ils ont été chassés du Jardin pour qu’ils ne mangent pas de l'arbre de la vie dans leur état de déchéance. Car cela aurait changé leur état déchu temporaire dans un état déchu éternelle.

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

    GENESE 3 : 22 - 24

    Adam et Eve devaient être les premiers à former l’humanité dans la conception des principes de Dieu.

    Par la suite nous voyons que cette belle création, commence à se détériorer, Caen tut son frère Abel.

    GENESE 6 : 1 - 7 Les fils de la race divine prirent les filles pour femme,

    Et Dieu regretta d’avoir engendré l’homme, mais Il savait que ces choses se feraient.

    Il avait déjà établi Son plan de rédemption, qui consistait à racheter l’humanité à travers de son fils Yeshoua

    APOCALYPSE : 13 :  8   Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé.

     JEAN 1 : 1 Yeshoua « Jésus » est la Parole

    PARACHA BERESHIT "AU COMMENCEMENT"

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "VOICI LA BENEDICTION"

     

    Par Guy V

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "Voici la Bénédiction"

                                          "DEVARIM"         DEUTERONOME     33 et 34

    HAFTARAH                "YEHOSHOUA"  JOSUE                       1 :   1 à 18

    BRIT’HADASHA        "YO’HANAN"      JEAN                         7 : 40 à 44

     

    DEUTERONOME 33 : 1 Voici la bénédiction par laquelle Moïse, homme de Dieu, bénit les enfants d’Israël, avant sa mort.

    Les enfants d’Israël ont été bénis depuis la rencontre d’Abraham avec Elohim, il a reçu la bénédiction directement de Elohim, et chacun des patriarches a reçu la bénédiction de leur père.

    Il est très important pour nous de comprendre l’importance de la bénédiction, car elle est la source de l’accomplissement du plan de Elohim dans notre vie.

    Moïse a béni les enfants d’Israël avant de mourir, il les considérait comme ses fils, et a prophétisé sur l’avenir de chacun d’eux, comme l’avait fait Jacob leur père avant de mourir.

    GENESE 49 : 1   Jacob appela ses fils, et dit : Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps.

    La bénédiction prophétique de Jacob, s’appuyait sur le caractère de chacun de ses fils, on pourrait voir cela comme un reproche qui leur serait adressé, mais nous pensons qu’il voulait que chacun prenne conscience de son état, et de toute les erreurs du passé.

    Il voulait les sensibiliser en leur montrant les points faibles de leur vie, non conformes au plan de Elohim.

    La bénédiction de Moïse leur laisse un avenir plus réaliste, dans les desseins de Elohim pour les temps messianiques.

    Nous savons qu’entre temps, ils se sont laissé influencer par l’idolâtrie  d’autres nations, mais Elohim dans Sa bonté reste fidèle à Sa promesse, et Il les ramènera sur la bonne voie.

    En tant qu’enfant d’Israël nous sommes aussi les enfants de la promesse faite à Abraham, mais pour cela nous devons mettre toute notre foi sur la Parole.

    Nous devons croire à la promesse de bénédiction de Elohim, et mettre au travail notre foi.

    HEBREUX 11 : 1   Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "VOICI LA BENEDICTION"

    Jacob avait la ferme assurance que sa descendance ne resterait pas en Egypte, pourtant à cette période elle vivait avec tous les privilèges offerts par la nation, et les meilleures parts du pays.

    Il croyait à la promesse que Elohim avait faite à son grand père Abraham, il savait que les enfants d’Israël ne resteraient pas en Egypte, et qu’ils habiteraient à Canaan, la terre promise.

    La foi est aussi une démonstration des choses qu’on ne voit pas, Jacob fit cette démonstration en demandant à ses fils qu’après sa mort, de l’enterrer dans la terre de Canaan, car il croyait à la promesse de Elohim.

    Il savait que les enfants d’Israël ne resteraient pas dans le pays d’Egypte.

    GENESE 49 : 29 – 30   Puis il leur donna cet ordre : Je vais être recueilli auprès de mon peuple ; enterrez-moi avec mes pères, dans la caverne qui est au champ d’Ephron, le Héthien,

    30 dans la caverne du champ de Macpéla, vis-à-vis de Mamré, dans le pays de Canaan. C’est le champ qu’Abraham a acheté d’Ephron, le Héthien, comme propriété sépulcrale.

    Nous ne devons pas nous attacher à notre position dans ce monde, mais nous positionner sur les promesses de bénédictions de notre Seigneur, et mettre en action notre foi.

     A travers de la bénédiction nous transmettons la bonté de Elohim envers Sa créature, et cela a commencé pour l’homme depuis la création.

    Après avoir crée les cieux et la terre, Il créa l’homme et la femme à Son image, et les béni.

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "VOICI LA BENEDICTION"

    Sa bénédiction est manifestée par des Paroles prophétiques ; qu’ils soient féconds, qu’ils remplissent la terre, et l’assujettissent, qu’ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

    Nous savons que la parole est créative, elle peut faire le bien comme elle peut faire le mal, alors apprenons à l’utiliser pour bénir.

    Bénir notre époux, notre épouse, nos enfants, en prophétisant sur leur vie.

    -          L’homme peut garder ou perdre la bénédiction.

    La bénédiction est attachée à l’obéissance de la Parole de Elohim, c’est pour cela qu’Il a demandé aux enfants d’Israël, dès qu’ils auraient traversés le Jourdain pour entrer à Canaan, d’écrire sur de grandes pierres toutes les Paroles de la loi.

    Notre succès dans tout ce que nous entreprenons se trouve dans la Torah « livre de la loi ». Elohim avait dit à Josué au moment d’entrer en Canaan, que pour réussir dans tout ce qu’il entreprendra : que ce livre de la loi ne s’éloigne point de sa bouche, qu’il le médite jour et nuit pour agir fidèlement selon tout ce qui est écrit.

    La Torah nous donne des principes pour diriger notre vie, elle est notre guide pour accomplir le plan de Elohim.

    La bénédiction est le résultat de l’obéissance à Sa Parole.

    Moïse avant de proclamer la bénédiction sur chacun des enfants d’Israël, leur rappelle l’amour de Elohim pour eux, et pour tous les peuples.

    Il dit de Sa droite Il a envoyé le feu de Sa Loi, Il dit qu’Il aime les peuples, Ses saints ont reçu Ses Paroles.

    Ses Paroles sont celles qu’Il a données.

    DEUTERONOME 33 : 4 Moïse nous a donné la loi, Héritage de l’assemblée de Jacob. 

    C’est déjà une grande bénédiction pour tous les peuples, de recevoir la Torah de Elohim.

    Quand quelqu’un reçoit un héritage, il est béni, et Moïse dit qu’il donne la Torah comme héritage à l’assemblée de Jacob.

    Comment peut-on hériter ?

    Selon la bible, les héritiers en premier lieu sont les enfants, et leurs descendants, et nous lisons que cette Torah a été donnée à l’assemblée d’Israël.

    A travers de Yeshoua descendant de la tribu de Juda, nous devenons les héritiers de la Torah comme faisant partie de l’assemblée de Jacob « Israël », à qui la Torah a été donnée sur le Mont Sinaï.

    Nous devenons aussi héritier de la promesse faite à Abraham avant que la Torah fût donnée. C’est pourquoi il est dit :

    ROMAINS 4 : 13 En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi.

    Il faut bien comprendre ce passage, cette promesse avait été donnée à Abraham, avant que la Torah fût donnée aux enfants d’Israël sur le Mont Sinaï.

    C’est-à-dire cette promesse faite à Abraham, n’était pas issue de la Torah « la Loi » mais par la justice de la foi.

    Quand Elohim dit à Abraham regarde vers le ciel et Lui dit ; telle sera ta postérité :

    GENESE 15 : 6 Abraham eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice.

    La foi est une démonstration des choses que l’on ne voit pas, Abraham a vu les étoiles, mais il a cru à ce que Lui disait le Seigneur, et il voyait sa postérité à travers de chaque étoile.

    Pour être béni, nous devons croire à tout ce que nous dit la Parole, car c’est elle qui nous donne la foi, nous devons mettre toute notre confiance sur la Parole, et en faire une démonstration.

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "VOICI LA BENEDICTION"

     

    ROMAIN 9 : 7 et, pour être la postérité d’Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants ; mais il est dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité,

    Nous lisons bien, qu’il s’agit d’une postérité, et cette postérité annoncée par notre Seigneur à Abraham, est issue d’Isaac, et nous savons qu’il est le père de Jacob, et que Elohim a changé son nom en l’appelant Israël, d’où descendent les douze tribus d’Israël.

    Le roi David descend de la tribu de Juda, et Yeshoua « Jésus » descend de cette même tribu, et nous comprenons comment nous devenons héritiers selon la promesse faite à Abraham :

    GALATES 3 : 29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

    Nous savons que c’est en Isaac que sera nommée cette postérité, et Elohim a donné Jacob son fils cadet le droit d’aînesse qui revenait à Esaü, et c’est de lui que sont sorties les douze tribus d’Israël, dont Juda était un fils.

    C’est Yeshoua qui fait de nous postérité d’Abraham, et héritier de la promesse, et qui fait de nous descendants d’Israël.

    Cette promesse faite par Elohim à Abraham, a été renouvelée à Isaac, et après à Jacob, Il s’adressait aux patriarches, pour ensuite s’adresser à un peuple.

    L’assemblée d’Israël a pris naissance au Mont Sinaï, où leur a été donné le livre de l’alliance « la Torah ».

    Aujourd’hui nous pourrions nous poser la question ; que devient cette assemblée ?

    A-t-elle déposé ses statuts ?

    A-t-elle été remplacée ?

    NON !

    Yeshoua est venu pour lui donner la vie, enlever les traditions et les coutumes d’hommes, accomplir la Parole, nous simplifier la vie.

    Paul nous dit que des branches de l’olivier qui représente Israël ont été retranchées, d’autres ont été greffées, celles retranchées seront à nouveau greffées.

    Cette assemblée est formée de juifs et de non juifs, et à travers de Yeshoua nous devenons un seul peuple avec Israël.  

    Et c’est là, l’accomplissement de la promesse faite à Abraham :

    GENESE 28 : 14 Ta postérité sera comme la poussière de la terre ; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité.

    ACTES 3 : 25 Vous êtes les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a traitée avec nos pères, en disant à Abraham : Toutes les familles de la terre seront bénies en ta postérité.

    -          Conséquence de la désobéissance

    C’est à cause de leur désobéissance qu’Adam et Eve ont perdu cette bénédiction, et à partir de ce moment les choses commencèrent à devenir difficiles pour eux.

    Les paroles prophétisées ne sont plus des bénédictions ;

    La femme aura des grossesses douloureuses, elle enfantera dans la douleur, l’homme c’est à force de peine qu’il tirera sa nourriture, il mangera l’herbe des champs, il mangera son pain à la sueur de son visage.

    PARACHA VEZOT HABERA’H  "VOICI LA BENEDICTION"

    La désobéissance à Elohim nous prive de tous Ses bienfaits, et rend notre vie plus difficile.

    -          Notre paracha se termine avec la mort de Moïse.

    Après que Elohim lui fit voir tout le pays, Il lui rappelle la promesse faite à Abraham, Isaac, et Jacob.

    Il lui dit, Je te l’ai fait voir de tes yeux ; mais tu n’y entreras point, et nous connaissons la principale raison qui déclencha la colère de Elohim.

    NOMBRES 20 : 12 Alors l’Eternel dit à Moïse et à Aaron : Parce que vous n’avez pas cru en Moi, pour Me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que Je lui donne.

    Nous avons relevé quelques passages des écritures où Moïse s’est opposé à Elohim :

    EXODE 4 : 13 - 14    13 Moïse dit : Ah ! Seigneur, envoie qui Tu voudras envoyer.

    14 Alors la colère de l’Eternel s’enflamma contre Moïse,

     

    EXODE 5 : 22 Moïse retourna vers l’Eternel, et dit : Seigneur, pourquoi as-Tu fait du mal à ce peuple ? pourquoi m’as-Tu envoyé ?

    EXODE 5 : 23 Depuis que je suis allé vers Pharaon pour parler en Ton Nom, il fait du mal à ce peuple, et Tu n’as point délivré Ton peuple.

    Moïse était âgé de cent vingt ans lorsqu’il mourut, et jusqu’à ce jour personne n’a connu son sépulcre.

     

    Josué fils de Nun succéda à Moïse pour conduire les enfants d’Israël à la conquête du pays de Canaan.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

     

    Par Guy Vallée

     

    PARACHA                   "HAAZINOU"       Ecoutez

                                          "DEVARIYIM"      Deutéronomes 32 : 1 à 52

    HAFTARAH               "SHEMOUEL 2"   2 Samuel          22 : 1 à 51

    BRIT’HADASHA       "ROUMIM"           Romains          11 : 11 à 12

                                          "SEFER HITGALLOUT YO'HANAN"  Apocalypse 15 : 1 à  4

    Dans notre paracha de la semaine dernière, Moïse annonçait qu’il n’était plus en mesure de conduire les enfants d’Israël, car il allait bientôt quitter cette terre.

    Il les confortait en leur disant que c’est Elohim qui marcherait Lui-même devant eux, ainsi que Josué comme Elohim l’avait dit.

    Il termina son discours en nommant Josué comme son successeur, et annonça que les enfants d’Israël violeront l’alliance avec Elohim, pour aller vers des idoles.

    Moïse avant de s’en aller, transmet un message au peuple sous la forme d’un cantique, et il leur demande d’écouter.  

    Ce cantique nous met en présence de trois situations :

    -          Présente ; en demandant au peuple d’être attentif aux instructions de Elohim, de lui rendre gloire, de se rappeler qu’Il est fidèle, sans iniquité, Il est juste, et droit.

    -          Passée ; il les rappelle au souvenir des anciens jours, depuis leur sortie d’Egypte, jusqu’à la veille d’entrer à Canaan.

    -          A venir ; avec la désobéissance des enfants d’Israël, qui les conduira en exil, mais Elohim vengera Son peuple.

                        Moïse commence son cantique en prenant à témoins, les cieux et la terre :

    DEUTERONOME 32 : 1 Cieux ! prêtez l’oreille, et Je parlerai ; Terre ! écoute les Paroles de Ma bouche.

    Il nous faut prêter l’oreille pour entendre ce que notre Seigneur veut nous dire, mais malheureusement les gens ne prêtent plus l’oreille pour entendre ce qui vient des cieux.

    Dans la prière du Notre Père, il est dit "que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel", pour cela nous devons prêter l’oreille pour entendre ce qui vient du ciel.

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

    La bible Chouraqui traduit :

    DEUTERONOME 32 : 1 « Soyez aux écoutes, ciel, je parle, terre, entends les dires de ma bouche.

    Moïse demande aux cieux et à la terre d’être à l’écoute de ce qu’il va dire avant de quitter cette terre.

    Il demande à la terre d’entendre, on ne peut entendre seulement si on est à l’écoute, après avoir entendu, il faut garder le commandement et le mettre en pratique.

    Cela est expliqué dans plusieurs passages de la bible :

    Nous avons abordé ce sujet dans l’une de nos « parachiot » (pluriel de paracha)

    Bible Chouraqui :

    DEUTERONOME 7 : 12 Et c’est après que vous aurez entendu ces jugements, les gardant et les faisant, Adonaï gardera le pacte et le chérissement qu’Il a jurés à tes pères.

    Moïse transmettait un message d’une importance capitale aux enfants d’Israël, afin de rester dans l’alliance, et la miséricorde que Elohim a jurées à leurs pères.

    Pourquoi Moïse prend t - il comme témoins le ciel et la terre ?

    Il est dit qu’un témoin est une personne qui a vu ou entendu quelque chose.

    Un témoin qui est mort, ne peut plus témoigner, mais le ciel et la terre seront toujours là pour certifier la parole de notre Seigneur.

    D’ailleurs il est dit :

    MATTHIEU 5 : 18    Car, Je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.

    Même quand tout sera arrivé, et que ces témoins n’auront plus raison d’être, la Parole sera toujours là, car nous savons que la Parole faite chair est Yeshoua « Jésus ».

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

    MATTHIEU 24 : 35 Le ciel et la terre passeront, mais Mes Paroles ne passeront point.

    Nous devons nous rappeler que le ciel et la terre ont été formés par la Parole, cette Parole était là dès le commencement, et rien ne peut exister sans Elle.

    La Parole est une puissance créative, si nous la mettons en pratique elle produira le fruit de ce pourquoi elle a été destinée, c’est pourquoi nous devons faire attention à ce qui sort de notre bouche.

    Moïse compare la Parole et les instructions de Elohim, comme la pluie, comme la rosée, les ondées sur la verdure, comme des gouttes d’eau sur l’herbe.

    Cette image de l’eau sur quel que soit sa forme, permet à la terre de produire, car sans eau rien ne pousse, elle est improductive, et une plante sans eau meurt.

    Il en est de même pour nous, sans la Parole de Elohim nous sommes improductifs, et sans vie.

    OSEE 4 : 6 Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de Mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants.

     MATTHIEU 4 : 4   Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.

    -          Dans la deuxième partie de la paracha, Moïse demande au peuple de se rappeler au souvenir des anciens jours, mais de remonter plus en arrière, en passant en revue les années de génération en générations.

    Il voulait que les enfants d’Israël se rappellent qu’ils ont été choisis pour qu’ils soient Ses témoins sur toute la terre, ce qui demande un respect de Ses instructions.

    Il faut que les choses restent dans leur originalité, telles qu’elles ont été transmises dès le commencement.

    Il leur demande d’interroger leur père, et de se rapprocher des vieillards qui les enseigneront sur la Parole de Elohim.

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

    Aujourd’hui notre démarche est aussi de nous instruire, de sortir du système religieux qui nous enferme dans des principes d’homme, et de chercher la vérité.

    Nous avons des livres que l’on dit des « livres perdus » qui sembleraient plus « enlevés » ; le livre des Jubilés, le livre de Noah « Noé », le livre du juste dont fait référence la bible, et bien d’autres.

    Ces livres peuvent nous fournir des réponses à beaucoup de questions que nous nous posons, et des vérités sur des choses cachées.

    MATTHIEU 7 : 7   Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira.

    La Parole nous dit : quiconque demande, reçoit, celui qui cherche, trouve, et on ouvre à celui qui frappe.

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

    Quand nous demandons à Elohim pour faire Son œuvre, Il nous répond toujours, car Il veut que Sa Parole soit proclamée avec vérité.

    Pour cela nous devons nous adresser à Lui avec sincérité, intégrité et humilité.  

    Si nous nous adressons au Ruach Ha Kodesh « Saint-Esprit » Il nous conduira dans toute la vérité.

    -          La troisième partie de cette paracha nous dit qu’Israël après avoir profité de tous les bienfaits de Elohim, qui l’a fait monter sur les hauteurs du pays, mangé les fruits des champs, sucer le miel des rochers, l’huile du rocher, la crème des vaches et le lait des brebis s’est tourné vers les idoles.

    DEUTERONOME 32 : 15   Israël est devenu gras, et il a regimbé ; Tu es devenu gras, épais et replet ! — Et il a abandonné Dieu, son créateur, Il a méprisé le rocher de son salut,

    Nous pouvons entendre par le rocher de son salut, la Parole salvatrice qu’ils ont méprisée, car cette Parole était avec eux dès leur sortie d’Egypte.

    Ce passage de Paul nous explique que ce rocher était Yeshoua, « Jésus » la Parole incarnée.

    1 CORINTHIENS 10 : 4 Et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ.

    Elohim dit qu’ils ont excité Sa jalousie par ce qui n’était point Dieu, en allant vers des idoles, et Il dit à Son tour qu’Il exciterait leur jalousie par ce qui n’est point un peuple, et qu’Il les irriterait par une nation insensée

    ROMAINS 10 : 19   Mais Je dis : Israël ne l’a -t- il pas su ? Moïse le premier dit : J’exciterai votre jalousie par ce qui n’est point une nation, Je provoquerai votre colère par une nation sans intelligence.

    Elohim a utilisé un autre peuple pour provoquer la jalousie d’Israël, mais ne l’a pas remplacé par ce peuple.

    Pour provoquer la jalousie d’Israël, il faudrait que ce peuple soit greffé à Israël, et Paul l’explique si bien dans ce passage de sa lettre aux romains :

    ROMAINS 11 : 12 Or, si leur chute a été la richesse du monde, et leur amoindrissement la richesse des païens, combien plus en sera-t-il ainsi quand ils se convertiront tous.

    ROMAINS 11 : 17 Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l’olivier,

    Leur faux pas a permis le salut des nations, et malgré les souffrances et tous les malheurs qui ont frappés ce peuple tout au long de l’exil, le cantique de Moïse se termine par la vengeance du Seigneur contre tous ceux qui ont fait couler le sang de Ses serviteurs.

    PARACHA  HAAZINOU  "ECOUTEZ"

    Nous voyons qu’à la fin Elohim Se réconcilie avec les enfants d’Israël. 

    DEUTERONOME 32 : 43   Nations, chantez les louanges de Son peuple ! Car l’Eternel venge le sang de Ses serviteurs, Il Se venge de Ses adversaires, Et Il fait l’expiation pour Son pays, pour Son peuple.

    Partie des écritures que nous retrouvons aussi dans le livre de l’apocalypse :

    APOCALYPSE 19 : 2   Parce que Ses jugements sont véritables et justes ; car Il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité, et Il a vengé le sang de Ses serviteurs en le redemandant de Sa main.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

    Par Guy Vallée

    PARACHA VAYELEKH   "Et il alla"

                                                  "DEVARIYIM"     Deutéronome 31 : 1 à 30

    HAFTARAH                       "YESHAYAHOU" Esaïe               55 : 6 à 56 : 8

     

    BRIT'HADASHAH             "YO'HANAN"       Jean                14 : 1 à 14

     

    DEUTERONOME 31 : 1- 2   Et Moïse alla, et dit ces paroles à tout Israël ; et il leur dit,

    2  Je suis aujourd’hui âgé de cent vingt ans, je ne puis plus sortir et entrer ; et l’Eternel m’a dit, Tu ne passeras pas ce Jourdain.

    Moïse annonce qu’il va bientôt quitter cette terre, et dans son discours d’adieu, il ne parle pas trop de son état, il enchaine en mettant en confiance son peuple, leur disant que Elohim marchera Lui-même devant eux, ainsi que Josué comme Elohim l’a dit.

    Il ne veut pas que les enfants d’Israël qui ont toujours été à ses cotés, ne se sentent  abandonnés par son départ.

    Mais nous verrons par la suite qu’ils l’ont pleurés pendant trente jours dans les plaine de Moab.

    Le peuple savait qu’il devait conquérir Canaan, il connaissait le rapport des dix espions qui n’ont pas voulu suive Moïse, car ils disaient : « Ce peuple est plus fort que nous, ce pays dévore ses habitants, ils sont de haute taille, il y a des géants, et qu’eux, étaient à leur yeux comme des sauterelles.

    L’histoire leur a rappelé, que cela leur avait coûté trente huit années de plus à errer dans le désert. Et voila qu’au moment d’entrer dans la terre promise, où ils devront affronter de puissants guerriers, leur leader annonce qu’il ne pourrait plus marcher à leur tête, qu’il ne pourrait plus être leur chef.

    Moïse ne voulait pas les accabler par sa retraite, mais il insistait sur Celui qui combattra pour eux.

    PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

     

    DEUTERONOME 31 : 6   Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux ; car l’Eternel, ton Dieu, marchera Lui-même avec toi, Il ne te délaissera point, Il ne t’abandonnera point.

    Dans l’œuvre nous devons nous  considérer comme des instruments entre les mains de Elohim, surtout ne pas s’attacher à un homme, mais à Lui seul.

    Il y aura certainement des situations difficiles, où on aura peut être envie de baisser les bras, mais fixons nos yeux d'où viendra notre secours.

    Comme le disait Moïse aux enfants d'Israël, ne soyons pas effrayés devant l'ennemi, car c'est Elohim Lui même qui marchera devant nous.

     Yeshoua « Jésus » savait qu’Il allait quitter ce monde, Il avait préparé Ses disciples en leur disant qu’Il ne les laisserait pas orphelin.

    JEAN 14 : 18   Je ne vous laisserai pas orphelins, Je viendrai à vous.

    JEAN 14 : 26   Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en Mon Nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que Je vous ai dit.

    HEBREUX 13 : 5 (b)  Car Dieu Lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et Je ne t’abandonnerai point.

    Yeshoua « Jésus » expliquait à Ses disciples que physiquement Il ne serait pas avec eux, mais que c’est Lui qui fera à travers eux.

    Aujourd’hui c’est Lui qui agit à travers nous, si nous Le laissons faire.

    Dans beaucoup d’assemblées, il est dit que : Si ce n’est pas ce pasteur qui porte la parole, je ne serai pas présent !

    Il est important pour nous de nous rappeler, que la présence de Elohim est manifestée selon ce qui est écrit :

    PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

    Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, Je suis au milieu d’eux.

