• Symboles et Traditions

     

    • Yaakov, Béla Orbán

      La signification originale du mot mezouzah est: Poteau. (Exode 12,7)
      Le mot désigne cet objet, sorte de petite boîte renfermant le parchemin sur lequel les paroles de la Torah sont inscrites qui est placé sur le poteau droit des demeures juives penchées vers l’intérieur du foyer.
      Dans la Torah, nous trouvons les directives en ce qui concerne son placement: ”Écoute, Israël! l'Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.!....
       Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes." (Deutéronome 6, 4.9.)
      Elle est placée sur les poteaux des lieux d’habitation fixe et non à l’entrée des salles-de-bains, des toilettes, des garde-mangers, etc. Elle est généralement placée sur le premier tier du poteau à partir du dessus de façon à être visible et accessible.  
      L’étui peut être fait de bois, de métal, de plastique et même de pierre. La matière utilisée importe peu.  
      Ce sont plutôt les lettres y figurant qui sont fondamentales : la lettre Shin diminutif du mot Shaddaï, voire même l’inscription de Shaddaï en entier. Ce mot a plusieurs significations différentes:

      -SHADDAΪ = Tout Puissant, l’une des appellation de l’Éternel. C’est ainsi que nous signalons que notre domicile est sous Sa protection.  

      -Shomer Dalet Yisraël = Le gardien de la porte d’Israël.

      -Allusion au Psaume 91 : "Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant…"
      L’essentiel se trouve cependant renfermé à l’intérieur de l’objet : un parchemin contenant deux citations sur 22 lignes :

      -Sh'ma Yizraël..."- Écoute Israël...(Dt.6,4-9)
      -V'haya...'-Et il y aura...(Dt.11,13-21)
      Le Sh'ma déclare l’unicité de Dieu dont nous nous rappelons par la V’haya, Ses promesses et bénédictions que nous recevons si nous restons fidèles à Ses lois.

      L’ancêtre de la mézouzah, nous le retrouvons déjà avant la sortie d’ Egypte, lorsque les fils d’Israël enduisirent les poteaux de leurs demeures avec le sang de l’agneau pour échapper à la dernière plaie d’ Egypte, l’ange de la mort. Selon certains, ce ”cachet sanglant” s’est transmis sur les portes des demeures juives à travers les générations protégeant ainsi le Peuple du mal. C’est cette hypothèse que paraît renforcer le passage de la Torah inscrit sur le petit parchemin contenu dans la boîte. (voir plus haut)

      La mézouzah, en dehors d’être un remède, un médicament, sert à maintenir la foi en un Dieu dans notre conscience lorsque nous rentrons ou quittons notre maison, puisque nous touchons le texte de la Torah chaque fois que nous quittons ou regagnons notre logement.  
      La plus ancienne mezouzah qui ait été retrouvée date du début de notre ère. On en a aussi découvert lors des fouilles de Qoumrani, et même Josephus Flavius en fait mention comme étant une vieille tradition juive.  

      Le placement de la mezouzah sur la porte marque par la même occasion l’action la plus importante de la cérémonie d’inauguration de la maison (Hanuccat Habaït) car ainsi, la maison se retrouve sous la protection de Dieu, à condition bien sûr que ses habitants restent fidèles aux commandements qu’Il a donné. C’est alors que retentit la bénédiction suivante :  
      "Baruch ata Adonaj, Elohénou Melech HaOlam, asher kidshanou bemitsvotav vetsinanou likbóa mezouzah"
      "Sois bénis, oh notre Dieu Éternel, le Roi du Monde, qui nous a sanctifié par ses commandements et nous a demandé de placer la mezouzah.”


      Il y plusieurs années de cela, je me suis rendu à Somron en Samarie chez des parents.
      Il y avait une mezouzah à l’entrée principale ainsi qu’une à l’entrée de chaque pièces de sa maison. Il était naturel pour moi de toucher les mezouzah à chaque fois que je franchissais un seuil en cette demeure. Ceci était pour moi le signe que la maison est sous la protection et la souveraineté du Dieu Tout-Puissant (El Shaddaï).
      Étrangement, ce geste paraissait signaler la même couverture et protection que celle qui m’accompagne où que je sois et que j’ailles dans le monde avec Lui…
      Un sentiment de paix et de calme se développe en moi, puisque je sais que sous le protectorat de Dieu, je ne peux être qu’en sécurité même durant mon sommeil.  
      JE NE SUIS JAMAIS EN TERRE ÉTRANGÈRE ET JE NE SUIS JAMAIS SEUL !

      Un jour cependant, j’ai été étonné et je me suis mis à réfléchir…
      J’ai effleuré la mezouzah de la main droite en entrant (pas comme un fétiche, ni comme un objet de sorcellerie), mais lorsque je sortais pour aller en ville, j’en faisait de même de la main gauche, celle qui est déjà beaucoup plus près du cœur.
      Ils m’ont dit que je ne devrais pas faire cela…
      J’ai moi-même été surpris de ma propre réponse :  
      - Pourquoi ? L’endroit où je vais, n’est-il pas aussi sous l’autorité d’El Shaddaï ?
      De cette façon, en sortant de la maison, je signalais que je voulais reconnaître et accepter le règne du Tout Puissant à l’extérieur également.
      ...aujourd’hui encore, je voudrais en faire de même. Je voudrais que tous mes pas soient bénis, que je rentre ou que je sorte.  
      Ceci n’est possible que si nous vivons les Lois de Dieu partout et où que nous allions, et que nous n’ayons qu’un et un seul Dieu et Seigneur.  
      Voici ce qu’il est écrit sur le parchemin contenu dans la mezouzah :  
      Le rouleau (KLAF) nous rappelle en sortant et en entrant : "Si vous écoutez mes commandements en soumission…" (Dt.11:13-21), alors le Tout Puissant sera avec toi…
      La lettre Shin Sh. doit être la marque sur la porte du cœur de ceux qui sont soumis au Christ et aux Lois de Dieu.
      À l’extérieur comme à l’intérieur…, où qu’il vive ou qu’il se trouve.

      Une autre signification du mot mezuzah est rotation (qui tourne).
      À l’époque, le châssis  de l
      a porte n’était autre qu’une poutre qui rentrait dans le plafond et dans le sol, sur laquelle la porte était fixée en deux points et qui permettait à la porte de s’ouvrir et de se fermer faisant office d’axe de rotation.

      Une question très importante se pose alors :  
      Qui est le Seul Axe de rotation autour Duquel toute notre vie s’articule ?
      Que signifie pour nous cette mezouzah qui est accrochée à la poutre ? 