    A ce moment ce n’est plus l’homme qui fait, mais c’est Elohim qui agit à travers lui, à condition que ce qu’il dit c’est la Parole de notre Seigneur, manifestée dans toute sa vérité.

    Moïse n’avait aucun mal à transmettre le flambeau à Josué, il l’encouragea :

    DEUTERONOME 31 : 7   Moïse appela Josué, et lui dit en présence de tout Israël : Fortifie-toi et prends courage, car tu entreras avec ce peuple dans le pays que l’Eternel a juré à leurs pères de leur donner, et c’est toi qui les en mettras en possession.

    Moïse accepta le plan de Elohim sans s’y opposer, quoi qu’il voulut entrer en Canaan -- mais voilà qu’il annonce qu’il est âgé, qu’il ne peut plus aller et venir -- mais dans la dernière paracha du livre de Deutéronome ; il est dit que :

    DEUTERONOME 34 : 7  Moïse était âgé de cent vingt ans lorsqu’il mourut ; sa vue n’était point affaiblie, et sa vigueur n’était point passée.

    Il avait certes des capacités à conduire ce peuple, mais il  devait obéir pour que le plan de Elohim s’accomplisse.

    L’homme veut souvent faire selon ses plans, et non selon les plans du Seigneur, et c’est à ce moment que commencent les difficultés.

    Il faut par moment pouvoir s’arrêter, et aussi avoir le courage de changer de cap, quand on reconnait que ce que l’on fait n’est pas le plan de notre Seigneur.

    Quand on découvre la vérité, on doit avoir le courage de dire qu’on était dans l’erreur, et qu’à partir de ce moment, on doit mettre en pratique ce que l'on a reçu de Elohim.

    Ne pas regarder à ce que nous allons perdre, ou ce que vont dire les autres, mais faire la volonté de notre Seigneur, car l’obéissance emmène la bénédiction.

    ESAÏE 55 : 8  Car Mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas Mes voies, Dit l’Eternel.

    Ce qui compte pour nous aujourd’hui, c’est d’être à l’écoute de la Parole pour la mettre en pratique, faire attention à tout ce qui pourrait emmener la confusion à travers: des dômes religieux, des coutumes et des traditions d’hommes...

    Yeshoua « Jésus » nous met en garde contre toutes ces pratiques :

    MARC 7 : 9   Il leur dit encore : Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.

    Il s’adressait aux pharisiens et aux scribes (les sages), qui préféraient garder leurs traditions, plutôt  que d’obéir aux commandements de Elohim.

    COLOCIENS 2 : 8  Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

    Le Mashiah « Messie » est venu pour nous montrer le vrai sens de la Torah, enlever les rudiments qui mettaient ceux qui les pratiquaient sous un joug.

    Qu’en est-il aujourd’hui ? les choses ont-elles changées ?

    Yeshoua « Jésus » nous dit qu’Il est le chemin, la vérité et la vie. Si nous ne mettons pas en pratique ce qu’Il nous dit, si nous ne nous appuyons pas sur les fondations des douze disciples qu’Il a formés, nous serons vite engloutis dans la tradition des hommes.

    Moïse donne un ordre pour tous les 7 ans, qu’à une fête bien mentionnée, la fête de « Souccot »,  de lire toute la loi devant tout le peuple :

    DEUTERONOME 31 : 10 - 11  10  Moïse leur donna cet ordre : Tous les sept ans, à l’époque de l’année du relâche, à la fête des tabernacles,

    11  quand tout Israël viendra se présenter devant l’Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu’Il choisira, tu liras cette loi devant tout Israël, en leur présence.

    Il est intéressant pour nous aujourd’hui, de comprendre les fêtes de Elohim, en retrouvant leur origine, et les jours de rendez vous selon le calendrier de YHWH :

    La fête de Yom kippour « jour d’expiation », la fête de Souccot « fête des cabanes » que Elohim dans le livre de Lévitique commanda aux enfants d’Israël de respecter, étaient déjà inscrit dans le livre des Jubilés,et pratiquées par les patriaches. 

    Fête de Yom Kippour

    PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

    Cela commence dans le livre des jubilés, quand les fils de Jacob ont vendu Joseph, et ont trempé sa tunique dans le sang d’un animal, et annoncèrent à Jacob le dixième jour du septième mois,  qu’une bête féroce l’avait tué.

    Jacob, Bilhah et sa fille Dinah pleurèrent Joseph, la douleur était si profonde que Bilhah et Dinah moururent.

    Ce mois-là, il y eu trois deuils en Israël.

     

    JUBILES 34 : 16 - 18

    16 Et ils s’endeuillèrent 1 année pour Joseph et ne cessèrent pas, car il dit : Laissez-moi aller dans la terre pleurer mon fils. 

    17 Pour cette raison il est ordonné aux enfants d’Israël qu’ils doivent s’affliger en ce jour des nouvelles de Joseph qui ont fait pleurer son père Jacob et qu’ils doivent faire expiation pour eux, une fois par année, avec une jeune chèvre, le 10e du 7e mois pour leurs péchés, car ils avaient affectés l’affection de leur père concernant Joseph son fils.

    18 Et ce jour a été ordonné pour qu’ils soient affligés pour leur péchés et pour toutes leurs transgressions et pour toutes leurs erreurs afin qu’ils puissent se nettoyer eux-mêmes en ce jour, une fois par année.

    Fête de Souccot « Fête des cabanes »

    Abraham fut le premier à célébrer cette fête, on ne peut pas dire qu’il ne célébrait pas le Shabbat, car la bible nous dit qu’il respectait tous les commandements, toutes les lois, et toutes les ordonnances de Elohim.

    JUBILES 16 : 41      Fête des cabanes 

    PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

    Et nous reprîmes notre chemin et nous annonçâmes à Sarah tout ce que nous lui avions dit et ils se réjouirent ensemble de très grande joie. Et il construit là un autel au seigneur qui l’avait délivré et qui l’a fait se réjouir dans le pays de son séjour et il célébra 7 jours une fête de joie dans ce mois près de l’autel qu’il avait construit au puits du serment. Et il construit des cabanes pour lui et ses serviteurs à cette fête et il fut le premier à célébrer la Fête desc abanes sur la terre. Et durant ces 7 jours il apportait chaque jour sur l’autel une offrande au feu au seigneur de 2 boeufs, 2 béliers, 7 moutons et un bouc en sacrifice du péché pour faire expiation pour lui et pour sa semence, et une offrande de remerciement de 7 béliers, 7 petits, 7 moutons et 7 boucs et leurs offrandes de fruit et leurs offrandes de boisson, et il brûla sur l’autel un sacrifice de choix pour le seigneur, toute la graisse, comme une douce saveur odorante. Et matin et soir il brûlait des substances parfumées d’oliban, galbanum et nataf et nard et myrrhe et épice et baume, il offrit toutes ces 7 broyées, mélangées ensemble en partségales [et] pures. Et il célébra cette fête durant 7 jours, se réjouissant de tout son coeur et de toute son âme, lui et tous ceux qui étaient dans sa maison et il n’y avait pas d’étranger avec lui, ni personne qui n’était incirconcis. Et il bénit son créateur qui l’avait créé dans sa génération, car il l’avait créé selon son bon plaisir, car il savait et percevait que de luis’élèverait le plant de justice pour les générations éternelles et de lui une semence sacrée pourqu’elle devienne comme celui qui a fait toutes choses. Et il bénit et se réjouit et il appela le nom de cette fête, la Fête du seigneur, une joie agréable pour le Plus-haut Dieu. Et nous le bénîmes à toujours et toute sa semence après lui, à travers toutes les générations de la terre parce qu’il célébra cette fête en sa saison, suivant le témoignage des tablettes célestes. 

    Pour cette raison il est ordonné sur les tablettes célestes concernant Israël, qu’ils doivent célébrer la Fête des cabanes avec joie, agréable devant le seigneur, chaque année dans le 7e mois, pendant 7 jours - un statut pour toujours à travers leurs générations. Et pour cela il n’y a pas de limite de jours, car cela est ordonné à toujours concernant Israël, qu’ils doivent la célébrer et loger dans des cabanes 43 et placer des guirlandes sur leurs têtes et prendre des branches feuillues et saules du ruisseau. Et Abraham prit des branches de palmiers et le fruit de bons arbres et tournait chaque jour autour de l’autel avec les branches, 7 fois [par jour] le matin il louait et remerciait avec joie son Dieu pour toutes choses.

    Nous pouvons relever quatre points importants dans cette partie de la fête :

    -  C’est une fête de réjouissance en remerciements des bienfaits de Elohim.

    -  C’est une fête avec sa maison. Ni l’étranger, ni les incirconcis n’y avaient part.

    -  C’est à travers de la descendance de Jacob, que sortirait cette semence sacrée qui est le Mashiah « Messie ».

    -  Cette fête était célébrée en sa saison, suivant le témoignage des Tablettes Célestes.

    Aujourd’hui il y a toutes sortes de tablettes, mais le rendez vous avec Elohim ne peut avoir lieu que sur la Tablette Céleste.

    Voyons ce que dit le livre des Jubilés sur le Calendrier Céleste :

    JUBILES  6 : 28 - 33   Et toi, commande aux enfants d’Israël qu’ils observent les années conformément à ce décompte de 364 jours et [cela] constituera une année complète et ils ne décaleront pas son temps de ses jours et de ses fêtes, car toute chose s’accordera avec cela selon leur témoignage et ils ne négligeront aucun jour, ni ne décaleront aucune fête.

    Voir lien ci-dessous pour une meilleure compréhension du calendrier que Yeshoua utilisait :

     http://calendrierdeyhwh.blogspot.com/

    Dans la partie des écritures concernant notre Haftarah:

    Notre Seigneur fait un appel à tous, Il est prêt à pardonner toutes les iniquités des peuples.

    Il dit dans :

    ESAÏE 56 : 1    Ainsi parle l’Eternel : Observez ce qui est droit, et pratiquez ce qui est juste ; Car Mon salut ne tardera pas à venir, et Ma justice à se manifester.

    Pour observer, il faut d’abord écouter, et c’est après avoir écouté que l’on peut observer ce que dit la Parole pour ensuite la mettre en pratique.

    On ne peut pas seulement être observateur, sans mettre en pratique ce que l’on a observé.

    Le versé 3 il est dit :

    ESAÏE 56 : 3   Que l’étranger qui s’attache à l’Eternel ne dise pas : L’Eternel me séparera de Son peuple ! Et que l’eunuque ne dise pas : Voici, je suis un arbre sec !

    Ce passage montre bien que celui qui s'attache à Elohim à travers de Yeshoua, devient Israël et fait partie de Son peuple.

    Celui qui est greffé à Israël ne peut pas rejeter ce que notre Seigneur exige de Son peuple: marcher selon Ses prescriptions. 

    Quand on greffe une plante, elle reçoit toute la sève de la racine qui la porte.

    Elohim dit : « Heureux l’homme qui garde le Shabbat pour ne point le profaner ».

    Il parle ensuite de l’étranger, de tout ceux qui garderont le Shabbat pour ne point le profaner, et qui persévéreront dans Son alliance, qu’Il les amènerai sur Sa montagne Sainte, et qu’Il les réjouirait dans Sa maison de prière.

    ESAÏE 56 :  8  Le Seigneur, l’Eternel, parle, Lui qui rassemble les exilés d’Israël : Je réunirai d’autres peuples à lui, aux siens déjà rassemblés.

    C’est à travers de cette prophétie d’Esaïe que nous comprenons qu’il y aura un seul troupeau, et un seul berger.

    PARACHA VAYELEKH " ET IL ALLA "

    JEAN 10 : 16  J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que Je les amène ; elles entendront Ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

    Les étrangers qui étaient en Egypte ont compris que la grâce de Elohim se manifestait à travers du peuple qu’Il avait choisi, et ils s’attachèrent à Israël. 

    Ce n'est qu'à ce moment que l'on peut se dire descendant d'Abraham, et proclamer la promesse de bénédiction faite par Elohim, sur Sa descendance. 

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHAH NITSAVIM "TOUS DEBOUT"

    Par Christian Copaver

     

    PARACHAH  "NITSAVIM"  Tous debout

                                            "DEVARIM"               Deutéronome  29: 10 à 30: 20

    HAFTARAH                 "YESHAYAHOU"      Esaïe                  61: 10 à 63: 14                                            "TEHILIM"                Spaumes         40

    BRIT'HADACHAH     "MATTITYAHOU"  Matthieu             7: 7 à 11

     

    En cette période la communauté juive prépare Roch Hachana,  le début de l’année civile.

    Pour L’Eternel, c’est la fête des trompettes (YOM THEORA), le 7ème mois.  

    Lévitiques 23: 23 à 25 " L'Éternel parla encore à Moïse, en disant: 24 Parle aux enfants d'Israël, et dis: Au septième mois, au premier jour du mois, il y aura pour vous un jour de repos, une commémoration publiée au son des trompettes, une sainte convocation; 25 Vous ne ferez aucune oeuvre servile; et vous offrirez à l'Éternel des sacrifices faits par le feu."

    http://calendrierdeyhwh.blogspot.com/

    Il est nécessaire avant tout de comprendre la signification de ces fêtes.

    D’une manière générale, nous entamons le mois de Tishri, durant lesquelles d’autres fêtes se succèdent : YOM KIPPOUR - SOUCCOTH.

    La lecture de la paracha Nitsavim  s’ouvre par la déclaration : "Se mettre debout devant Elohim (Dieu)" c’est être en conformité avec Sa Torah.          On ne peut pas rester debout devant Elohim si nous ne marchons pas dans la sainteté. 

    PARACHAH NITSAVIM "TOUS DEBOUT"

    « Vous vous tenez aujourd’hui, vous tous, devant L’Eternel votre Elohim : les chefs de vos tribus, vos anciens, et vos officiers, tout homme en Israël ; vos jeunes enfants, vos femmes, et l’étranger qui est au milieu de ton camp, depuis celui qui coupe ton bois jusqu’à celui qui puise ton eau.

    Tu te présentes pour entrer dans l’alliance de L’Eternel, ton Elohim… »

    Une autre version dit :

    « Vous vous tenez debout fermement en ce jour, tous ensemble devant l’Éternel votre Elohim:... »

     À première vue, cette déclaration semble contenir une contradiction. Elle commence en disant : « Vous vous tenez fermement... tous ensemble » (donc, sans distinction) et ensuite, elle précise : en plusieurs catégories séparées et distinctes.

    À quoi sert-il d’énumérer les différentes classes de  juifs, du plus haut au plus bas, après qu’ils ont été tous inclus dans l’expression générale de « tous ensemble » ?

    C’est justement ici qu’on peut trouver une règle de base, à savoir que les deux notions ne sont pas contradictoires et peuvent aller ensemble :

     a) « tous ensemble » signifiant tous comme un seul homme, nous sommes aux yeux de  L’Eternel tous égaux.

     b) en même temps, cependant, chaque individu, homme ou femme, a sa tâche et sa mission spécifiques, chacun selon son propre statut, sa propre position dans la vie.

    La Torah nous demande d’être uni, « Devant L’Eternel notre Elohim» pour entrer dans Son alliance… » 

    Chacun a sa tâche divine particulière selon son statut et sa position dans la vie, pour une unité complète, et pour la Gloire de Notre Elohim.

     

    PARACHAH NITSAVIM "TOUS DEBOUT"

    C’est un rappel très important.

    Nous devons amplifier la Torah dans nos vies, mettre en pratique ce qu’elle indique, en restant dans la simplicité. Que chacun soit à sa place devant L’Eternel, en symbiose avec son prochain.

    « Se tenir Fermement devant L’Elohim » s’apparente à un commandement, toutefois, il s’agit d’un fait, d’une réalité.

     En effet, rien n’est caché aux yeux de notre Elohim, Il a Ses regards en permanence sur Son peuple. Nos actes, nos pensées, nos vies entières, les intentions et les projets des nations environnantes, rien ne Lui échappe.

    « Se tenir debout fermement » c’est avoir la conscience profonde de réaliser que nous nous tenons face au Elohim de l’univers. Il est notre force, notre essence. Cette attitude nous impose  la révérence et l’action, parce que nous sommes face au Roi des rois, nous devons l’adorer, l'écouter et nous attacher à toute Sa volonté.

    « Se tenir debout fermement » parce que certains cœurs ne sont pas encore circoncis, Elohim veut le faire Lui-même, afin de l’aimer de tout notre cœur, et de toute notre âme, afin que tu vives.

    Deutéronome 30: 6  Et l'Éternel ton Dieu circoncira ton coeur, et le coeur de ta postérité, pour que tu aimes l'Éternel ton Dieu de tout ton coeur et de toute ton âme, afin que tu vives.

    « Se tenir debout fermement » L’Eternel Elohim veut nous réjouir, et nous former. Pour cela il nous faut : écouter, observer, revenir à la Torah pour certains, l’approfondir pour d’autres.

    Deutéronome 30: 10 Quand tu obéiras à la voix de l'Éternel ton Dieu, pour garder Ses commandements et Ses statuts écrits dans ce livre de la loi; quand tu te convertiras à l'Éternel ton Dieu de tout ton coeur et de toute ton âme.

    Cette invitation est reprise dans le passage de:

     2 Timothée 3:16 Toute l’écriture est inspirée de D.ieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice.

    Nos cœurs détiennent encore aujourd’hui une part qui n’est pas celle de Elohim, chacun doit se tenir debout devant LUI pour analyser cette partie à circoncire. Tout cela nous empêche de nous tenir devant Elohim, (comme: les divisions sur le temps ….les traditions, les coutumes, etc…)

    Déja, Yeshoua "Jésus" avertissait ceux qui ne respectaient pas les commandements de Elohim. 

     Marc 7:13 vous annulez ainsi la Parole de Elohim par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. 

     

    PARACHAH NITSAVIM "TOUS DEBOUT"

    La Torah est accessible : Le verset 14 du chapitre 30 de Deutéronome dit : « Car la chose est proche de toi » et le verset suivant (v15) nous laisse le choix d’exercer le libre arbitre «  J’ai placé devant toi…. »

    Tout cela nous montre la puissance de Son amour  pour nous. La prééminence de l’Amour de DElohim pour Son peuple, « L’Amour ne cesse jamais : 1 Corinthiens 13 » et l’Amour se manifeste dans la proximité.

    « Se tenir debout fermement devant L’Eternel Notre D.ieu » c’est partager Son intimité, recevoir Sa lumière, se laisser transformer, marcher par la foi. Dans la haftarat, Elohim parle d’amour et de relation de fiancé, Il prépare Son épouse, IL se présente en qualité de Sauveur pour Son peuple. Tout cela annonce le retour de YESHOUA HA MASHIA.

     Prions pour que ce moment nous apporte, à nous et à tout le peuple d’Israël, toutes sortes de bénédictions. La Torah est lumière (« Torah Or ») et ses commandements illuminent le mode de vie juif dans chacun de ses détails.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

     

    Par Guy Vallée

    PARACHA   "KI TAVO"            Quand tu rentreras

                                                "DEVARIM"          Deutoronome  26:  1 à 29 : 9

    HAFTARAH                     "YESHAYAHOU" Esaïe                 60:  1 à 22 

    BRIT’HADASHA :          "MAKABI"            Marc                 12: 41 à 44

                                               "SHALIA'HIM"    Actes                    3: 19 à 26

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière, KI TETSE « Quand tu sortiras », cette partie de la Torah traitait la préparation des enfants d’Israël, à entrer en Canaan.

    Moïse leur communiquait les différentes lois civiles à mettre en pratique.

     74 de ces lois sur les 613, étaient mentionnées dans cette partie de la Torah.

    Certaines concernaient la guerre, le travail, le traitement des animaux, la famille, l’économie…..

    Dans la paracha de cette semaine, Moïse termine sur toutes ces lois à mettre en pratique quand ils entreront dans la terre promise, en apportant à Elohim les prémisses de tous les fruits qu’ils récolteront.

    Les enfants d’Israël après un périple de quarante ans dans le désert, allaient enfin entrer dans la terre promise.

    Les quarante ans passés dans le désert étaient les conséquences de la désobéissance, et de la rébellion contre Elohim. Le peuple se trouve maintenant face à sa destiné, la promesse faite à Abraham était en voie de réalisation.

    Notre désobéissance à la Parole de Elohim est la conséquence de la non réalisation de Ses promesses pour nous.

    Le passage dans le désert est le moyen utilisé par Elohim, pour nous isoler de tout ce qui pourrait être un obstacle à Son plan dans nos vies.

    C’est dans le désert que nous cherchons Sa face, c’est aussi là que nous abandonnons notre vie du monde.

    Il nous sépare de tout ce qui pourrait nous influencer à retourner dans le monde.

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

    Le désert est un lieu de formation, c’est dans le désert que Moïse a été formé pour conduire les enfants d’Israël.

    DEUTERONOME 26 : 1 – 2   1   Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour héritage, lorsque tu le posséderas et y seras établi,

    2  tu prendras des prémices de tous les fruits que tu retireras du sol dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu les mettras dans une corbeille, et tu iras au lieu que choisira l’Eternel, ton Dieu, pour y faire résider Son Nom.

    Il est intéressant de savoir que Moïse leur demandait, de présenter parmi les prémices de tous les fruits, sept fruits :

    DEUTERONOME 8 : 8   pays de froment, d’orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers ; pays d’oliviers et de miel ; 

    Notons que dans tout ce qui vient de la terre, le miel ici est obtenu à partir du fruit des palmiers ; les dates.

    Ces sept fruits en Israël ont chacune une signification, mais nous allons surtout nous focaliser sur le chiffre sept.

    Dans plusieurs passages de la bible est mentionné le chiffre sept, de Genèse à Apocalypse :

    Dès le commencement le chiffre sept apparait ; jour où il acheva toute Sa création et Il se reposa de toute Son œuvre qu’Il avait crée. Elohim bénit ce jour et le sanctifia.

    Il y a sept cycles lunaires, et une période lunaire dure sept jours ; le chandelier a sept branches…

    Dans le livre de l’Apocalypse, nous avons les sept anges qui tiennent les sept coupes, remplies des sept derniers fléaux, les sept églises, les sept têtes qui sont sept montagnes, sept trompettes, l’agneau qui avait sept cornes, sept yeux, qui sont les sept Esprit de Elohim, les sept sceaux.

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERASPARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

    APOCALYPSE 1 : 20   le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Eglises, et les sept chandeliers sont les sept Eglises.

    Le chiffre sept est un chiffre divin, c’est le chiffre parfait.

    En offrant à Elohim ces sept premiers fruits, les enfants d’Israël donnaient à Elohim les meilleurs fruits de leur récolte. Cette offrande était parfaite, et aujourd’hui nous constatons que les fruits d’Israël sont de très bonne qualité, ce qui confirme que Elohim leur a donné un pays où coulent le lait et le miel.

    Ces offrandes étaient dans des corbeilles, afin de les présenter au sacrificateur en fonction.

    Une première déclaration était faite : « Je déclare aujourd’hui à Elohim ton Dieu que je suis entré dans le pays que Elohim a juré à nos pères de nous donner.

    En donnant la corbeille au sacrificateur, il fera une nouvelle déclaration :

    Je déclare aujourd’hui à Elohim, ton Elohim :

    Mon père était un araméen nomade ; il descendit en Egypte avec peu de gens ; et il fixa son séjour ; là, il devint une nation grande, puissante et nombreuse.

    Selon la tradition juive les plus riches présentaient leurs prémices dans des paniers tissés  d’or et d’argent, et ceux des plus pauvres étaient faits avec des branches de saule.

    Mais pour notre Seigneur, ce n’est pas la quantité, ni les apparences qui comptent à Ses yeux, mais  l'état de cœur. 

    Nous avons cette scène dans la "Brit ‘Hadasha" où Yeshoua "Jésus", placé près du tronc voyait les personnes qui donnaient leur offrande. Plusieurs riches mettaient beaucoup, mais les écritures nous disent :

    MARC 12 : 42 – 43   Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou.

    43  Alors Jésus, ayant appelé Ses disciples, leur dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc ;

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

    Il dit que tous ont mis leurs superflus, mais la pauvre veuve a mis son nécessaire.

    Ce qui compte pour Elohim, c’est la manière de donner, Il n’oblige personne à donner au delà de ses moyens.

    Notre Seigneur ne fait pas de différence entre le lévite, l’étranger, et le reste du peuple.

    Dans la conquête du pays, "la promesse" ils y ont droit.

    DEUTERONOME 26 : 11  Puis tu te réjouiras, avec le Lévite et avec l’étranger qui sera au milieu de toi, pour tous les biens que l’Eternel, ton Dieu, t’a donnés, à toi et à ta maison.

    Quand les hébreux ont quitté l’Egypte, une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux.

    Ces étrangers en suivant le peuple choisi par Elohim, ont été associés à l’alliance sur le Mont Sinaï, et se sont réjouis avec les hébreux.

    Aujourd’hui Elohim donne à toutes les nations, la possibilité de rentrer dans l’alliance à travers de Yeshoua pour former un seul peuple avec Israël.