      Où pouvons-nous accrocher une mezouzah ?
      Grâce à Dieu, de plus en plus parmi nous emménagent dans de nouveaux appartements, dans de nouveaux logements.
      La question se pose alors, peut-on accrocher le signe partout où quelqu’un vit, la lettre SHIN, l’initiale du nom de Dieu (Shaddaï) comme témoignage de sa foi ?  
      La première question qui doit se poser réellement est…
      Si quelqu’un n’est pas libre de ses parents ou de qui que ce soit, et que parmi ces personnes dont il n’est pas libre, quiconque s’octroie le droit d’intervenir et de s’ immicier dans sa vie, alors ce quelqu’un a-t-il le droit d’offrir son logement à Dieu ?
      Car si quelqu’un me traite en esclave, alors tout ce que je possède lui appartient également et se trouve sous son pouvoir.
      Quelqu’un qui vit en tant qu’esclave ou ”juste” sous un règne jésabélien peut-il décider librement ?  
      Ou devrais-je d’abord être libre pour pouvoir librement remettre quoi que ce soit entre les mains de Dieu ?

      Pourquoi doit-on mettre la mezouzah ?
      Toute décision qui naît dans le cœur de quelqu’un et qui devient engagement, doit se manifester dans le monde visible, pour que les autres puissent également en être les témoins.  
      En d’autres termes, la parole prononcée en esprit doit devenir agissement dans le monde visible.  
      S’il en était pas ainsi, le mariage, la présentation du nourrisson, le baptème et beaucoup d’autres cérémonies n’auraient aucune raison d’être, puisque ces décisions ont déjà préalablement été prises devant Dieu…
      Mais où sont les témoins, les témoignages et les signes visibles extérieurement ?
      Nous ne sommes pas nés dans les cavernes comme les chauves-souris, mais bien comme le témoignage de Dieu qui doit être transmis aux hommes du monde !  
      Effectivement, même le port d'un alliance apporte une sécurité contre les adultères, puisque je signale par là que j’ai déjà pris une décision et que je suis engagé avec quelqu’un.  
      La mezouzah est aussi un décision visible et une profession de foi qui se concrétise avant tout dans notre cœur.
      Dans ce cas précis, il s’agit en outre, du signe visible de mon identification avec mon peuple, le peuple juif…

      http://kehilatshofar.com

    • - L’utilisation d’un couvre-tête ne date que de quelques siècles. À cette époque – comme à beaucoup d’autres – cette coutume se développa suite à un sentiment double.  
      A./ Au cours de l’histoire, dans beaucoup de cas et en de nombreux endroits il était obligatoire pour les juifs non seulement de vivre à l’écart de la population autochtone, mais également d'arborer
      des signes distinctifs.  
      Ce genre de signes instaurés par la chrétienté devint aussi obligatoire pour les juifs au niveau des vêtements-même, par l’obligation de porter soit un couvre-tête, soit un autre type de vêtement distinctif.  
      Plusieurs de ces décrets sont connus également en Hongrie.

      B./ Le peuple juif fidèle à la loi de la Torah qui dit : ”Ne soyez pas comme ceux des autres nations”, mettent un couvre-tête en entrant dans le temple, contrairement aux chrétiens qui se découvrent avant d’y entrer.
      Plus tard ceci devint le symbole de l’unité du peuple.  
      Malgré qu’il ne s’agisse pas d’une loi de la Torah, le port de la kipa ou du chapeau est le témoignage visible du respect de Dieu car il n’est pas permis et il est impossible de se présenter devant Lui sans se couvrir la tête.  
      Pourquoi est-ce que je porte moi-même une kipa ?
      - Je suis juif
      - Je signale ainsi à mon peuple que je lui appartiens par le sang.

      Comme beaucoup d’autres signes et symboles, la kipa aussi appartient aux juifs et sert à exprimer leur identité. Les autres la portent inutilement.

      Pour cette raison, toute personne qui n’est pas juive par son origine et qui porte une kipa en dehors d’une synagogue ou d’un culte juif, ment, puisqu’il n’est pas juif !  
      Tout comme je découvre la moi-même lorsque j’assiste à un culte chrétien, les hommes des autres nations sont obligés de mettre la kipa lorsqu’ils assistent à un culte juif par respect pour l’endroit.  

      Je ne porte pas la kipa non plus lors de mes ministères au sein de notre communauté, car celle-ci n’est pas uniquement composée de juifs. Je ne suis autorisé à exclure qui que ce soit de nos rangs par le port d’un tel signe distinctif.
      Cependant, le jour du Shabbat et lors des fêtes juives, en tant que juif, étant en communauté avec les membres de mon peuple, je signale de la sorte mon appartenance au Peuple par le port de la kipa. Cette signalisation n’est cependant pas un état de schizophrénie, de double identité ni l'oscillation entre l’une et l’autre…
      La Torah exigeait autrefois des hommes qu'ils se couvrent devant Dieu, dès lors que les prêtres servant dans le sanctuaire ne pouvaient se présenter devant Lui qu’avec la tête couverte.  
      La coutume du port du couvre-tête doit provenir du judaïsme babylonien aux alentours du 4-5ième siècle av. JC. Lorsque les sages pieux priaient, ils se couvraient la tête. Il était fréquent de les voir se couvrir de leur talith (châle de prière) pour prier. Ils symbolisaient par cet acte le fait d’être sous la couverture de la Loi et ainsi sous la protection et en la présence de l’Éternel… Cette couverture signalait à leur entourage à Qui ils appartiennent…
      http://kehilatshofar.com/

       L’étoile de David – Maguen David

      Béla Orbán, Yaakov

      Le maguen David מָגֵן דָּוִד est le célèbre bouclier

      du roi David en forme d’hexagramme

      (polygone à six angles).  
      Son origine est probablement indienne et non juive.  

      Ce n’est qu’à partir de la fin du moyen âge (surtout en Europe centrale) qu’elle devint le symbole distinctif des communautés juives.  
      Elle devint surtout très populaire lorsque Theodore Herzl la plaça en tête de son journal devenant ainsi le symbole des sionistes qui, en 1897, proposèrent de la placer sur le drapeau d’Israël.

      Il existe plusieurs explications quant à la signification de l’étoile à six branches.  
      Beaucoup de religion de nombreux de peuple ont donné maintes significations pour chaque polygone (ceux de 3-4-5-6-7-8 branches).
      Ainsi, la signification du polygone à six branches juif a surtout été donnée par la cabale qui l’utilise en tant que symbole, lui attribuant un pouvoir mystique et l’utilise d’ailleurs d’une manière occulte.

      Cependant pour nous, elle ne peut que signaler notre appartenance à notre Peuple.  

      Aujourd’hui, à la place du signe distinctif d’étoile jaune, nous l’utilisons souvent de notre propre gré pour affirmer publiquement notre identité et notre appartenance à Israël.