    Alliance, entre la maison de Juda et la maison d’Israël, qui avait été prophétisée par le prophète Jérémie et qui a été scellé par le sang de Yeshoua.

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERASPARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

    Dans ce passage de la Torah, Elohim donne un avertissement à Son peuple, lui donnant le choix entre la bénédiction et la malédiction.                                         

    Moïse avait donné des instructions sur la manière de proclamer les bénédictions et les malédictions quand le peuple sera dans la terre promise.

     Les tribus devaient être divisées en deux groupes ; six sur le mont Garizim pour proclamer les bénédictions, et les six autres tribus sur le mont Ebal pour proclamer les malédictions

     C’est sur le mont Ebal qu’ont été dressées des pierres sur lesquelles les lois concernant les bénédictions et les malédictions ont été écrites, afin que tous les peuples puissent en prendre connaissance.

     -          Obéissance aux lois de Elohim = bénédiction

    -          Désobéissance à Ses lois           = malédiction

    Les enfants d’Israël ont été bénis en écoutant la voix de Elohim, mais ils ont aussi été affectés par la malédiction de la loi, qui est la conséquence du péché.

    Les bénédictions :

    Quand Elohim nous dit à travers de Son prophète Esaïe qu’Il a formé sur nous des projets de paix et de bonheur et non de malheur, cela est attaché à la bénédiction qu’Il promet, si nous obéissons à Ses commandements.

    L’obéissance à Ses commandements  nous donne la supériorité sur les autres nations.

    Cela ne veut pas dire les dominer, les sous estimer, mais mettre en pratique Ses directives de vie, cela nous place à un autre niveau, dans tous les domaines de notre vie, car c’est Lui qui en a le contrôle.

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

     

    Les bénédictions affectent tous les domaines de la vie, de ceux qui obéissent aux commandements de Elohim :

     -         Familliale 

    -          Economique

    -          Matériel

    -          Financier

    -          Sociale

    -          Et autres………

     Les malédictions :

     De même les malédictions affectent tous les domaines de la vie de ceux qui n’obéissent pas aux commandements de Elohim

    Voir notre dernière paracha « KI TETSE » sur la malédiction de la loi :

    http://www.kama-tov-ata.com/paracha-ki-tetse-quand-tu-sortiras-a126933856

    Toutes ces malédictions à cause du péché, sont mentionnées dans ce passage de :

    DEUTERONOME 28 : 15 – 68 Les malédictions de la loi.

    Les enfants d’Israël à cause de leur désobéissance, ont été arrachés de leur terre pour aller en exile dans d’autres nations.

    ROMAINS  5 : 20   Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé

    Notre Elohim à travers de Son fils Yeshoua nous a délivré de la mort, en changent la malédiction  en bénédiction. C’est cela la grâce.

    Il nous laisse toujours la possibilité de nous repentir.

    Nous le comprenons à la lecture de notre haftarah de ce shabbat qui est la sixième haftarah de consolation, qui montre la gloire de notre Seigneur sur Israël.

    ESAÏE 60 : 1  Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l’Eternel se lève sur toi.

    Malgré les tribulations  qui vont affecter la terre, Elohim promet le salut de Son peuple, et révélera Sa gloire.

    D’ailleurs Paul nous dit que tout Israël sera sauvé, et que le libérateur viendra de Sion.

    L’annonce du retour du Mashiah « Messie » :

    ZACHARIE 2 : 11 – 13 11  Beaucoup de nations s’attacheront à l’Eternel en ce jour-là, Et deviendront Mon peuple ; J’habiterai au milieu de toi, Et tu sauras que l’Eternel des armées M’a envoyé vers toi.

    12  L’Eternel possédera Juda comme Sa part dans la terre sainte, et Il choisira encore Jérusalem.

    13  Que toute chair fasse silence devant l’Eternel ! Car Il s’est réveillé de Sa demeure sainte.

    Yeshoua « Jésus » reviendra à Sion pour établir le Royaume de Elohim sur terre.

    Cette bénédiction des derniers temps est donnée à Israël, et non à une autre dénomination, car nul ne peut se substituer à Israël.

    ROMAINS 11 : 11 – 36 

    En lisant ce passage de Paul nous comprenons le plan de salut de Elohim dans le monde à travers de la restauration de Sa gloire sur Israël.

    Il est écrit que le salut vient des Juifs, et dans les derniers temps le prophète Zacharie nous dit :

    ZACHARIE 8 : 23  Ainsi parle l’Eternel des armées : En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront : Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous.

    L’obéissance aux lois de Elohim, nous apporte la paix, le bonheur, et la joie, elle attire la bénédiction.

    Faisons attention à ceux qui disent : c’était pour une époque, qu’elle a été abolie………..

    PARACHA   "KI TAVO" QUAND TU RENTRERAS

    Voyons ce que disent les écritures à ce sujet :

    JEREMIE 31 : 36  Si ces lois viennent à cesser devant Moi, dit l’Eternel, la race d’Israël aussi cessera pour toujours d’être une nation devant Moi.

    Si nous faisons un point à ce jour, nous constaterons que la race d’Israël est une nation, ce qui veut dire que les lois de Elohim ne peuvent pas disparaître.                                                                                                             

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

                      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

     

                                                                Par Guy Vallée

     

    Paracha KI TETSE     "Quand tu sortiras"

                                       «DEVARIYIM»          Deutéronome  21 : 10 à 25 : 19

    HAFTARAH            «YESHAYAHOU»      Esaïe                54 : 1 à 17 

    BRIT’HADASHA    «MAKABI»                 Marc                14 : 53 à 65

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière  SHOFTIM « JUGES » ; Elohim demandait aux enfants d’Israël d’établir un modèle de justice, avec des juges et des magistrats dans toutes les villes qu’Il leur donnera.

    La paracha de cette semaine KI TETSE « Quand tu sortiras ». Le peuple se prépare à conquérir la terre promise, il leur a été communiqué des lois à mettre en pratique concernant la vie civile.

    74 commandements sur les 613 de la Torah sont mentionnés dans cette partie de la Torah.

    Certains concernent la guerre, les lois du travail, le traitement des animaux, la famille, l’économie…..

    DEUTERONOME 21 : 10   Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, si l’Eternel les livre entre tes mains, et que tu leur fasses des prisonniers, 

    Ce passage nous dit que si parmi les captives de guerre il y a une femme belle de figure et que tu désires la prendre pour femme, il ne faudrait pas que cela vienne d’une pulsion passagère.

    Les yeux voient une femme de belle figure, le message est tout de suite envoyé vers le cœur, qui créer le désir.

     C’est pour cela que nous devons faire attention quand nous baladons nos yeux, de ne pas trop les attarder sur ce qui pourrait être un piège.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Nous connaissons l’histoire de David, un homme selon le cœur de Elohim, qui s’est laissé prendre au piège d’une femme qui prenait son bain, en laissant trainer ses yeux.

    Cela n’a pas été sans conséquence pour le roi David, Elohim lui a pardonné son péché, mais son crime a fait blasphémer les ennemis de Elohim, et à cause de cela il a perdu son fils.

    La recommandation de notre Seigneur concernant cette prisonnière de guerre est de diriger cette pulsion venant du cœur selon les principes de la Torah, afin de recevoir la bénédiction.

    Il est  dit :

    DEUTERONOME 21 : 12 - 13   12  Alors tu l’amèneras dans l’intérieur de ta maison. Elle se rasera la tête et se fera les ongles,

    13  elle quittera les vêtements qu’elle portait quand elle a été prise, elle demeurera dans ta maison, et elle pleurera son père et sa mère pendant un mois. Après cela, tu iras vers elle, tu l’auras en ta possession, et elle sera ta femme.

    Pour que cette femme ne soit considérée comme une conquête, un objet à la disposition de ce combattant, Elohim établit un plan qui retardera cette pulsion, pour qu’il réfléchisse, et qu’il prenne les bonnes dispositions.

    Elohim tient que les valeurs morales soient respectées, cette femme est peut être une ennemie, mais pas une proie, ce qui demande un respect de l’être humain.

    En exigeant qu’elle se rase la tête, se fasse les ongles, et change ses vêtement, cela avait pour but de l’enlaidir, ce qui peut changer la vision de cet homme.

    L’attente d’un mois  pouvait enlever la pulsion qu’il avait lors de sa capture.

    -          Notre Seigneur veut une justice équitable.

    Il dit que si un homme a deux femmes et qu’il a un fils avec chacune d’elles, si le fils ainé est de la femme qu’il n’aime pas, il dit que le droit d’aînesse reviendra à ce fils, qui sera reconnu comme le premier né.

    -          Un fils rebelle et indocile.

    Un fils rebelle  et ivrogne qui maltraite son père et sa mère, et n’écoute pas leurs voix, ils l’emmèneront vers les anciens de la ville et tous les hommes le lapideront.

    -          Les cadavres pendus.

    DEUTERONOME 21 : 22 23  22  Si l’on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l’aies pendu à un bois,

    23  son cadavre ne passera point la nuit sur le bois ; mais tu l’enterreras le jour même, car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu, et tu ne souilleras point le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour héritage.

    La vue d'un homme pendu à un poteau en bois est une malédiction de Dieu.
    Certaines interprétations juridiques de l’époque stipulaient que celui qui était coupable de blasphème devait être pendu.

    Cette présentation en public était le signe de la condamnation pour blasphème, de celui qui était crucifié.

    Yeshoua a été présenté à Ponce Pilate parce que le tribunal Romain ne traitait pas les affaires religieuses, et ne pouvait condamner Yeshoua pour blasphème.

    Nous avons lu dans le procès de Yeshoua « Jésus » qu’Il a été condamné pour blasphème, et ce n’est ni les Juifs, ni les Romains, ni moi, ni toi, mais Lui-même qui s’est condamné.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Les principaux sacrificateurs et le sanhédrin cherchaient un motif de condamnation, mais ils n’en trouvaient pas.

    Parce que le témoignage des témoins, n’était pas en accord avec la loi, les juges ne pouvaient pas Le condamner.
    Ainsi, le Sanhédrin  devait trouver un motif valable de condamnation, il a utilisé le blasphème en demandant à Yeschoua s’Il prétendait être le Messie, le Fils de Elohim. Une accusation à laquelle Il a avoué, se positionnant ainsi comme étant coupable de blasphème, ce qui entrainait la peine de mort.

    "Et tous le condamnèrent comme méritant la mort.» (Marc 14: 61-64)

    MARC 14 : 61- 64    61 Jésus garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l’interrogea de nouveau, et lui dit: Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ?

    62  Jésus répondit : Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

    63  Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, et dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ?

    64  Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble ? Tous le condamnèrent comme méritant la mort.

    Yeshoua a été accusé faussement de blasphème, parce que nous savons qu’Il est le fils de Elohim.

    Cette interrogation révèle essentiellement que ni le Sanhédrin juif, ni les autorités romaines auraient tué Yeshoua sans Sa coopération.

    Yeshoua, nous dit qu’Il a donné Sa vie de Son propre gré pour nous sauver de nos péchés.

    JEAN 10 : 17 – 18    17  Le Père m’aime, parce que Je donne Ma vie, afin de la reprendre.

    18  Personne ne Me l’ôte, mais je la donne de Moi-même ; J’ai le pouvoir de la donner, et J’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que J’ai reçu de Mon Père.

    En étant pendu à la croix, Il nous rachetait de la malédiction

    De quelle malédiction de la loi Yeshoua « Jésus » nous a rachetés ?

    Il nous faut comprendre que la malédiction de la loi est la conséquence du péché, car le péché est la transgression de la loi.

    Ceux qui transgressent la loi, ce sont eux qui sont sous la malédiction du péché.

    1 JEAN 3 : 4   Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.

    GALATE 3 : 13  Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois, — 

    C’est de la malédiction de la loi du péché qu’Il nous a rachetés, et non de la loi de Elohim qui est Sa Torah.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

    Nos péchés sont pardonnés parce que nous croyons que Yeshoua, pendu au bois avait pris sur Lui la malédiction du péché qui nous était destinée.

    Nous devons comprendre que Yeshoua en prenant à Son compte notre péché, allait répondre à la colère de Elohim sur notre état de pécheur.

    Pour que le péché soit enlevé, il fallait aussi imputer la peine qui est le salaire du péché, et nous savons selon la Parole, que le salaire du péché est la mort.

    En Se substituant à nous, Il nous a affranchi de la malédiction de la loi qui était la mort, celui qui croit en Lui n’est plus sous la malédiction de la loi (qui condamnait le péché).

    1 JEAN 2 : 4  Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas Ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.

    Nous voyons bien qu’il ne s’agit pas de la malédiction des lois de Elohim, mais de la malédiction du péché.

    D’ailleurs Paul confirme que ceux qui sont justes devant notre Seigneur, ce sont ceux qui mettent en pratique Ses lois.

    ROMAINS 2 : 13  Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés.

    -       Les prescriptions ont été données aux enfants d’Israël.

    DEUTERONOME 22 : 6 - 7   6 Si tu rencontres dans ton chemin un nid d’oiseau, sur un arbre ou sur la terre, avec des petits ou des œufs, et la mère couchée sur les petits ou sur les œufs, tu ne prendras pas la mère et les petits,

    7  tu laisseras aller la mère et tu ne prendras que les petits, afin que tu sois heureux et que tu prolonges tes jours.

    C’est d’abord la protection de la nature, renouvellement des espèces, qui malheureusement aujourd’hui personne ne respecte.

    Yeshoua nous dit que si notre Père céleste Se soucie et prévoit la nourriture des oiseaux du ciel, alors nous pouvons être assurés en sachant qu'Il pourvoira à nos besoins aussi.

    -          Lois sur le mariage.

    Si     Si un homme meurt en laissant une veuve sans enfant, le frère de l'homme a la responsabilité d'épouser la veuve afin de continuer la lignée de son frère afin que le défunt hérite par le fils sa part dans l'héritage de la propriété.

    -          Moïse a donné un certain nombre de lois supplémentaires à mettre en pratique.

    Maintient de la pureté dans le camp militaire, ne pas livrer à son maître un esclave qui se réfugie chez soi, si tu prêtes à ton frère, tu ne dois exiger aucun intérêt.

    -          Notre paracha se termine par le jugement futur d’Amalek.

    Amalek est l’ennemi perpétuel du peuple de Elohim.

    Depuis la sortie d’Egypte Amalek s’est pris aux enfants d’Israël, il est l’ennemi qui s’attaquera à tous ceux qui servent Elohim.

    Mais dans ce combat, c’est Elohim qui combattra pour Son peuple à qui Il promet lorsqu’Il les délivrera de tous leurs ennemis, Il leur donnera du repos.

    PARACHA   "KI TETSE"   QUAND TU SORTIRAS

     Il dit que Son peuple effacera de sa mémoire Amalek de dessous les cieux.

     

       Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA   « REEH » VOIS

     

                                                                          Par Guy Vallée

    PARACHA                  "REEH "   Vois

                                          :"DEVARIYIM"               Deutéronome 11 : 26 à 16 : 17

    HAFTARAH              :"YESHAYAHOU"           Esaïe 54 : 11 à 56 : 1

    BRIT’HADASHA     :"MATTHITTYAHOU"  Matthieu 11 : 28 à 30  et 7 : 12 à 14

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière EQEV « à la suite de », Moïse rappelait au peuple l’importance d’écouter, d’observer, et de mettre en pratique les ordonnances de Elohim.

     Il leur disait que c’est en respectant ces trois conditions que Elohim gardera envers eux, l’alliance et la miséricorde qu’Il avait jurées à leur père.

     Aujourd’hui dans notre paracha de cette semaine, les enfants d’Israël se trouvent face à un choix ; la bénédiction ou la malédiction.

     La bénédiction ; s’ils choisissent de mettre en pratique les principes de Elohim.

    PARACHA   « REEH » VOIS

    La malédiction ; s’ils abandonnent Ses voies, pour suivre l’idolâtrie des autres nations.

    DEUTERONOME 11 : 26   Vois, Je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction:

    Il désigne deux montagnes qu’ils verront quand ils entreront à Canaan ; le mont Gazim où la bénédiction sera prononcée, et le mont Ebal, la malédiction.

    Dans le livre de Josué chapitre 8 verset 30 à 35, comme Moïse l’avait ordonné en entrant à Canaan, Josué bâtit un autel à Elohim, ils présentèrent sur cet autel des holocaustes, et Il   écrivit sur les pierres, une copie de la loi que Moïse avait écrite devant les enfants d’Israël, là où les conséquences de la bénédiction et de la malédiction allaient être prononcées .

     Croyez vous aujourd’hui que nous ne sommes pas en face de ces deux choix ?

     Choisir la bénédiction, c’est obéir aux commandements de Elohim, et la malédiction désobéir à Ses commandements.

     Cela n’est pas toujours facile, car notre chaire veut souvent faire ce qui est contraire à l’Esprit.

    C’est le Rouah Hakodesh « le Saint-Esprit » qui nous pousse à l’obéissance.

    C’est un combat que nous devons mener sans relâche.

     L’apôtre Paul s’est trouvé dans une telle situation, où il devait mener une lutte contre ce qui voulait le détourner de la Torah de Elohim.

     ROMAIN 7 : 21 – 23    21  Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.

    22  Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ;

    23  mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.

     L’homme a toujours la liberté de choisir sa destination.

    Yeshoua est venu nous montrer le chemin de la liberté, car nous étions esclaves du péché.

     Il est le seul chemin que nous devons prendre ; c’est pour cela qu’Il nous dit "Je suis le chemin, la vérité et la vie".

     JEAN 14 : 6   Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par Moi.

     Quand Il dit "Je suis le chemin", pourquoi chercher d’autres chemins ?  Et pourtant beaucoup prennent des chemins qui mènent à la perdition.

     La Parole nous dit de choisir la bénédiction, c'est-à-dire choisir la vie, et Yeshoua nous parle de deux chemins :

     MATTHIEU 7 : 13 – 14    13  Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.

    14  Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

    PARACHA   « REEH » VOIS

     Notre Seigneur nous dit qu’il y a une porte étroite, et il y a peu qui la prenne, alors que celle qui est plus large nombreux sont ceux qui la prennent.

     Aujourd’hui plus que jamais la porte large attire plus de foules, car c’est derrière cette porte que se trouvent toutes les attirances de ce monde qui mènent à la débauche et à l’idolâtrie.

     Beaucoup se disent croyants, mais n’ont pas la Parole de Elohim dans leur cœur, et se laissent prendre au piège de ce monde.

     Nous avons dans la Brit’ Hadasha « l’alliance renouvelée » un passage dans Marc 10 : 46 – 53, d'un aveugle nommé Bartimée.

     Cette homme était assis au bord de la route, et quand il entendit que Yeshoua « Jésus » passait, il criait pour qu’Il l’entende.

     Yeshoua le fit venir vers lui et lui demanda : Que veux-tu que Je te fasse ?

     Et l’aveugle lui dit que je retrouve la vue :

     MARC 10 : 52  Et Jésus lui dit : Va, ta foi t’a sauvé. (10-53) Aussitôt il recouvra la vue, et suivit Yeshoua dans le chemin.

     Nous voyons le choix de cet homme, qui aurait pu choisir le chemin du monde maintenant qu’il voit, et qu’il découvre des choses qu’il imaginait faire s’il voyait.

    Mais plutôt que cela, il décida de suivre Yeshoua, il prit le chemin étroit.

     Le repos de notre Elohim

     Il est triste de voir cette confusion qu’il y a entre le repos du Shabbat, qui est un commandement faisant parti des dix, inscrits sur les tables, et le repos que nous donne notre Seigneur, est une grâce.  

    DEUTERONOME 12 : 10  Mais vous passerez le Jourdain, et vous habiterez dans le pays dont l’Eternel, votre Dieu, vous mettra en possession ; Il vous donnera du repos, après vous avoir délivrés de tous vos ennemis qui vous entourent, et vous vous établirez en sécurité.

     C’est quoi le repos de Elohim?

     C’est Lui qui mène le combat, mais le peuple n’est pas assis à Le regarder.

    Dans ce combat le peuple est engagé physiquement, matériellement, émotionnellement, ce qui est pour lui un fardeau. Il a besoin de vivre dans la paix et la sécurité.

     Le Seigneur promet le repos, c'est-à-dire qu’ils n’auront plus à combattre, et ils vivront en sécurité.

     Nous avons plusieurs passages dans la bible qui parle de ce repos, et de la sécurité après des batailles :

     JOSUE 23 : 1 Depuis longtemps l’Eternel avait donné du repos à Israël, en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.

    2 SAMUEL 7 : 11  et comme à l’époque où J’avais établi des juges sur Mon peuple d’Israël. Je t’ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis. Et l’Eternel t’annonce qu’Il te créera une maison.

    Jérémie prophétisait  sur le repos qui allait s’accomplir en Yeshoua « Jésus » :

    JEREMIE 46 : 27   Et toi, Mon serviteur Jacob, ne crains pas ; Ne t’effraie pas, Israël ! Car Je te délivrerai de la terre lointaine, Je délivrerai ta postérité du pays où elle est captive ; Jacob reviendra, il jouira du repos et de la tranquillité, Et il n’y aura personne pour le troubler.

    Le peuple de Elohim qui n’a pas connu ce repos et qui se trouve en exile entrera dans ce repos qui est Yeshoua « Jésus » qui a tout accompli pour nous.

     MATTHIEU 11 : 28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et Je vous donnerai du repos.

    PARACHA   « REEH » VOIS

    Nous vivions dans un monde de ténèbres dans lequel nous étions esclaves, faisant ce qui était contraire à la volonté de Elohim, et menions des combats sans succès.

    Beaucoup de gens vivent dans la crainte, et dans l’angoisse, et cherchent la paix intérieure, la sécurité.

    Les disciples de Yeshoua, étaient un jour dans la tempête, et croyaient qu’ils allaient couler, alors que Lui, Il dormait au fond de la barque.

    Ils le réveillèrent, et Il ordonna à la tempête de se calmer, et Ses disciples retrouvèrent la paix et la sécurité.                                                                              Aujourd’hui nous n’avons pas à nous soucier des tempêtes de ce monde. Yeshoua nous a délivrés de l’esclavage dans lequel nous étions à cause du péché, Il a vaincu nos ennemis et à cloué à la croix l’acte par lequel nous étions condamnés, en nous faisant entrer dans Son repos.

    Nous étions affligés, écrasés par les fardeaux que nous portions, et c’est en prenant Son joug que nous avons trouvé du repos pour nos âmes.

    MATTHIEU 11 : 29   Prenez Mon joug sur vous et recevez Mes instructions, car Je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

    Aujourd’hui nous pouvons dire que c’est par Sa grâce que nous sommes tous les jours dans Son repos.

    DEUTERONOME 12 : 10 (b)  Il vous donnera du repos, après vous avoir délivrés de tous vos ennemis qui vous entourent, et vous vous établirez en sécurité.

     Les enfants d’Israël ont été dans ce repos, qui était une grâce de Elohim.

    En se détournant de Lui, ils perdaient ce privilège, mais Esaïe, le prophète des temps messianiques, annonce pour Israël, le repos et la sécurité pour toujours.

     ESAÏE  32 : 17  L’œuvre de la justice sera la paix, Et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours.

    Nous sommes tous les jours dans le repos de Yeshoua « Jésus », mais cela ne se substitut  pas au repos du septième jour qui est un commandement de Elohim, et qui n’a jamais été enlevé.

    Sauf pour ceux qui ont acceptés la décision d’un empereur Romain, (un adorateur du soleil) qui a remplacé le Shabbat du septième jour par le dimanche.

    PARACHA   « REEH » VOIS

     

    Les enfants d’Israël tout en étant dans le repos de Elohim, respectaient le repos du Shabbat.  Car c’est un jour de rendez-vous avec le créateur, un jour où nous mettons tout de côté, pour être dans un environnement spirituel particulier.

    Cela ne veut pas dire que les autres jours nous ne sommes pas dans Sa présence.

    C’est un jour important qui permet aussi à notre corps physique, de décompresser, de se libérer de tout le stress de la semaine, pour être renouvelé.

    La médecine ne peut pas s’opposer à cela.

    EXODE  23 :12  Pendant six jours, tu feras ton ouvrage. Mais le septième jour, tu te reposeras, afin que ton bœuf et ton âne aient du repos, afin que le fils de ton esclave et l’étranger aient du relâche.

    Que vient faire le bœuf et l’âne dans tout cela. Sont-ils aussi dans le repos de Yeshoua qui pour certains à annulé et remplacé le Shabbat ?

    L’âne et le bœuf n’avaient pas besoin d’une rencontre privilégiée avec Elohim, mais un repos physique car ils étaient aussi des instruments de travail, et cette journée de repos leur permettait d’être dans une bonne condition pour aborder l’autre semaine.

    Notre Créateur savait que l’être humain et les animaux, après six jours de dépenses physiques et émotionnelles, avaient besoin d’un repos pour se reconstituer.

    Et c’est à ce moment que l’homme libéré de toutes les contraintes des six jours, peut être dans une totale liberté et disponibilité avec Son créateur, car c’est un jour béni et sanctifié.

    C’est pour cela que l’on ne peut pas choisir un autre jour, car il a été fixé depuis la création.

    Le premier jour, le deuxième jour, jusqu’au septième jour, et le cycle recommence.

    En arrêtant toute activité le septième jour, notre organisme se libère de tout le stress et l’agression de la semaine passée.

    Nous terminons notre paracha  de ce Shabbat avec cette partie de la haftarah du prophète Esaïe.

    ESAÏE 54 : 11 à 55 : C’est la troisième haftarah de consolation, qui commence avec une revalorisation de la communauté d’Israël.

    ESAÏE 54 : 11   Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console ! Voici, Je garnirai tes pierres d’antimoine, Et Je te donnerai des fondements de saphir ;

    PARACHA   « REEH » VOIS

     

    Malgré toutes les difficultés que rencontre le peuple d’Israël, Elohim leur promet la paix et le bonheur.

    Nous pouvons être ballotés par les tempêtes de la vie, mais si nous nous accrochons à la Parole de Elohim, Il sera toujours là au bon moment, pour nous secourir.

    C’est Lui qui calme la tempête et nous fait entrer dans Son repos, c’est à ce moment que nous trouvons la paix, et la sécurité.

      Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    Par Guy Vallée

     

    PARACHA  EQEV « A la suite de ... »

                                                : DEVARIYIM       "Deutéronome"           7 : 12 à 11 : 25

    HAFTARAH                      : YESHAYAHOU  "Esaïe"                       49 :14 à 51 : 3

    BRIT’HADASHA             :                                "Colossiens"             2 : 4 à 15 

     

    Notre paracha de la semaine dernière, commence avec une prière de supplication adressée par  Moïse à Elohim pour entrer à Canaan.

    Cette requête lui a été refusée, il n’a eu que le privilège de voir ce pays de loin, en montant sur le Mont Hébo.

    Il rappelait à la nouvelle génération qui n’avait pas connu l’Egypte, d’observer tous les commandements de Elohim avant d’entrer dans la terre promise.

    Moïse prophétisa sur l’exile des enfants d’Israël, qu’ils se détourneront de Elohim pour aller vers d’autres idoles.

    La paracha de cette semaine commence avec shema « écoutez ».

     DEUTERONOME 7 : 12   Si vous écoutez ces ordonnances, si vous les observez et les mettez en pratique, l’Eternel, ton Dieu, gardera envers toi l’alliance et la miséricorde qu’Il a jurées à tes pères.

     Nous comprenons pourquoi il est important pour les enfants d’Israël, d’obéir à Elohim, en mettant en pratique toutes Ses ordonnances.

     La bénédiction est attachée à trois conditions  

    -             Ecouter                                                                                                     -             Observer                      PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »      -             Mettre en pratique

       

     

    Dans notre dernière paracha Moïse leur disait, shema Israël « écoute Israël » avant de leur communiquer les commandements de Elohim.

    Yeshoua s’adressait à notre génération en répondant au scribe, lui disant shema Israël « écoute Israël», avant de lui communiquer les deux commandements, qui reprenaient les dix inscrits sur les deux tables.

     S’il s’agissait de deux nouveaux commandements, Il aurait très vite été repris par le scribe qui connaissait bien la loi, et qui cherchait un moyen de l’accuser.

     Ce verset nous montre comment être dans l’alliance et la miséricorde de Elohim.

     -          Nous devons être à l’écoute de la Parole, car il est écrit que la foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend vient de la Parole de Elohim.

     -          Ensuite l’observer, c'est-à-dire ; l’analyser, comprendre le but, et l’intérêt de la mettre en pratique.

     -          La mettre en pratique, et c’est là que notre foi entre en action, croire à tout ce que dit la Parole, et c’est par notre obéissance que notre vie sera couronnée de succès.

    C’est en respectant ces trois conditions que Elohim garde Son alliance, et Sa miséricorde.

    Il n’a pas changé ; Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.

    En scellant la nouvelle alliance par Son sang, Il n’a rien changé aux conditions données par Elohim pour garder Son alliance, et Sa miséricorde. 

    Nous devons écouter Ses ordonnances, les observer et les mettre en pratique.

    Comme nous l’avons expliqué dans la paracha VAET’ HANAN « J’implorai » ; l’alliance scellée par Yeshoua le jour de Pessah « Pâque » est celle qu’avait prophétisée le prophète Jérémie.

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    JEREMIE 31 : 33   Mais voici l’alliance que Je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit l’Eternel : Je mettrai Ma loi au dedans d’eux, Je l’écrirai dans leur cœur ; Et Je serai leur Dieu, Et ils seront Mon peuple.

    Dans ces deux alliances il est toujours question de Sa Torah « Sa loi », Il dit ; pas comme celle qu’Il a traitée avec leurs pères, alliance qu’ils ont violée.

    Elohim n’a pas fait une nouvelle Torah, Il n’est pas un homme pour se tromper, mais la dureté du cœur humain, L’a conduit à mettre Sa Torah « Loi » au-dedans de l’homme, et de l’écrire dans son cœur.

    C’est l’action du Ruach Hakodesh « du Saint-Esprit » qui nous enseigne la Torah, et nous conduit dans la vérité.

    Notre Seigneur nous appelle à obéir à Ses commandements, Il nous promet de jouir pleinement de toutes les promesses qu’Il a fait à Abraham, Isaac et Jacob.

    Sa Parole c'est la Torah qui a été donnée aux hommes, l'ennemi n'a aucun droit envers celui qui met en pratique la Parole de Elohim.

    Quand Yeshoua a été tenté par satan, quel a été son arme ?

    La Parole; en lui disant, il est écrit ! Il est écrit où ?

    Les livres écrits par Ses disciples n'existaient pas, puisqu'ils ont été ecrits après Sa mort.

    Il puisait tous Ses enseignements dans la Torah, et c'est avec cette Parole que satan a été vaincu.

    Il étend Sa miséricorde sur tous les hommes qui lui obéissent, en les relevant pour qu’ils retrouvent leur dignité, Il est toujours prêt à pardonner leurs péchés.

    C’est une grande marque d’amour qu’Il manifeste envers Ses enfants, car Il veut leur bonheur.

    Israël s’apprêtait à traverser le Jourdain pour se rendre maître de nations plus grandes et plus puissantes qu’elle, et Moïse apprend aux enfants d’Israël, l’humilité. 

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    DEUTERONOME 9 : 4  Lorsque l’Eternel, ton Dieu, les chassera devant toi, ne dis pas en ton cœur : C’est à cause de ma justice que l’Eternel me fait entrer en possession de ce pays. Car c’est à cause de la méchanceté de ces nations que l’Eternel les chasse devant toi.

    Le Seigneur mettait Israël en garde contre l’orgueil.

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    Il leur disait que c’est Lui qui mènera ce combat, en marchant devant eux, et que ce n’est pas parce que les enfants d’Israël étaient plus justes, et meilleurs que les autres nations, mais c’est à cause de la méchanceté de ces peuples, qu’Il les chassait devant eux.

    Accomplissant ainsi la promesse qu’Il avait faite à Abraham à Isaac, et à Jacob.

    Nous devons faire attention à ne pas nous prendre plus grand que les autres, mais reconnaître que c’est le Seigneur qui fait à travers de nous pour que Son Nom soit glorifié.

    Moïse dans son exhortation à leur obéissance à Elohim, parle de la circoncision de leur cœur :

    DEUTERONOME 10 : 16  Vous circoncirez donc votre cœur, et vous ne raidirez plus votre cou.

    Moïse prophétisait sur ce qui était l’ombre des choses, qui allaient s’accomplir en Yeshoua. 

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    Nous devons exprimer notre amour envers Lui par ce qui vient de l’intérieur, mais pas par ce qui vient de l’extérieur.

    Par la circoncision du cœur, nous enlevons tout ce qui est du vieil homme, afin de prendre la nature de Yeshoua, qui va nous conduire à la sainteté.

    La véritable circoncision que parle Paul est la transformation de notre être intérieur, plutôt qu’un rituel perpétuel.

    ROMAINS 2 : 28  Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les dehors ; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair.

    29  Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.

    Déjà, notre Seigneur à travers du prophète Jérémie avertissait le peuple d’Israël de la circoncision de leur cœur.

    JEREMIE 9 : 25   Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où Je châtierai tous les circoncis qui ne le sont pas de cœur,

    La croix a été l’instrument par lequel nous avons été circoncis dans notre cœur, car c’est sur la croix que la chair a été crucifiée.

    C’est le Ruach Hakodesh « Le Saint-Esprit » qui opère notre cœur, en Le laissant agir dans nos vies, nous ne suivrons pas la chair qui nous conduit au péché, car nous avons été ensevelis avec Yeshoua à travers les eaux du baptême, et ressuscités en Lui par la foi.

    COLOCIENS 2 : 11   Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:

    1 CORINTHIENS 7 : 19 La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout.

    Dans le passage qui suit Elohim fait de nombreuses promesses à Son peuple, nous observons une répétition de si vous respectez, si vous obéissez………….

    DEUTERONOME 11 : 1   Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, et tu observeras toujours Ses préceptes, Ses lois, Ses ordonnances et Ses commandements.

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    Elohim promet en obéissance à Sa Parole :

    -          La protection contre tous nos ennemis (Il rappelle tout ce qu’Il a fait à pharaon et son armé, lors de leur sortie d’Egypte).

    -          La victoire sur tous nos ennemis (Il leur donnera la victoire sur tous les peuples qui seront sur leur passage pour entrer en terre d’Israël).

    -          Il nous donne la prospérité économique (Il leur donne un pays où coule le lait et le miel, Il envoie la pluie en son temps ; la pluie de la première et de l’arrière saison, Il leur donne la nourriture en satiété).

    L’amour de Elohim est manifesté dans la vie de ceux qui observent Ses commandements.

    Mais Il met en garde Son peuple contre la séduction, pour ne pas aller vers d’autres dieux, car Sa colère s’enflammera contre eux, Il fermera les cieux et se sera la mort qui les affectera.

    Notre haftarah de ce shabbat ESAÏE 49 : 14 à 51 : 3 est la deuxième haftarah de consolation, qui commence avec une complainte du prophète envers Israël ; 

    ESAÏE 49 : 14  Sion disait : L’Eternel m’abandonne, Le Seigneur m’oublie ! — 

    Elohim répond qu’Il n’a jamais oublié Son peuple, et comme Il dit; une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite?  Il dit qu’Il a gravé Israël sur Ses mains.

    Elle sera rétablie, et les nations ramèneront ceux qui ont été en exile, et Il combattra ses ennemis.

    Le Seigneur leur rappelle les conséquences de leurs péchés ; ils ont été vendus, et leur mère (Israël) a été répudiée, mais Il leur promet une restauration complète.

    Il rendra son désert semblable à un Eden, sa terre aride à un jardin de l’Eternel, Il remettra la joie et l’allégresse au milieu d’elle.

    Yeshoua est Celui qui est venu pour être le rédempteur d’Israël.

    Les paroles des prophètes sont entrain se s’accomplir ; la nation d’Israël a été établie, et nous voyons les juifs quitter les nations pour s’installer en Israël.   

     

    PARACHA  EQEV « A LA SUITE DE »

    L'adieu à Paris de centaines de juifs français faisant l'alyah (Crédit: Erez Lichtfeld)

     

     Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    SITE EN MAINTENANCE

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

     

    Par Guy Vallée

     

    PARACHA  VAET’HANAN                       "J’implorai"

                                            : DEVARIYIM     "Deutéronome"   3 : 23 à 7 : 11 

    HAFTARAH                  :YESHAYAHOU "Esaïe"                 40 : 1 à 26

     BRIT’HADASHA         : MAKABI            "Marc"                12 : 28 à 34

     

    Dans notre paracha de la semaine dernière DEVARIM, "Des paroles", les enfants d’Israël campaient dans le pays de Moab, après une errance de quarante ans dans le désert.

    Ils étaient à l’Est du Jourdain, et se préparaient à entrer à Canaan.

    Moïse rappelait à la nouvelle génération la Torah de Elohim, car celle qui l’avait reçue était morte dans le désert.

    Il était très important pour eux de connaître l’histoire de leurs pères, et surtout de mettre en pratique toutes les lois et tous les commandements de Elohim, avant d’entrer dans la terre promise.

     La paracha de cette semaine commence avec Vaet’hanan « j’implorai ».

    Certains passages  de la Torah qui sont importants dans le judaïsme, sont repris par Moïse :

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    -          Les dix commandements

    -          Le shema Israël

    -          Les téffilines et la mézouzat

    DEUTERONOME 3 : 23 – 24   23  En ce temps-là, j’implorai la miséricorde de l’Eternel, en disant:

    24  Seigneur Eternel, Tu as commencé à montrer à Ton serviteur Ta grandeur et Ta main puissante ; car quel dieu y a-t-il, au ciel et sur la terre, qui puisse imiter Tes œuvres et Tes hauts faits ?

    Notre paracha commence avec une prière adressée par Moïse à Elohim

    DEUTERONOME 3 : 25  Laisse-moi passer, je Te prie, laisse-moi voir ce bon pays de l’autre côté du Jourdain, ces belles montagnes et le Liban.

    Le Seigneur a refusé de laisser aller Moïse à Canaan, il n’a eu que le privilège de voir ce pays de loin, en montant sur le Mont Hébo.

    Il était important pour la nouvelle génération de découvrir toute la sagesse de la loi, car c’est par elle que nous avons le succès et la vie.

    Elohim nous a donné à travers de Sa Parole, des principes que nous devons mettre en pratique, afin de jouir de toutes les bénédictions qui y sont attachées.

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    Nous savons que Sa Parole est une lampe à nos pieds, et une lumière sur nos sentiers, elle  nous porte la paix, la joie, et le bonheur. 

    C’est pour cela lors de son discours Moïse invitait le peuple à enseigner la Torah à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants, afin que la Parole ne soit oubliée.

    Cette Parole est répétée dans le chapitre 6 verset 7, et Il ajoute ce commandement :

    DEUTERONOME 6 : 8   Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux.

    Notre Seigneur nous demande d’être attachés à Sa Parole, d’être en communion avec Lui dans tous nos actes, c’est comme si notre vie était attachée à La sienne.

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    C’est pour cela que Yeshoua dit que nous sommes un à travers Lui avec le Père

    Sur notre tête, entre nos yeux ; c’est le siège de notre raison, notre esprit, afin d’agir selon Sa Torah.

    Il est répété dans plusieurs passages de cette paracha de mettre en pratique les commandements de Elohim, et de les respecter sans ajouter et sans retrancher quoi que ce soit.

    Yeshoua  « Jésus » nous rappelle de respecter ces commandements tels que Elohim nous les a donnés.

    MATTHIEU 5 : 18 Car, Je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.

    Certaines traductions mentionnent ; jusqu’à ce que tout soit accompli.

    Pour certains, tout s’arrête à la croix, car Yeshoua a tout accompli, mais si nous regardons autour de nous, le ciel et la terre sont toujours là. 

    Elohim à travers de Son prophète Esaïe nous annonce la création  de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre, mais en attendant la loi reste telle qu’elle a été donnée.

    Changer ou enlever un commandement de Elohim, est une désobéissance qui nous détourne de Son plan divin.

    Moïse répétait ce décalogue, qui était d’une importance capitale pour les enfants d’Israël, de voir le parcours de leurs pères et aussi la conséquence de la désobéissance aux commandements de Elohim.

    Il leur demande à maintes reprises d’écouter, avant de leur communiquer les lois et les ordonnances.

    DEUTERONOME 4 : 1 (a)   Moïse convoqua tout Israël, et leur dit : Ecoute, Israël, les lois et les ordonnances que je vous fais entendre aujourd’hui. Apprenez-les, et mettez-les soigneusement en pratique.

    Malgré toutes ces recommandations, les enfants d’Israël seront infidèles à Elohim, et servirons d’autres dieux. Moïse prophétise sur les conséquences de leur infidélité qui les conduira en exil.

    DEUTERONOME 4 : 27  L’Eternel vous dispersera parmi les peuples, et vous ne resterez qu’un petit nombre au milieu des nations où l’Eternel vous emmènera.

    DEUTERONOME 5 : 1   Moïse convoqua tout Israël, et leur dit : Ecoute, Israël, les lois et les ordonnances que je vous fais entendre aujourd’hui. Apprenez-les, et mettez-les soigneusement en pratique.

    Ensuite nous avons ce passage du Shema Israël, (Ecoute Israël) où il met en avant l’Eternel notre Dieu est le seul Eternel.

    DEUTERONOME 6 :  4   Ecoute, Israël ! l’Eternel, notre Dieu, est le seul Eternel.

    Après Il développe :

    Verset 5 :  Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

    A la première lecture nous constatons que Elohim n’est pas trinitaire, mais Il est EHAD « Unique ».

    Ce même passage de DEUTERONOME 6 : 4 a été repris par Yeshoua « Jésus » dans la BRIT’ HADASHA « nouveau testament ».

    MARC 12 : 29    Jésus répondit : Voici le premier : Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur ;

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    Yeshoua confirmait que Elohim est EHAD « UNIQUE »

    Ensuite Il reprend comme Moïse le commandement d’aimer Elohim :

    30  et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.

    Yeshoua n’a rien changé aux lois de Elohim, Il a répondu au scribe qui voulait savoir quel était le premier commandement ; Il lui dit que c’était d’aimer Elohim.

    Ce premier commandement reprenait les commandements de la première table

    Et le deuxième commandement :

    31  Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.

    Yeshua reprenait les commandements de la deuxième table, aimer son prochain.

    Ce sont les dix commandements que Moïse demandait aux enfants d’Israël d’apprendre et de mettre en pratique dans le chapitre 5.

    Yeshoua , répondant au scribe en lui expliquant les dix commandements, nous confirmait comme le faisait Moïse ; à apprendre et à mettre en pratique les commandements d’Elohim.

    Le Shema Israël « Ecoute Israël, l’Eternel notre Dieu est Un » nous appelle à être en unité avec Lui par Sa Parole.

    Yeshoua est la Parole, Il est la Torah faite chair, et Il est Un avec le Père.

    JEAN 10 : 30  Moi et le Père nous sommes Un.

    JEAN 17 : 22 Je leur ai donné la gloire que Tu m’as donnée, afin qu’ils soient Un comme nous sommes Un,

    Il est Un avec le Père, et Il dit que nous sommes Un à travers Lui avec le Père, ce qui montre bien l’unité qu’il y a entre le Père et nous à travers du chémä Israël « Ecoute Israël ». 

    1CORINTHIENS 10 : 17   Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain.

    JEAN 14: 20  En ce jour-là, vous connaîtrez que Je suis en Mon Père, que vous êtes en Moi,  et que Je suis en vous.

    Yeshoua en disant au scribe : écoute Israël, l’Eternel est Un, et en citant les deux commandements qui répondaient aux dix des deux tables, c'est-à-dire ceux qui concernent la relation de l’homme avec Elohim, inscrits sur la première table, et ceux qui concernent la relation de l’homme avec son prochain, inscrits sur la deuxième table, Il s’adressait à Israël.

    Et aujourd’hui qui est Israël ?

    Israël est représenté par l’olivier, et Paul nous explique comment participer à la racine pour devenir Israël.

    ROMAINS 11 : 17    Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l’olivier,

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    Les branches retranchées sont ceux des juifs qui ont été incrédules, mais ils n’ont pas tous été retranchés, il y a toujours eu un reste des juifs attachés à l’olivier, en attendant que les autres viennent à nouveau se greffer.

    Et par la foi en Yeshoua « Jésus » nous nous greffons à l’olivier.  

    L’olivier étant Israël, si nous sommes greffés à l’olivier, nous sommes Israël, car c’est la racine qui nourrit les branches.

    JEAN 10 : 16  J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que Je les amène ; elles entendront Ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

    Cette Parole de Yeshoua est claire, Il dit qu’il y aura un seul berger et un seul troupeau.

    Nous savons qu’Il est le seul berger, donc le seul troupeau c’est Israël.

    La description de Paul nous le confirme ; l’olivier est Israël ; les branches qui sont attachées, représentent les juifs qui ont acceptés Yeshoua,  ceux qui n’ont pas crus seront à nouveau greffés à leur propre olivier, et les nations qui l’ont accepté en respectant  Ses lois, sont aussi greffées à l’olivier, et c’est à ce moment que l’on pourra dire qu’il y a un seul troupeau.

    Notre HAFTARAH, Esaïe 40 : 1 à 26 nous parle de la venue du Seigneur qui dit que Sa venue est proche pour consoler Son peuple, en lui disant que sa servitude est terminée, et que son iniquité est expié.

    Le verset 3 :  Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l’Eternel, Aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu.

    MATTHIEU 3 : 3   Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète, lorsqu’il dit : C’est ici la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.

    Nous savons qu’Il est venu et qu’Il a scellé l’alliance promise par Elohim, par la bouche de Ses prophètes.

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    JEREMIE 31 : 31   Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, Où Je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,

    Il dit qu’Il mettra Sa Loi au dedans d’eux, et qu’Il l’écrira dans leur cœur.

    Le prophète Ezékhiel nous parle de la restauration d’Israël, afin qu’il soit un seul peuple devant Elohim.

    EZEKHIEL 37 : 19  réponds-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, Je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d’Ephraïm, et les tribus d’Israël qui lui sont associées ; Je les joindrai au bois de Juda, et J’en formerai un seul bois, en sorte qu’ils ne soient qu’un dans Ma main.

    Moïse en recevant de Elohim Ses commandements gravés sur des tables, avait scellé cette alliance avec le sang d’animal.

    Yeshoua par Son sang a scellé ces mêmes lois et ordonnances dans l’alliance renouvelée ; le jour de Pessah « Pâque ».

    MATTHIEU 26 : 28 car ceci est Mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

    PARACHA  VAET’HANAN "J'IMPLORAI"

    Nous n’avons plus besoin de sang d’animaux  pour l’expiation de nos péchés. Les commandements de Elohim sont inscrits dans nos cœurs, et c’est le Saint Esprit qui nous aide à les mettre en pratique.

    C’est pour cela qu’il est dit dans :

    HEBREUX 7  : 1 :  7 – 28  et 9 : 23

    Par sa mort à la croix, Yéchoua met fin à l'ancien sacerdoce (Aaronique) pour inaugurer un nouveau sacerdoce ( Melchisédeck).

    Cette alliance a été faite avec Israël et Juda,  et d’autres peuples se joindront à eux.

    Yeshoua « Jésus » s’adressant au scribe, en lui disant écoute Israël ; s’adressait à Israël, et aujourd’hui, Il nous demande d’être à l’écoute, afin d’apprendre et de mettre en pratique les commandements de Elohim, car Il n’est pas venu pour les abolir, mais pour les accomplir.

    PS: A écouter Paracha par Thomas               BethYeshoua 

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine ! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • SITE EN MAINTENANCE.

    Les Parachioth (Paracha) par Guy Vallée reprendront samedi prochain: 

     

     

    La parachah DEVARIYM

    "Extrait de la Bonne Nouvelle du Royaume"

     

    http://www.discernerlesondushofar.com/la-parachah-devariym-a126594206

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ATTENTION:  LE BLOG SERA EN MAINTENANCE A PARTIR DU

    LUNDI 08/08.

     

     La parachah Mattoth Massey:

    http://www.discernerlesondushofar.com/la-parachah-mattoth-massey-a126546974

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Shabbat 30 juillet 2016  

    Commentaire de 2009-14

    PARACHAH : « PIYNÉHAS »

     

     Lectures :

     

     Parachah :

    Bémidbar/ Nombres 25 :10 à 30 :1  

    Haftarah :

    Mélakhiym A/ I Rois 18 :46 à 19 :21  

    Bérith Hadachah :

    MattitYahou/ Matthieu 24 :29-51  

     

     Rappel : les commentaires ne sont pas des études, mais des pensées que la lecture de la parachah nous inspire et nous permet, sur une année, de relier les textes de la Torah et des Prophètes aux textes de la Bériyth haHadachah, de l’Alliance renouvelée en Yéshoua.

     

     Résumé de la parachah

     

     Piynéhas, fils d’Élazar, petit fils d’Aharon, tue Zimriy prince d’Israël et Kozbiy princesse de Midyan, avec laquelle Zimriy s’est compromis en prostitution idolâtre. Cet acte violent arrête la plaie divine qui a fait 24 000 victimes parmi le peuple. Les midyanites sont désormais déclarés adversaires et Israël devra les combattre.

    Suite à la plaie, HWHY décrète un recensement de la population mâle en capacité de tenir les armes. Le décompte est précis, tribu par tribu, les lévites à part. Ce recensement prépare le projet du partage et des héritages en terre de Kénaan selon le nombre des populations de chaque tribu, toutefois une règle de justice concernant les filles non héritières complète le dispositif.