      Selon une théorie, les deux triangles se confondant symboliseraient la relation entre Dieu et l’homme. Celui qui vient du dessus est le triangle divin qui s’abaisse, embrasse et élève l’autre, celui qui part d’en bas et pointe vers le haut. Il s’agit réellement d’une magnifique représentation géométrique de l’אהבה (ahava) entre Dieu et le Peuple Élu. (Cet amour qui va au devant de l’autre et qui s’incline devant lui). Cela évoque également l’amour du Cantique des Cantiques, de l’Alliance immuable animé par l’amour éternel… 

          www.kehilatshofar.com

       

      • LA MENORA 
      • Yaakov, Orbán Béla 
         
         Le chandelier à sept branches apparaît dans la Bible pour la première fois dans Exode 25: 31-40. Les lévites pouvaient accomplir leurs ministères dans le lieu saint, mais dans le lieu très saint, seul le grand prêtre était autorisé à servir. La Menora avait sa place bien précise dans le Sanctuaire. Seule la lumière de la Menora éclairait le Sanctuaire. Aucun autre objet lumineux ne pouvait y être présent. Sa clarté éclairait cependant tout autour d’elle, la table des pains de proposition ainsi que le pain qui y était constamment présent symbolisant les 12 tribus d’Israël ainsi que le Corps du Christ dans son intégralité.  Il nous est toujours interdit d’apporter un feu étranger (esprits, idoles) dans la présence de Dieu où nous présenter devant lui accompagnés d’eux dès lors qu’il purifie par le feu. Cette mixité pourrait donc facilement nous coûter la vie.   Pourtant la communauté juive contemporaine continue de prononcer la prière suivante plusieurs fois par jours: C’est avec ces paroles que commence la divulgation des Dix Commandements ainsi que celle de toutes les autres lois ultérieures.       C’est d’ailleurs en examinant les relations qu’entretient la chrétienté avec le Peuple Élu que nous pouvons voir si quelqu’un à vraiment été greffé aux racines originelles et toujours vives de l’olivier franc.  Lorsque je jardinais jadis, j’ai souvent observé que les branches d’un arbre continuaient à fleurir et à bourgeonner et à quel point il était impossible de les brûler encore longtemps après avoir été coupées … Oh combien de communautés chrétiennes ″bourgeonnent″ de la sorte tout en dépérissant! Il y a si peu d’endroits où des fruits poussent!  - Le Tout Puissant appela Moïse sur la Montagne et ordonna la construction du Premier Sanctuaire composé de trois parties, ainsi que son aménagement. 2. Le Sanctuaire où les lévites exerçaient leurs fonctions.    1. Notre cœur est la Tente d’Assignation dans laquelle nous conservons notre vie éternelle, le témoignage de notre Seigneur tel que le témoignage de l’Alliance était conservé dans le Saint des Saints à l’intérieur de l’Arche de l’Alliance qui appartenait à Israël.   Ceci est le prix de la Vie Éternelle et nous ne pouvons le servir que de la sorte.   L’aménagement de notre vie et de notre lieu de ministère ne peut se faire que selon les ordonnances de l’Éternel puisqu’à l’instar du Sanctuaire, tout lui appartient et tout doit être à sa disposition.  La demeure de Dieu est l’Assemblée: Il vit dans les membres de l’Assemblée, dans tous ceux qui sont en Christ et en qui Christ siège. Par conséquent, le Père habite là où habite et règne le Fils. (Jean 14,10 ; Col. 2,9) Il existe tant de faux enseignements concernant le sujet que je dois poursuivre en proclamant qu’il n’existe qu’une seule et unique Assemblée, le Corps du Christ en tant qu’Église. Les membres de cette institution céleste et exclusive sont tous ceux qui sont nés de nouveau. Ces membres ont tous les mêmes droits et le même héritage. De plus leur ressemblance avec le Christ qui les guide va croissante tout au long de leur vie. Ainsi le Sanctuaire est l’ensemble du Corps du Christ et nous devons savoir qu’il n’y a qu’un seul ″leader″ qui n’est autre que le Messie même en tant que chef de l’Église.   ″Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.... il parlait du temple de son corps.″ (Jean 2,21)  Tout ceci n’est cependant pas une vulgaire dénomination ou une simple étiquette collée à notre veste, mais bien un mode de vie signalant à qui nous appartenons ainsi que le lieu où nous nous trouvons et dont nous dépendons. Il s’agit bel et bien de ce Corps duquel nous commençons à faire de plus en plus partie intégrante.   Tout homme, ministère ou assemblée utilisant le nom de Menora agit de manière illégitime s’ils ne satisfont pas à ces critères de base. Si nous sommes les membres du Temple cité plus haut, il est exclu que nous admettions la présence d’une quelconque idole à nos côtés. Nous ne pouvons nous présenter devant Dieu qu’avec les mains, les pieds et le cœur propre.   Nous pouvons voir tant de conflits et de scissions entre les assemblées, tant de gens endormis et sourds ayant tous un point commun, le manque de fruits, la stérilité.  J’ai vu tant ″d’édifices″ construits de mains d’hommes de manière spectaculaire et foudroyante disparaître brusquement sans laisser la moindre trace. Tant d’assemblées, d’écoles bibliques, de programmes, de mouvements, d’organisations aux noms fantaisistes et merveilleux ayant pour seuls matériaux de constructions de simples méthodes et autres théologies ont vu le jour pour finir par s’évaporer dans la nature car ils n’avaient aucun fondement ni projet.  Le pouvoir lui appartient et tant qu’il ne reviendra pas, son Esprit Saint est parmi nous pour le représenter. L’Esprit Saint est cet être vivant qui est seul autorisé à guider les assemblées terrestres ainsi que leurs membres dans le sein du Temple spirituel.   C’est ainsi que la Menora peut vivre et fonctionner, car nous avons besoin de sa Lumière et toutes ses branches doivent éclairer dans l’obscurité.   L’une des premières mesures prise déjà au moment de la création était ″que la lumière soit″. Dieu commence toutes ses créations en y apportant la lumière.   Si nous ne recevons pas la lumière de notre Seigneur, nos idoles et nos péchés continuent à se dissimuler dans l’obscurité nous rendant inaptes à toutes choses!  Quelle est la signification de la Menora? Dans les traductions en langues étrangères on la traduit de manière erronée par chandelier à sept branches. En réalité, il s’agit d’un système d’éclairage à l’huile composé d’un tuyau unique débouchant sur sept lampes. Tous les détails de la Ménora ont été ″dessinés″ par le Tout Puissant. Il a même décrété de manière bien précise et sérieuse le mode de construction de l’objet tout comme il le fit avec la vie de chacun de nous avant même notre naissance.   Nous lisons dans Aggée 2,8: L’argent est le symbole de la rédemption. L’or quant à lui est le symbole de la foi, de la fidélité et de la vérité. C’est ici que nous pouvons le mieux voir que rien ne peut se passer en dehors de sa volonté puisque même notre conversion est le fruit du travail de l’Esprit Saint. C’est lui qui nous donne la foi et qui nous guide vers toutes ces Vérités qui ne sont pas des vérités humaines. La préparation de la matière signale également l’ouverture d’une voie nouvelle. La foi que nous recevons de Dieu en tant que Créateur nous guide vers la conversion. C’est alors que nous pouvons faire l’expérience quotidienne de la fidélité du Dieu en tant que Tout Puissant. Mais ceci se poursuit lorsqu’ après nous être offerts nous mêmes à notre Seigneur, la Vérité : Christ soit aussi visible sur et en nous. Nous avons ici la confirmation que nous ne pouvons nous présenter devant Dieu pour une quelconque raison qu’en étant entièrement soumis et dévoués à Christ.  Beaucoup de choses nous attendent encore, mais ce n’est qu’après avoir franchis ces étapes que Dieu déclare que nous lui appartenons désormais: Cette purification reste cependant constante tout au long de notre vie de croyant et c’est ainsi que nous devenons chaque jours encore plus dignes d’accomplir des ministères encore plus grands.   - Ce n’est qu’ensuite que commence le modelage de la matière purifiée par la forge. En me basant sur mes connaissances et de mes études sidérurgiques, je puis affirmer la chose suivante: Le forgeage ne fait pas simplement que donner forme à un objet, mais les coups portés à l’œuvre travaillée peuvent facilement en salir la surface. Ceci fait partie du processus de purification.   Ce Corps à une tâche et un ministère à remplir dans le monde. Mais comprenons enfin qu’au sein de ce bloc d’or, il ne peut y avoir aucune matière étrangère alliée! Aujourd’hui, lorsque nous prions pour le réveil et que nous souhaitons servir notre Seigneur, nous devons savoir que nous devons tous passer par cette phase purificatoire de façonnement et ce, en tant qu’individus, serviteurs, assemblées, communautés afin de pouvoir accueillir l’Huile apportant la lumière ainsi que le Feu qui n’est autre que la volonté de Christ. Cette Volonté par laquelle il a commencé son œuvre à travers son Esprit Saint. L’Esprit Saint est donc l’huile ardente éclairant tout dans nos vies.   Ainsi ont leurs places et leurs devoirs bien définis dans le Corps du Christ les différentes parties qui la composent : les assemblées ainsi que leurs membres.   Aucune assemblée ni autre confrérie humaine n’a donc le droit de porter le nom de Menora excepté une seule, celle qui est unie, invisible et qui regroupe en elle toutes les âmes vivant en Christ et Christ en eux.  Le processus d’éclairage: Conséquence de quoi, toutes les flammes devaient obligatoirement brûler ensemble.   L’huile qui les alimente est pure.   ″...deux rameaux d'olivier, qui sont près des deux conduits d'or d'où découle l'or…″ Zacharie reçu cette vision afin que nous recevions également des réponses concernant le moteur du chandelier au feu éternel: Voici une nouvelle révélation qui n’est autre qu’un avertissement très sérieux par la même occasion. Tout fonctionne exclusivement à travers, et par son Esprit. Laissons de côté notre propre force. N’ayons plus de pensée persistante ni d’idées ″lumineuses″! Débarrassons-nous de notre pouvoir terrestre. Cessons de donner des ordres et ne soyons pas comme les grands pasteurs à la mode qui gouvernent leurs bœufs dans cet ordre hiérarchique toujours tellement en vogue au sein des assemblées chrétiennes! Bien que nombreux sont ceux qui pourraient très bien comprendre que les pasteurs ne sont que des bergers ayant des comptes à rendre au Propriétaire et que leur propre gloire et intelligence ne leur sert qu’à les éloigner encore plus du Propriétaire eux ainsi que leurs brebis, la majorité des croyants est incapable d’entendre la voix sereine de Jésus appelant à la vie éternelle en raison de leurs grande voix colportant leur propre ″sagesses″.   L’Éternel est patient mais se lève le moment venu.   Il m’effraie de voir à quel point leur fonctionnement est basé sur le succès. Ils préparent des statistiques en guise de témoignage et rapportent le nombre exact de personnes ayant levé les mains en signe de conversion durant le culte. Leurs propres actes sont leurs témoignages: où ont-ils été, qu’ont-ils fait? Et je pourrais continuer la liste.   Dernièrement, les idoles ne sont plus que de simples hommes, mais les dons (de l’Esprit) le sont devenus également. Il y a un sérieux problème si les dons passent avant celui dont ils proviennent!     C’est ainsi que le fonctionnement de toute assemblée agissant par son propre pouvoir et sa propre force devient question de vie ou de mort.   Les sept branches de la Menora représentent les sept Esprits de Dieu qui étaient également pleinement présents en Christ.     Tous ceux qui ne répondent pas à ces critères doivent s’arrêter devant l’entrée du Sanctuaire car ils ne peuvent y pénétrer sans encourir le jugement divin. Même les lévites, qui eux répondaient à ces conditions, se lavaient les mains et les pieds dans le bassin d’airain (bronze) placé à l’entrée du Temple avant d’y pénétrer. Si j’examine les ministères, je dois surtout souligner les ministères de prière, de louange ainsi que la Cène que je considère comme des choses très sérieuses.     La lumière de la Menora éclaire cette table et la rend visible aux yeux de l’Éternel en même temps que la robe du prêtre. Cette Menora lumineuse n’est autre que l’Esprit Saint et sa lumière qui comme toujours montre Jésus Christ. Cette Menora éclaire la table de proposition et ses 12 pains représentant les tribus d’Israël, l’intégralité du Peuple de Dieu, de l’Église qui est entre les mains de Christ devant le Père.  Car même nos prières et nos supplications lui appartiennent puisque nous ne pouvons demander que ce qui est dans la volonté de l’Éternel et qu’il nous met sur le cœur.    En tant que chrétiens, nous sommes une lignée de prêtres. Ainsi les lois concernant les lévites valent également pour nous. Nous devons donc savoir que nous ne nous appartenons pas non plus car: ″Voici, j'ai pris vos frères les Lévites du milieu des enfants d'Israël: donnés à l'Éternel, ils vous sont remis en don pour faire le service de la tente d'assignation.″ (Nombres 18:6) Tout ce que nous avons reçus en cadeau, nos biens, notre conjoint, nos talents sont tous la propriété du Seigneur. Nous devons rendre des comptes pour tout devant sa face.   De même, l’assemblée locale (terrestre) ainsi que ses membres et tous les ministères qui s’y passent sont les dons de l’Éternel que nous avons reçu pour qu’ils demeurent sa propriété! Cependant, l’objectif et le projet appartiennent aussi au propriétaire. Nous devons accepter sa volonté en toutes choses. Il est seul à décider des personnes qu’il utilise et la façon dont il les utilise, comme nous le déclarons et en faisons la demande dans la prière du Notre Père.   