    Après avoir adoubé Yéhoshoua fils de Noun comme chef d’Israël à sa place, Moshéh sur ordre de HWHY rappelle l’ensemble des qorbanoth (offrandes…) à Lui présenter en leur temps.

     

     La brèche 

     

     Le parachah précédente « Balaq » s’achève sur une triste note. Après quarante années passées dans le désert, Bilam le prophète corrompu des nations ne peut que s’étaler en éloges à l’égard d’Israël, tant la présence de son Élohim HWHY l’a rendu saint. Rien ne peut l’atteindre, ni la puissance des hommes, ni les artifices de l’occulte. Toutefois les quarante années passées dans le désert ne les ont pas rendus prudents vis-à-vis de la ruse des populations idolâtres desquelles ils devaient se méfier. Sur le conseil tactique de Bilam, les femmes midyanites séduisent alors les Israélites, les charmant par leur exotisme. Ils s’adonnent ainsi aux cultes de leurs faux dieux, ce qui relève d’une désobéissance caractérisée envers les dix Paroles de HWHY, et d’une infidélité à double mesure : envers Élohim Lui-même, et envers les filles d’Israël, particulièrement vertueuses et loyales. La légende dit que si la génération des hommes sortis d’Égypte mourut dans le désert à cause de leur rébellion, les femmes quant à elles survécurent plus nombreuses et entrèrent dans le Royaume promis à cause de leur comportement beaucoup plus digne.

     

    Mais HWHY campait au milieu d’Israël… La convoitise des yeux et des sens de la chair entrainait Israël à la fornication jusqu’à l’adultère spirituel. Alors, la plaie fut immédiate. Le Saint ne peut côtoyer impunément la profanation sans effet douloureux et destructeur, car HWHY est un Élohim ardent, devant Lui est un feu dévorant (destructeur). Nulle profanation et nul profane ne peut tenir en sa présence.

    Le saint et le profane ne sont pas compatibles. Imaginons un instant, approcher deux éléments opposés dans leur nature tels un glaçon et un feu… Que se passe-t-il ? Le glaçon ne résiste pas.

     

     Moshéh et Aharon reçurent l’ordre de mettre à mort les responsables de ce désastre, car déjà 24 000 personnes mourraient de la plaie. Mais un dénommé Zimriy, prince en Israël amena dans le camp une midyanite, Kosbiy, elle-même princesse de son peuple, pour la prendre pour femme et par conséquent comme cela se faisait à l’époque engager par alliance les deux peuples ! Ceci, il le fit devant les principaux d’Israël et notamment devant Moshéh. Moshéh ne put rien faire car il fut lui-même marié à Tsiporah, fille de Yithro de Midyan ! C’est un coup monté, un prétexte pernicieux, un stratagème de l’ennemi pour faire taire Moshéh. Et c’est bien ce que dut faire Moshéh… Il était paralysé, l’objectif perfide de Bilam semblait atteint. Israël serait bientôt à sa merci, car sans protection face à la pollution qui gagnerait tout le camp. 

     

    Piynéhas comprit immédiatement le crucial et le dramatique de l’instant qui se déroulait sous ses yeux. Le mal devait être supprimé immédiatement et spectaculairement : tel un allégorique « St George terrassant le dragon » il tua Zimriy et Kozbiy d’un seul coup de lance.

     

    Bien que béni, l’antécédent matrimonial de Moshéh l’Israélite avec Tsiporah la midyanite, servit de prétexte, de brèche, qu’utilisèrent les comploteurs que furent Zimriy et Kozbiy sous le conseil de Bilam.

     

    Piynéhas fils d’Élazar  

     

    Son rôle se limitait-il à celui d’un « officier des hautes oeuvres», autrement dit : bourreau ? Le zèle de Piynéhas pour HWHY le mena effectivement à exécuter le couple par lequel le scandale s’opérait et provoquerait la perte d’Israël.

    Son acte violent, mais salvateur, fut toutefois récompensé d’une bénédiction et d’une promesse non négligeables :

     

    « Piynéhas, fils d’Elazar, fils d’Aharon, le sacrificateur, a détourné mon courroux de dessus les fils d’Israël, étant jaloux de ma jalousie au milieu d’eux, de sorte que je ne consumasse pas les fils d’Israël dans ma jalousie. C’est pourquoi dis, Voici, je lui donne mon alliance de paix ; et ce sera une alliance de sacrificature perpétuelle, pour lui et pour sa semence après lui, parce qu’il a été jaloux pour son Élohim, et a fait propitiation pour les fils d’Israël. » (No. 25:11-13)  

     

    Les actes de Piynéhas ne s’arrêtèrent pas à cet évènement marquant, il continuait, conformément à la promesse, à servir Élohim et le peuple. Il restait en Israël un notable homme de sagesse et de jugement qui sut, par discernement et justice, assurer la paix dans l’affaire de l’autel de Réouven- Gad-Ménashéh, que ces derniers élevèrent en l’honneur de HWHY sur le Jourdain. (voir Josué 22 :9- 34).

    Il obtint en possession une colline dans le territoire d’Éphraïm où il ensevelit son père Élazar (Josué 24 :33). Il succéda vraisemblablement à son père au titre de Kohen Gadol. On le retrouve en Juges 20 :28 où il eut à décider d’une guerre d’extermination contre Benjamin, car les gens de Guibéa s’étaient comportés comme les gens de Sodome à l’égard d’un lévite et de sa concubine.

     

    Glorieux mais étroit  

     

    « Les soixante–dix revinrent avec joie, disant : Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. Yéshoua leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair… » (Luc 10 :17)  

     

    « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. » (I Pierre 5 :8)  

     

    Israël qui vivait un véritable « Immanou El », Élohim avec nous, n’était pourtant pas exempt des attaques de l’adversaire. Les disciples du Seigneur, qui se retrouvèrent investis de pouvoirs significatifs, car le Royaume en la personne du Roi de ce Royaume était parmi eux, n’étaient pas non plus à l’abri des ruses de l’adversaire. C’est à ce titre que le Seigneur leur dit : Prenez garde, Satan s’approche inévitablement de ceux qui le gênent, cherchant un moyen de les faire taire, ou de les faire tomber.

     

    Tout ce qui est arrivé à Israël, aux patriarches et autres nous sert d’exemple ! Nous avons donc l’avantage d’être prévenus et la responsabilité d’agir en conséquence.

    Nous réclamons une vie pleine et entière dans le Seigneur, ce qui est louable et glorieux car cela correspond à la volonté de notre Père. Notre Père répond favorablement à cette demande en augmentant notre sanctification, comme il est écrit : vous serez saints comme votre Père ! Mais à l’instar d’Israël, dont la sanctification était acquise à la sortie du désert, il n’y a donc plus de place pour le profane, pour les oeuvres stériles et vaines du monde, plus de place pour les alliances douteuses ou adultères avec les valeurs et puissances de ce monde. Soyons convaincus que si c’est le cas, c'est-à-dire si notre sanctification est avancée et que nous optons pour quelques travers du monde ou travers religieux, et si nous estimons que certains compromis sont acceptables, alors nous apportons du profane dans le sacré ! Alors les « réactions » dues à l’incompatibilité entre le profane et le sacré risquent de ne pas se faire attendre…

     

    Veillez, dit le Seigneur ! Attention à ce que vous pourriez laisser s’installer dans vos communautés, dans vos familles, dans vos foyers, en vous-mêmes : des esprits d’Anania et Saphira, de Zimriy et Kozbiy, jusqu’à évoluer en Juda ishqérioth qui fut soudainement submergé par un démon et vendit son Maitre. Attention aux apports de valeurs adultères et douteuses, même anodines. Soyons sobre, le chemin de la perdition est large et permet de nombreuses fantaisies qui ne sont pas appuyées sur la Parole mais sur des discours d’hommes. Le chemin qui mène à la vie est étroit ; même s’il est glorieux il ne permet pas, et de moins en moins, les écarts vis-à-vis de la Vérité.

     

    Un feu ou une plaie, sous différentes formes, peut apparaître dans nos communautés. Les choses se dégradent. Nous disons alors : Satan nous attaque ! Soit. Ne se serait-il pas emparé d’un élément profane, d’une pensée devenue acte qui ne relève pas de la Parole, que nous n’avons pas eu à coeur d’éradiquer avec le même zèle qu’un Piynéhas ? (Toute proportion gardée).

     

    Combien de fois ne faisons-nous pas de compromis, parce que cela nous plait, parce que nous répugnons à mettre les choses au clair… etc ? Et le mal ou la plaie augmente sans que nous fassions de relation de cause à effet !

    Si par la grâce du Seigneur, nous veillons, et ne laissons pas le profane pénétrer nos assemblées et nos vies, comme nous devons apprendre à ne pas permettre à qui que ce soit de se servir pernicieusement d’une erreur passée d’un frère ou d’une soeur désormais sous le sang du Seigneur, pour désarmer l’assemblée, si nous résistons, avec une foi ferme, comme Piynéhas, l’adversaire s’éloignera. La plaie cessera. Et comme Piynéhas, nous recevrons un sacerdoce à perpétuité.

     

    Un peuple, un Chef, un projet…  

     

    Bientôt le peuple d’Israël prendrait possession de la terre promise. Cela ne se ferait pas sans combat ; un recensement évaluera les forces d’Israël à environ 600 000 hommes pouvant tenir des armes. Ce nombre de population comptabilisée en sortie du désert est le même que le nombre relevé en sortie d’Égypte 40 ans plus tôt.

    Nous pourrions penser : Mais si Élohim est tout puissant, ne peut-IL pas faire évacuer les populations idolâtres qui tiennent le pays sans qu’il soit nécessaire de combattre ? La terre est sous la domination du Prince de ce monde, Satan. Il s’est accaparé des populations locales et les a fait prospérer alors qu’Israël était en Égypte, puis dans le désert. Le pays était même peuplé par les enfants d’Anaq, des géants. L’adversaire ne connaissait-il pas le dessein divin ? Oui, tous connaissaient les promesses faites à Abraham, à Isaac, à Jacob. Le combat était inévitable. Comme de nos jours lorsque Théodor Herzl invitait les Juifs à retourner en Éréts Israël, immédiatement des populations arabes réinvestirent les lieux inoccupés au fur et à mesure que des Juifs y revenaient. L’affrontement s’imposerait tôt ou tard.

    HWHY est Élohim de justice. A travers ses enfants, et pour ses enfants, IL témoigne de son Nom. IL laissera donc ses adversaires se soumettre ou se mettre en bataille. N’est-ce pas ce qu’IL fit avec Pharaon ? Cependant HWHY mène les batailles à sa façon, de telle manière que chacun y perçoive sa signature, et que l’on comprenne que la bataille ne mettait pas uniquement des éléments humains en présence, mais bien des puissances spirituelles dont HWHY est le vainqueur.

    Revenons à l’époque de notre parachah, et aux temps préalables à l’entrée en Kénaan. Le futur partage du pays fut entériné en fonction de la population de chaque tribu. Les lévites qui n’avaient pas d’héritage dans le pays, car Élohim est leur héritage, furent recensés séparément. Néanmoins les filles d’Israël non mariées et sans frère firent valoir leur droit à l’héritage de leur père auprès d’Élohim. Cette requête leur fut accordée comme « raison ». Corrélativement nous nous posons la question de la participation à l’héritage d’Israël de toute « la populace » qui sortit d’Égypte avec les enfants d’Israël. Ceux-là étaient intégrés à une des tribus où ils furent accueillis, adoptés, et bénéficièrent aussi des promesses faites au tout Israël. Ces mesures appliquées à l’héritage du Royaume ne sont pas sans nous rappeler les caractéristiques de l’Alliance Nouvelle en Yéshoua : il n’y a plus ni grec, ni juif, ni homme, ni femme, ni esclave ni libre…Mais un peuple unique « Israël » qui est au bénéfice des promesses divines.

    Ce n’est guère réjouissant d’avoir travaillé toute sa vie à un objectif dont nous nous trouvons écartés au moment de sa concrétisation ! Cependant ce fut le sort du grand mais humble Moshéh, il ne sera pas celui qui fera entrer le peuple d’Israël dans le Royaume. Celui qui fera entrer le peuple dans le Royaume s’appellera : Yéhoshoua, (Josué) ce qui signifie HWHY sauve. Yéhoshoua est la forme initiale de Yéshoua.

     

    Moshéh fut un grand serviteur, comme put l’être Yohanan hamatbil (Jean le baptiseur), mais il n’était pas le vrai « sauveur » le vrai Roi. Symboliquement et prophétiquement, ce sera Yéhoshoua (Yéshoua) celui qui a accompagné Moshéh depuis la sortie d’Égypte, qui aura l’honneur de l’intronisation du Royaume… Mais celui qui sera 1500 ans plus tard le Yéshoua de Golgoltha, n’était-IL pas déjà l’accompagnateur de Moshéh dans le désert sous la forme de celui qui marchait devant Israël ? L’ange de Sa face :

     

    « Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé. Tiens toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix ; ne lui résiste point, parce qu'il ne pardonnera pas vos péchés, car mon Nom est en lui. Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis et l’adversaire de tes adversaires. Mon ange marchera devant toi…. » (Exode 23 :20)  

     

    Ces choses mises au point, HWHY rappela aux enfants d’Israël le projet messianique qu’ils avaient à porter.

     

    Messianisme et sacerdoce  

     

    Le messianisme était-il alors déjà perçu, même de manière ténue, dans la Torah ? Le rabbinat le perçoit sous la plume de Moshéh à travers le discours de Bilam le prophète des nations :

     

    « Je le verrai, mais pas maintenant ; je le regarderai, mais pas de près. Une étoile fait route de Yaaqov, et un rameau se lève en Israël… » (No. 24:17)

    Ce qui est à nos yeux une confirmation, toutefois déjà annoncée à Avraham lors de l’épisode de la ligature de Yitshaq (Isaac) :

     

    « Et Avraham dit, mon fils, Élohim se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste. Et ils allaient les deux ensemble. » (Ge. 22:8)  

     

    L’Adon Yéshoua rappellera Lui-même plus tard :

     

    « Avraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour ; et il l’a vu, et s’est réjoui. » (Jn. 8:56)  

     

    Le rappel du sacerdoce par les saintes convocations termine notre parachah. 5

     

    La recherche d’Élohim, la sanctification de la terre, la réconciliation par le témoignage des « qorbanoth » (sacrifices, offrandes) accompagneront toujours les événements du calendrier d’Élohim. C’est une prescription pour toutes les générations.

    Ce n’est pas un hasard si nous retrouvons ici, avant l’entrée dans le territoire de Kénaan, le rappel prioritaire de ce calendrier, qui n’est autre que la planification prophétique des grands évènements de la rédemption. Nous reprendrons ci-dessous et pour y réfléchir les points principaux des « qorbanoth » accompagnant les fêtes de HWHY.

     

    1) Chaque jour, matin et entre les deux soirs

    2) Chaque shabbat

    3) Aux nouvelles lunes (début du mois biblique)

    4) A Péssah (le 14 du 1er mois)

    5) Aux matsoth (pains sans levain du 15 au 21 du 1er mois)

    6) A Shavouoth (le lendemain du 7e Shabbat après la Gerbe)

    7) A Yom Thérouah (clameurs – le 1er jour du 7e mois)

    8) A Kippour (expiation – le 10e jour du 7e mois)

    9) A Soukkoth (Cabanes- du 15 au 21 du 7e mois) + 1 journée « huitième » le 22 qui garde toute sa signification !

     

    À chacune de ces « qorbanoth » correspondent un ou des animaux offerts en « Olah », c'est-à-dire en holocauste, où l’animal est entièrement consumé au feu et s’élève en fumée. Il est accompagné de fleur de farine sans levain pétrie à l’huile, et de libation de vin. Ce sont des sacrifices de « bonne odeur »… leur fréquence ou répétition est autant quotidienne qu’hebdomadaire, mensuelle et annuelle. Telle était l’invitation faite aux prêtres qui officiaient pour le peuple. C’est un sacerdoce dont l’activité se voulait en somme « permanente » et rehaussée en certaines occasions à dessein prophétique.

     

    Maintenant posons-nous la question : Ne sommes-nous pas conviés à un sacerdoce royal ? En quoi consisterait ce nouveau sacerdoce au regard des obligations citées ci-dessus ?

    « Rejetant donc toute malice et toute fraude, et l’hypocrisie et l’envie, et toutes médisances, désirez ardemment, comme des enfants nouveau–nés, le pur lait intellectuel, afin que vous croissiez par lui à salut, si toutefois vous avez goûté que le Seigneur est bon ; duquel vous approchant comme d’une pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse auprès d’Élohim, vous–mêmes aussi, comme des pierres vivantes, êtes édifiés une maison spirituelle, un sainte sacrificature, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Élohim par Yéshoua haMashiah. Parce qu’on trouve dans l’écriture, Voici, je pose en Sion une maîtresse pierre de coin, élue, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. » (1 Pi. 2:1-6)  

     

    « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Élohim notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Élohim, et aussi un seul médiateur entre Élohim et les hommes, Yéshoua Messie homme, qui s’est donné lui–même en rançon pour tous. C’est là le témoignage rendu en son propre temps. » (1 Ti. 2:1-6)  

     

    « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions d’Élohim, à présenter vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Élohim, ce qui est votre service intelligent. » (Ro. 12:1)  

     

    N’avons-nous pas affaire ici, à travers ces versets, à l’expression renouvelée d’un sacerdoce permanent, à un sacerdoce qui accompagne toujours la vision prophétique, là où vont ceux qui suivent l’Agneau d’Élohim partout où IL va, pour accomplir Sa volonté ?

     

     Shabbat Shalom vé-shavoua tov 

    Source: http://blog.qehila.info/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Paracha Chéla'h Lekha « Envoie pour toi-même (des explorateurs) » - Nombres 13 : 1 à 15 fin.

     

    torah tzitzit tsitsit franges 01Dans l’étude de Torah de ce Shabbat du 2 juillet 2016, la paracha se termine par un commandement apparemment anodin, malheureusement très peu connu chez près de deux milliards de chrétiens mais qui, comme chaque ordonnance du Dieu vivant, n’est pas aboli et regorge de bénédictions spirituelles. Comme nous le verrons dans cette étude consacrée au tzitzit (franges), ce commandement est loin d’être une simple prescription vestimentaire comme certains le pensent…

    Effectivement, nous étudions ici la Parole de Dieu et il serait inconcevable de penser que le Maître de l’univers puisse y consigner quelque chose de vain et inutile, voué à disparaître. Lorsqu’un commandement de Dieu nous semble petit, il s’agit de bien garder à l’esprit cette maxime des sages d’Israël :

    « Ne considère pas la petitesse du commandement mais la grandeur de celui qui te l’a donné ».

    Avant de rentrer dans le vif du sujet, regardons à nouveau le verset qui introduit ce commandement des tsitsit dans une traduction française courante (Louis Segond 1910) :

    « L’Éternel dit à Moïse : Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur qu’ils se fassent, de génération en génération, une frange (Tsitsit) au bord de leurs vêtements, et qu’ils mettent un cordon bleu sur cette frange du bord de leurs vêtements. Quand vous aurez cette frange, vous la regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l’Éternel pour les mettre en pratique, et vous ne suivrez pas les désirs de vos cœurs et de vos yeux pour vous laisser entraîner à l’infidélité. Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. Je suis l’Éternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Egypte, pour être votre Dieu. Je suis l’Éternel, votre Dieu. » (Nombres 15 : 38-41)

    Regardons une version plus proche de l’hébreu que nous garderons pour la suite de l’étude, une traduction du Houmach (5 livres de Moïse) faites par le rabbin Jacques Kohn :

    « Parle aux Fils d’Israël, tu leur diras, ils se feront des tsitsit (franges) sur les coins de leurs vêtements, pour leurs générations, ils donneront sur le tsitsit du coin un cordon d’azur. Ce sera pour vous un tsitsit, vous le verrez, vous vous souviendrez de toutes les mitsvot (commandements) de Hashem (l’Éternel), vous les ferez, et vous ne vous égarerez pas derrière votre coeur et derrière vos yeux, après lesquels vous vous prostituez, afin que vous vous souveniez, vous ferez toutes mes mitsvot, vous serez saints pour votre Elohim »

    Rachi nous fait un très intéressant commentaire qui est une bonne introduction à la grandeur de ce commandement :

    « J’ai découvert ceci dans les écrits de Rabi Mochè Hadarchan : Pourquoi le paragraphe relatif au « ramasseur de bois » fait-il immédiatement suite à celui relatif à l’idolâtrie ? Pour indiquer que celui qui profane le Shabbat est comme un adorateur d’idoles, car l’observance du Shabbat équivaut à celle de toutes les mitsvot. De même est-il écrit : « Et tu descendis sur le mont Sinaï, et tu donnas à ton peuple la Torah et les mitsvot, et tu leur fis connaître ton saint Shabbat » (adapté de Né‘hémia 9, 13 et 14). De même le paragraphe relatif aux tsitsit fait-il immédiatement suite aux deux précédents car leur observance équivaut à celle de toutes les mitsvoth, comme il est écrit : « afin que vous vous souveniez, vous ferez “toutes” mes mitsvot » (verset 40) »

    Effectivement, comme l’enseigne les sages d’Israël, dans La Torah de Dieu, rien n’est laissé au hasard et bien souvent, dans la succession même des versets et des chapitres se cachent des messages et des enseignements fondamentaux. Ici, nous voyons que l’apparente petitesse du commandement du tsitsit semble en réalité cacher une montagne. C’est ce que cette étude tache de démontrer.

    « Quand vous aurez cette frange, vous la regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l’Éternel pour les mettre en pratique ». 

    Ici, le lien est clairement fait avec les commandements de Dieu.

    Regardons ce qu’enseigne le livre « Mon Choul’han Aroukh de poche » édité par Torah-Box :

    « Ces franges, spécialement tissées et filées, ont pour but de nous rappeler les commandements de la Torah. On peut accomplir ce commandement en se procurant un Talith Katane, que l’on porte sous la chemise (Note Thomas : Un Talith Katane est un vêtement spécial (comme un t-shirt) qui dispose de 4 coins sur lesquels sont fixés les tsitsit). Il est vivement recommandé de s’en procurer un car on accompli ainsi un commandement à chaque instant où l’on s’en revêt.

    Celui qui est attentif à ce commandement recevra une aide du ciel pour ne pas fauter. Il apaisera le courroux divin et jouira de la lumière divine. A chaque fois que l’on se revêt d’un talith, il faut être conscient que l’on accomplit la volonté de Dieu et penser au but de ce commandement, à savoir, de se souvenir des commandements de Dieu pour les mettre en pratique »

    La sagesse de Dieu déployée dans sa Torah est infinie et si subtile. Par exemple, un échantillon de cette sagessetzitzit-gematria infinie apparaît ici dans la constitution même du tsitsit :

    La Torah de Dieu comporte 613 commandements. Un tsitsit est composé de 8 fils et de 5 nœuds.  Les sages d’Israël font remarquer une chose dès plus intéressante : en hébreu, la valeur numérique du mot tsitsit est de 600. Rajoutez à cela les 8 fils et les 5 nœuds et vous obtenez précisément le nombre 613 qui correspond à tous les commandements de la Torah, ce qui est précisément en rapport avec le commandement des tsitsit dont le but est de nous aider à suivre et à observer les lois parfaites de Dieu ! Magnifique !

    Yéshoua (Jésus), les tsitsit (franges) et les sages d’Israël

    Premièrement, rappelons une chose : si nous sommes les disciples d’un Rabbi Juif du nom de Yéshoua, qui de plus est, est le Messie d’Israël en personne, alors, juifs et non juifs qui confessent croire en son nom, sont appelés à en être les imitateurs et à suivre intelligemment et non comme des insensés, son exemple de vie. Les juifs connaissent bien ce principe qui consiste à imiter l’exemple de vie de leur maître et en théorie, tous les chrétiens s’accordent également la-dessus ainsi qu’il est dit au sujet du Messie:

    « Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché luimême. » (1 Jean 2:6)

    Ainsi, que dit la Brit Hadasha (alliance renouvelée) sur le commandement des tsitsit et que nous montre Yéshoua à ce sujet ? C’est très simple : Les textes nous montrent très clairement que Yéshoua lui même portait les tzitzit (franges), ce qui semble logique dans la mesure où il s’agit ici d’un commandement de son Père que le Messie honorait et observait avec soin comme il est dit : « Je fais toujours ce qui lui est agréable. » (Jean 8.29) et encore : « Tu as prescrit tes ordonnances, Pour qu’on les observe avec soin. » (Psaumes 119:4)

    De plus, rappelons encore et encore que Yéshoua, en Matthieu 5.17-19, recommande ouvertement à ses disciples de suivre la Loi de Dieu.

    Dieu a permit que les Évangiles nous communiquent un puissant message à ce sujet. Regardons les versets dans lesquels nous voyons Yéshoua porter les tsitsit, fidèlement au commandement de son Père :

    « A ce moment, une femme qui souffrait d’hémorragies depuis douze ans, s’approcha de lui par derrière et toucha LA FRANGE (tsitsit) de son vêtement. ET CETTE FEMME FUT GUÉRIE à l’heure même. » (Matthieu 9:20)

    « Ils le suppliaient de leur permettre simplement de toucher LA FRANGE (tsitsit) de son vêtement. Et TOUS CEUX QUI LE TOUCHAIENT ÉTAIENT GUÉRIS. » (Matthieu 14:36)

    « Partout où il se rendait, dans les villages, les villes, les campagnes, ils apportaient les malades sur les places publiques et le suppliaient de leur permettre de toucher ne serait-ce que LA FRANGE (tsitsit) de son vêtement. Et tous CEUX QUI LA TOUCHAIENT ÉTAIENT GUÉRIS. » (Marc 6:56)

    Il est très intéressant de méditer ce qu’enseignent les sages d’Israël au sujet des franges afin de faire le rapprochement avec l’Evangile :

    « Les franges sont suspendues comme une ligne de vie qu’il nous appartient de saisir à pleines mains. »

    N’est-ce pas précisément ce qu’a fait la femme à la perte de sang en saisissant les franges du Messie ? Le Rav Kaplan explique :

    « C’est ce que veulent dire nos sages lorsqu’ils affirment « celui qui observe les commandements saisit la présence divine. Telle est la signification des franges. »

    yeshoua jesus femme perte sang frangeYéshoua observait parfaitement les commandements de Dieu et il était effectivement rempli de la présence divine et ainsi, les tsitsit qu’il portait n’était pas de simples morceaux de tissu mais devenaient de véritables lignes de vie que la femme à la perte de sang a su saisir par la foi et le résultat fut instantané : elle fut guéris !

    La Torah est spirituelle et lorsque nous obéissons avec un coeur sincère aux commandements de Dieu, la Torah transcende ce monde et vient s’habiller et s’incarner concrètement dans la matière pour sublimer et sanctifier la création ! Magnifique !

    Une fois encore, n’en déplaise aux détracteurs, nous voyons à quel point les enseignements des sages d’Israël sont véritables et viennent parfaitement compléter, expliquer et approfondir les enseignements de l’alliance renouvelée !

    La leçon semble claire : les Écritures veulent ici attirer notre attention sur des bénédictions évidentes découlant de l’observation de cette ordonnance : Les tsitsit, qui représentent les commandements de Dieu, viennent nous apprendre que l’observation des commandements de Dieu apporte la guérison, protège, délivre et bénit.

    Ce n’est pas sans raison que Paul, cet expert de la loi dira : « L’observation des commandements de Dieu est tout » (1 Cor 7.19)

    Attention toutefois : Ce commandement n’est évidemment pas à prendre comme un « grigri magique » mais comme une prescription que l’on suit par conviction, compréhension, obéissance et amour : c’est seulement avec cette disposition de coeur que ce commandement est en mesure d’apporter la bénédiction.

    Ne perdons surtout pas de vue l’essentiel : La femme à la perte de sang a surtout reçu la guérison par sa foi dans le Messie Yeshoua car c’est en s’approchant de Dieu et de son Messie, par la foi, que nous recevons la guérison. Ce n’est pas la foi dans les franges qui ont guéri cette femme mais cependant, le lien est ici fait : la foi en Yeshoua cumulée à l’observation des commandements de Dieu sont absolument complémentaires et indissociables pour saisir la vie, comme l’Ecriture nous le montre de Genèse à Apocalypse.

    Le commandement nous dit : « Parle aux Fils d’Israël, tu leur diras, ils se feront des tsitsit (franges) … vous serez saints pour votre Elohim »

    Ici ce verset nous montre clairement que l’observation de ce commandement est intimement lié à la sanctification que chaque croyant est tenu de rechercher comme il est dit :  « Rechercher la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12.14).

    Ainsi, comme le rappelle le Rabbi Yonah de Gerone, ici encore, nous comprenons mieux les paroles des sages lorsqu’ils disent conformément à la Torah :

    « Les tzitzit ajoutent de la sainteté à l’homme, comme il est dit à leur sujet : « afin que vous vous souveniez et que vous accomplissiez tous mes commandements et que vous soyez saints pour votre Dieu (nombre 15-40) » Or, bien que ce commandement ne s’applique qu’à un vêtement à quatre coins (et que celui qui n’a pas ce vêtement, il n’est pas tenu d’en acheter un), nos sages disent qu’il sera puni en période de malheur pour ne pas avoir désiré acquérir la beauté et la récompense de la mitzva (commandement) en cherchant à se soumettre à cette ordonnance, c’est-à-dire en achetant un vêtement à quatre coins pour y placer des tzitzit (Mena’hot 41a) »

    Qui doit observer ce commandement ?

    Lorsqu’il est dit « Parle aux Fils d’Israël », nous voyons clairement que cette ordonnance est directement destinée à l’ensemble du peuple de Dieu. Malgré cela, une large partie du monde chrétien rétorque : « ce commandement n’est que pour les juifs, pour Israël mais pas pour nous, nous sommes sous la grâce, non sous la loi, et patati et patala » !

    Et bien, ce n’est pas ce que l’Ecriture enseigne. Ici, le commandement des tsitsit est donné à l’ensemble du peuple d’Israël sur lequel les convertis des nations sont censés venir se greffer avec humilité et respect envers leurs frères aînés !

    Or, nous le savons, les commandements de Dieu sont donnés au peuple d’Israël qui est la postérité d’Abraham ainsi qu’il est dit : « Dieu dit à Abraham : c’est d’Isaac que sortira une postérité qui te sera propre. » et aussi, au sujet de la terre d’Israël : « N’est-ce pas toi, ô notre Dieu, qui as chassé les habitants de ce pays devant ton peuple d’Israël, et qui l’as donné pour toujours à la postérité d’Abraham qui t’aimait ? » (2 Chroniques 20.7)

    Ainsi, tout authentique chrétien, qu’il soit juif de chair ou non juif de chair, par la révélation du Messie dans sa vie, parmoses-israel peuple la repentance et par la foi en Yéshoua, appartient à la postérité d’Abraham ainsi qu’il est dit : « Et si vous êtes au Messie, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. » (Galates 3:29) et encore : « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Yéshoua le Messie; » (Galates 3.26)

    Un chrétien rentre dans l’alliance de Dieu et il est donc tenu de se soumettre à Dieu et à ses commandements avec joie, foi et amour, nékouda (point final). Sinon, il y a un sérieux problème qui est souvent double : 1) Il est trompé par de fausses doctrines 2) Il porte le nom de chrétien mais n’en est pas un car il ne met pas en pratique la parole de Dieu et malgré les avertissements, il ne change pas, démontrant la supercherie de sa conversion et de sa foi.

    Une histoire vraie qui démontre la bénédiction des tsitsit

    Plus que toutes autres explications à ce sujet, voici une preuve et une application directe de ce qui vient d’être dit, à travers une histoire rapportée dans le livre « Mon Choul’han Aroukh, tours d’horizons des pratiques des lois de Dieu », avec à la clé, une histoire vraie merveilleuse montrant l’importance d’observer le plus petit des commandements :

    « Le commandement des Tzits-Tzits consiste à placer certaines franges à tout habit à quatre coins. Ces franges, spécialement tissées et filées, ont pour but de nous rappeler le commandement de la Torah. De nos jours, de tels habits à quatre coins sont rares et peu portés. On peut tout de même accomplir ce commandement ou se procurant un Talith Katane, que l’on porte sous la chemise. Il est vivement recommandé de s’en procurer, car on accomplit ainsi un commandement à chaque instant où l’on s’en revêt. Celui qui est attentif à ce commandement recevra une protection du ciel pour ne pas fauter. Il apaisera aussi le courroux divin et jouira de la lumière divine.

    Vous pensez qu’il s’agit d’une loi simplement vestimentaire et dépassée ? Grave erreur, chaque commandement est spirituel et a avant tout un impact spirituel. Lisez bien cette histoire vraie si vous n’êtes pas convaincu :

    « Un adolescent fut atteint d’un cancer et commença un traitement de radiothérapie. À l’hôpital, l’infirmière lui expliqua qu’il devait mettre une tenue stérile et qu’il ne pouvait garder ses habits.
    À la grande peine du garçon, cette nouvelle tenue ne lui permettait pas de portez son habits à quatre coins avec les franges (Talith Katane).

    Pour combler ce manque, lors de la séance suivante, notre jeune ami apporta avec lui un Talith propre et soigneusement plié afin de pouvoir porter ses franges.
    Il espérait ainsi accomplir ce grand commandement même pendant les soins, et bénéficier ainsi de multiples protections et faveurs de la part de l’Éternel. (Note Thomas : Notez qu’il a accompli ce commandement par obéissance et amour envers Dieu et non par légalisme ou dans l’espoir qu’il serait ainsi sauvé au jour du jugement !)

    Mais l’infirmière était catégorique : Elle ne voulait en aucun cas autoriser le port de ce vêtement. La discussion ne mena à rien, tout deux restant sur leurs positions. Le garçon s’installa sur l’un des bancs en essayant de trouver une solution. Soudain, un professeur passa près de lui et lui demanda ce qu’il faisait là. L’adolescent raconta les faits et le professeur promit qu’il allait essayer de convaincre l’infirmière.

    croire miracle guerison hashem dieu torahIl partit et revint quelques minutes plus tard, tout excité : « Tu ne sais pas quel miracle tu viens de vivre. En parlant avec les infirmières, j’en ai profité pour vérifier les réglages et l’intensité des radiations. J’ai constaté une grave erreur.

    Je ne respecte pas les commandements de Dieu, mais je peux t’affirmer que ta détermination pour garder les commandements a épargné ta vie. »

    Cette histoire a été racontée par le Rav Zilberstein et a été rapportée dans l’un de ses livres. En consultant ce livre, le malade a téléphoné pour préciser que, contre toutes les prévisions des médecins, il est aujourd’hui (trois ans plus tard) entièrement guéri et marié, Barouh HaShem (Grâce à Dieu) !

    Conclusion : Veux-tu une place proche du Tout-Puissant ?

    Le Seigneur des armées, nous invite à rechercher la sanctification du corps, de l’âme et de l’Esprit. Que cela soit nos vêtements, notre nourriture, notre repos, notre travail, nos loisirs, nos fêtes, nos relations, nos paroles, notre culte à Dieu : tout est sanctifié par la Torah de l’Eternel qui nous indique ce qui est agréable à Dieu et comment sanctifier notre vie et ce monde comme il est dit : « Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Matthieu 6.9)

    Ainsi, les tsitsit sont une marque posée sur nos vêtements comme un signe de notre relation particulière avec Dieu et démontrant que nous acceptons de nous soumettre à Sa Parole et à Ses commandements magnifiques.

    Mais les tsitsit, comme le démontre cette étude, ne sont pas qu’un signe ou qu’un simple morceau de tissu : observé correctement et conformément à la volonté de Dieu, ce commandement augmente la sainteté, attire des bénédictions spirituelles, nous élève et nous aide dans notre marche avec Dieu.

    Celui qui est fidèle dans les petites choses, le sera aussi dans les grandes nous enseigne le Messie d’Israël. Le livre de l’apocalypse promet à celui qui garde la foi en Yéshoua et qui garde les commandements de Dieu, que Dieu « fera de lui une colonne dans le temple de Dieu » et qu’ainsi, il sera tout près de la face de l’Éternel pour l’éternité.

    Pour conclure cette étude, donnons la parole au Rav Eliaou Hassan qui nous rapporte une petite anecdote riche en enseignement dans son livre « la paracha » et qui vient confirmer une fois encore ce que nous enseigne le passage du livre de l’apocalypse vu précédemment :

    « Lorsque le Gaon de Vilna s’apprêtait à quitter ce monde, il se mit à pleurer. On lui demanda : « pour quelle raison versez-vous des larmes ? » Il répondit qu’il avait de la peine de quitter un monde aussi cher, dans lequel il était possible d’acquérir tellement de commandements et de Torah, alors que dans le monde futur, même s’il donnait tous ses mérites, il n’aurait plus aucune possibilité d’accomplir voir même un seul commandement. Ici-bas, il suffit de quelques petites pièces pour accéder à la grandeur de voir en face la présence divine.

    (Note Thomas : c’est bien ce que nous enseigne le Messie Yéshoua en disant : « amassez-vous des trésors dans le ciel » (Matthieu 6.19), ce qui signifie obéir à Dieu et observer avec un coeur bien disposé le plus grand nombre de commandements afin d’accumuler un trésor dans le monde futur car après la mort et le jugement, il sera trop tard).

    On lui demanda de quel commandement il s’agissait ? Il répondit : le commandement des tzitzit ! En effet, il esttzitzit enseigné dans Mena’hot 43b : « Rabbi Shimon Bar Yohaï dit : celui qui prend garde au commandement des tzitzit méritera de recevoir la face de la présence divine. Comme nous l’apprenons des versets suivants :

    « Ce sera pour vous un tzitzit, vous le verrez lui (Otho)… » et il est écrit là-bas : « C’est l’Éternel ton Dieu que tu dois craindre et c’est Lui que tu dois servir (Otho). » (Deutéronome 6 : 13). »

    Nous trouvons aussi un autre intéressant commentaire rapporté dans le Houmach et qui vient compléter ce qui vient d’être dit :

    « Egalement, on a enseigné au nom du Rabbi Méir : « Il n’est pas écrit « vous « les » verrez » mais « vous « le » verrez ». Cela nous apprend que celui qui accompli la Mitsva des tsitsit est comme s’il accueillait la Chekhina (présence divine) car l’azur ressemble à la mer, la mer ressemble au Ciel, et le Ciel ressemble au trône de gloire. Par conséquent quand l’homme voit les tsitsit il se souvient du Maître du monde et verra la face de la présence divine. » 

    Mais également, dans les prophéties de la fin des temps, nous voyons clairement apparaître encore les tsitsit d’une manière riche en enseignement. Selon les prophéties bibliques, dans l’ère messianique, le peuple de Dieu jouira d’une position unique de direction morale (Ésaïe 2).

    Le Rav Kaplan, pose la question et répond :

    « Mais qui, parmi eux, sera en mesure d’exercer une telle autorité ? Quels sont ceux qui seront jugés aptes à répandre la Parole de Dieu vers le reste du monde ? Nos sages nous enseignent que ces êtres d’élite seront ceux qui observeront avec soin le commandement des tsitsit, comme l’a prédit le prophète : « En ces jours-là, dix hommes de toute langue, de toute nation, saisiront le pan de l’habit [contenant les tsitsit, porté par] un seul individu lehoudi (Juif) en disant : Nous voulons aller avec vous, car nous avons entendu dire que Dieu est avec vous ! »

    Le Rav Eliaou Hassan termine :

    « Beaucoup, en négligeant les commandements de Dieu, imaginent alléger leur fardeau en jouissant des plaisirs de ce monde, mais en vérité ils s’enfoncent dans la matière en étouffant leur âme et toute possibilité d’accéder au bonheur. Celui au contraire qui amasse tous les commandements qu’il peut, nourrit son âme et apporte un bien-être profond à son être. Vous gagnerez beaucoup plus que tout ce que vous pouvez imaginer. »

    Oui, c’est bien ce que le Messie Yéshoua enseigne : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » (Matthieu 19.17) et aussi : « Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 25.29)

    moshe_tzitzit crainte dieu hashemNe courrez pas le risque de vous retrouver nu devant le Seigneur au jour du jugement en suivant toutes ces personnes « dont la crainte qu’ils ont de Dieu n’est qu’un précepte de tradition humaine » (Ésaïe 29.13). Ces personnes combattent ceux qui observent la loi du Dieu vivant.

    Nous sommes dans cette période de la fin des temps où Dieu restaure la vérité, où la réforme protestante se précise, change, mute et laisse place à la réforme messianique, au retour aux racines véritables ; la démarcation s’accentue entre ceux qui observent les commandements de Dieu et ceux qui persistent à suivre, par orgueil, les commandements d’hommes et les fausses doctrines, de peur de perdre leur crédibilité devant les hommes, ou de perdre leur influence, leur richesses, etc.

    Il est un fait avéré : Plusieurs personnes portant le nom de « chrétiens », chassant des démons au nom de « Jésus », guérissant les malades, sont les mêmes qui combattent directement et frontalement ceux qui observent la Loi de l’Eternel : ces choses doivent arriver, elles sont prophétiques et annoncées dans la Parole de Dieu : c’est un grand test que permet Dieu.

    Tous les miracles les plus prodigieux ne doivent pas nous impressionner. Si ces miracles viennent confirmer la Parole de Dieu et ses oracles vivants, gloire soit alors rendue à son Nom, réjouissons-nous ! Mais si la personne qui les pratique enseigne à abolir le plus petit des commandements de Dieu, c’est à dire à aller vers d’autres dieux : il s’agit en vérité d’un faux prophète ou d’un faux docteur mal formé et trompé par de faux enseignements que Dieu utilise pour nous éprouver afin de voir si nous l’aimons de tout notre coeur comme il est dit :

    « S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant : Allons après d’autres dieux – des dieux que tu ne connais point – et servons-les ! Tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est l’Eternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme. Vous irez après l’Eternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui. » (Deutéronome 13)

     

    Au sujet des faux prophètes, nous vous recommandons vivement cette étude : Les véritables Fruits du faux prophète face à la Torah du Dieu d’Israël – Paracha Reeh & Chofetim (Deutéronome 11.26 à 21.9) : http://www.rencontrerdieu.com/project/les-veritables-fruits-du-faux-prophete-face-a-la-torah-du-dieu-disrael-paracha-reeh-chofetim-deuteronome-11-26-a-21-9/

    Source: http://www.rencontrerdieu.com

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

    Par Guy Vallée

     

    PARACHA                                  "BEHAÂLOTEKHA"     Quand Tu Feras Monter 


                                                             "BAMIDBAR"              Nombres   8 :  1 à 12 : 16

    HAFTARAH                                   "ZEKHARYAH"          Zacharie   2 : 10 à  4 :   7 

    BRIT’HADASHA                           "MATTHITYAHOU"  Matthieu 17 :  1 à 13 

      

    Dans la paracha de la semaine dernière, Elohim demande à Moïse de faire de même pour les fils de Guerschon, et les fils de Merari, le dénombrement depuis l’âge de trente ans et au dessus, jusqu’à l’âge de cinquante ans, ainsi que leur fonction dans la tente d’assignation.

    Notre paracha de cette semaine commence avec les instructions données à Moïse pour la disposition de la Ménorah « Chandelier ».

    PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

    NOMBRES 8 : 1-2  1 L’Eternel parle à Moïse, et dit :

    2  Parle à Aaron, et tu lui diras: Lorsque tu placeras les lampes sur le chandelier, les sept lampes devront éclairer en face. 

    Nous avons appris dans la paracha Térouma ; que Elohim avait demandé à Moïse de fabriquer une Ménorah « Chandelier », qu’elle soit faite d’une seule pièce en or battu.

    La lumière de ce Chandelier se situait dans le Mishkan « Tabernacle », cette Ménorah  représentait Yeshoua « Jésus », nous le comprendrons par la suite, car nous savons qu’Il est la lumière du monde, et qu’Il est aussi le chemin.

    Elohim avait demandé que cette lumière éclaire en face, elle devait montrer la direction que devait prendre les enfants d’Israël pour entrer dans la terre promise. Cette lumière éclaire le chemin que nous devons suivre.

    PSAUMES 119 : 105  Ta Parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.

    PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

    Yeshoua est La Parole, Il est aussi La Lumière.(voir Jean 1).

    Dans la partie de la Haftarah, un ange dans une vision, montre au prophète Zacharie un chandelier tout en or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, il y avait à droite et à gauche de la Ménorah deux oliviers.

    Le prophète pose des questions à l’ange sur cette vision, et il renvoie Zacharie à la Parole qu’avait adressé Elohim à Zorobabel.

    Nous devons rappeler que Zorobabel était gouverneur de Juda, et avait pour mission de reconstruire le temple du Seigneur.

    Le temple de Elohim avait été détruit, le pays était en ruine, le prophète Agée s’adressa à Zorobabel et à Josué, pour rebâtir la maison de l’Eternel.

    Il les encouragea en leur disant qu’Il sera avec eux, et restera fidèle à l’alliance faite avec eux quand ils sortiront d’Egypte, que Son Esprit sera au milieu d’eux, et qu’ils n’auront rien à craindre.

    AGEE 2 : 23  En ce jour-là, dit l’Eternel des armées, Je te prendrai, Zorobabel, fils de Schealthiel, Mon serviteur, dit l’Eternel, et Je te garderai comme un sceau ; car Je t’ai choisi, dit l’Eternel des armées.

    La question de Zacharie à l’ange est : "Quelle est la signification du chandelier, et des deux oliviers à ses cotés ?".

    La réponse de l’ange est : "Comment Elohim a utilisé Zorobabel pour reconstruire Son temple ?".

    ZACHARIE 4 : 6-7 6 Alors il reprit et me dit : C’est ici la Parole que l’Eternel adresse à Zorobabel : Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par Mon Esprit dit l’Eternel des armées.

    7  Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel ? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations : Grâce, grâce pour elle ! 

    En lisant ce passage nous pouvons dire que c’est Elohim qui reconstruit Son temple.

    Il en est de même pour le chandelier qui devait être fabriqué d’une seule pièce.

    La montagne de ruines qui était l’obstacle majeur, a été aplanie, et la pierre principale a été posée.

    ACTES 15 : 16 Après cela, Je reviendrai, et Je relèverai de sa chute la tente de David, J’en réparerai les ruines, et Je les redresserai.

    Qui réparera les ruines de la tente de David ?

    C’est Yeshoua.

    Au temps des prophètes, la pierre d’angle d’un nouveau sanctuaire était prise sur les ruines d’un ancien sanctuaire, et le roi conviait le peuple à une cérémonie.

    MATTHIEU 21 : 42 Jésus leur dit : N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue La principale de l’angle ; C’est du Seigneur que cela est venu, et c’est un prodige à nos yeux ?

    Qui est la pierre d’angle ?

    C’est Yeshoua « Jésus »

    A la lumière des écritures, nous réalisons que la réponse de l’ange, montre que le chandelier est la préfiguration de Yeshoua qui établira la nouvelle cité qui ne sera pas fait de mains d’hommes.

    Il ne viendra pas avec le niveau à la main comme Zorobabel, mais avec un roseau d’or comme mesure.

    Les deux oliviers  à chaque côté de la Ménorah:

    PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

     Beaucoup de noms sont souvent cités, mais nous nous laisserons guider par les écritures, inspirées par le Rouah Ha'Kodesh « le Saint-Esprit ».

    ZACHARIE 4 : 11-14  11 Je prie la parole et je dis : Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche ?

    12  Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis : Que signifient les deux rameaux d’olivier, qui sont près des deux conduits d’or d’où découle l’or ? 

    13  Il me répondit : Ne sais-tu pas ce qu’ils signifient ? Je dis : Non, mon seigneur. 

    14 Et il dit : Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre.

    A deux reprises le prophète pose la question à l’ange, que signifient les deux rameaux d’olivier ?

    Nous savons que dans la bible, l’olivier représente Israël, donc les deux rameaux sont détachés de l’olivier « Israël ».

    Dans l’Apocalypse les deux rameaux sont les deux témoins qui se manifesteront avant la grande tribulation.

    Ils prophétiseront afin que tous les gouvernements, et tous les peuples soient informés des choses à venir.

    Elohim demande à Moïse de faire deux trompettes afin d’informer le peuple sur certaines dispositions.

    NOMBRES 10 : 1 1 L’Eternel parla à Moïse et dit :

    2 Fais-toi deux trompettes d’argent ; tu les feras d’argent battu. Elles te serviront pour la convocation de l’assemblée et pour le départ des camps.

    PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

    Différents sons étaient utilisés en fonction des évènements.

    Rassemblement de tout le peuple ; deux trompettes.

    Rassemblement des responsables ; une trompette.

    Levée du camp ; les deux trompettes.

    Les trompettes sont aussi utilisées lors des fêtes.

    Aujourd’hui nous pouvons dire que les trompettes sonnent, pour ramener les peuples sur le droit chemin, la Parole est proclamée aux quatre coins du monde, afin que chaque peuple soit conscient des évènements à venir.

    Selon la définition du dictionnaire un témoin est une personne qui certifie ou qui peut certifier ce qu’elle a vu ou entendu.

    Alors qui peut être ces témoins ?

    APOCALYPSE 11 : 3 – 4 et 6    3   Je donnerai à Mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours.

    4 Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de le terre.

    6 Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne tombe point de pluie pendant les jours de leur prophétie ; et ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaie, chaque fois qu’ils le voudront.

    Nous savons que ces deux oliviers sont les deux témoins ; ils sont israélites.

    Elie est le prophète qui pouvait arrêter la pluie.

    Moïse est le prophète qui pouvait changer les eaux en sang, et frapper la terre de toute espèce de plaie.

    Ils sont aussi des témoins du passé, Moïse est celui qui a reçu la Torah et qui a conduit la première assemblée.