L’une des décisions les plus sages que j’aie prise dans ma vie fut lorsque laissant toutes mes pensées et mes sagesses de côté, je choisis l’anéantissement de ma propre volonté. Notre vie de lampe à pétrole s’est subitement transformée en étoile. La Menora se présente devant Dieu pour et avec nous. Car toutes nos prières ne peuvent être que d’ordre spirituel et doivent se retrouver sur la table des pains de proposition, pour que le Christ intercède pour nous.   Rayonnons remplis de l’Esprit Saint en rendant grâce pour notre vie en Yéshoua HaMashiach et en le louant devant notre Père! Soyons par après à notre place légitime pour que la lumière de l’Éternel puisse nous atteindre afin que nous ne transmettions que la clarté et la chaleur de notre Seigneur à tous ceux qui en ont besoin et qui le cherchent.   Que les fausses flammes et les faisceaux d’auto-glorification s’éteignent à jamais. Ne soyons que des Menoras et uniquement devant notre Père, des étoiles resplendissant dans ce monde.     Beaucoup m’appréciaient pour cela et me l’ont souvent fait savoir par leurs compliments. J’avais déjà reçu beaucoup de reconnaissance et de compliments à l’époque. À l’âge de 19 ans, j’étais nommé presbyte, ce qui m’a valu le titre de le ″vieillard″ le plus jeune de l’église et du pays.    Oh combien d’occasions ais-je manqué d’accompagner l’assemblée et les fidèles devant Dieu pour le louer par le biais de la musique et des louanges en raison de ma quête de succès personnel et de reconnaissance humaines? Puisqu’à l’époque, je n’avais que l’outil musical entre les mains pour le servir, combien de personnes n’ont pas senti sa présence ou n’ont jamais pu le rencontrer ou retourner à lui à cause de moi durant toutes ces années? Je rends grâce au Père d’avoir éclairé tout cela afin que je me rende compte de mes péchés pour pouvoir implorer et recevoir son pardon.  Ne soyez pas des Menora en dehors du Sanctuaire au profit d’hommes! Faisons partie intégrante de la Création dont l’objectif est la même dans nos vies nouvellement crées:   Il n’y a aucune porte qui ne s’ouvre devant nous si nous sommes envoyés par lui. Nous sommes reçus et acceptés avec le plus grand amour partout où nous allons. Depuis, plusieurs frères chrétiens nous ont déjà posé la question à savoir, quelle était notre méthode?   Nous prions chacun de nos pas et demandons la conduite et l’ordre venant de Dieu pour savoir où et quand nous devons aller… Il est bon d’expérimenter qu’il nous bénis et que nous pouvons refléter sa clarté Éternelle vers autrui. Ils nous disent souvent qu’il est bon d’être avec nous. Ils ne savent pas que c’est l’amour de Christ qu’ils ressentent en nous. Voici les lueurs que notre Seigneur envoie par notre biais vers les autres.   Nous sommes présents tels des étoiles dont la lueur les rend curieux de savoir d’où elle provient. Le rayonnement visible de Yéshoua nous rendant différents des autres en ces temps de ténèbres les attire vers le Messie. Tout exposé théologique, toute organisation ou tout ce qui est humain est vain et éphémère. Combien de mouvement, de ministères, de missions ou d’assemblées plus ou moins grands se sont ainsi éteints à jamais après avoir vécu un départ éclatant? J’ai moi même visité un très grand nombre d’assemblées durant les 20 premières années de ma vie. Il serait utile d’écrire une synthèse à part concernant le sujet, mais les causes du décès sont toujours les mêmes: quelque chose est devenu idole ou quelqu’un est rentré en contact spirituel ou a fait alliance avec les idolâtres. Concernant l’essence même de l’idolâtrie, la forme la plus spéciale en est l’admiration passionnée, lorsque par exemple se sont les dons de l’Esprit qui passent au premier rang. Lors de la plupart des guérisons, ce sont les outils terrestres, les guérisseurs humains qui deviennent des guérisseurs miracles. De même, le lieu de la guérison se transforme en un sanatorium magique où l’on organise régulièrement des ″moments de guérison″, des ″batailles miraculeuses″ où les hommes, les serviteurs et les assemblées deviennent des prodiges et des idoles. Un abus semblable est continuellement perpétré dans le domaine de la louange, lorsque celles-ci servent des intérêts personnels chose qui d’ailleurs attire les foules. J’étais moi même capable de provoquer la tristesse ou la joie autrefois par mon jeu sur l’orgue à la place de louer le Seigneur et accompagner les fidèles devant Dieu pour le repentir.   Puisque Satan à le pouvoir d’imiter n’importe quel don et miracle à la perfection et parce qu’il a la capacité de manipuler les gens par ses esprits, c’est aujourd’hui plus que jamais que nous avons besoin de la lumière de la Menora dont la lueur des sept différents esprits démasque tout et peut examiner tout le monde. Toutes les composantes de la lumière de la Menora appartiennent au Père qui les a léguées au Fils, Yéshoua avec le Saint Esprit comme support reliant Christ ainsi que son Corps au Père. Ce fonctionnement complexe et intègre est rendu visible en nous lorsque nous le louons et le bénissons afin que cette lueur puisse éclairer le monde par l’envoi de l’Esprit Saint qui est en nous. L’essence même de notre ministère à tous est donc la flamme du Saint Esprit faisant voir et apparaître le Christ aux yeux de tous afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. La bénédiction d’Aaron se termine par le mot Amen. Les juifs ainsi que la langue hébraïque lui connaissent plusieurs définitions.   Que cela soit la volonté de Dieu…  ″Amen, ken jaassé Adonaï″ (Si seulement le Seigneur agissait ainsi!). Celui qui par contre, connaît la volonté et les promesses de notre Dieu et qui en fait la demande devant l’Éternel, peut prononcer l’Amen avec assurance! Durant leurs prières, les juifs ont toujours le concept que Dieu est un Roi fidèle devant les yeux et qu’il accomplira tout ce qu’ils lui demandent. En hébreux cela donne ceci: ″El Meleck Neeman″. Les trois initiales sont:   א/alef/ A – מ  /mem/ M – נ  /noun/ N     Sache, prépare-toi et sers-le en Lui donnant tout! <br />
      •   
      • Retrouvons-nous cependant au plus vite à notre place légitime car l’aube est proche et nous verrons bientôt le soleil se lever. Notre Messie est PROCHE!
      • Tenons-nous devant Lui en tant que Menoras tant qu’il ne vient pas nous prendre. Soyons des étoiles reluisant dans l’obscurité de la nuit tout comme Christ fut également la resplendissante Étoile du matin.
      • Qu’il te bénisse ainsi dans le Corps du Christ par la FOI, la FIDÉLITÉ et la JUSTICE. Car ces trois ensembles sont le Paradis vécu déjà ici sur la Te
      • MARAN ATHA = Notre Seigneur est là! MARANA tha = Viens oh Seigneur! qui nous donnent: AMEN אמנ 
      •  
      • Soyons cependant vigilants lors de nos prières et prenons garde à demander sa volonté et son cœur afin de savoir ce que nous devons lui demander. Que nous demandions le bien ou le mal, notre amen à une valeur de serment. Nous nous identifions à notre requête tout comme nous pouvons le lire dans Deutéronome 27:15 et dans Jérémie, notre Amen signifie:
      • Lorsque nous récitons la bénédiction d’Aaron, nous acceptons et demandons la lumière de l’Éternel sur nous pour que seule la lueur de sa face soit notre unique luminosité, qu’il fasse reluire son visage sur nous selon sa volonté.  
      • Ils disent par la suite: ken jehi ratzon, ce qui veut dire:
      •  
      • Et cela s’intensifie lorsque lors de la manifestation d’un don, la guérison par exemple, le nom de Jésus Christ n’est même pas évoqué. Pourtant c’est Lui qui par le Saint Esprit est présent et guéri en ayant un but bien précis. C’est par sa Grace et en tant que témoignage du Messie que Yéshoua HaMashiah guérit en envoyant son Esprit Saint pour prouver son pouvoir à travers les miracles en libérant le pécheur de ses péchés et de ses conséquences ainsi que du pouvoir de Satan.  
      •  
      • Aujourd’hui, 35 ans plus tard, je ne rencontre que leurs traces ou leurs souvenirs.
      •  
      • On lance toutes sortes de feux d’artifices durant les fêtes et au nouvel an. Ces rayonnements lumineux subites s’éteignent et refroidissent pour finir par retomber après avoir magnifiquement illuminé pendent quelques secondes les foules en quête de spectacle amassées au dessous d’elles. Vient ensuite l’obscurité…
      •  
      • Je souris en moi même lorsque de plus en plus de personnes dans les synagogues me demandent d’où ils me connaissent? Ils ne se rendent pas compte que c’est la lumière que je porte en moi qui leur est familière et non ma propre personne.
      • Nous ne savons pas toujours exactement ce que nous devons faire à l’avance. Cependant, notre Maître nous prends entre ses mains comme des ″outils élus″ et nous assistons ébahis aux œuvres qu’il est capable d’accomplir à travers nous.
      • Il n’y a aucune méthode!
      • Pourtant tout le monde sait que Yéshoua est notre Seigneur et que nous le suivons.
      • Dans la phase actuelle de ma vie, notre Seigneur m’a placé parmi les juifs pour le servir avec ma femme. Nous vivons beaucoup des miracles et de témoignages.  
      • Transmettons à notre prochain la lumière de l’Éternel dans ce monde obscur. Soyons des luminaires, des panneaux de signalisation indiquant le chemin à suivre vers Christ et vers notre patrie céleste, vers le Père. Puissent aussi la fête et la joie des évènements du Golgotha et de la Pentecôte être visibles en nous.  
      • ″Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années...″ (Genèse 1:14.)
      • Soyez des étoiles qui indiquent le bon et droit chemin aux navigateurs et aux voyageurs dans l’obscurité de la nuit!
      • Muni de cette expérience et de la lumière de Dieu qui nous est envoyé par son Esprit, je vois plus clairement et je m’attriste encore d’avantage à la vision de toutes ces assemblées au sein desquelles, les pasteurs et autres serviteurs commettent les mêmes fautes, en plus petit ou en plus grand, que celles que j’ai commises autrefois en tant que pécheur et ne recherchant que ma propre gloire. ″L’ancien chantre″ servant visiblement Dieu ne se servait en réalité que lui même.
      • Puissent mes années gâchées être un exemple pour toi aujourd’hui!
      • J’étais pourtant une Menora…n’en faisant qu’à sa tête, avec ma propre huile, mon propre feu aux endroits et aux moments où bon me semblait.  
      • Combien de bénédictions aurait-il pu nous donner si nous avions réellement chanté des cantiques, des psaumes et des louanges véritablement pures devant, et rien que pour le Père?
      • Je pleurais presque en allant devant le Père lorsque je me rendis compte que je n’avais pas accompli ce que j’avais appelé autrefois un ministère comme j’aurais dû, c’est à dire pour lui et pour sa gloire.
      • Cela fait déjà 18 ans que je ne joue plus de l’orgue. Il y a quelques années, je compris que je devais demander pardon à l’Éternel pour toutes ces choses.  
      • Plusieurs années après, beaucoup se souviennent encore de moi comme de quelqu’un qui savait encore enseigner le chant à l’assemblée et sous les doigts de qui l’orgue ne jouait pas simplement mais chantait. Certains ne venaient à l’église le dimanche que pour m’écouter.
      • J’ai servi près de 15 ans comme organiste dans l’une des églises protestantes traditionnelles.  
      • Pour terminer, j’apporterais deux exemples de ma propre vie pour illustrer tout ce qui a été dit précédemment.
      •  
      • Soyons les étoiles de l’Éternel reflétant sa grandeur et sa gloire. Ne cherchons jamais notre propre succès et n’illuminons pas nous même afin de pouvoir être ces astres divins. Offrons nos vies, nos assemblées, nos ministères et tout ce que nous avons au Seigneur du Monde.  
      •  
      • Voici ce que nous devons également demander afin de ne pas être de fausses menoras à l’extérieur du Sanctuaire.
      • ″Que l'Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu'il t'accorde sa grâce!″ (Nombres 6:25)
      • Lorsque notre Dieu voit que nous avons accepté son fils et que l’Esprit Saint rayonne en nous et par nous dans sa direction en tant que réponse, il renvoie ses rayons vivifiants dans notre direction comme un témoignage, une confirmation, une bénédiction. Ainsi serons-nous également bénédiction pour les autres. Cette bénédiction qui vaut pour l’éternité, celle par laquelle Aaron et ses fils bénirent le Peuple de l’Éternel et qui vaut aujourd’hui pour l’intégralité du Corps du Christ:
      •  
      • C’est à cet instant que ma vie de serviteur a démarré et que le droit chemin à porté ses fruits…au profit du Père.  
      •  
      • Cela va peut-être vous étonner, mais je dois déclarer que notre vie ne peut être une Menora ni dans le parvis du Temple ni dans le monde. Il ne peut y avoir de Menora hors du Sanctuaire. Nous ne pouvons servir que le Père dans le Sanctuaire avec le feu et la lumière du Saint Esprit. Tout ce que nous recevons lui appartient et doit le glorifier, le louer et le servir.  
      • C’est dans cette lumière et dans cette clarté que l’Éternel nous voit entre les mains de notre Rédempteur et par l’intermédiaire de l’Esprit Saint.
      •  