    Elie a été un prophète et un instrument entre les mains de Elohim qui a combattu les dieux cananéens, ses actions ont été suivies de nombreux prodiges et miracles, il a été enlevé dans un tourbillon.

    Il est le prophète qui dans les temps messianiques annoncera la prochaine venue du Mashia’h (Le Messie).

    Yeshoua après leur avoir dit qu’Il reviendrait dans la gloire de Son Père, avait pris trois de Ses disciples avec Lui sur la montagne, Pierre, Jacques et Jean Son frère. Ils ont vu Yeshoua avec à Ses côtés Moïse et Elie.

    PARACHA BEHAÂLOTEKHA "QUAND TU FERAS MONTER"

    La préfiguration de la Ménorah avec les deux chandeliers à ses côtés, pourrait bien répondre à cette vision.

    MATTHIEU 17 :  3 Et voici, Moïse et Elie leur apparurent, s’entretenant avec Lui.

    Elie était déjà venu lors de la première venue de Yeshoua .

    Et il reviendra lors de Sa prochaine venue.

    MATTHIEU 17 : 11-12 11 Il répondit : Il est vrai qu’Elie doit venir, et rétablir toutes choses.

    12 Mais Je vous dis qu’Elie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils ne l’ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l’homme souffrira de leur part.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Nasso signifie « fais faire » - Nombres 4 : 21 à 7 : 89

     

    « Je ne suis pas sans la loi de Dieu, étant sous la loi du Messie » (Paul, 1 Corinthiens 9.21)

    paull loi abolition torahIl est un fait évident : les épîtres de Paul comportent plusieurs points difficiles à comprendre et nos traductions modernes n’arrangent pas les choses. Parmi ces points difficiles, il y a certains enseignements de Paul très subtils au sujet de l’étroite relation qu’il y a entre la loi et la grâce qui, s’ils sont mal compris, peuvent entraîner de terribles fausses doctrines destructrices  et les mots sont pesés : mal interpréter la Parole de Dieu et persister dans cette voie est une chose très dangereuse.

    Pierre, un des apôtres du Messie, nous avertit que les personnes mal affermies n’hésiteront pas à tordre le sens des écrits de Paul pour leur propre ruine : En effet, sans mâcher ses mots, Pierre déclare qu’il y a dans les lettres de Paul « des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine » (2 Pierre 3.16).

    Effectivement, interpréter hâtivement les lettres de Paul d’une manière non conforme au reste des Écritures est une chose dangereuse qui ne se trouve que chez ceux qui sont ignorants, mal affermis et orgueilleux : c’est par orgueil que de telles personnes enseignent ce qu’il ne faut pas enseigner et c’est bien pour cela que Pierre nous montre quel sera le sort finale de ceux qui tordent le sens des Saintes Écritures : la ruine, comme il est dit : « L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute » (Proverbes 16:18).

    Comme dit la sagesse du Roi Salomon, il n’y a rien de neuf sous le soleil et « S’il est une chose dont on dise : Vois ceci, c’est nouveau ! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés » (Ecclésiaste 1.10). Ainsi, aujourd’hui encore, exactement comme dans les siècles qui nous ont précédés et comme il y a plus de 2000 ans, plusieurs personnes comprennent mal certains passages des Ecritures et des lettres de Paul tels que « mort à la loi », « justification par les oeuvres de la loi », « sous la loi » etc, et ces personnes pensent et enseignent que Paul incitait les croyants à ne plus observer la loi de Dieu donnée à Moïse.

    Bien heureusement, la sagesse de Dieu ayant prévu ce type d’accusation, l’Écriture ne nous laisse pas sans réponse et y répond d’une manière brillante et limpide qui nécessite de connaitre un minimum la loi de Moïse afin de bien cerner la réponse éclatante que les disciples de l’église primitive apportent à toutes les générations qui feraient l’erreur d’imaginer que l’enseignement de Paul inciterait à ne plus observer la loi de Moïse.

    Dans le chapitre 21 du livre des actes, nous voyons Paul se rendre chez Jacques à Jérusalem. « Tous les anciens s’y réunirent » et, « Après les avoir salués, il raconta en détail ce que Dieu avait fait au milieu des païens par son ministère. » (Actes 21 : 18-19).

    Après avoir glorifiés et loués Dieu pour les merveilles qu’il a fait au milieu des païens, plusieurs frères prirent alors la parole pour informer Paul d’une terrible fausse rumeur qui se répandait parmi les juifs à son sujet : « Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi (Torah). Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. »

    Craignant que cette dramatique fausse rumeur se répande, les frères ont l’idée d’un plan qui permettra de fermer définitivement la bouche à tous ceux et celles qui répandraient ces fausses rumeurs sur Paul, « et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi. » (Actes 21.24).

    Notez bien ce que dit ici le texte : « TOUS » verront que Paul se « conduit en observateur de la loi. ».

    Une première question se pose : voyez-vous Paul se conduire en observateur de la Loi ou croyez-vous qu’il enseigne à renoncer à Moïse ?

    Voici donc en quoi consiste le plan que les frères ont proposé à Paul permettant ainsi d’anéantir définitivement toute fausse rumeur au sujet de son enseignement : « Fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un voeu; prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leur dépense, afin qu’ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi. » (Actes 21.23-24)

    Que signifie « Purifie-toi avec eux » ? Que signifie « Pourvois à leur dépense » ? Et que signifie « Afin qu’ils se rasent la tête » ?

    Pour bien comprendre ces choses et mieux saisir en quoi consiste leur plan, il est nécessaire de regarder plus en détailpsaumes 119 torah rouleau modce qu’enseigne la loi de Moïse au sujet de ce que l’on appelle en hébreu un « Neder Nazir », c’est à dire un voeu de nazir qu’un homme fait devant l’Eternel. Les lois sur les voeux de nazir se trouvent dans la paracha Nasso étudiée dans le monde entier ce shabbat du 18 juin 2016. Il y a encore une fois d’innombrables trésors de sagesse contenus dans les lois relatives aux voeux de Nazir mais ce n’est pas l’objet de cet article.

    Voici le texte, avec en ROUGE, les passages en lien avec notre texte d’actes 21 :

    « Voici la loi du naziréen : Le jour où il aura accompli le temps de son naziréat, on le fera venir à l’entrée de la tente d’assignation. Il présentera son offrande à l’Eternel : un agneau d’un an et sans défaut pour l’holocauste, une brebis d’un an et sans défaut pour le sacrifice d’expiation, et un bélier sans défaut pour le sacrifice d’actions de grâces; une corbeille de pains sans levain, de gâteaux de fleur de farine pétris à l’huile, et de galettes sans levain arrosées d’huile, avec l’offrande et la libation ordinaires. Le sacrificateur présentera ces choses devant l’Eternel, et il offrira sa victime expiatoire et son holocauste; il offrira le bélier en sacrifice d’actions de grâces à l’Eternel, outre la corbeille de pains sans levain, avec l’offrande et la libation. Le naziréen rasera, à l’entrée de la tente d’assignation, sa tête consacrée; il prendra les cheveux de sa tête consacrée, et il les mettra sur le feu qui est sous le sacrifice d’actions de grâces. Le sacrificateur prendra l’épaule cuite du bélier, un gâteau sans levain de la corbeille, et une galette sans levain; et il les posera sur les mains du naziréen, après qu’il aura rasé sa tête consacrée. Le sacrificateur les agitera de côté et d’autre devant l’Eternel : c’est une chose sainte, qui appartient au sacrificateur, avec la poitrine agitée et l’épaule offerte par élévation. Ensuite, le naziréen pourra boire du vin. Telle est la loi pour celui qui fait voeu de naziréat; telle est son offrande à l’Eternel pour son naziréat, outre ce que lui permettront ses ressources. Il accomplira ce qui est ordonné pour le voeu qu’il a fait, selon la loi de son naziréat. » (Nombres 6)

    Ainsi, ce passage d’actes 21, combiné avec ce passage de nombre 6, fait clairement apparaître quelques stupéfiantes vérités qu’il conviendrait de méditer : des années après la résurrection du Messie, Paul, conduit par l’Esprit et en accord avec ses frères de foi, se rend au temple avec les 4 hommes qui ont fait le voeu de Nazir afin de pourvoir à leur dépense pour qu’ils se rasent la tête et apportent les offrandes (sacrifices) et ceci dans le but de montrer à tous que Paul et ses frères observent la loi de Dieu donnée à Moïse :

    « Alors Paul prit ces hommes, se purifia, et entra le lendemain dans le temple avec eux, pour annoncer à quel jour la purification serait accomplie et l’offrande présentée pour chacun d’eux. » (Actes 21.26).

    Les offrandes dont il est question pour le voeu de Nazir sont principalement des sacrifices comme nous venons de le lire dans la Torah en nombres 6.

    Certains pensent que Paul aurait agit par ruse afin de ne pas éveiller la fureur des juifs qui gardent la Torah. Ceci est faux, Paul n’était pas un hypocrite et n’agissait pas par ruse : il vivait ce qu’il enseignait et ne vivait pas dans la dissimulation et l’hypocrisie. D’ailleurs, il convient de préciser qu’un peu plus tôt, Paul lui même avait fait un voeu de Nazir et avait parfaitement observé la loi à ce sujet :

    « Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s’embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s’être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu. » (Actes 18.18)

    Egalement, on se rappelle de ce que Paul déclara pour sa défense devant le gouverneur Felix : « Je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes. Après une absence de plusieurs années, je suis venu pour faire des aumônes à ma nation, et pour présenter des offrandes. C’est alors que quelques Juifs d’Asie m’ont trouvé purifié dans le temple, sans attroupement ni tumulte. » (Actes 24.16)

    Il convient de préciser une chose car plusieurs pourraient être déroutés par les vérités ici exposées : Paul n’avait aucun problème avec les sacrifices d’animaux dans le temple car il observait la loi de Dieu avec un coeur bien disposé et avait compris une chose essentielle : Telle la guérison apportée par le serpent d’airain, seul le sacrifice de Yéshoua sauve et purifie de tout péché celui qui croit en Lui mais les sacrifices des animaux, en tant que « ombres et images » de ce qui est céleste, ont une valeur et un impact spirituel en tant que symbole et culte, ce qui est encore différent :

    « Le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices » (Hébreux 10.3)

    et encore : « Presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Le Messie n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. » (Hébreux 9.22-24) ;

    « Il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (Hébreux 9.11-12)

    C’est dans ce contexte qu’il est dit : « la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses » (Hébreux 10.1) car effectivement, seul le sacrifice du Messie et son sang précieux et parfait sont en mesure de purifier la conscience de tout péché et d’offrir la rédemption tant attendue et espérée par l’humanité, « c‘est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit : Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute: Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. » (Hébreux 10.15)

    Ce sont ici des choses profondes et glorieuses mais en aucun cas, cela annule le moindre iota de la loi de Dieu et le moindre commandement. Effectivement, sachant que « le péché est la transgression de la loi divine » (1 Jean 3.4), « si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? Car nous connaissons celui qui a dit : A moi la vengeance, à moi la rétribution ! et encore : Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. » (Hébreux 10..26-31)

    Attention donc ! Paul a accepté d’observer les lois de nazir avec les 4 hommes mentionnés en actes 21 dans le but de prouver à sa génération et à toutes celles à venir une chose capitale : en tant que disciple de Yéshoua, Paul est un fidèle observateur de la loi de Moïse (Torah) qu’il respecte et met en pratique comme il est dit à son sujet : « tu te conduis en observateur de la loi. » C’est ce même Paul qui dira sans ambiguïté : « Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. » (Philippiens 3.17). Il est évident que beaucoup de chrétiens modernes, s’ils voyaient un homme croyant en Yéshoua apporter un sacrifice au temple après avoir fait un voeu de Nazir, ils le taxeraient d’homme charnel et légaliste, déchu de la grâce : c’est ainsi qu’ils jugeraient ce Paul qu’ils prétendent suivre… Pourtant, des années après la résurrection, c’est bien ce que Paul a fait : observer la loi de Moïse. Il y a ici une grande leçon.

    Evidemment, pour les païens qui viennent tout juste de se convertir et de découvrir la bonté de Dieu et de son pardon ecriture torah bible saine doctrineen Yéshoua, Les apôtres n’ont jamais exigé de mettre immédiatement en pratique toute la Torah de Dieu pour être sauvé, ce qui serait impossible à respecter et reviendrait à annuler le sacrifice parfait du Messie ! Non, les apôtres y vont lentement, petit à petit : ils imposent aux païens quelques lois fondamentales très importantes dans le judaïsme : « A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité. » (Actes 21.25) : Ceci est le minimum requis en début de conversion mais cela n’a jamais signifié que le convertis des nations devrait s’arrêter là et se reposer sur ses lauriers ! Pour la suite, le convertis doit étudier la parole de Dieu, la Torah, et la mettre en pratique avec l’aide de Dieu, selon ses capacités.

    Ainsi, Paul accepta d’observer les lois de Nazir avec les 4 hommes afin d’empêcher quiconque de tenir pour profane le sang de l’alliance renouvelée et de fouler au pied le Fils de Dieu. Effectivement, Paul savait que si l’on commençait à enseigner que la foi en Yéshoua conduisait à abandonner et à renoncer à la Loi de Dieu donnée à Moïse, et que le salut que Dieu offre à ceux qui croient en Son Fils leur permettait d’abolir la loi de Dieu et le moindre iota de la loi, alors, un tel enseignement profanerait le sang de l’alliance et c’est ainsi que la voie de la vérité serait calomniée ; c’est ici l’avertissement de Pierre :

    « Il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. » (2 Pierre 2.3)

    Bien malheureusement, aujourd’hui encore et malgré les avertissements, de nombreuses personnes qui se nomment pasteurs et enseignants, à cause de leur mauvaise compréhension de ces points difficiles à comprendre contenus dans les lettres de Paul, enseignent l’abolition de la loi de Moïse, une loi qui selon eux serait dépassée, caduc et obsolète ; une loi que le chrétien n’aurait plus à observer, ce qui est une dramatique erreur responsable de nombreux maux : Un peuple sans loi, et à plus forte raison sans la loi divine, est un peuple sans discernement et en proie à toute sortes de maux et de tromperies comme nous le voyons aujourd’hui.

    Le diable sait que « la Loi de Dieu restaure l’âme » (Psaumes) et qu’elle est une source de bénédiction pour les enfants de Dieu et c’est ainsi que satan, par l’intermédiaire de ses faux apôtres et de ses faux ouvriers, a réussi à faire croire à une large partie du monde chrétien que la loi de Dieu était caduc, privant ainsi une partie du peuple de Dieu de la véritable saine doctrine qui elle seule, grâce à Dieu et avec l’assistance de son Esprit, permet de marcher dans la pureté et la sanctification.

    C’est au sujet de ces faux docteurs que Jude dira : « Ils changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et renient notre seul maître et Seigneur le Messie Yéshoua. » (Jude 1.4)

    Les conséquences et le jugement sera terrible car les avertissements de Dieu sont nombreux, Sa grande patience arrive à son terme et le jugement du Seigneur commencera par sa propre maison.

    Le prophète Jérémie fera entendre la plainte de l’Eternel au sujet de tous ces faux docteurs et faux prophètes qui n’enseignent pas la vérité au peuple de Dieu, laissant de nombreux croyants dans une fausse confiance et une fausse sécurité :

    « Ils ont méprisé ma loi (…) Ils ont abandonné ma loi, Que j’avais mise devant eux; ils n’ont point écouté ma voix, Et ils ne l’ont point suivie » (Jérémie 6.19 ; 9.13)

    « Je n’ai point envoyé ces prophètes, et ils ont couru; Je ne leur ai point parlé, et ils ont prophétisé. S’ils avaient assisté à mon conseil, Ils auraient dû faire entendre mes paroles à mon peuple, Et les faire revenir de leur mauvaise voie, De la méchanceté de leurs actions (…) Voici, dit l’Eternel, j’en veux à ceux qui égarent mon peuple Par leurs mensonges et par leur témérité; Je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d’ordre, Et ils ne sont d’aucune utilité à ce peuple, dit l’Eternel. » (Jérémie 23)

    « Parce que vous n’avez pas écouté la voix de l’Eternel, et que vous n’avez pas observé sa loi, ses ordonnances, et ses préceptes, c’est pour cela que ces malheurs vous sont arrivés, comme on le voit aujourd’hui. » (Jérémie 44.23)

    Ainsi, c’est bel et bien dans le livre des actes que Paul démontre à toutes les générations, qu’il se conduit en observateur verite mensonge bible torah loi evangilede la loi de Moïse ! Paul, aujourd’hui encore, en tant qu’observateur de la loi de Moïse, lance ce cri à tous ceux qui se réclament de Dieu : « Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs. » (1 Corinthiens 4.16)

    Et vous, qu’allez vous décider ? Suivre les doctrines d’hommes et faire dire à Paul ce qu’il n’a jamais dit ou faire téchouva (repentance) et suivre enfin les voies de Dieu consignées dans sa Torah parfaite et merveilleuse ainsi que l’a demandé le Messie lui-même ?

    Répondez dans les commentaires, votre position nous intéresse !

    Une étude de Thomas, sur la paracha de la semaine, paracha Nasso, nombres 4.21 à 7.89.

    Source: http://www.rencontrerdieu.com

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"

    Par Guy Vallée:

     

    PARACHA            " NASSO"                     Fais Le Relevé 

                                                      "BAMIDBAR"         Nombres  4 : 21 à  7 : 89  

    HAFTARAH                            "SHOPHETIYM"  Juges        13 :  2 à 25 

    BRIT’HADASHA                    "EPHESIOS"          Ephésiens  1 : 1 à 14 

     

    Notre paracha de la semaine dernière Bamidbar « Dans le désert », s’est terminée par le dénombrement des fils de Kehath parmi les enfants de Lévi, depuis l’âge de trente ans et au-dessus, jusqu’à l’âge de cinquante ans, ainsi que leur fonction dans la tente d’assignation.

    NOMBRES 4: 21 L'Éternel parla aussi à Moïse, en disant: 22 Fais aussi le compte des enfants de Guershon, selon les maisons de leurs pères, selon leurs familles.

    Nous avons vu dans la paracha Bamidbar, comment étaient organisés dans leur fonction les descendants de Lévi.

    Les Guerschomites qui sont les descendants du fils aîné de Lévi, Guerchom, avaient le soin de la tente d’assignation, le tabernacle et la tente et tous les ustensiles.

     Les kéhathites, descendants de Kehath, ils avaient le soin de l’arche, la table, le chandelier, les autels, les ustensiles du sanctuaire.

    -      Les mérarites, descendants de Merari avaient le soin des planches du tabernacle, ses barres, ses colonnes, et leurs bases, tous ses ustensiles, et tout ce qui en dépend. 

    Aaron et sa descendance étaient chargés de présenter les sacrifices, Ils avaient la garde et le soin du sanctuaire, remis aux enfants d’Israël. 

    Le dénombrement des lévites qui avait été demandé à Moïse concernait tous les hommes d'un mois et au-dessus, et cette fois Elohim demande de faire un dénombrement par clan, tous les hommes âgés de trente ans et plus.

    Les fils de Kehath, 2750 hommes ; les fils de Guerschom, 2630 hommes ; et les fils de Merari ; 3200 hommes ; soit un total de 8580 hommes en mesure d’exercer une fonction.

    De cette organisation se présentaient trois groupes bien distincts, avec un chef à la tête de chacun. 

    PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"

    Ils étaient installés autour du Mishkan « Tabernacle ».

    Moïse Aaron et ses fils étaient installés devant l’entrée.

    Chacun de ces groupes avait une responsabilité, Moïse devait affecter chaque homme à un service bien défini.

    NOMBRES  4 : 49   On en fit le dénombrement sur l’ordre de l’Eternel par Moïse, en indiquant à chacun le service qu’il devait faire et ce qu’il devait porter ; on en fit le dénombrement selon l’ordre que l’Eternel avait donné à Moïse.

    Cette organisation devait faire réfléchir chacun de nous, dans notre vie communautaire.

    Nous ne pouvons pas servir notre Seigneur dans le désordre, dans la mésentente, la religiosité.

    Chacun doit être à sa place, avec le respect de l’un envers l’autre, car le service nous ne le faisons pas pour un homme, mais pour notre Elohim.

    Si nous croyons que Sa présence est au milieu de l’assemblée, faisons attention que le péché ne soit pas invité ce jour, car Elohim siège au milieu de la louange, mais pas au milieu du péché.

    Ses instructions sont formelles pour toute personne qui souillerait le camp.

    NOMBRES 5 : 1 - 3   1 L’Eternel parla à Moïse, et dit:

    2  Ordonne aux enfants d’Israël de renvoyer du camp tout lépreux, et quiconque a une gonorrhée ou est souillé par un mort. 

    3  Hommes ou femmes, vous les renverrez, vous les renverrez hors du camp, afin qu’ils ne souillent pas le camp au milieu duquel j’ai ma demeure. 

    Notre Seigneur ne veut pas que le péché soit là où Il a Sa demeure.

    1 CORINTHIENS 6 : 19  Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

    Dans notre engagement pour le Seigneur, les trois parties de notre être ; notre corps, notre âme, et notre esprit sont à Son service.

    PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"

     

    L’apôtre Paul nous appelle en tant que nouvelle créature, rachetée par le sang de Yeshoua « Jésus » à offrir nos corps :

    ROMAINS 12 : 1   Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.

    Comme nous sommes un peuple élu, un sacerdoce royal ; en offrant notre corps, nous offrons un sacrifice d’action de grâce, et comme nous savons que toute offrande présentée à Elohim doit être sans défaut, alors veillons à ce que notre offrande soit sincère, et aussi sans défaut. 

    Loi sur la jalousie. 

    Si un mari est saisi d’un esprit de jalousie, et a des soupçons sur sa femme qui s’est souillée, ou qu’il ait des soupçons sur sa femme qui ne s’est point souillée, Elohim donne un principe pour faire face à ce comportement. 

    Le sacrificateur prendra de l’eau sainte, mettra de la poussière sur le sol du tabernacle, il fera jurer la femme, et lui dira si aucun homme n’a couché avec toi, et que tu ne t’es point souillée, ces eaux qui emmènent la malédiction ne te seront point funeste. 

    Mais si au contraire tu te  sois souillée en couchant avec un autre homme que ton mari ; le sacrificateur fera jurer la femme avec un serment d’imprécation et lui dira : 

    NOMBRES 5 : 21 (b) – 22    21  Que l’Eternel te livre à la malédiction et à l’exécration au milieu de ton peuple, en faisant dessécher ta cuisse et enfler ton ventre,

    22  et que ces eaux qui apportent la malédiction entrent dans tes entrailles pour te faire enfler le ventre et dessécher la cuisse ! Et la femme dira : Amen ! Amen !

    En disant Amen ! Amen ! Elle confirmait son état, elle l’acceptait. 

    La racine hébraïque : Amen, veut dire croire, approuver. 

    Quand nous disons amen, c’est pour dire que nous sommes d’accord, nous confirmons. 

    Si nous n’avons pas compris, ou nous n'avons pas suivi un message, ce n’est pas parce que les autres disent amen, que l’on va répéter amen.

    Plusieurs passages dans la bible nous présentent HYHW comme un Elohim (Dieu) jaloux. 

    NOMBRES 20 : 5  Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car Moi, l’Eternel, ton Dieu, Je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui Me haïssent,

    PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"

    JOSUE  24 : 19 Josué dit au peuple : « Vous ne pourrez pas servir le Seigneur, car c’est un Dieu saint, c’est un Dieu jaloux qui ne supportera pas vos révoltes et vos péchés.

    Cette Parole pourrait nous choquer si nous ne comprenons pas son sens. 

    Cette jalousie n’est pas liée au péché de jalousie, Elohim n’envie pas les autres, car tout Lui appartient, mais c’est plus un geste d’amour, et de respect de ce qu’Il représente pour chacun de nous. 

    Il est jaloux quand nous donnons à quelqu’un d’autre ce qui Lui est propre. 

    JACQUES 4 : 5  Croyez-vous que l’Ecriture parle en vain ? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’esprit qu’Il a fait habiter en nous.

    Ce commandement montre bien que l’Elohim est unique, ce n'est qu'à Lui seul que revient toute la louange, et toute l’adoration. 

    Qanna en hébreux veut dire jaloux, qui peut aussi dire exclusivité, Il est le seul qui puisse être adoré. 

    Les Paroles de Bénédiction. 

    Elohim donne un commandement à Aaron et à ses fils et dis, vous bénirez ainsi les enfants d’Israël, vous leur direz : 

    NOMBRES 6 : 24 - 27  Que l’Eternel te bénisse, et qu’Il te garde !

    25  Que l’Eternel fasse luire Sa face sur toi, et qu’Il t’accorde Sa grâce ! 

    26  Que l’Eternel tourne Sa face vers toi, et qu’Il te donne la paix ! 

    27  C’est ainsi qu’ils mettront Mon Nom sur les enfants d’Israël, et Je les bénirai. 

    Le mot hébreu berekh se traduit par bénir ; et berakha, bénédiction. 