      • La Menora et ses sept lampes sont présentes dans le Sanctuaire pour l’illuminer d’une lueur commune. Elle se trouve à proximité d’un autre objet sacré: la table des pains de proposition avec les 12 pains.
      • Analysons à présent la signification des sept esprits que symbolisent les sept branches de la Menora. Cette analyse nous sera très utile dans notre vie de croyants.
      • Dans aucun de ces trois cas, je ne peux être en communion avec une personne adorant des dieux étrangers, ou juste convertie mais pas encore née de nouveau.
      • Je remarque moi-même que je dois parfois me purifier – prendre la Cène – et purifier mes actes et mes voies avant certains ministères.
      • La plupart des chrétiens ne prennent toujours pas au sérieux le fait que l’on ne peut se présenter devant Dieu en communion avec d’autres qu’avec des frères et sœurs réellement nés de nouveau et libres de toute idole.  
      • La connaissance des sept esprits, qui ne sont qu’un, est une aide ainsi qu’une clé à l’examen des fidèles et des communautés. Car là où tout ceci n’est que partiellement présent, il y a inaptitude à remplir un quelconque ministère devant Dieu. Nous ne pouvons alors parler que du parvis du Temple où se trouvent des personnes en attente.  
      • Ainsi, si nous sommes et vivons en Christ, nous ne pouvons éviter d’être nous mêmes le Temple de l’Esprit Saint à travers lui. Il est impossible que dans tel cas, l’Esprit Saint ne nous guide et que nous ne bénéficiions à l’occasion de ses dons. Cependant, les fruits de son fonctionnement doivent être visibles.  
      •  
      • La flamme déclenchant son fonctionnement est donnée par Christ afin qu’elle rayonne. Si nous apportons notre propre ″feu″ dans le Sanctuaire, le jugement est la mort.  
      • Ces six caractéristiques ne sont autres que les six branches de la Menora tels qu’ils ont été décrétés par pairs et d’une seule matière, d’un seul bloc dans Exode 37:18 Six branches sortaient de ses côtés, trois branches du chandelier de l'un des côtés, et trois branches du chandelier de l'autre côté.
      • ″L'Esprit de l'Éternel reposera sur lui: Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l'Éternel″. (Isaïe 11:2)
      • Dès que la Menora sera prête et remplira ses fonctions, elle éclairera pleinement le Sanctuaire et transmettra le rayonnement de l’unité et du synchronisme des sept Esprits de Dieu.
      • Je suis certains que, dans l’intérêt de la construction de la Menora, Dieu ne détruira pas simplement les idoles, mais secouera également tous ceux qui abusent des dons, ceux qui les utilisent mal, toutes les assemblées en attente de miracles ainsi que les faiseurs de miracles.  
      • Je ne peux malgré tout pas passer à côté du sujet sans rien dire car tout ceci entrave le projet de Dieu. Agir à la place de Dieu, ne serait-ce que par humanisme, peut facilement aller contre son œuvre.  
      • Nous pouvons nous en rendre compte aujourd’hui aussi lorsque que nous voyons qu’il permet le fonctionnement de communautés agissant suivant leurs propres idées. Ils n’ont pas de fruits et ne pourraient en avoir. Ils produisent parfois péniblement quelques petites pousses défraîchies et considèrent les petits bourgeons comme étant de gros fruits dont ils se vantent et font la réclame.  
      •  
      • Si nous agissons par notre propre force, nous ne faisons que freiner la puissance et le pouvoir de Dieu. Pire encore, lorsque nous ne faisons pas l’expérience de l’Esprit Saint qui reste éloigné car tant de pasteurs et autres chrétiens rayonnent dans leur propre ″lumière″. Ils sont semblables à la lueur de la lune où il n’y a ni vie ni chaleur. Ils brillent comme des étoiles et sont parfois même spectaculaires et beaux, mais ils ne sont que les banals lampions de la nuit froide.  
      • ″Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Éternel des armées″. (Zacharie 4,6)
      • La foi, la fidélité et la vérité abreuvent comme avec de l’huile en tant qu’or liquide, toutes les branches ainsi que les lampes.
      • Nous rencontrons de nouveau l’or dans Zacharie 4:
      •  
      • Voyons tout d’abord la structure. Comme j’en ai déjà fait mention tout à l’heure, la Menora était un système de lampes à huile reliées entre elles et approvisionnées en huile par un conduit unique.  
      •  
      • Ce corps, en tant que Menora peut réellement éclairer dans le monde. Le reste ne sont que vulgaires torches fumantes et autres lampes à pétrole faites de mains d’hommes.  
      • Nous devons malgré tout savoir que les assemblées terrestres ne sont que le parvis du Temple. Seuls quelques membres de ces-dernières peuvent prétendre faire partie intégrante de l’Église.  
      • La Menora ainsi façonnée se retrouve à sa place dans le Sanctuaire.   
      • Le bloc d’or est le Corps du Christ et ce n’est qu’en ces termes que nous pouvons parler d’unité chrétienne ou d’un œcuménisme quelconque.
      • Le chandelier – porteur de lumière – ou Menora était fait d’un seul bloc. Vu ses dimensions, sa matière, sa forme ainsi que son poids, il nous serait très difficile de la fabriquer aujourd’hui, même avec toutes les techniques modernes de notre époque.
      •  
      • ″Je mettrai ce tiers dans le feu, Et je le purifierai comme on purifie l'argent, Je l'éprouverai comme on éprouve l'or. Il invoquera mon nom, et je l'exaucerai; Je dirai: C'est mon peuple! Et il dira: L'Éternel est mon Dieu!″ (Zacharie 13,9)
      • - Après que notre Seigneur ait éprouvé la matière, il la purifie par le feu de toutes impuretés et souillures.
      • Si Christ est la Vérité même, il nous choisi comme de l’or pour nous façonner. Nous sommes donc fait de la même matière que Christ, puisque nous sommes en lui et lui est en nous, pour ne faire qu’un seul corps, le Corps du Christ, avec tous nos frères et sœurs nés de nouveau.
      • Il dit: ″Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi.″ (Jean 14,6)
      •  
      •  ″L'argent est à moi, et l'or est à moi, Dit l'Éternel des armées.″
      • - Il a défini la matière: les objets de service les plus valeureux étaient tous d’or.  
      • Tout travail commence par un projet.
      • Traduit de l’hébreu cela veut dire: instrument lumineux, instrument brillant.
      •  
      • Nous sommes alors incapables d’apporter la clarté nous mêmes et nous ne pouvons plus servir Dieu car privés d’huile et de feu. Notre appel en tant que Menora cesse alors dans nos familles, dans nos assemblées et dans le monde.
      • Si la clarté manque dans nos vies et dans nos assemblées, il n’y a ni nouvelle créature ni aucun pas de l’avant ni aucune croissance non plus.  
      •  
      • Lorsqu’une assemblée terrestre prend forme selon les plans de Dieu, nous devons savoir qu’elle ne peut avoir qu’un et un seul Pasteur. Ce Pasteur unique, Yéshoua HaMashiah possède de nombreuses assemblées terrestres dans le monde mais ayant toutes le même plan et le même projet qu’il a lui même dessiné avant de nous l’offrir.
      • Il serait temps de se rendre compte qu’il n’existe qu’un seul Constructeur, un seul Architecte et un seul Propriétaire aux côtés duquel nous ne sommes tout au plus que de simples ouvriers sculpteurs.  
      • J’ai si souvent vu des ″temples″ se construire par des alliances et des organisations humaines. Notre Dieu est patient et peut même utiliser ceux-ci dans de petites choses et dans son propre intérêt durant un certain temps. Cependant, le Psaume 127 est toujours valable: ″Si l'Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain.″
      • Quel en est la raison? Cherchez l’idole…! 
      •  
      • Tout comme les juifs, nous devons apprendre qu’il ne peut y avoir de Menora sans Temple. Sans une vie entièrement soumise à Christ, il ne peut y avoir aucun ministère devant Dieu.
      • De même, seul celui dont le Temple est l’Agneau, donc le Seigneur même, à le droit d’exercer le ministère du Temple ainsi que de remplir la tâche de la Menora.  
      • Le Temple est donc celui qu’il reconstruisit en trois jours après la crucifixion tout en détruisant l’ancien pour pouvoir être en lui et lui en nous. Nous pouvons donc déjà vivre ici sur la terre dans le paradis que Jean décrivit par ces mots: ″Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout puissant est son temple, ainsi que l'agneau.″ (Apocalypse 21,22)
      • En tant que chrétiens, nous pouvons dire de la même façon qu’il n’existe qu’un seul Temple comme nous le lisons dans Jean 2:19,21:
      • L’utilisation de la Menora est défendue chez les juifs aujourd’hui. Depuis la destruction du Sanctuaire, ils utilisent des chandeliers à cinq, six ou huit branches. Ils professent encore qu’il n’y a qu’un seul Temple qui attend d’être reconstruit à Jérusalem dont le Sanctuaire est le seul lieu à pouvoir accueillir et abriter la Menora.
      • Si nous sommes libres de l’incrédulité de notre passé ainsi que de toutes nos idoles, et que nous avons fait un pas de l’avant pour sortir de l’état de religiosité qui nous paralysait en offrant notre vie au Seigneur, alors nous ferons partie intégrante de la seule Église Servante et de la seule Assemblée fonctionnant en tant que Sanctuaire où seul la Menora est autorisée à éclairer.   
      • Il n’existe et ne peut exister aucune assemblée qui soit ″meilleure″ ou de ″qualité supérieure″. Nous pouvons parler d’assemblées qui ont des appels différents en des lieus différents mais toutes vivant et fonctionnant dans le même Corps.
      • C’est ainsi que tous les membres de l’Assemblée deviennent prêtres ainsi que le Sanctuaire de l’Assemblée eux mêmes. Ceci est le fondement de l’Assemblée exerçant le service de Dieu.  
      • Où vit-il?
      •  
      • Ma vie, mes dons, mon temps, ma volonté ainsi que mes pensées, tout doit lui appartenir.  
      • Sans la soumission complète de notre vie à lui, nous ne pourrons jamais être ses serviteurs.  
      • 3. Le Lieu du rassemblement est aussi très bien connu, car l’endroit où le même Dieu est invoqué et adoré par tous n’est autre que le parvis du Tabernacle. Là se retrouvent les Gentils convertis, les juifs, les lévites et les cohanites. Ils sont tous déjà convertis ou du moins cherchent leur voie vers Dieu. Ils ne seront cependant acceptés de notre Père qu’après avoir reconnus leurs péchés et s’en être repentis et purifiés lorsqu’ils recevront finalement une Vie Nouvelle à condition d’être entièrement soumis à notre Seigneur pour qu’il puisse les utiliser.
      • 2. Le Sanctuaire est le lieu de notre ministère. Ce lieu est devant Dieu et en sa présence dès lors que nous avons tous été appelés et prédestinés à remplir un ministère sacerdotal par notre conversion et au moment de notre naissance à nouveau. C’est là que nous devons servir l’Éternel de tout notre cœur et durant toute notre vie.
      • Nous devons préserver le témoignage de la nouvelle Alliance dans nos cœurs de la même façon.
      • Nous sommes nous mêmes un temple bâtis selon le même schéma:
      • 3. La Cour du Sanctuaire, le lieu du rassemblement, de la convocation.
      • 1. Le Lieu très Saint, la demeure du Seigneur, la Tente de la rencontre ou Tabernacle (Exode 25,8)
      • Qu’est-ce que le Temple donc?
      •  
      • Je pouvais parfois voir des pousses de fruits et des feuilles qui finissaient par sécher pour finalement pouvoir être brûlées.
      •  
      • Cela nous est nécessaire du fait que les voies d’Israël décrétées par Dieu et qui nous sont reportées dans l’Ancien Testament préfigurent en toutes choses le trajet de la chrétienté. Le Nouveau Testament sans l’Ancien serait, qui plus est, incompréhensible et nous devons savoir que sans les racines juives, la chrétienté ne pourra jamais être une branche florissante et fructueuse de l’olivier franc et finirait par se dessécher très rapidement.
      • Avant d’aborder les différentes caractéristiques de la Menora, nous devons nous d’abord nous rendre compte de ce que le Temple symbolise…
      • Il faut prendre très au sérieux le fait que nous ne pouvons être en communauté avec rien ni personne fonctionnant à la place de Dieu et de son Esprit Saint. Ces imposteurs voilent souvent le Christ et son œuvre rédemptrice. Nous ne pouvons nous présenter devant le Père accompagnés d’eux car il juge les dieux étrangers qu’il ne peut supporter!
      • La prière du Notre Père comporte également cette directive ainsi que tant et tant d’autres passages de la Bible. Après autant de mises en garde, l’idolâtrie continue à faire rage sous le vernis de la chrétienté. Il y a tant d’hommes, de serviteurs et autres pasteurs, tant d’objets qui siègent au milieu des assemblées et qui sont adorés comme des dieux.  
      • ″Shma Israël... Adonaï Elohénou... Adonaï Ehad!″ (″Entend Israël…l’Éternel notre Dieu est Un!″).
      • Voici la raison pour laquelle il y a tant d’assemblées, de communautés et de ministères mourants aujourd’hui.  
      • Nous savons d’après la Bible qu’il était impossible d’engendrer de la lumière dans le Temple par un feu étranger sans subir le châtiment de Dieu. La sentence d’un tel acte était la mort. Cet exemple comme tous les autres événements ayant trait à Israël sont soit des avertissements soit des promesses ayant un contenu prophétique valable également pour la chrétienté d’aujourd’hui.
      • Elle éclairait aussi le prêtre et sa robe.  
      • Dieu dévoila à Moïse l’endroit où il souhaitait vivre ainsi que la façon de l’aménager.