    Elohim ordonne à Aaron et ses fils de bénir les enfants d’Israël en leur prononçant ces bénédictions : 

    Que l’Eternel te bénisse, et qu’Il te garde

    Que l’Eternel fasse luire Sa face sur toi, qu’Il t’accorde Sa grâce 

     Que l’Eternel tourne Sa face vers toi, et qu’Il te donne la paix 

    A travers de ces Paroles Elohim transmettait aux enfants d’Israël Sa grâce, Sa prospérité, Sa miséricorde, Sa joie, Sa protection, Son amour. 

    Aaron et ses fils en recevant cette bénédiction pour le peuple, étaient un canal utilisé par Elohim pour bénir les enfants d’Israël. 

    Il dit c’est ainsi qu’ils mettront Mon Nom sur eux et Je les bénirai. 

    EPHESIENS 1 : 3   Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !

    Yeshoua « Jésus » est le canal par lequel nous recevons la bénédiction, quand nous nous adressons à Lui, nous recevons la bénédiction qui vient du Père. 

    C’est pour cela qu’Il nous dit : 

    JEAN 14 : 13  et tout ce que vous demanderez en Mon Nom, Je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 

    Nous observons que Elohim demande à Aaron et ses fils de proclamer la Parole, « vous leur direz». 

    C’est quand la Parole est proclamée, que le Nom de Elohim est mis sur les enfants d’Israël et que Elohim les bénisse. 

    Nous devons faire attention à ce qui sort de notre bouche : 

    PARACHA NASSO  "FAIS LE RELEVE"

    JACQUES 3 : 10  De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi.

    Nous sommes aussi des canaux utilisés par Elohim pour bénir les autres, apprenons à proclamer la Parole de Elohim pour que Son Nom soit appliqué sur eux, et qu’Il les bénisse.

     

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • PARACHA : BAMIDBAR "DANS LE DESERT"

    Par Guy Vallée

    PARACHA                       "BAMIDBAR"                        Dans le désert 

                                               "BAMIDBAR"   Nombre        1 :  1 à   4 : 20 

    HAFTARAH                    "HOSHEA"        Osée               2 :  1 à 25

    BRIT’HADASHA            "HIZZAYON"    Apocalypse  21: 10 à 22

     

    Notre paracha de la semaine dernière Bé Houqotaï « Selon Mes lois », nous a parlés des bénédictions qui sont pour ceux qui obéissent aux lois divines, et les malédictions pour ceux qui n’obéissent pas à ces lois.

    Elohim promet si Ses commandements sont respectés : la prospérité matérielle, la sécurité  et la paix dans le pays.

    Mais si ils ne sont pas  respectés, et que Son alliance est rompue, Il promet l’exile, la domination des autres peuples, le pillage des récoltes, la fièvre et promet de les livrer aux mains de leurs ennemis.

    PARACHA : BAMIDBAR "DANS LE DESERT"

    Mais Elohim dit aux enfants d’Israël quand ils seront dans le pays de leurs ennemis, Il ne les rejettera point, Il ne les abandonnera point, Il se souviendra de Son alliance  avec Jacob, Isaac, et Abraham.

    Notre paracha de cette semaine : Bamidbar ; qui veut dire "Dans le désert", est aussi le nom donné au quatrième livre de la Torah, « Nombre ». 

    Elohim prépare Son peuple dans le désert.

    Elohim commença par conduire Moïse dans le désert après qu’il ait tué un Egyptien.

    C’était pour Lui le meilleur moyen de le façonner, car dans le désert on est face à la solitude, on est déconnecté de ce monde avec toutes ses facilités.

    Moïse avait été élevé dans la noblesse de l’Egypte, et pour accomplir la mission qu’allait lui confier Elohim, il fallait qu’il se débarrasse de tous ce qu’il avait reçu de l’Egypte, et qu’il apprenne à vivre dans le désert.

    C’est dans ce lieu de solitude que nous recherchons Elohim, car nous avons l’impression d’être abandonné de tous.

    Il nous met à part pour nous approcher de Lui, cela nous permet de passer plus de temps à la méditation, et à chercher Sa face.

    Notre rencontre avec le Seigneur s’est souvent concrétisée dans un désert, on cherche du soutien ne trouve pas, tout le monde nous abandonne parce que notre Seigneur veut nous apprendre à vivre d’une autre manière, en comptant sur Lui, et Lui seul.

    PARACHA : BAMIDBAR "DANS LE DESERT"

    Comme pour Moïse, quand nous passons dans le désert, c’est que notre Elohim a besoin de nous former pour nous confier une mission, car Il sait que c’est le seul lieu où nous sommes plus disponible, et plus malléable.

    Le désert est un lieu de pèlerinage, d’abandon, de remise en question, et surtout pour se rapprocher de notre Elohim.

    Quand nous suivons le Maschiah nous sommes des pierres précieuses pour Lui, et nous savons que pour obtenir une pierre précieuse, la transformation demande que la pierre soit taillée, chauffé, polie.

    Cela nous demande du courage, de la patience et de la persévérance, c’est ce que Elohim a fait avec chacune des tribus d’Israël, pour former un corps solide et harmonieux.

    Notre lecture commence avec ce commandement de Elohim à Moïse.

    NOMBRES 1 : 1 - 2   1  L’Eternel parla à Moïse dans le désert de Sinaï, dans la tente d’assignation, le premier jour du second mois, la seconde année après leur sortie du pays d’Egypte. Il dit:

    Faites le dénombrement de toute l’assemblée des enfants d’Israël, selon leurs familles, selon les maisons de leurs pères, en comptant par tête les noms de tous les mâles,

    Depuis leur sortie d’Egypte c’est le troisième recensement qu’Il leur demande de faire.

    Le premier recensement a eu lieu au moment où ils quittèrent l’Egypte, pour se rendre dans le désert.

    Le deuxième recensement s’est fait juste avant la construction du tabernacle, où les enfants d’Israël depuis l’âge de vingt ans et au dessus, devaient payer pour leur rachat un demi - sicle.

    Elohim demande à Moïse de faire le recensement de tous les hommes de 20 ans et plus en état de porter les armes.

    Il fait un choix qualitatif, ce n’est plus le nombre, mais des hommes capables d’être des militaires. Il prépare une armée car Il sait que les enfants d’Israël seront confrontés à d’autres peuples, c’est une manière de les préparer à entrer dans la terre promise.

    Elohim connait le nombre de tous les enfants d’Israël, Il connait le nombre de cheveux de notre tête, et pourtant Il demande de faire leur dénombrement.

    Cette action manifeste Son attachement, et son amour pour les enfants d’Israël, et par ce décompte, Il veut montrer l’importance qu’a chacun à Ses yeux, et même en nombre inférieur, c’est Lui qui combattra pour eux.

    DEUTERONOME 1 : 30  L’Eternel, votre Dieu, qui marche devant vous, combattra Lui-même pour vous, selon tout ce qu’Il a fait pour vous sous vos yeux en Egypte,

    Il ne veut pas que ce peuple soit comme les autres nations, et Il va mettre en place une organisation :

    NOMBRES 2 : 1-2   1  L’Eternel parla à Moïse et à Aaron, et dit:

    2  Les enfants d’Israël camperont chacun près de sa bannière, sous les enseignes de la maison de ses pères ; ils camperont vis-à-vis et tout autour de la tente d’assignation.

    PARACHA : BAMIDBAR "DANS LE DESERT"

    La Mishkan « tabernacle » se situe au centre. 

    Les douze tribus campaient tout autour du tabernacle, et étaient divisées en quatre groupes de trois, avec leur bannière.

    Le camp de Juda à l’orient, ils seront les premiers dans la marche.

    Le camp de Ruben au midi, ils seront les seconds dans la marche.

    Le camp d’Ephraïm à l’occident, ils seront les troisièmes dans la marche

    Le camp de Dan au nord, ils seront les derniers dans la marche.

    C’est l’image de ce qui se passera dans les temps messianique, ce temple sera Elohim Lui-même.

    MARC 12 : 10   N’avez-vous pas lu cette Parole de l’Ecriture : La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle ;

    Et nous retrouvons cette organisation des douze tribus, divisées en trois groupes de trois dans la nouvelle Jérusalem.

    APOCALYPSE 21 : 12 – 13   12  Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël:

    13  à l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et à l’occident trois portes.

    Moïse recense 603 550 hommes âgés de 20 à 60 ans.

    Elohim demanda à Moïse de ne pas faire le dénombrement des Lévites au milieu des enfants d’Israël.

    NOMBRES 1 : 48-49   48  L’Eternel parla à Moïse, et dit:

    49  Tu ne feras point le dénombrement de la tribu de Lévi, et tu n’en compteras point les têtes au milieu des enfants d’Israël.

    Ils étaient responsables du service du tabernacle, et campèrent autour, et étaient chargés de sa garde.

    Le dénombrement des Lévites.

    Elohim demande à Moïse de faire le recensement des enfants de Lévi depuis l’âge d’un mois et au dessus.

    Levi était l’un des douze fils de Jacob, et il eut trois fils : Guerchom, Kehath, et Merari.

    -          Les Guerschomites qui sont les descendants du fils ainé de Lévi, Guerchom, ils avaient le soin de la tente d’assignation, le tabernacle et la tente et tous les ustensiles.

    -          Les Kehathites, descendants de Kehath, ils avaient le soin de l’arche, la table, le chandelier, les autels, les ustensiles du sanctuaire.

    -          Les Merarites, descendants de Merari ils avaient le soin des planches du tabernacle, ses barres, ses colonnes, et leurs bases, tous ses ustensiles, et tout ce qui en dépend.  

    Elohim choisi Aaron et sa descendance qui est l’arrière petit fils de Lévi, descendant des Kehathites, pour assurer le sacerdoce. Ils avaient la garde et le soin du sanctuaire, remis aux enfants d’Israël.  

    La tribu de Lévite était au service du sacrificateur Aaron.

    NOMBRES  3 : 39   Tous les Lévites dont Moïse et Aaron firent le dénombrement sur l’ordre de l’Eternel, selon leurs familles, tous les mâles depuis l’âge d’un mois et au-dessus, furent vingt-deux mille.

    Le rachat des premiers nés.

    NOMBRES 3 : 40   L’Eternel dit à Moïse : Fais le dénombrement de tous les premiers-nés mâles parmi les enfants d’Israël, depuis l’âge d’un mois et au-dessus, et compte les d’après leurs noms.

    Elohim demande à Moïse de prendre les Lévites à la place des premiers nés des enfants d’Israël, de même que le bétail des Lévites à la place du bétail des enfants d’Israël.

    Les premiers nés des enfants d’Israël avant le péché du veau d’or étaient appelés à offrir des sacrifices à Elohim.

    EXODE 13 : 2  Consacre-Moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d’Israël, tant des hommes que des animaux : il M’appartient.

    Les premiers nés d’Israël ont participé à l’idolâtrie, et ont perdu leur position de sacrificateur. La tribu des Lévites, quand Moïse était sur le Mont Sinaï est restée fidèle à Elohim, et c’est pour cela qu’Il l’a honorée en lui confiant le sacerdoce.

    MATTHIEU 25 : 23  Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.

    C’est notre fidélité qui fera de nous des sacrificateurs engagés au service de notre Seigneur.

    Après avoir fait le dénombrement de tous les hommes âgés de vingt ans et plus, Elohim demande à Moïse de faire le dénombrement de tous les premiers nés des enfants d’Israël.

    NOMBRE 3 : 42 – 43     42  Moïse fit le dénombrement de tous les premiers-nés parmi les enfants d’Israël, selon l’ordre que l’Eternel lui avait donné.                       

    43  Tous les premiers-nés mâles, dont on fit le dénombrement, en comptant les noms, depuis l’âge d’un mois et au-dessus, furent vingt-deux mille deux cent soixante-treize.

    Il y a une différence de 273 entre le dénombrement des enfants d’Israël et les Lévites.

    Elohim demande à Moïse de racheter les 273 premiers nés des enfants d’Israël qui dépassent les lévites.

    Le prix fut de cinq sicles par tête, et Moïse selon les instructions de Elohim donna l’argent du rachat à Aaron et ses fils.

    Il en est de même pour nous qui à cause du péché, nous étions séparés de Elohim.

    1 PIERRE 1 : 18-19    18  Sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères,

    19  mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache,

    C’est par le sacrifice de Yeshoua « Jésus » que nous avons été rachetés et greffés à Israël.

     Dans cette partie de la haftarah ;

    Israël est considérée comme une prostituée, une épouse infidèle, et elle sera frappée par la colère de Elohim.

    Mais il ne faut pas croire qu’elle a été rejetée, comme certains le pensent  

    OSEE 1 : 10  (2-1) Cependant le nombre des enfants d’Israël sera comme le sable de la mer, qui ne peut ni se mesurer ni se compter ; et au lieu qu’on leur disait : Vous n’êtes pas mon peuple ! on leur dira : Fils du Dieu vivant !                              

    MATTHIEU 2 : 6  Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, Mon peuple.

    Quand Yeshoua « Jésus »  reviendra, le peuple Juif sera de nouveau appelé Mon peuple.

    Paul nous rappelle qui est le vrai juif:

    ROMAINS 2: 28/29  "28 Car celui-là n'est point Juif, qui ne l'est qu'au-dehors, et celle-là n'est point la véritable Circoncision, qui est faite par dehors en la chair. 29 Mais celui-là est Juif, qui l'est au-dedans; et la véritable Circoncision est celle qui est du coeur en esprit, et non pas dans la lettre; et la louange de ce Juif n'est point des hommes, mais de Dieu."

     

    PARACHA : BAMIDBAR "DANS LE DESERT"

    OSEE 1 : 11  (2-2) Les enfants de Juda et les enfants d’Israël se rassembleront, se donneront un chef, et sortiront du pays ; car grande sera la journée de Jizreel.

    Et dans les temps messianiques il y aura une restauration du peuple d’Israël, notre Seigneur reviendra vers Son peuple.

    Le prophète nous annonce une déclaration d’amour de Elohim pour le peuple de l’alliance.

    OSEE 2 : 19  (2-21) Je serai ton fiancé pour toujours ; Je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde.

     

    Shabbat Shalom /Vé/ Shavoua Tov / Que la Paix Soit avec Vous /et/ Bonne Semaine! 

     (Copie autorisée, à condition d'en redonner le texte intégral et la source.)


     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

     

    Par Guy Vallée:

    PARACHA                       "BE HOUQOTAÏ"    Selon Mes Loi

                                               "VAHYQRA"           Lévitique   26 :   3 à 27 : 34

    HAFTARAH                     "YIRMEYAHOU"   Jérémie      16 : 19 à 17 : 14 »

    BRIT’HADASHA             "ROMITH"              Romains      1 : 18 à 25

     

     Dans la lecture de la Torah de la semaine dernière, Elohim donne aux enfants d’Israël les lois sur l’année sabbatique, en Hébreu, année de la « Shemitah »

    La septième année est un Shabbat, et Elohim ordonne que la terre se repose.

    Notre paracha de cette semaine Bé Houqotaï « Selon Mes Lois », nous parle des bénédictions qui sont pour ceux qui obéissent aux lois Divines, et les malédictions pour ceux qui n’obéissent pas à ces lois.

    Elohim promet si Ses commandements sont respectés; la prospérité matérielle, la sécurité et la paix dans le pays.

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

    Mais si Ses commandements ne sont pas respectés, et que Son alliance est rompue, Il promet l’exile, la domination des autres peuples, le pillage des récoltes, la fièvre et Il promet de les livrer aux mains de leurs ennemis.

    Mais Elohim dit aux enfants d’Israël que lorsqu’ils seront dans le pays de leurs ennemis, Il ne les rejettera point, Il ne les abandonnera point, Il se souviendra de Son alliance  avec Jacob, Isaac, et Abraham.

    Elohim donna Ses lois aux enfants d’Israël pour qu’ils soient Ses témoins aux yeux des nations, et que celui qui obéit à Ses commandements, reçoit la bénédiction qui y est attachée, mais que celui qui désobéit se met sous la malédiction.

    LEVITIQUE 26 : 1   Vous ne vous ferez point d’idoles, vous ne vous élèverez ni image taillée ni statue, et vous ne placerez dans votre pays aucune pierre ornée de figures, pour vous prosterner devant elle ; car Je suis l’Eternel, votre Dieu.

    Les descendants d’Israël après plusieurs siècles passés en Egypte, avaient vécu au milieu d’un peuple idolâtre qui vénérait des idoles. Ces idoles étaient représentées par des images taillées et gravés sur des pierres, des statues etc...

    Tous les peuples que les descendants d’Israël allaient rencontrer par la suite, étaient des idolâtres, et Elohim les mettait en garde sur les conséquences d’aller vers ces idoles.

    C’est pour cela qu’Il leur dit, que lorsqu’ils prendront possession de la terre de Canaan, de détruire toutes les idoles de ce pays.

    EXODE 23 : 24  Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point ; tu n’imiteras point ces peuples dans leur conduite, mais tu les détruiras, et tu briseras leurs statues.

    En allant vers ces faux dieux, le peuple se mettait dans une situation d’adultère. Ce qui est une infidélité du peuple d’Israël envers Elohim, qui était considéré comme l’époux.

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

    L’apôtre Paul mettait en garde les corinthiens, en leur disant que les idolâtres n’hériteront pas le Royaume des cieux, il leur demandait de fuir l’idolâtrie parce qu’ils n’avaient pas abandonné leur culte des idoles.

    JEREMIE 3 : 13  Reconnais seulement ton iniquité, reconnais que tu as été infidèle à l’Eternel, ton Dieu, que tu as dirigé çà et là tes pas vers les dieux étrangers, sous tout arbre vert, et que tu n’as pas écouté Ma voix, dit l’Eternel.

    JEREMIE 13 : 27  J’ai vu tes adultères et tes hennissements, tes criminelles prostitutions sur les collines et dans les champs, J’ai vu tes abominations. Malheur à toi, Jérusalem ! Jusques à quand tarderas-tu à te purifier ?

    Malgré ce commandement donné au peuple par Elohim, cela n’a pas empêché Israël de tomber dans l’adultère.

    Aujourd’hui Elohim à travers de cette paracha, nous rappelle ce commandement pour que nous ne tombions pas dans l’adultère.

    Nous étions dans ce monde idolâtre et Il nous a enlevé, mais nous devons faire très attention, car notre ennemi connait nos faiblesses et fera tout pour nous entrainer dans l’infidélité.

    La Bible nous dit résistez au diable et il fuira loin de nous, nous avons aussi en notre possession toutes les armes spirituelles pour le combattre.

    Au temps des disciples, les hommes avaient du mal à mettre en pratique ce commandement et se laissaient entrainer dans l’idolâtrie, c'est-à-dire être infidèle à Elohim.

    Yeshoua  leur dit :

    MARC 16 : 4  Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui de Jonas. Puis Il les quitta, et S’en alla.

    Dans le monde dans lequel nous vivons, plus de deux mille ans après Yeshoua « Jésus » les choses ont-elles changées ?

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

    L’idolâtrie ne se manifeste pas seulement par un culte à des dieux représentés par des statuts de pierre ou de bois, des images ou des animaux divinisés. Elle peut se manifester par des choses ou des personnes aux quelles nous donnons la première place, avant Elohim.

    Cela peut être dans le foyer : l’époux, l’épouse, les enfants, la maison, la voiture, l’argent, les loisirs et bien autres choses que l’on fait passer avant Elohim.

    Dès que nous laissons une chose quelconque prendre Sa place dans notre cœur, cela devient une idole.

    Après que Elohim ait averti les enfants d’Israël de l’idolâtrie, Il leur donna ce commandement.

    LEVITIQUE 26 : 2  Vous observerez Mes Sabbats, et vous révérerez Mon sanctuaire. Je suis l’Eternel.

    Les Shabbat sont des rendez-vous divins fixés par Elohim ;  chaque semaine, et à chaque fête.

    En donnant ce commandement de respecter le Shabbat juste après avoir mis en garde le peuple contre l’idolâtrie, Elohim voulait  peut être leur rappeler qu’Il est aussi le créateur des cieux et de la terre.

    S’Il est reconnu à chaque Shabbat comme le créateur du ciel et de la terre, cela ne pouvait que confirmer que le peuple ne pouvait pas avoir d’autres dieux que Lui.

    Six jours dans la semaine nous vivons dans un monde profane, nous sommes confrontés à l’influence de ce monde idolâtre, mais le jour du Shabbat nous nous déconnectons de ce monde et abordons la nouvelle semaine dans un renouvellement complet.

    C’est notre obéissance et notre attachement à Elohim qui nous protègent de l’idolâtrie, et nous emmènent à Lui donner la première place.

    C’est par cette conduite que nous reconnaissons que Elohim « Dieu », est au dessus de tout ces dieux, et c’est à Lui que revient toute la gloire, toute la louange, et toute l’adoration.

    Quand nous Lui obéissons, Il nous bénit, Il est le Père qui récompense Ses enfants.

    LEVITIQUE 26 : 3 – 4   3 Si vous suivez Mes lois, si vous gardez Mes commandements et les mettez en pratique. 

    4 Je vous enverrai des pluies en leur saison, la terre donnera ses produits, et les arbres des champs donneront leurs fruits.

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

    Il nous promet la prospérité matérielle, la sécurité dans notre pays, la victoire sur nos ennemis, et de marcher au milieu de nous.

    LEVITIQUE 26 : 14   Mais si vous ne M’écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements,

    La désobéissance nous écarte de toutes Ses promesses, crée des situations défavorables ; crises financière, maladies, domination de nos ennemis.               Elohim leur averti que si, malgré cela ils ne L'écoutent pas, Il les châtiera sept fois".

    Ce mot sept fois est répété environ une trentaine de fois dans la Bible, ce qui nous emmène à une réflexion.

    Sept représente la perfection, le nombre de jours de la création. Il acheva Son œuvre le septième jour, Il le bénit et le sanctifia.

    Sept représente la bénédiction de Elohim, notre être entier est béni par Elohim, car nous sommes crées à Son image.

    Elohim est aussi le Père qui corrige, Il le fait par Amour, Il veut que Ses enfants soient un bon témoignage, et que Sa Torah soit reconnu comme le seul guide de notre vie.

    Il nous corrige, pour attirer notre attention sur ce que nous faisons qui est mauvais, et nous conduire sur la bonne voie.

    Quatre fois Elohim dit que ; Il châtiera ou frappera ceux qui ne mettent pas en pratique Ses commandements, et après quoi Il les dispersera parmi les nations, et le pays sera dévasté, et les villes seront désertes.

    LEVITIQUE 26 : 35  Tout le temps qu’il sera dévasté, il aura le repos qu’il n’avait pas eu dans vos Sabbats, tandis que vous l’habitiez.

    Cet exile était à l’origine du non respect de la Shémitah  « Shabbat de la terre, car il est dit que tout le temps que le pays sera dévasté et que le peuple se trouvera en exile, la terre se reposera. »

    PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"PARACHA  BE HOUQOTAÏ  "SELON MES LOIS"

    De même, si nous ne respectons pas ce repos, notre corps se fatiguera à la longue, et si nous faisons parti du corps de Yeshoua « Jésus », Il utilisera tous les moyens pour nous emmener à l’obéissance.

    LEVITIQUE 26 : 40   Ils confesseront leurs iniquités et les iniquités de leurs pères, les transgressions qu’ils ont commises envers Moi, et la résistance qu’ils M’ont opposée,

    Malgré notre désobéissance, la miséricorde de Elohim se manifeste envers nous, et Il promet à Son peuple dans l’exile qu’Il ne va pas les rejeter, ni les exterminer, Il ne rompera pas Son alliance.   

    1 PIERRE 1 : 3  Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon Sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts,

    EPHESIENS 2 : 4  Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés,

    Selon les écritures, Elohim par Son grand Amour a donné Son fils Yeshoua, afin que quiconque croit en Son Nom ait la vie éternelle. C’est par Son sacrifice que nous avons obtenu le pardon de nos péchés.

    Elohim se souvient de Son alliance pour faire sortir Son peuple du pays d’Egypte, aux yeux des nations pour être leur Elohim.

    Après l’exile de Babylone annoncé par le prophète Esaïe (Esaïe 44), le peuple est revenu en Judée après cinquante années d’exile. Elohim utilise le roi Cyrus 2 qui venait tout juste de conquérir la Babylone pour permettre le retour des enfants d’Israël.

    En 516 avant Yeshoua « Jésus » dès leur retour d’exil, le temple fut reconstruit.

    Le 8 septembre 70 destruction du temple par l’armée romaine.

    Le 14 mai 1948, la déclaration de l’indépendance de l’état d’Israël a été proclamée en un jour,  c’est la naissance d’un état juif en terre d’Israël, ce qui avait été annoncé par le prophète Esaïe.

    ESAÏE 66 : 8  Qui n’a jamais entendu pareille chose ? Qui n’a jamais vu rien de